AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Il est très belle, Haddorine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Il est très belle, Haddorine !   20.11.11 23:40

Tic Tac. Tic Tac.

Chant lancinant d’une horloge qui s’emmerde. Et affalées sur le canapé, quatre prostituées qui prennent le thé. L’une examine ses ongles. L’autre vérifie le volume de ses cheveux. La troisième fixe le mur d’un air morne. La dernière marque le rythme de la mécanique du temps en battant du pieds. Les secondes s’étirent dans une fin d’après-midi monotone. Le commerce de l’amour n’ouvrira réellement ses portes qu’à 22h. La journée d’Haddorine n’est pas réellement une réussite pour leur petit marché. La majorité des clients, s’ils ne travaillent pas doublement en cette journée de chaos social, sont des pères de familles qui s’assurent de faire la tournée des bonbons avec leur charmants rejetons. Il y a bien évidemment les célibataires qui se foutent  de l’évènement ou l'ignorent complètement. Et d’autres, des clients plus étranges aux fantasmes bizarres qui se ramènent en costume, exigent certains jeux de rôle.

En vérité, la soirée serait ennuyeuse pour la majorité des filles de ce royaume. Talula avait bien précisé que celles qui le désiraient pouvaient aller prendre l’air quelques heures histoire de profiter de la fiesta. Mais l’idée, trop conventionnelle, n’avait pas vraiment enthousiasmé les troupes. Le costume de la prostituée n’était pas le plus vendeur et on leur jetait parfois des regards qui pouvaient gâcher les soirées les plus réussies.

De plus, pourquoi sortir alors qu’on pouvait se complaire dans l’emmerdement maximum ?

A la porte, bras croisés, yeux à demi fermés, Kaiden rattrapait les minutes perdues de sa sieste de l’après-midi (ou pour les plus renseignés, méditait simplement pour donner le change). Le regard des filles se perdaient parfois sur sa silhouette solitaire et désœuvrée pour mieux revenir au paysage local. A savoir tout et rien.

La maquerelle était occupée ailleurs, la plupart des filles profitaient des heures de sommeil gratis. Et toujours le tic-tac strident dans la cuisine du personnel, pourtant si facilement camouflé par les rires gras et les discutions banales, qui leur perçait les tympans à toutes.

Il y eut un simple petit soupir, celui de Titi, le roc de cet équipe, le bras droit du chef, signifiant que la trêve du silence était terminée, que chacune pouvait y aller de ses grommellements (aucun ne viserait la maquerelle ou l’organisation du bordel, on pouvait aussi parler de la pluie et du beau temps, c’était juste pour les nerfs et pour gâcher le temps en badinant).

– Bon, merde.


C’était la quatrième, celle qui battait l’air du pied, déjà relevée, les poings sur ses hanches maigres, à fixer les trois autres filles avec agacement. Elle était l’une des dernières arrivées, une lespurienne bien typée à la peau cuivrée. Son nom de scène c’était Carmie.

– Je sais pas vous mais je commence à en avoir marre de tailler des pipes aux mouches.
– On bouge pas
, avertit simplement Titi en limant son index.
– Oh allez ! C’est pas comme si y’avait quelqu’un qui allait débarquer ! Bordel et même Kaka ronfle devant la porte là, si c’est pas un signe.

Une voix masculine marmonna sans conviction que non Kaka ne ronflait absolument pas mais Carmie l’envoya bouler d’un geste sec, accentuant son déhanché.

– C’est Haddorine ! On va quand même pas laisser débarquer la foire aux monstres une fois 11h passées avec nos petites tenues habituelles. Si ?
– Les costumes sont à Rachel et les clients les connaissent tous.
– Vous me lassez.

Ca se traduisait dans toute langue connue par un singulier mais efficace « allez toutes vous faire foutre ». Titi releva les yeux en un simple avertissement pour celle qu’on surnommait déjà la chienne. Carmie avait un caractère fort, un coup de rein redoutable, et ne mâchait pas ses mots. Elle avait l’orgueil des lespuriennes qui ont connu le pire. Au fond d’elle, Titi l’adorait. Tout ça lui rappelait Talula (en moins efficace).

– ……. Et le mort-vivant ?


Dans son dos Kaiden se redressa, comme piqué au vif, reprenant une position plus professionnelle.

– ……… Aphte ?

C’était Sunny qui venait de parler, avec un demi sourire carnassier.

– Ouais, Asphodèle. Ca fait trois mois que je suis là et je lui ai même pas tiré la gueule à ce morveux. Qu’est ce qu’il se planque dans sa chambre ? Il est pas malade vu qu’il bosse. Il fait la gueule ?
– Toi on t’a pas expliqué hein…
– Si Titi, si on m’a expliqué. C’est un petit con à l’égo de la taille de sa bite et Talula adore le faire tourner en bourrique. Mais c’est pas une raison de le laisser dans son repère là. Après tout c’est le seul mec ici.


Un raclement de gorge discret.

– Kaka, toi je déciderais ce que t’es quand t’auras baissé ton pantalon.


Il y eut quelques rires, encourageant la prostituée.

– Vous me dites de pas approcher de la chambre, qu’il serait capable de cogner, je l’ai déjà entendu gueuler, et puis Talula elle tire une tronche pas possible dès qu’elle va le voir. Okay. Mais pourquoi on lui rendrait pas la pareille ? On le fait tourner en bourrique une bonne fois, il se la calera peut-être sous l’oreille histoire de moins faire son malin.
– Nan mais Asphodèle il marche pas comme ça….
– Eh ben au moins on se sera bien éclatées.


Les trois filles en face d’elle se regardèrent, sceptiques mais séduites par l’idée. Titi seule paraissait soucieuse. La maquerelle était quelqu’un de bien mais on touchait pas aux filles ni aux gars de ce bordel. Elle ne voulait pas risquer une engueulade. Mais si elle pouvait la faire marrer au moins une soirée et introduire Asphodèle au sein de leur maison ça aurait du bon. Ce n’est pas comme si le prostitué avait tenté de se socialiser en arrivant ici y’a des lustres de ça. Il avait sa manière à lui d’être sympathique mais la plupart des filles en avait tout simplement peur.

– On pourra pas l’approcher Carmie. Il est costaud, même malade. Il nous enverra chier.
– Alors pour ça Titi, j’ai juste ce qu’il faut.


Et effectivement, Carmie disposait de ressources non négligeables pour assommer quelqu’un.




*~*






– …. Ca va pas le tuer hein ?
– Mais non, c’est homéopathique ce truc.
– C’est de la drogue,
rectifia Titi d’une voix prudente.
– Une petite douceur. Distillée avec de l’herbe bien fraiche et de la poudreuse du continent adhenorien. Et je m’y connais en dosages, arrêtez de flipper bordel.


Il n’avait pas fallu plus de vingt minutes pour que Carmie chope sa drogue, que Titi l’engueule, menace de la dénoncer à Talula, lève les yeux et les bras au ciel, puis que les filles se regroupent devant la porte d’Asphodèle. De là, après quelques tours de passe passe pour choisir l’élue qui aurait le déplaisir d’entrer la première dans l’antre de la bête, elles s’étaient retrouvées autour du lit d’un Asphodèle endormi. Il avait la bouche entrouverte, les cheveux en pagaille sur son visage et une maigreur à faire pleurer un politicien. Elles le fixèrent trois secondes de trop avant que Carmie ne lui mette la main au paquet. Ca ne l’avait pas réveillé.

– On en aura pour combien de temps avec ton truc ?
Demanda Sunny en chuchotant.
– Une heure, un peu moins. T’as préparé le costume ?
– J’ai mobilisé Rachel et Dinah et on lui a trouvé une tenue officielle. Enfin, la version courte quoi…
– Ça cachera l’essentiel. Et la perruque ?
– Noire, longue, comme t’as demandé.
– Parfait.


Un petit coup dans le réservoir pour chasser l’air et l’aiguille transperça une veine du coude avec la facilité de l’habituée. Asphodèle tressaillit mais ne se réveilla pas.

– Okay, c’est bon.

Titi se pencha prudemment, leva la main, et gifla Asphodèle sans aucune retenue.

– C'était un peu inutile tu sais.
– Rien à voir, plaisir personnel mon chou.


Carmie se permit d’éclater d’un rire franc, empli d’un sadisme purement féminin.




*~*






– En plus du maquillage on lui met quoi ?
– Du rouge à lèvres !
– Des boucles d’oreille !
– Des faux cils !
– Sunny le rouge à lèvres c’est du maquillage…
– Des portes jarretelles !
– Un string !
– Du parfum !
– Une épilation !
– Oh Maggie, t’es vache là…

– Pas d'épilation pour Asphodèle. Ca non.
– On vient pas de frapper à la porte ?





*~*





Ce n’est pas que Kaiden n’aimait pas Asphodèle. Il l'insupportait grandement et lui inspirait quelque chose entre l’envie, la jalousie et la pitié. Les premières fois, quand il avait comprit que son travail coïnciderait avec les allées et venues du prostituée, il avait serré les dents en attendant que les choses s’arrangent. Une chose était sûre avec le Balayeur : les choses ne s’arrangeaient pas avec lui, ou alors très rarement (et ce n’était jamais de son initiative).

Mais Asphodèle n’avait pas vraiment été le même qu’à leur unique rencontre. Malade, affaiblit, et apparemment désorienté, il avait été ramené mordicus dans une chambre du premier étage. Au bout de quelques temps, Talula lui avait transmis un message, l’enjoignant à reprendre le boulot, mais le garçon ne sortait jamais de sa chambre, recevant des soins de la part des prostituées ou de la maquerelle, ainsi que les visites irrégulières de ses habituées. Puis Talula était partie et Kaiden avait du prendre la relève. Avec une certaine répugnance il l’avait lavé, alors qu’Asphodèle reposait inerte dans ses bras, complètement inconscient. Il le sentait parfois, et sa main partait au hasard pour le cogner. Kaiden avait appris à ne plus y faire attention.

En cette soirée d’Haddorine, il se sentait bien. Extrêmement bien. Au point qu’il n’avait pas cherché à calmer les filles quand Carmie leur avait soumis l’idée d’embêter un peu le morveux squelettique qui jouait au fantôme. Pour dire la vérité, il avait même pensé que cela serait une excellente idée. Talula n’allait pas tarder à revenir de ses « visites » et il voulait en priorité échanger avec elle un sourire complice, celle de cette jeunesse étrangement retrouvée par cet afflux magique qui accompagnait Haddorine. C’était la soirée des morts, et même si en se réveillant de sa transe il avait sentit quelques secondes le parfum de Sophia, Kaiden se sentait plus vivant que jamais, capable de prouesses. Il lui tardait, et par un besoin tout à fait naturel, de rejoindre Jezebel après son service.

Mais évidemment, cela serait pour beaucoup, beaucoup plus tard.

L’heure tournant et ne voyant pas les filles retourner à leur place, il s’était décidé à aller voir où elles en étaient. Par simple soucis qu’elles ne se fassent pas attraper par la maquerelle même s’il était vrai que les clients potentiels passaient d’un pas rapide devant le bordel, sans s’arrêter, sans être tentés. Il n’y avait pas de gamins faisant leur tournée dans leur rue (il aurait aimé les regarder, apprécier un peu ces plaisirs qui animent le quotidien des humes bienheureux). Il n’y avait que le désert d’une soirée où la fête est ailleurs, au centre-ville.

Kaiden grimpa les marches de l’escalier quatre à quatre, jusqu’à la chambre d’Asphodèle où pour la première fois émanait les bruits rassurants de femmes affairées à s’amuser. Il frappa une fois, attendit quelques instants avant de pousser la porte.

Et éclater de rire.

Gisant sur le lit, Asphodèle était un cadavre bariolé, grimé en fille et qui bavait allégrement sur l’épaule de Sunny tandis que Carmie s’échinait à lui enfiler une perruque noire.

Les quatre filles se tournèrent vers lui, sans partager son fou rire, le regard étincelant.

– Il nous a surpris.
– Ouais.
– Il nous a trahit.
– Ouais.
– Il serait superbe en blonde.


Kaiden n’eut pas le temps de faire demi-tour




*~*






– Du rouge !
– Du mascara !
– Et pour les yeux, euh...
– Du marron, ça fait ressortir le bleu.
– T'as le teint vraiment trop pâle.
– Non Sunny, blonde la perruque !
– On n'a pas exagéré sur les barrettes là ?
– .... Ouais il fait travelo, détache lui les cheveux.
– J'ai trouvé la robe !
– Hmppffhmmmpf !!!





*~*





C'était une horreur. Il était en talons plats. Il était en robe. Il avait les jambes épilées (Ça faisait mal). Il avait le dessous des bras épilées (Ça, ça faisait encore plus mal). Il avait une espèce de tunique grise chatoyante (Et un courant d'air ignoble par en dessous). Avec un genre de fourrure sur les épaules pour dissimuler certains faits évidents de masculinité. Le maquillage, n'en parlons pas. Et le regard des filles sur lui non plus. Une seule pensée: Faites qu'Asphodèle ne se réveille pas, jamais.



Dernière édition par Kaiden le 21.11.11 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   21.11.11 1:57

Spoiler:
 


Si les poètes prêtent à la tristesse une grise mine, ils n’ont jamais raison que lorsqu’ils broient du noir.

Noir, comme désespoir, comme il était un soir, comme tout c’qui foire.

Noir. Profond, sans nuance, sans aucune étincelle. Sans gaîté, sans flagrance. Noir, profond. Abysse où l’écho se perd, où l’âme se désagrège, lentement dévorée. Perdant toute couleur. Trouée dans sa pâleur. Morcelée de nouvelles béances aux appels d’air glacés.

Noir et incomplet.


C’est ce qui demeure, ce qui continue depuis des mois. Et rien n’y fait. Ni les remontrances et les secousses de Talula, ni les visites du repto-marsupial.
L’adolescent restait prostré dans son mutisme, ignorant les boutades, les saluts. Peinant à sourire aux régulières louant encore ses services. Talula l’avait mis au pied du mur : il devait être productif.
Qu’espérait-elle enfin ? Que quelques passes le remettraient d’aplomb ?
Il avait juste opiné. Acceptant de relancer ses ‘clientes’. Histoire de ne pas être un poids mort. Maintenant qu’il n’était pas foutu de faire aut’chose. Qu’il n’était plus capable de chasser. Et pour qu’elle arrête de le coller, ses remontrances, ses rebuffades.
Et ses récriminations coupables qu’il pouvait sentir à défaut de les ressentir. Comme quoi, son don avait vraiment eu une telle utilité ? Une telle importance ?

Tout n’était jamais plus que noir. Rien ne s’irisait plus. Rien ne souriait plus. Rien ne pourrait jamais le soulager n’est-ce pas ?

La famille Potter s’était fait la malle, prise de panique après le fléau. Emportant « la princesse Ica » dans son sillon. Du moins, c’est ce qu’il avait appris, une des rares fois où il avait interagit avec les autres.
Asphodèle avait haussé les épaules, comptant mentalement les pas qui le ramenaient à « sa chambre ». S’y enfermant, accolé à la porte.

Les grands garçons ne pleurent pas. Il n’avait pas versé une larme. Il n’y avait pas plus d’eau en lui que de vie chez un vampire.
Peut-être qu’Ica se ferait à la vie de Tyr ? Peut-être qu’un aveugle se ferait à sa vie d’obscurité ?
Il sourit narquoisement.

La routine avait lentement pris le dessus. Et l’aveugle traînait son fantôme, dans l’ombre grandissante.

Rien. Plus rien n’avait d’importance. Plus rien n’avait de saveur. Plus rien.
Les seuls moments où des couleurs surgissaient encore : c’était en rêve. Enchâssé aux cauchemars (mais qu’est ce qu’il s’en foutait ? Sa vie en était un), aux mains tendues de ses visages invisibles. Des yeux, et des voix. Parfois un murmure, perdu dans le cristal d’un rire. La conclusion d’un sanglot…
Dans ses rêves, l’aveugle ne l’était plus et tapotait tendrement la tête du gamin éploré. C’était le dernier lien qui subsistait encore… Mais peu à peu, lui aussi se désagrégerait. Car les sanglots se faisaient de plus en plus forts, et le monde onirique lui aussi, se teintait d’abime.
Alors, pour le peu que cela durerait encore, Asphodèle s’oubliait dans son sommeil, retrouvant ceux qui l’y attendaient.
Pas plus conscient de la réalité. Pas plus intéressé par les facéties de femmes qui s’ennuient.

La piqûre ? Il avait supposé un soin quelconque, du genre qu’on lui avait déjà administré pour ramener un peu de vie, un peu de vigueur dans son apathie.

C’est sûr : s’il s’était éveillé, s’il avait compris ce qui l’attendait à ce moment là ? Il n’aurait même pas averti. Protégées de Talula ou non. Il n’est pas sûr qu’il en aurait laissé une vivante.

Peut-être était-ce ce dont il avait vraiment besoin d’ailleurs. D’en venir aux mains pour revenir aux sources ? Ici, on fuyait ses colères. Et il était trop faible pour vraiment se défouler.

Pathétique.

Des picotements. La sensation d’une brûlure. Cela tire, le dérange. Il fronce les sourcils, et dans le prolongement de ses jambes, l’entrave d’une étoffe. Les paupières s’ouvrent violemment. Il est agressé par les rires étouffés, et les regards qui dévorent.
Ceux que seul un aveugle peut sentir.
Les vêtements l’étouffent. Compressé, il tente d’en desserrer l’étreinte :

« Ah non ! Ne gâche pas l’travail ! »

L’ex-balayeur reconnut la voix de Sonny, et du chœur d’une voix ragaillardie. Probablement la nouvelle, celle dont il n’avait pas retenu le nom.
Sonny n’avait pas pu s’empêcher de lui attraper le poignet. L’aveugle lui répondit le regard morne et la poigne à sa gorge :

« Me touche pas. »

Si l’ambiance était au rire, au second degré, Asphodèle y était désespérément étranger. Kaïden n’avait pas à craindre une moquerie… puisqu’il n’avait plus rien à voir.
D’un pas résolu, Asphodèle se détourna des effluves capiteux de ses tortionnaires, se dirigeant vers ce qu’il supposait être l’escalier…

Et se vautra brutalement, marchant sur l’un des plis transparent du voilage de sa tenue.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   07.12.11 12:47

« Me touche pas. »

Et voilà, c’était du Asphodèle tout craché. Avec un brin de venimosité fichu en l’air par le restant de drogue parcourant ses veines mais Asphodèle quand même. Sous son triple mascara, sa perruque blonde et le maquillage qui lui démangeait fortement le visage, Kaiden ne put que se sentir désolé face à cet ersatz de personnalité vindicative, cette dépression qui entachait un regard figé. Un regard vide. Les yeux étaient les mêmes pourtant, mais le balayeur avait perdu ses expressions, ses ridules nerveuses qui se fronçaient, se creusaient sous la colère, l’incompréhension, le mépris.  Les filles ne semblaient pas le remarquer (Titi pour ne pas envenimer les choses, Carmie car elle ne le connaissait pas assez). Elles continuèrent  à le tripoter jusqu’à ce qu’il s’évade de leurs mains, frôlant le vampire sans lui cracher au visage quelques répliques cinglantes (voire un bon gros mollard bien efficace histoire de faire simple). Kaiden soupira, se tourna à moitié (les talons ne faisaient que cinq centimètres de haut mais il avait l’impression d’être perché sur une balançoire bringuebalante) pour observer l’androgyne, avec la trace de sa pulsation sanguine affaiblie comme si Asphodèle influait sur son rythme cardiaque pour le faire définitivement ralentir. Un gros chagrin.

– Ecoutez les filles c’était très drôle mais je pense qu’il vaut mieux le laisser tranquille
, murmura Kaiden.

Dans son dos Titi hocha la tête. Quelque chose clochait chez l’aveugle, elle s’en était rendue compte dès son retour au bordel. Elle n’avait pas cherché à l’aider en quoique ce soit, déjà parce qu’Asphodèle n’était pas du genre à vouloir qu’on lui tende la main et surtout parce que Talula connaissait bien son affaire. Mais même la maquerelle, semble-t-il, n’arrivait à rien avec lui. La petite révolution de Carmie avait été marrante, et Titi s’était surprise à espérer un quelconque changement. Retrouver ce gueulard d’impotent, pourquoi pas.

Asphodèle était englué dans un truc, n’essayait pas d’en sortir, ne voulait pas. C’était prendre le risque de se retrouver enfoncé avec lui dans son marécage dépressif.

– Carmie, ça ira pour ce soir. Je sais pas si le déguisement plaira à Talula. En tout cas on arrête les frais.

– Il a rien à foutre ici ce mec,
répliqua simplement Carmie en haussant une épaule. Tu parles d’une pub pour les femelles bourgeoises qui rappliquent ici, un mioche balafré et complètement affable. Je me demande pourquoi madame Tal’ le garde encore ici et l’envoie pas à l’asile.

Aucune fille, pas même Kaiden, ne cherchèrent à lui expliquer les raisons de la maquerelle. Ils n’étaient pas certains de les connaitre.

Mais il valait mieux, pour le bien de tous, qu’Asphodèle reste enfermé au Havre de Joie.

C’est sur cette pensée que le regard sombre de Kaiden revint se poser sur le gigolo, bien trop proche de l’escalier. Qu’il fut ainsi le témoin de son faux-pas, de son corps vacillant dangereusement au-dessus des premières marches. Il n’y avait pas de filles dans les couloirs, c’était une chance. Car Kaiden disparu.

Quelques centièmes de secondes où son corps se précipita face à l’escalier, face à Asphodèle, pour le plaquer contre son corps (ce con était trop grand), protéger sa nuque d’une main, bloquer ses bras du sien, et chuter.

Bruyante la chute d'ailleurs, tout comme le craquement de sa nuque lorsque les deux hommes rencontrèrent la boucle formée par l’escalier. Kaiden sentit la douleur une seconde avant que la magie ne bloque les informations transmises par ses nerfs triplement sensibles lors de cette soirée. Une seconde de cauchemar.

La glissade se termina sur le tapis, la tête du garde du corps reposant dans un angle étrange, Asphodèle toujours allongé sur lui. Il avait dû se faire mal, notamment au niveau des jambes, peut-être les genoux, la cheville. Mais son souffle était bien présent, son rythme cardiaque toujours aussi faible mais vivant. L'air s'emplissait d'un parfum métallique et la magie appela le sang d'un grognement hargneux qui dévoila ses canines. Chier, c'était pas le moment de ressentir l'Appel.

Mais évidemment dans son état actuel, il lui faudrait plus qu'une seconde jeunesse Haddorienne pour réparer sa nuque brisée.

Il ne sentait plus le reste de son corps, ne pouvait clairement plus contrôler ses mains, juste le mouvement inquiet de ses yeux qui guettaient l'arrivée des prostituées, en haut des escaliers. Un picotement insistant et désagréable parcourait en arc électrique sa nuque jusqu'à la pointe de ses cheveux, comme un milliard de fines aiguilles, renforçant l'Appel.

Si dans quelques secondes il ne se jetait pas instinctivement à la gorge d'Asphodèle (pour survivre et limiter les dégats d'une telle découverte), il y allait y avoir une belle grosse surprise dans l'entrée du bordel.

Scène facile à imaginer: concert de voix face à Talula et aux agents de l'Etat "oui alors le garde du corps s'est pété la nuque mortellement mais il dit qu'il va bien".

Pour l'instant. Eternel mais pas immortel. Combien de temps durerait ce miracle ? Sans le sang, Kaiden savait ce qui se passerait: état léthargique, coma, auto-destruction, décès définitif.

Sa non-vie était donc entre les mains d'...

– Asphodèle. Je sais que te demander ça revient à convaincre un Ty-rex de suivre un régime végétarien, mais un coup de main serait appréciable. J’ai comme qui dirait encore plus l’allure d’un mort.


La première solution pouvant aboutir à un coup de main façon sens propre (il le répétait, Asphodèle pouvait cogner fort), Kaiden édita sa première prière en souhaitant de toute ses forces l’arrivée salutaire de Talula. Il ne se sentait pas pleinement capable de gérer une situation de crise.

Besoin de sang. Besoin de se cacher - une excuse. Que faire. Pitié change fais quelque chose aide moi.


Et déjà le parfum, les pas, les cris effarouchés, les qu'est ce qui se passe, par l'Etat tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   22.02.12 22:10

Surpris ? Même pas. Pour être surpris, il faut être attentif à ce qu'il se passe autour de soi. Ou plutôt... Y porter un intérêt.
L'adolescent s'était laissé mollement entraîné dans la chute du vampire, se laissant protégé, indifférent à son sort, pour se relever désabusé, malgré les écorchures, peu enclin à chercher la moindre justification: seule la porte de son antre pouvait encore susciter la moindre motivation.

– Asphodèle. Je sais que te demander ça revient à convaincre un Ty-rex de suivre un régime végétarien, mais un coup de main serait appréciable. J’ai comme qui dirait encore plus l’allure d’un mort.

Comment voudrais-tu qu'il comprenne où veux-tu en venir, Kaïden?

Son regard vide parait fixer l'angle étrange de la nuque du gardien. Un sourire mauvais fend ses lèvres quand il susurre:

- Si tu veux crever plus vite, suce-moi donc.




Dernière édition par Asphodèle le 10.03.13 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/

- Victime de la Mascarade - Ultra-rapide de la gâchette réponse!

avatar

Signalement : Hume, taille moyenne, physique et sexe indéterminés.


MessageSujet: Et OUI, bordel (ehem), c'est bien le Masque...   24.02.12 23:07

La porte s'ouvrit telle un point final à la phrase d'Asphodèle.

L'homme qui entra semblait plutôt jeune, et portait une tenue qui eut été plus appropriée dans une soirée du quartier Sud. Sa seule concession à l'ambiance d'Haddorine était un chapeau en forme de citrouille parfaitement en inadéquation avec le reste de sa silhouette. Il commença à promener un regard teinté d'une curiosité négligente sur la pièce, mais la vue d'une jeune femme à terre lui fit quitter son attitude lointaine. Il se précipita auprès d'elle.

M. JEROME, inquiet. - Mademoi…

Il s'interrompit en voyant la scène de plus près. Il devenait difficile de se croire face à une jeune femme évanouie, avec cette carrure finalement peu féminine… et ce cou formant un angle impossible.

Il tomba à genoux juste à côté de Kaiden.

M. JEROME, d'une voix blanche. - Oh, par l'État…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alia-mael.tumblr.com

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   10.03.13 12:42

Un courant d’air froid qui lui parcoure l’échine ; la porte s’est ouverte derrière lui ; une présence, un pas leste et hâtif. L’inquiétude teinte le moindre de ses mouvements, s’ajoutant aux tremblements de cette voix ‘empruntée’.
’Empruntée’ ? Asphodèle, même quasi-neurasthénique se fait plus attentif. Un vague relent méfiant, l’instinctive défiance vers tout ‘étranger’. Et son oreille qui n’a rien perdu de son acuité.

La situation n’est pas vraiment propice à d’autres suspicions. Elle pourrait même dégénérer et les foutre tous dans la panade. Manquerait plus qu’on grille que la maquerelle était pas des « plus vivante ». Et surtout… on allait vraiment le faire chier avec des tas de questions stupides.
Hors en ce moment, Asphodèle n’avait d’autre envie qu’on le laisse simplement… en paix.

A l’instant, le regard de l’ancien balayeur s’est tellement durci vers le ’presque-cadavre’ ‘presque-femme’ que ses pulsions meurtrières en sont presque palpables.
L’aveugle se fait violence pour réagir. Aller à l’encontre de sa léthargie ; il pose sa main sur l’avant-bras de ‘l’hûme’ qui vient d’arriver, dans un simulacre de geste apaisant. Un sourire presque mielleux pendant aux lèvres. Si les autres avaient débarquées, elles auraient été sidérées par tant de ‘professionnalisme féminin ‘. Certes, le jeune Rough était très grand mais sa carrure à peine sortie de l’adolescence, ne trahissait guère son appartenance, que le maquillage - et les voiles- couvraient.
Il hésite un moment, et de sa voix la plus doucereuse, légèrement rauque, il murmure :

« Mon ‘amie’ nous fait encore un d’ces tours, n’es’pas ? Très forte, celle-là, pour faire les trucs les plus zarb’. »

Il s’approche au point d’effleurer de ses lèvres, le lobe de l’oreille de l’inconnu :

« ‘Elle’ peut encore faire mieux ,susurre-t-il. Mais des fois… Elle s’bloque. »

Il a repris place, la main toujours posée. Il garde sa voix basse. Eraillée, elle passerait presque sorti d’un mauvais grhime :

« Rien d’grave. Ka’ devrait plutôt bosser pour l’nain, t’crois pas ? (il faisait référence au propriétaire du cirque Sïan) Bon. Tu m’aides ? » implique l’efféminé, désireux de placer Kaïden dans une des pièces à l’écart… loin de tous regards.

On suivrait ensuite le mouvement, et déciderait sur le fil et le croc, ce qu’adviendrait de ce nouveau ‘client’.
Un rictus moqueur cingle brièvement son masque immuable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/

- Victime de la Mascarade - Ultra-rapide de la gâchette réponse!

avatar

Signalement : Hume, taille moyenne, physique et sexe indéterminés.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   11.03.13 15:18

Marc Jérome frissonna quand le souffle chaud de... la demoiselle... vint chatouiller son oreille. Il ne repoussa pas la main sur son bras, et, après un détour panoramique sur le travesti gisant à terre, son regard vint se fixer sur ladite main. Il parut se concentrer sur le discours qu’on lui faisait.

M. JEROME, pas totalement rassuré. - Oh... Ou... oui, bien sûr.

Il se prépara à soulever “Ka’”, et avec l’aide de la demoiselle il le porta tant bien que mal vers la pièce d’à côté. Marc tentait manifestement de faire bonne figure mais peinait malgré tout. Pour passer la porte sans cogner son fardeau dans l’embrasure, il voulut changer sa prise ; l’espace de quelques secondes il plaqua le travesti contre son buste.

D’un seul coup, le corps inerte de Kaiden se tendit, et le Masque tomba à la renverse, les crocs du vampire planté dans son cou.

Le Masque émergea, confus. Il était à terre, le corps de nouveau relâché du travesti en partie sur lui. Qu’est-ce que... ? Il essaya de s’assoir. Il avait le vertige. Il avait dû prendre un mauvais coup sur la tête. Il était tombé ? Ou alors...

Oublié, Marc Jérome, tandis que le Masque essayait de rassembler ses pensées, convaincu qu’un détail important se dérobait à sa conscience, juste derrière le rideau flou qui lui faisait tourner la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alia-mael.tumblr.com

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   16.03.13 3:31

Spoiler:
 

« Merde. » - C’est ‘sa’ réplique à lui. Son mouvement théâtral.

« PUTAIN KAÏDEN, TU CHIES DU GLAND OU QUOI ?! » – s’écrie t-il, d’une voix redevenue –pour le coup- tout à fait masculine.

« RAAAH ! Va te faire enculer par un brahmine, FOUTRÉTAT ! T’EN AS FOUTU PARTOUT ! »

Le « partout » désignait en fait les quelques gouttes carmines qui venaient de l’éclabousser lorsqu’il s’échinait à faire lâcher prise le vampire.
Ce dernier, dérangé dans sa besogne et visiblement retourné à l’instinct le plus primaire, grogna en propulsant l’ex-balayeur loin de lui, avant de revenir à sa première… consommation.

« … »

La mâchoire crispée, le visage crémé qui s’assombrit de plus en plus… Asphodèle se fout bien de ce qu’il adviendra de la victime. Non, lui, ce qui les lui remontent violemment ; c’est cette aversion pour tout ce qui se rapproche aux… « Bouffeurs de chairs ». Bien qu’il ne s’explique pas le pourquoi de cette haine viscérale… Quand elle le prend, elle emporte tout sur son passage. Et l’aveugle vient de se jeter tête la première sur le gardien dans un magistral coup de boule, sans égard pour le pauvre samaritain gisant toujours à terre.

La réaction du vampire ne se fait pas attendre ; son unique obsession : la jugulaire pulsant de rage du balayeur. Et il l’atteint, entre leurs ébats que les étoffes gênent. Il l’atteint et déchire ses chairs dans un râle de victoire avant de s’en extirper, horrifié.
Kaïden est revenu à lui soudainement. Et l’immortel vient de goûter le plus infâme poison qu’il s’échine à cracher, à vouloir faire disparaître de sa bouche.

Adossé au mur, et maintenant le flot carmin de sa gorge, l’adolescent à terre ricane :

« Ça fait mal, hin ? » – l’adrénaline, mêlée au reste de drogue empêche toute conscience douloureuse.

« Crèves-en. »

Le regard exorbité de Kaïden, ses yeux qui cherchent, qui ne comprennent pas… Et qui finissent pas se rendre compte de leur erreur.
Est-ce qu’Asphodèle savait ô combien la pilule était dangereuse pour les vampires ? Savait-il que ce les ersatz subsistant encore en lui pouvaient toujours être néfastes ? Nul ne le sait.
Mais c’était bien lui qui avait empêché la maquerelle de prendre ce fichu remède, en gobant la pilule à sa place, non ? Alors, peut-être que c’était bel et bien prémédité. Peut-être qu’il avait sciemment laissé Kaïden l’atteindre pour qu’il se contamine…
Ou bien n’était-ce qu’une coïncidence. Une malheureuse circonstance.

« T’inquiètes. Ch’t’aiderai à clamser plus vite. Ch’uis sûr que t’aurais fait pareil. » déclara-t-il en se relevant.

Il avait senti des relents d’air qui se meuvent. La porte derrière eux, était restée grande ouverte. A l’étage, le brouhaha de femme qui se disputent. L’aveugle tâtonne au mur, jusqu’à en trouver la tranche, et claque violemment la porte, qu’il ferme à clefs.

Le vampire était maintenant totalement immobile. Avachi sous son propre poids, le regard vaseux de celui qui sombre peu à peu. Asphodèle présumait que le ‘client’ précédant était mort.
Il se retrouvait avec deux cadavres sur les bras.

« …OooOh… »

Ou peut-être qu’un seul, finalement. Le gigolo se rapprocha, s’agenouillant à tâtons près du blessé :

« Ah bin, t’es pas morte toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/

- Victime de la Mascarade - Ultra-rapide de la gâchette réponse!

avatar

Signalement : Hume, taille moyenne, physique et sexe indéterminés.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   16.03.13 16:31

Le Masque fixa Asphodèle, essayant de comprendre le sens de la question.

"Euh, non... Je..."

Il s'arrêta, incapable de suivre la pensée qui lui avait fait commencer une nouvelle phrase. Il cligna des yeux, prit une inspiration profonde. On se calme.

La tête lui tournait. Il était par terre, avec... oh, oui, la... le... le travesti étalé sur lui. Apparemment pas en bon état. Il était convaincu que quelque chose clochait, mais ça lui échappait avec une sorte d'obstination perverse. Il se dégagea du corps de Kaiden et s'assit. Son sens de l'équilibre lui susurra que ce n'était pas une bonne idée, mais il n'en tint pas compte.

Il regardait l'aveugle, essayant de comprendre ce qu'il faisait là au juste. Pas un instant il ne tiqua sur le féminin employé. Au fil des années, le Masque avait tellement piétiné toute notion de genre qu'il/elle ne considérait plus cela que comme un point de costume pour le personnage qu'il/elle jouait. Et présentement, il/elle n'était pas en état de jouer.

La situation persistait à refuser de prendre le moindre sens. Machinalement, sans que son cerveau daigne l'informer de la raison de son geste, le Masque porta la main à son cou. Il ne comprit pas ce que ses sens lui renvoyèrent. Puis d'un coup deux neurones acceptèrent de se connecter.

Il était blessé au cou. C'était du sang sous ses doigts. Et Asphodèle avait la même blessure.

Il porta son regard sur Kaiden. Il n'avait plus l'air très vivace. Sous ses voiles entremêlés, difficile de savoir exactement, mais il lui semblait voir du sang sur lui aussi. Une autre victime ?

Assailli par de sérieux doutes sur ce qui avait pu se produire, le Masque ramena son attention sur Asphodèle.

"Que s'est-il passé ?"

Ce n'était plus la voix de Marc Jérome. Le timbre en était bien plus ambigu, androgyne. Et, sous le ton pâteux, de la curiosité, et de l'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alia-mael.tumblr.com

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   28.03.13 23:43

« T’es sérieuse ? » ne put s’empêcher de répliquer l’aveugle.

Il soupira longuement sans manquer de cracher les pires insanités à l’égard des bienheureux et trop grands curieux.

Et là… il faisait quoi ? La question attendait une réponse. Devait-il éliminer l’intruse ? Éviter qu’une quelconque rumeur se propage… ce ne serait pas du luxe.
Il maugréa de nouveau contre Kaïden qui n’était pas foutu d’achever ses proies (en oubliant qu’il était celui-là même qui l’en avait empêché).

Aucun moyen de savoir à qui il avait à faire, si ce n’est aux inflexions versatile de cette frêle voix. L’aveugle flairait la fille, sans que rien ne puisse vraiment le confirmer. Un peu comme… l’étrangeté d’Ica, en différent cette fois.

Asphodèle s’approcha d’avantage, obliqua sa tête légèrement, semblant humer l’air… avant de plaquer impulsivement sa main sur la poitrine de l’inconnu(e).

Il sourit narquoisement :

« Fais-moi ‘voir’ ta blessure. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/

- Victime de la Mascarade - Ultra-rapide de la gâchette réponse!

avatar

Signalement : Hume, taille moyenne, physique et sexe indéterminés.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   29.03.13 13:52

Le Masque eut un petit cri de surprise et se recula vivement, par réflexe. Un peu trop vite. Mais le vertige fut vite chassé par une bouffée de panique totalement irrationnelle.

Il lui parlait comme à une femme. Il l'avait touchée.

"Ne me touchez pas !" cria-t-il/elle, d'une voix qui frisait l'hystérie.

Le Masque essaya de reculer encore, mais buta contre le corps de Kaiden. Il remonta ses genoux contre sa poitrine en une dérisoire tentative de protection.

Acculé, immobile, il perçut d'un coup le silence. Cela lui fit comme une douche froide. Il essaya de se ressaisir. Regardant enfin Asphodèle avec l'esprit un tant soit peu clair, le Masque croisa son regard aveugle. Aveugle ?

"Que... Qu'est-ce que vous me voulez ?..." reprit le Masque, essayant de toutes ses forces de paraître plus assuré qu'il ne l'était.

Bon sang, si seulement l'univers pouvait arrêter de vaciller, peut-être qu'il pourrait réfléchir plus clairement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alia-mael.tumblr.com

- Rayon X-tra lucide - Charbre Carnivore.

avatar

Signalement : Hûme d'un peu moins de 20 ans, 182cm, musculature sèche, plutôt maigre. Peau hâlée, tignasse brune, cicatrices en bandeau, oeil gauche laiteux et borgne, oeil droit d'un bleu profond mais inexpressif. Piercings à l'oreille. D'autres cicatrices de part et d'autres.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   20.08.16 3:23

Son cri lui arrache une grimace, par les balafres d’un rescapé d’SDP, qu’est ce qu’il pouvait haïr celles qui ne savaient QUE chouiner.

Il la sent, il l’entend tenter de s’éloigner, de se débattre d’un évident embarras qu’il a très volontairement provoqué. En cet instant, Asphodèle est un peu redevenu lui-même. Un peu de violence, du sang, des morts, de la douleur ; voilà un bon défibrillateur. Un peu de répit volé à son ombre, un peu d’oubli d’une mémoire amnésique qui exulte pourtant à le torturer.

Alors le sale gamin en profite à son tour, rapprochant son visage fardé de la victime acculée. Un sourire mauvais :

« T’offrir mes services ma belle, ou t’as d’autres raisons d’amener ta chatte dans un bordel ? »

Le balayeur faisait-il soudainement preuve de zêle dans sa « fonction » ? Ou se régalait-il de l’apparente confusion ? Avait-il senti ce qui se cachait derrière les atours de l’étranger, ou bien n’était-ce que pure spéculations qu’il avait très envie de vérifier, pris d’un intérêt aussi sordide qu’amusé. Celui qui le ramenait auprès des vivants.

Il en aurait presque oublié le vampire alors que sa main ensanglantée remontait vers l’entrecuisse du « client ».
Mais décidément, en ce jour d’Haddorine, les morts ne l’étaient jamais vraiment, et le spasme qui convulsa soudainement le gardien venait de le confirmer.

Plus de trois ans plus tard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cidiene.deviantart.com/

- Victime de la Mascarade - Ultra-rapide de la gâchette réponse!

avatar

Signalement : Hume, taille moyenne, physique et sexe indéterminés.


MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   08.09.16 20:16

Un frisson parcourut le Masque, traversant ses membres bien plus vite que la main de l'aveugle ne pouvait glisser contre sa chair. Trop, c'était trop, le monde allait d'un seul coup bien trop vite. Et sa tête qui ne cessait de tourner. Et cet aveugle, si… agressif, vulgaire, malsain ! Pas un mauvais personnage, non, mais si déplacé alors même qu'ils étaient tous deux – trois en comptant le corps inerte à leurs côtés – blessés.

Le Masque avait perdu ses moyens face à ces blessures. Le Masque avait perdu ses moyens face au harcèlement de l'aveugle. Mais par une alchimie curieuse les deux effets, loin de se renforcer l'un l'autre, s'affaiblissaient de plus en plus. Ce n'était pas comme ça qu'on faisait pour garder l'attention du public. On ne pouvait construire une ambiance aussi pesante pour enchaîner sur des blagues grivoises et espérer que personne ne décroche.

Le regard du Masque se fit dur, et si ce ne fut pas exactement la même version de Marc Jérome qui émergea, nul ne pouvait s'en apercevoir.

M. JÉROME, sèchement. – Bas les pattes !

Marc leva la main et esquissa le geste de balayer celle de l'aveugle. C'est à cet instant qu'un deuxième spasme, bien plus violent que le premier, traversa le corps de Kaiden, bousculant Marc et le faisant tomber sur l'aveugle.

M. JÉROME, surpris. – Par l'État !

Marc s'éloigna de l'aveugle et du vampire d'un même geste, puis son regard tomba sur Kaiden et il se figea. Des yeux grands ouverts aux pupilles dilatées étaient posés sur lui, et ils n'avaient plus rien d'humain.

Le Masque ouvrit la bouche ; Marc la referma. Les pensées du Masque n'étaient plus qu'un disque rayé diffusant un effroi primaire et un seul mot en boucle : vampirevampirevampirevampire… Mais Marc ne savait pas. Marc ignorait ce qu'il avait en face de lui, et il pouvait encore croire qu'il pouvait s'en tirer.

Marc se remit vivement sur ses pieds, vacilla mais serra les dents. Il attrapa le bras de l'aveugle.

M. JÉROME, dans un murmure tendu. – Ne restons pas là !

Pas un instant le regard du vampire n'avait quitté Marc.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alia-mael.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il est très belle, Haddorine !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est très belle, Haddorine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une très belle peinture
» "Es-tu prête ?" _ Nahla
» [Tokyo Ghoul] Présentation
» La très belle Kristen Stewart fais son come back .
» Très belle année 2017 à tous !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit