AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   05.10.08 8:41

I. Identité:

Nom : son nom véritable est imprononçable. Officiellement sur Tyr on le nome Vodnìk
Prénom : Ryleh (se prononce Raïlè)
Surnom : Le dormant
Sexe : Masculin
Age : 42 ans
Race : Versatilis
Idéologie : Pacte DLLR. Question de survie sans doute ?
Métier : Espion, si je puis dire

II. Conscience du monde et Magie:

Conscience : Initié
Source : Déchirer le voile sans scrupule
Technique : Psyker
Spécialisation : Hypnose légère, influer sur les rêves des gens. (Merci, ça résume bien !)
Description détaillée de l’hypnose : cette habilité n’est utilisable que si la cible se trouve à proximité (quelques mètres). De plus, la concentration exigée épuise rapidement le lanceur de sort mais dépend tout de même du type d’hypnose exercée. Par exemple : enjoindre un personne à s’asseoir, à s’immobiliser, à se lever ou que sais-je ? Ne coute pas beaucoup d’énergie puisqu’il ne s’agit que d’un ordre ponctuel et que la cible pourra faire ce que bon lui semble l’instant d’après. Par contre, si l’ordre est de rester immobile « durant un certain moment » alors effectivement, tant que dure l’hypnose Ryleh s’épuise. Autre chose d’important à souligner : si jamais une suggestion hypnotique s'avère dangereuse pour la victime, elle reçoit immédiatement une chance de se libérer proportionnelle au danger encouru, à bon entendeur !
Description détaillée de l’influence sur les rêves : Lorsque Ryleh dort, il sonde son entourage dans l’espoir de débusquer des esprits réceptifs à son emprise. Concrètement, il fouille la tête des gens durant leur sommeil, il y recherche des informations sur leur passé ou, si possible, sur ce qu’ils comptent faire dans le futur. Son passage peut soit se faire à l’insu complet du visité, soit par création d’un avatar auquel le rêveur sera sensible (proche, parent ou que sais-je ?). Dès lors, Ryleh pourra engager une discussion avec son ôte, lui poser des questions et essayer de le convaincre, par exemple, que répondre ne prêterait pas à conséquence puisqu’il ne s’agit que d’un rêve !
Donc pour résumer, ce pouvoir c’est un peu de l’espionnage à grande échelle. Evidement, on pourrait aussi tabler sur le fait que le passage de Ryleh dans la tête des gens exerce une certaine influence sur eux. Mais attention, pas parce qu’ils y sont obligés, loin de là, mais simplement parce qu’en bout de discussion, l’ôte pourrait tout bonnement tomber d’accord avec Ryleh et être convaincu par ses arguments…comme le serpent séduisit Eve dans la genèse.
Précision importante : entrer dans le rêve de quelqu’un ne se fera qu’après avoir demandé le consentement du joueur par MP et entrainera la création d’un topic spécial.

III. Descriptions:

Description physique : dans la moyenne par rapport à sa race, Ryleh mesure un bon mètre quatre-vingt. Ses iris ont une teinte qui se situe entre le bleu ciel et le turquoise mais il va de soi que généralement cela ne se remarque pas et qu’on lui prête volontiers les yeux noirs. Contrairement aux autres versatilis, ses épaules sont plus larges, lui conférant une carrure qui s’affine progressivement à mesure que l’on passe de son buste à ses anches. D’ailleurs, pour information, il doit cette particularité morphologique à son père chez qui cette irrégularité était d’autant plus prononcée. Récemment, suite à une expérience malencontreuse, il a opté pour les cheveux longs. D’une teinte blonde platine, sa chevelure semble généralement disciplinée pourtant, c’est complètement le contraire, car ce n’est que pur hasard si cette longueur lui va si bien.
De style vestimentaire, il n’en a pas vraiment. Il a tendance à suivre les modes locales et à s’adapter autant que possible, et ce le plus naturellement du monde. Comprenez que cela ne le préoccupe que très peu, le principal étant qu’il soit toujours propre et parfumé, même en jogging. Ce qui le caractérise ? Indubitablement son attitude. Car voyez-vous, ce versatilis fut prince et ça laisse des traces. Mi-altier, mi-félin, son port de tête a quelque chose d’hypnotique, ou alors est-ce son visage ? Ses traits sont forts et droits, comme sculptés dans le marbre, seule sa bouche reste à la fois sensible et charnue. Ses yeux sont un mystère, plutôt grands et longilignes, rappelant ceux d’un chat (ou d’un psychopathe, à vous de juger). Ce qu’il faut savoir, c’est que niveau expression faciales, Ryleh est vraiment très limité. Hautain, il passe souvent pour un insensible parce que quoi qu’il ressente, plaisir ou douleur, cela ne se reflète absolument pas sur son visage. Avec lui, tout n’est affaire que de charisme, il est distant, et si vous voulez vraiment savoir ce qu’il ressent, fiez vous surtout à son regard… certaines lueurs ne trompent pas.

Description morale : « La fin justifie les moyens » serait un bon résumé, en un peu plus subtil peut être. Et que dire à son sujet ? Commençons par les généralités : Ryleh a une foultitude de points commun avec la plus part de ses congénères versatilis. Egocentrique et hautain, il considère tout ce qui n’est pas gris et à dents pointues comme ne valant pas plus que des animaux de compagnie (non, sérieusement, vous accordiez de l’estime à une vache ou à une poule vous ?). Par contre, il n’éprouve aucun à priori envers les membres de sa race, cependant, méfiant, il est à noter que Ryleh n’a, pour ainsi dire, confiance en personne : il connaît bien trop la nature des être pour tomber dans ce panneau. Très sélectif dans ses fréquentations, la vie et ses déceptions ont fait de lui un paranoïaque mais globalement, si il s’isole, c’est surtout qu’il cherche à couvrir ses arrières afin d’assurer sa propre protection. Par rapport à la violence, Ryleh est sans scrupule quand il s’agit d’y avoir recours mais notez cependant que lui ne s’attaquera jamais à quelqu’un de front sauf s’il est certain d’avoir le dessus…et autant dire que c’est rare. D’avantage comploteur que guerrier, il préfère fomenter dans les coulisse plutôt que de s’élancer sur les champs de bataille l’arme au poing. D’ailleurs il est plutôt bon stratège et en général, de bon conseil.
Qu’ajouter à cela ? Maléfique, il l’est indubitablement. En a-t-il conscience cependant ? Non et pourquoi s’en formaliser? Etre versatilis c’est être mauvais donc voilà : il entre dans la norme. Par contre, il est moins sadique que les autres et cela se ressent dans son attitude et ses prises de décisions « lucides » exemptes de fioritures puisque moins soumises aux affres de cette pulsion. C’est sans doute là que réside sa plus grande force.

IV. Précisions supplémentaires:

Style de combat : combattre ? Voyons, quelle idée, ce versatilis a cela en horreur et c’est dommage parce que physiquement, il partait avec un petit bonus par rapport aux autres membres de sa race du fait de sa carrure (et musculature) plus développée. Mais notez simplement ceci : en combat à mains nues contre un bienheureux hume lambda, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sera bel et bien Ryleh qui aura le dessus. Mais ça s’arrête là.

Talents particuliers : son plus précieux talent c’est la connaissance. A force de voyager dans la tête des gens, il a amassé quantité de secrets et de savoirs au fil du temps et des âges. On pourrait facilement le qualifier d’encyclopédie vivante.

Signes particuliers : Ryleh est un versatilis patient, cela mérite d’être souligné, non ? Plus sérieusement, dans la partie droite de son dos, près de son épaule, il a reçu un tatouage représentant la tête d’un serpent, souvenir de son passage chez les sauriens. http://www.tarawa.com/img_prod/41564.jpg

V. Histoire:

*** Première partie : enfance et adolescence ***


« D’aussi loin que je me souvienne, enfant, j’étais déjà plutôt calme et solitaire, rien n’a changé depuis. Ma mère ? Cela fait trop longtemps. Elle n’est même plus un sourire, même plus un regard. Ou alors peut être? Au détour d’un rêve, lorsque le contour de sa silhouette me revient soudain, le temps d’un battement de cœur ? Existe-elle encore à ces moments-là ? …Non, non. Mon inconscient ne le sait que trop, l’absente fut mais persiste éphémère, fidèle à elle-même, juste une ombre happée par tant d’autres. »

« Mais quoi à la fin? Sasha, où veux-tu en venir exactement ? Tu sais très bien ce qui s’est passé, tu étais présent je te le rappelle : elle est morte il y a plus de 10 ans. Pourquoi veux-tu me l’entendre dire ? Quelle différence cela fera ? Quelle différence… »

Soudain, une immense étoile filante déchire un ciel mauve pailleté d’or, tant de beauté impose le silence. Dans cette dimension, tout est différent, à commencer par l’air que l’on respire qui est plus dense. Semblant seuls au monde, deux adolescents allongés cote à cote sur une colline, discutent avec candeur, les yeux rivés au firmament. Mais pourquoi remuer le passé ? C’est la question que Ryleh se pose et à laquelle Sasha, l’autre versatilis, ne tarde pas à répondre. Graduellement, la colère s’immisce, le dialogue s’enfièvre. L’enflammé rouquin expose ses plans : son projet d’assassina à l’encontre de leurs supérieurs ou « comment se débarrasser des tyrans ». Mais contre toute attente, il se heurte à un mur, au refus catégorique et il ne comprend pas, s’énerve puis, à bout de nerfs, explose. Des étincelles écarlates jaillissent de tout son corps, ses yeux, ses mains. Il pense : « si seulement j’avais mon épée » puis se rappelle qu’elle pend à sa ceinture. Ryleh lui hurle de s’arrêter mais, trop tard. L’effilé fleuret ne manque pas sa cible et se plante violement dans un cœur qui éclate.

Retour à la réalité, Le dormant s’éveille en sursaut. Sa chambre est plongée dans l’obscurité, il fait nuit. Lentement, il scrute les environs du regard : tout semble normal, apaisé. La décoration est de type médiéval, la demeure ? Une sorte de château fort. Par terre, pratiquement au pied de l’immense lit, une peau d’animal exotique sert de matelas au serviteur endormi. Ryleh pose la main sur son cœur pour en calmer les battements : tout va bien. Tout va bien, oui mais… que faire de Sasha à présent ? Si près, à peine à quelques pas, la silhouette du rouquin se dessine dans l’ombre, lascivement allongé sur la fourrure d’ourssas. Bien sur, au réveil l’impétueux jeune homme aura tout oublié de son rêve et de ses aveux. Il ne se souviendra pas d’avoir éventé son secret : ce dangereux complot qu’il fomente en coulisses. Oui, il ne s’en souviendra pas mais soyons sérieux, qu’est-ce que cela changera au problème ? …Rien. Strictement rien.

Le lendemain, déjà. Où plutôt « l’heure de se lever » puisqu’ici il fait toujours sombre, même de jour. Ryleh avait prit une décision et, suite à cela, Myth passa immanquablement à l’action. Mais qui est Myth au juste ? Il semble qu’une petite explication sur la hiérarchie locale s’impose. Peu de choses à retenir : il y a quinze années de cela, un groupe de versatilis apparut dans cette dimension. Une guerre s’en suivit mais les autochtones ne furent pas de taille. Aujourd’hui, du groupe de versatilis originel il ne reste plus que quatre de ses représentants : Alyth, le roi, pondéré égocentrique, Myth, son puissant général, Ryleh, prince peu encombrant, parfois même utile, et puis…et puis il y avait Sasha. Le cas du garçon aux cheveux rouges était assez spécifique en ce sens où, une défaillance génétique l’empêchait d’utiliser son pouvoir correctement. De ce fait, il fut toute sa vie considéré comme un inférieur ne méritant pas voix au chapitre, une sorte de demi-versatilis en somme.

La journée s’était écoulée, monotone. Dans ses appartements, Ryleh feuillette un livre. De temps à autres, il lance un ou deux regards vers l’extérieur via la grande baie vitrée toute proche : il neige à gros flocons. Non loin, dans la même pièce, le fomenteur insouciant du danger aiguise son épée consciencieusement. Sasha a beau être privé de pouvoirs, il n’en reste pas moins bon guerrier et avide de conquêtes. Le prince le sait et peut être même qu’un coin de son esprit le jalouse pour cela ? Non ? …Non. Soudain le fil des pensées se brise, vole en éclat que dis-je ! Car sans crier gare, Myth fait irruption dans la chambre. Comme de coutume vêtu de noir de la tête au pied, Le longiligne général ressemble à un spectre lorsqu’il s’élance brusquement vers son adversaire. Pas le temps de dire ouf, Sasha vole dans les airs, frappé de plein fouet par une vague télékinésique. Immobilisé contre un mur, son bourreau le sait à présent à sa merci, cela le détend.
Nonchalamment, une autre silhouette se dessine dans l’embrasure de la porte resté grande ouverte. Le roi en personne observe la scène en silence de son regard implacable et semble attendre la suite qui ne tarde pas à arriver. Le rouquin, comprenant sa fâcheuse posture, tente désespérément de s’adresser au monarque. L’intervention malvenue est jugée irritante, le général fronce les sourcils puis d’un revers de la main lance une fine onde télékinésique en direction du pauvre valet prit dans ses filets. Aussi acérée qu’une lame, l’onde tranche net la langue de l’adolescent avant même qu’un mot ne puisse s’échapper de sa gorge toute prête à vociférer.

Oh oui, Sasha est perdu et il le sait. Ses yeux s’écarquillent de terreur, il recherche de l’aide autour de lui mais Ryleh reste immobile, passif comme à son habitude. Cependant, le roi exige des explications, un aveu suffirait mais à présent : « comment faire parler un muet ? » Le général s’amuse de la situation puis rétorque : « Inutile, sa parole ne vaut rien ». Mais le mécontentement d’Alyth est trop évident pour être ignoré aussi son fidèle bras droit s’empresse d’ajouter : « Je tiens l’information de source sure. Le prince pourra en témoigner ». Et voilà qu’en même temps tous les regards se posent sur Ryleh. Le rouge, recouvert de son propre sang n’en crois pas ses oreilles : la trahison est trop grande, inimaginable : lui ?! Comment, pourquoi ?! Mais il est trop tard, beaucoup trop tard. Pour le jeune prince, tout semble irréel, comme teinté de déjà vu et son regard morne semble indifférent à ce qui se passe juste à un mètre au dessus de lui. De son port altier, sa voix grave s’élance, monocorde. Il répète sans fioritures ce qu’il sait à propos du complot et, de même, efface les doutes qu’aurait pu avoir son père quand à un possible malentendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   05.10.08 8:43

Plus tard ce même soir, la sale à manger prend doucement des allures de fête. Danseuses et musiciens ont été conviés dans l’urgence et, au moment où Ryleh franchit le seuil de la porte, certains instruments ne sont même pas prêts. « Que vaut cette fantaisie ? » S’enquiert-Le dormant au moment où il s’installe. Mais Myth se contente de sourire, il semble ravit, comme au bord de l’extase puis déclare finalement : « Certains moments méritent d’être gravés dans les mémoires. Et il se trouve que je viens de passer un Très bon moment ». Puis lève son verre à la santé du roi tandis que deux cuisiniers déposent un plat immense au centre de la table. Les lèvres légèrement entre-ouvertes par la surprise, l’adolescent princier fixe de son regard morne les deux jambes rôties encore fumantes…sans doute tout droit sorties du four. Evidement, nul besoin d’être un génie pour comprendre à qui appartenaient ces deux membres si bien décorés de sauce et de salade. Toute la question était de savoir qu’elle serait la réaction de Ryleh et c’est précisément ce que semblent attendre le roi et son fidèle général tout en le scrutant du regard. Donc ils doutent encore, donc ils n’ont pas confiance…mais comment les blâmer ? Les minutes passent, puis une heure, puis trois. Les festivités s’éternisent en longueur, à croire que tout est prévu pour tenir Le dormant éveillé et surtout à porté de vue. Une danseuse, une autochtone, le colle comme la peste et il est à prévoir que cette nuit elle ne le lâchera pas d’une semelle…sans doute a-t-elle reçu des ordres mais pour Ryleh cela ne peut signifier qu’une seule chose : Sasha est encore en vie, Myth n’en a pas finit de le torturer.

Et que faire alors ? Jouer le jeu bien sur, donner le change, encore et encore. Avec indifférence, Ryleh se soumet aux caresses de sa compagne de fortune et cela frôle le ridicule. Mais le général le remarque et s’en amuse : « On a du mal mon prince ? Peut être qu’un garçon serait d’avantage à votre convenance ? ». L’air outré, l’adolescent saute sur l’occasion. Il se relève brusquement puis s’exclame : « Diffamation…! Je ne souffrirais point pareille injure ! ». Mais il n’attend aucun avis, de toute manière il n’en cherchait pas. Il saisit l’autochtone par le poignet puis, sans ménagement, l’entraine dans son sillage tandis qu’il ajoute qu’évidement, il est capable de satisfaire une insignifiante femelle…il a simplement besoin d’un peu d’intimité pour y arriver, voilà tout.
Seul dans ses appartements en compagnie de la donzelle, le plus difficile est déjà passé. Car voilà, personne ne sait que récemment, la magie de Ryleh a prit du galon. Jusqu’ici, on ne lui reconnaît que ses facultés de « dormant » mais depuis peu, il semble qu’il soit capable d’utiliser quelques balbutiements d’hypnose et cela, même en l’état de veille. Quant à l’autochtone, il lui fait croire qu’elle a la nausée puis, faussement magnanime, sous le prétexte de la laisser se reposer, il met tout bonnement les voiles.

Aussi silencieux que possible, Le dormant traverse les sinueux couloirs du château. Chemin faisant, il rencontre un garde mais il l’ignore et passe devant tout en lui fourrant dans le crane le message : « Vous ne m’avez pas vu ». Eberlué, le garde oublie instantanément cette brève rencontres tandis que le versatilis s’éloigne puis disparaît dans l’obscurité. Finalement, la porte délabrée d’une chambre se dessine au loin dans les ombres. Ryleh entre, son regard balaye machinalement les environs : la pièce poussiéreuse est complètement vide. Brusquement, ses jambes ne le portent plus et il s’effondre à genoux au sol. « Vous ne m’avez pas vu », ce sortilège était trop puissant pour un Ryleh si jeune. Prit de migraine, lentement il bascule la tête en arrière puis murmure dans un souffle : « Sasha », comme si celui-ci pouvait l’entendre. Une minute passe, après quoi, les yeux fermés, le prince finit par s’allonger à même la poussière du plancher puis s’endors.

Lorsqu’il rouvre les yeux, il se trouve dans un rêve : ailleurs. Non loin en face, Sasha le dévisage mais celui-ci n’est plus ni muet ni mutilé. Comprenant enfin ce qui se passe, le rouge sort de son hébétement puis se rue brutalement sur le rêveur insouciant. Saisi à la gorge, Ryleh se laisse faire et se retrouve poussé sur les genoux par la puissance de l’attaque. Ce faisant, des mots hurlés parviennent à ses oreilles : « Toi !? Traitre, fourbe ! » tandis que les puissants doigts de son ôte se serrent de plus en plus autour de son cou. « Pourquoi ?! Pourquoi as-tu fais ça ?! » des larmes de rage roulent sur les joues du dominant tandis que sa victime articule avec peine : « Parce que…je ne te fais…pas confiance ». Soudain, l’emprise lâche, les deux jeunes gens sont aussi surpris l’un que l’autre. Lentement, Sasha recule, il lutte contre sa colère : « Pourquoi est-tu venu alors? ». La réponse arrive presque immédiatement : « Pour te dévoiler mes plan, te dire ce que j’ai l’intention de faire ».

Brusquement, en un clin d’œil, le décor change. Les deux versatilis sont à présent au grand air, au cœur d’une espèce de cour pavée obscure et froide. « Tu te rappelle le sol mouillé et glissant de cette cour, Ryleh ? Oui, j’en suis sur, comment oublier ce fameux jour ?» La scène se rejoue alors, exactement comme autrefois. Apparaissent soudain un à un les acteurs. Deux enfants d’abord, à peine hauts comme trois pommes. L’un est horrifié tandis que l’autre, en retrait, semble au contraire apprécier le spectacle. Et quel spectacle ? Une versatilis, la jambe tranchée au mollet, fait son entrée morbide sur scène. Affalée par terre, elle tente de se relever puis glisse et s’effondre à nouveau aux pieds de l’enfant pétrifié par la panique. Juste derrière elle, un grand éclat de rire retentit et le bourreau tout de noir vêtu fait son apparition : Myth, lui-même suivit de près par Alyth. La télékinésie fait son office, tranche l’autre jambe plus haut tandis que le général s’amuse, au comble de l’extase. Désespérée, contre toute attente, la femme use de ses dernières forces pour se servir de l’enfant comme d’un bouclier. Le garçonnet joufflu se crispe mais le souffle l’évite au dernier moment et c’est bien la tête de sa mère qui roule sur le pavé, non la sienne. « Il suffit, ce manège n’a que trop duré ! », Ryleh en a assez vu et bien sur qu’il se souvient de tout dans les moindres détails, mais qu’importe ? « Ce qui importe ? Rien…ou alors peut être ce qui va suivre ? »
La scène reprend pratiquement là où elle s’était arrêtée. Le bambin joufflu, couvert par le sang de sa mère, reste immobile comme une statue. L’autre qui était resté en retrait se rapproche enfin puis lui prend la main avec douceur avant de déclarer de sa petite voix fluette : « finalement, ça ne m’amuse plus ». Le petit Ryleh détourne alors les yeux du vide pour observer le visage de celui qui venait de s’adresser à lui en ces mots si réconfortant pour peu que l’on se trouve dans la même situation et que l’on soit versatilis. Et que vit-il ? Un Sasha miniature : de grands yeux, un air espiègle. Les deux garçons s’observent puis le rouquin sourit. Mais cela ne dure qu’un instant car déjà, une main d’adulte passe puis entraine au loin le valet-en-devenir qui se laisse brimbaler, inconscient du danger. Car oui, l’adulte en question, n’est autre que Myth et s’il emporte l’enfant avec lui, ce n’est certainement pas pour lui chanter une berceuse.

Ryleh ferme les yeux, il sait que le temps presse. Etait-ce ce que Sasha tenait tant à lui montrer ? Celui-ci, reste songeur un moment puis déclare brusquement : « Je n’ai jamais compris pourquoi. Pourquoi, ce jour là, c’est moi qu’il a choisi et pas toi ? Pourquoi depuis des années c’est moi qu’il se tape à la sauvette dans les couloirs et pas toi !? C’est si…injuste». Ryleh rouvre les yeux puis s’approche lentement de son interlocuteur : « Voyons, c’est une plaisanterie ? ». D’un revers de la main, il fait apparaître un miroir juste en face d’eux : « La réponse se trouve ici ». Comparer le reflet des deux jeunes gens c’était comme comparer la nuit et le jour. L’un était large d’épaules, en surpoids, ses cheveux étaient clairs, en bataille et coupé court. L’autre était élancé, visiblement très sportif, avec un regard alerte et éveillé. Sa chevelure, d’un rouge écarlate, se mariait à merveille avec le teint de sa peau grise lisse et impeccable. Interloqué, Sasha observe tour à tour son reflet puis celui du dormant mais pratiquement immédiatement il rétorque dépité : «…une fois de plus tu te trompe, ne sois pas si aveugle ». Mais comme de coutume, indifférent, l’autre ne bronche même pas. La seule chose à laquelle il songe c’est qu’il va devoir s’en aller d’un instant à l’autre et que la partie est loin d’être terminée. Plus sérieusement et avec une forte dose de rage dans la bouche, le rouquin ajoute soudainement : « Si tu es venu dans ce rêve m’annoncer tes projets, sache que je ne désire pas les entendre. La seule chose qui m’importe actuellement c’est de savoir si oui ou non tu compte éliminer cet enfoiré de général Myth !? ». Et contre toute attente, pour la première fois depuis des lustres, cette fois c’est bien Ryleh qui sourit et le changement est radical. Son visage s’illumine lorsqu’il répond l’air mi-sadique mi-confiant : « C’est comme si il était déjà mort ».

Un pas en arrière, il était temps de partir. Le rêve se met à fondre comme neige au soleil, doucement d’abord puis de plus en plus rapidement ensuite. La silhouette de Sasha devient floue puis, à mesure que les secondes passent, transparente. La mort dans l’âme, Ryleh prononce enfin la phrase fatidique : « À ton réveil, souviens-toi de ce rêve» sans quoi son ôte aurait fatalement oublié tout ce qui venait d’être dit en songe. Juste avant de disparaître complètement, l’ex-valet relève une ultime fois ses yeux brillants vers son ancien maître puis lui lance en guise d’adieu : « …Imbécile, si tu savais à quel point je te détes… »
Trop tard, ces derniers mots se perdent dans le néant car Le dormant ne l’est plus : son corps repose dans la poussière à même le plancher d’une chambre lugubre. Ses longs doigts enflés se salissent, caressent le sol puis il murmure : « S’il te plaît, ne te réveille plus jamais ». A l’étage inférieur, la chambre immédiatement en dessous fait office de cachot. Allongé sur une table, le corps mutilé de toute part, un autre versatilis inconscient, méconnaissable, se meurt à petit feu.

« Adieu »

*** Seconde partie : de l’âge adulte à maintenant (condensé) ***


Cette nuit là, Ryleh la passa aux cotés de l’autochtone qui l’attendait bien sagement dans ses appartements. Le lendemain, elle jura qu’à aucun moment le prince ne s’était endormi ou ne l’avait quittée de peur de s’attirer les foudres de Myth de par son incompétence. A l’aube, en guise d’exemple, on empala sur une pique ce qui restait du corps du jeune Sasha. La rumeur prétendit que même inconscient, le versatilis respirait encore faiblement lorsqu’il fut pourfendu de part en part.

Après cela, il fallu du temps et une sévère préparation mais finalement, Ryleh parvint à réaliser son petit coup d’état. Oh, bien sur, pour y arriver il eut recours à l’hypnose de temps à autre mais, tout de même ! D’ailleurs, à ce propos, le prince se réserva le privilège de verser personnellement le poison dans le plat qui terrassa le général Myth. Mort peu douloureuse ? Vraiment ? Soit, l’important était de se débarrasser de la reine noire : cette pièce maitresse qui dominait l’échiquier. Restait cependant un évènement important : tuer le père et puis surtout, lui dérober son pouvoir si convoité. Mais à ce propos, de quel pouvoir s’agissait-il au juste? Chaque versalitis avait sa spécialité et le roi ne dérogeait aucunement à cette règle. La magie d’Alyth était très puissante car en se concentrant suffisamment, il parvenait à ressentir les univers parallèles puis, au prix de grands efforts, à ouvrir des brèches vers ces autres mondes inexplorés. Imaginez alors la surprise du prince lorsqu’au cours d’un rêve, il découvrit par hasard le secret du roi : que lui, parce qu’il était de son propre sang, pourrait lui ravir cette capacité simplement en lui tranchant les mains.

Et le roi chut : Echec et mat. De péripéties en péripéties, bien des années plus tard, l’histoire de Ryleh connu un âge d’or…Mais contrairement à ce que l’on aurait pu croire, ce fut dans un tout autre univers que celui qui l’avait vu grandir. Ryleh gouverna en maître une minuscule planète verte peuplée de créatures bipèdes apparentées aux lézards. Avant cela, il avait visité deux ou trois autres mondes mais il n’y avait que dans celui-ci où sa qualité de rêveur pouvait vraiment être exploitée au maximum. Vénéré par tout un peuple, Le dormant n’avait plus rien de l’adolescent qu’il fut naguère. A la fois long et rachitique, son crane rasé portait une couronne frappée d’un saut symbolique : un œil éternellement ouvert, tandis que ses yeux de chair restaient, pour ainsi dire, éternellement clos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   05.10.08 8:44

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, cette fois ce fut l’ennui qui causa sa perte. Un matin, Ryleh décida qu’il était temps pour lui d’étendre son royaume. Il leva une armée puis la fit passer au travers d’une brèche dimensionnelle dans l’espoir d’envahir un monde voisin. Belle erreur ou mauvais calcul ? Une fois de l’autre coté, en un rien de temps, les frêles lézards, même en surnombre, se firent complètement exterminer par l’ennemi. Voyant la situation tourner en sa défaveur, Le dormant voulu rejoindre sa dimension d’origine mais pourfendu au mauvais moment par une flèche électrique, il fit s’ouvrir le portail sur un monde différent du sien. Dans l’urgence, puisque grièvement blessé, Ryleh n’eu d’autre choix que de franchir le passage pour sauver sa vie mais malheureusement pour lui, ce n’est qu’une fois de l’autre coté qu’il se rendit compte avec effroi que les mains d’Alyth, la source de son pouvoir sur les portails, étaient restées dans le monde précédent : perdues à jamais.

Coincé seul durant des mois sur une île déserte, cela aurait pu rendre n’importe qui complètement marteau, n’est-ce pas ? Oui mais voilà, c’était sans compter sur la capacité de rêveur du versatilis qui, malgré tout, lui permettait de communiquer avec autrui. D’ailleurs, contre toute attente, l’isolement physique lui fit du bien, lui qui de plus en plus semblait en proie au doute. Il commençait même à s’y faire lorsque soudain un événement étrange changea toute la donne. Au cours de l’une de ses expéditions au cœur de la jungle, il découvrit l’entrée d’une grotte décorée d’étranges symboles qu’il reconnu immédiatement comme étant extra-dimensionnels. Une fois le seuil franchi, Ryleh fut instantanément téléporté via la magie runique dans un tout autre lieu mais, au demeurant, dans le même monde. Les murs scintillaient de vert et d’azur, illuminant à eux seuls ce qui ressemblait aux vestiges d’un ancien laboratoire scientifico-thaumaturgique. Au plafond, un immense hublot semblait porter le poids de tout un océan, au point ou le versatilis se demanda l’espace d’un instant s’il n’avait pas atterrit vingt mille lieux sous les mers. Mais le plus beau restait à venir : une créature bleue, légèrement moins grande qu’une versatilis, semblait profondément endormie au cœur d’une sorte de machine-organique entourée de filament gélatineux !

Quelques recherches dans les archives suffirent. Ryleh parvint à comprendre le rôle de la machine : c’était une sorte de caisson censé assurer les fonctions vitales de son occupant « jusqu’à la fin de sa vie » ou alors « jusqu’à la fin des temps » ? Ne parvenant pas à mieux saisir le sens des mots qu’il déchiffrait, le versatils s’apprêtait à tourner les talons lorsqu’il lu un peu plus loin que, durant l’expérience, l’ôte était placé en sommeil forcé…C’était vraiment trop tentant. Sans scrupules, il commença à détacher les sangles organiques qui reliaient l’extra-dimensionnelle à la machine respirante. Ne restait plus que le tube dans sa gorge lorsque soudain, la bleue s’adressa à lui directement dans sa tête, probablement par télépathie : « Vous le regretterez : il n’est rien de pire que de dormir jusqu’à sa fin ». Le mono-expressif immobilisa son geste l’espace d’un instant, sans doute pour réfléchir, mais rapidement, il reprit de plus belle le cours de ses actions. Une fois débranchée, la bleue laissa s’échapper un râle sonore puis elle mourut, s’effondrant inerte dans les bras de son propre bourreau. Sur le coup, Le dormant fut bien tenté de gouter à cette chaire fraiche qui s’offrait à lui de manière si providentielle. Mais il finit par la dévorer tout entière lorsqu’après réflexion, il comprit que de toute manière il ne devait pas laisser de cadavre derrière lui. Bien plus tard, sa faim calmée, le versatilis prit place dans la machine. Brièvement, il fit ses adieux au réel, à son passé, à ses regrets avant de finalement s’allonger encore une fois, la dernière, dans les bras de Morphée.

Combien d’années s’écoulèrent ? Dix ? Plus ? Le dormant devint une légende car partout à travers ce monde, certains visités qui se souvenaient de son passage, racontaient qu’un esprit leur parlait en rêve et qu’il leur montrait des choses inimaginables, parfois grotesques ou alors carrément effrayantes. Cela aurait pu durer encore bien longtemps, sans doute jusqu’à la fin de Ryleh…oui mais, voilà, ce ne fut pas le cas. Une versatilis à la chevelure mauve débrancha Le dormant, un jour, comme ça sans crier gare. Moune, c’était son nom, avait elle aussi entendu parler du fameux esprit hantant les rêves, aussi, elle s’était mise à sa recherche et avec un peu d’aide, était parvenue à le retrouver. Sans trop entrer dans les détails, elle lui expliqua qu’elle était une sorte de chasseuse de prime travaillant pour une « certaine » organisation. Mais Ryleh était trop faible aussi, il fallu attendre plusieurs jours avant qu’il ne puisse enfin comprendre de quoi il retournait, c'est-à-dire : de guerre et de conquêtes, encore et toujours, inlassablement. Quoi qu’il en soit, même si il refusa de l’avouer, Le dormant fut tout de même reconnaissant d’avoir été libéré de cette machine qu’il jugeait à présent comme la pire des prisons. Il fut donc à l’écoute de la chasseuse de prime même si, de fait, il ne lui fit aucune promesse. Elle lui parla de Tyr et de ses dangers puis plus succinctement, des enjeux du conflit qui y régnait. Finalement, elle évoqua de manière subtile son appartenance au pacte de la lune rouge et lui proposa tout bonnement de le rejoindre.

Et voilà, point besoin d’en rajouter. Quelques semaines plus tard, Ryleh faisait le grand saut destination Tyr et il fallait le voir, ce grand gaillard ! De son sommeil d’une décade, il avait gardé ses longs cheveux et sa barbe blanche interminable…le temps avait fait son œuvre semblait-il. Un nouveau monde s’offrait à lui et pour le meilleur ou pour le pire, il avait choisi son camp. Mais avait-il réellement envie de servir le pacte ? Effectivement, cette organisation secrète semblait correspondre « grossièrement » à sa propre idéologie toute versatilisienne mais …et si ? Et s’il s’était trompé ? Et si, ici aussi, il se bornait à reproduire ses propres erreurs d’entant ?

Aujourd’hui, un peu plus de trois mois se sont écoulé depuis son arrivé sur Tyr et comme à son habitude, Ryleh s’est très vite adapté au système, à la mode et aux coutumes locales. Il travaille à temps complet pour le pacte s’efforçant de dissimuler ses doutes lorsque ceux-ci refont surface. Quoi qu’il en soit, cela n’empêche que parfois lorsqu’il observe son reflet dans le miroir, un frémissement le parcours lorsqu’il croit revoir, l’espace d’un moment, l’image de son défunt père, qui l’observe, en lieu et place de la sienne.

*** FIN ***
Revenir en haut Aller en bas

- Très surfait - PATATE royale avariée

avatar

Signalement : Fragment de l'Etrange, 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.Élégant en noir, porte toujours des gants. Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie. Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.


MessageSujet: Re: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   05.10.08 13:36

Welcome !

C'est une fiche très imaginative qui aurait pu poser quelques problèmes mais au final, ça colle plutôt bien. Par contre, autant de voyages dimensionnels, je doute que Ryleh ait un jour la chance de retrouver un portail pour partir de Tyr.

Il y a quelques fautes de grammaire, mais bon qui n'en fait pas Rolling Eyes

Décidément, les viols d'enfant sont une triste réalité, Sasha se serait bien entendu avec Caleb. Quoiqu'en fait ... non. Bref !

Fiche validée !
Et bon jeu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   05.10.08 18:44

Merci beaucoup, ça a été rapide en plus !

Je n'ai pas encore lu la fiche de Caleb par contre, à vue de nez comme ça, je doute effectivement que Sasha se soit entendu avec lui...ou alors de manière plutôt malsaine.

Ah, la violence de nos jours Rolling Eyes Disons simplement qu'entre saloperie de psychopathes, les chances de subir des sévices sont davantage monnaie courante. Paradoxalement, puisqu'en général ils savent à quoi s'attendre les uns des autres, eux mêmes n'étant point des enfants de cœur, disons que ça choques moins les consciences. Oups, j'ai dis le mot conscience?

Bref, Ryleh n'est pas dupe. Et quoi, se faire trucider de manière dégueulasse? Bah, ça fait partie des risques du métier, c'est des choses qui arrivent.

En ce qui concerne un éventuel départ de Tyr, il n'espère pas grand chose. Ses précédents voyages avaient tout du coup de bol, Ryleh est opportuniste, il s'adapte rapidement aux changements, qu'ils soient positifs ou non. C'est le genre de gars qui constate les dégâts, évalue la situation puis prend une décision sans faire de fioritures.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ryleh Vodnìk dit "Le dormant"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Brezilyen fòme yon "Brigad Desalin" pou ede peyizan ayisyen plante.
» Le" j'accuse "de Fidel par Vernet Larose
» "little kiki", you represent the future of haiti !!!!!
» Une "mi-temps" ?
» " PRESSE TELEGUIDE" BRAVO!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit