AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

La radio de vos rêves

avatar

Signalement : Cheveux blancs, mèche noire. Os de verre.


MessageSujet: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    13.08.12 22:30

I. Identité Yann Cochrane

Nom & Prénom : Yann Allison Cochrane
Surnom : Blanche-Neige
Sexe : Incontestablement une fille.
Age : 25 ans et toutes mes dents
Race : Hûme évolus
Idéologie : Pas vraiment de définie pour le moment
Métier : Radio pirate


II. Conscience du monde et magie

Connaissance des extra-tyrestres : Non, je n'en ai aucunement conscience. Mais eux, sont-ils conscients qu'ils sont parmi nous ?
Connaissance des vampires : Les vampires ? Vous plaisantez, ils sont morts, morts et remords
Conscience : Éveillée
Technique : Rough
Spécialisation : Si je le décide, un objet que je touche peut se mettre à émettre comme une radio. Une fois, au restaurant, j'ai entrevu Caleb Mancuso. J'ai essayé de l'impressionner en faisant "émettre" le premier objet qui me tomba sous la main. Avec du recul, je me rends compte qu'une fourchette où trônait fièrement le reliquat d'une saucisse en train de jouer de la musique ne produit pas le meilleur effet. J'espère qu'il a oublié depuis.

III. Allure générale

Description physique & morale :
Physique : les regards ne glissent pas sur moi comme l'eau sur les plumes d'un canard. Au contraire, j'ai le sentiment que mon physique les retient. Du moins, la partie visible de l'iceberg. Autant briser la glace tout de suite, il s'agit de mes cheveux blancs et de cette ironique mèche brune trônant comme un guano sur un vêtement neuf. On me dit souvent que le reste de mon anatomie ne cadre pas avec mes cheveux. Ou pour dire les choses plus simplement : pour une vieille, j'ai l'air très jeune. Et je le suis. On me dit que mes traits sont plutôt doux. Des pommettes hautes, des yeux d'une couleur indécise variant au gré de la lumière et de l'angle selon lequel on les croise, des sourcils en accent presque circonflexe me donnant souvent l'air étonné. Je souris assez souvent. Autrement, pour ce qui est de la taille et du poids, je suis dans la moyenne. J'aime les beaux vêtements plutôt confortables. De préférence ceux imaginés par Leelee Fairchild. Mais le principal critère est qu'il doivent cacher mon armure : genouillères, coudières, protège-tibias. Je porte aussi de grosses chaussures au cas où un maladroit aurait la mauvaise idée de me marcher sur les pieds.
En parlant de la partie invisible de l'iceberg, celle qui plus que l'autre compose ma vie, je souffre d'une maladie rare mais assez handicapante : mes os sont plus fragiles que du verre.
Chez moi, j'aime m'habiller de manière très confortable. Pyjama chaud et charentaises. Mais chut, ne dites rien à mes auditeurs. Sinon, mon taux d'audience risque de baisser en flèche.

Description morale : à première vue, on peut penser que je suis froide et hautaine. Cela parce que je me dérobe à tout contact physique. Serrez-moi dans la main ou pire encore, prenez-moi dans vos bras et vous me casseriez au sens propre du terme. Et cela ferait désordre, croyez-moi. Quand l'on me connaît mieux et que l'on me pardonne mes travers de malotrue associable, on s'apercoit que j'aime la vie. J'aime discuter. Et c'est d'ailleurs pour cela que je noircis cette fiche de mes mots. J'aime aussi la bonne chère, je fréquente assidûment le restaurant chez Charlotte. A l'inverse de ma poitrine, je suis assez généreuse. Régulièrement, je fais des dons qui font marcher l'industrie des ex voto. Beaucoup de plaques me remercient. Et je les remercie pour la postérité. Mais ce que je préfère, c'est rire. Et bien sûr, écouter la radio. Et par dessus tout, mais cela doit rester secret, toutes les nuits, j'aime animer ma radio interlope.

Avec les autres, j'ai beaucoup de mal à m'attacher, je suis assez méfiante. Il faut dire que je suis une sorte de "curiosité richissime", ce qui me rend attirante mais pas souvent pour les bonnes raisons.

Je ne bois jamais : on trébuche souvent quand on est éméché. Et moi ... Un jour, je danserai sur les tables, si je suis sure que vous me rattrapez.


IV. Précisions supplémentaires

Style de combat : Je ne me bats jamais. Cela risquerait d'avoir des conséquences catastrophiques. La dernière fois que j'ai voulu gifler quelqu'un, je me suis brisé la main.
Talents particuliers : C'est une bonne animatrice, assez polyvalente.
Signes particuliers : Cheveux blancs, os de verre. A la tête d'une petite fortune. Et j'anime cette petite radio qui rend Monsieur Lemaire rouge de colère.
Pour m'aider dans la vie quotidienne, je suis aidée par une femme de ménage (aux multiples fonctions) dévouée, qui m'appelle toujours "ma pauvre petite âme". Bon, tant que ce n'est pas "mon pauvre petit âne" ou un truc tordu de ce genre.
Chez moi, tous les meubles sont arrondis, et plutôt mous. On ne sait jamais.
Mon studio d'enregistrement est accessible par un mur dérobé, au fin fond de ma bibliothèque. L'entrée et son existence ne sont connus que de moi, et de moi seule.

Liens éventuels :
Elle fréquente la boutique de Leelee Fairchild avec assiduité, elle est amoureuse de Caleb Mancuso et fera tout pour se trouver dans son sillage, elle soupçonne Kieran Lumley d'être la grand mère psychopathe.



V. Histoire

Je suis une enfant de vieux, native de Secaria. A ma naissance, ils avaient déjà 120 ans à eux deux. Peut-être, si j'avais été un garçon aurais-je porté une barbe blanche. Certains me décriront comme un petit miracle, d'autres comme une calamité, et d'autres comme une aberration. A ma naissance, je naquis strictement chauve. Mais ce fut bien le cadet des soucis de mes parents. Mon premier cri fut un cri de souffrance. Et pour cause, l'accouchement avait rompu une bonne majorité de mes os. Aussi passais-je les premiers mois de ma vie dans un immense plâtre. Mais il paraît que je fus un bébé très gentil. Du moins, c'est ce que me racontait sans cesse ma mère. La votre en aurait-elle fait autrement ? Non, je présume.

J'eus une enfance assez statique et quelques difficultés pour apprendre à marcher. Cette menace de fractures permanente avait découragé mes velléités de courir et autres imprudences de ce genre. A la place, j'écoutais a radio. Je goûtais avec joie au plaisir des rediffusions théâtrales, des retransmissions de concerts, des informations, des plages culturelles. Tout cela devint mon échappatoire, et très vite mon monde entier. Et contrairement à ce que l'on peut penser, j'eus une enfance très heureuse.

Ce n'est qu'au décès de mon père à l'âge avancé de 80 ans - ma mère étant partie plus tôt - que j'appris que j'étais assez riche. Je m'en préoccupai peu. Que pouvais-je faire de ce pécule qui tombait à présent sur mes bras fragiles ? Je me dépêchai d'en placer une bonne partie. Je consacrai l'autre à des menus plaisirs, notamment à l'acquisition d'un poste de radio dernier cri.

Je rencontrai du monde, aussi, lorsque je me décidai à sortir ou à organiser des galas de charité.
C'est au cours d'un dîner de bienséance que je rencontrai Percy. Un jeune homme tout à fait charmant. Pas snob comme les autres, et il me faisait rire. Je l'aimais, voila tout. Et, contrairement à quelques autres prétendants, il comprenait très bien le fait que je me dérobe au contact physique.
Nous aurions dû nous marier, adopter des enfants.

Mais une nuit, celui-ci descendit aider une vieille dame qui avait l'air perdu. Mal lui en prit. Cette furie, saisissant un couteau de boucher le tua sous mes yeux. Terrorisée, j'assistai au meurtre sans pouvoir agir. L'espace de quelque instants, je vis que le bibi à voilettes cachait des cheveux blonds ainsi qu'un beau visage juvénile. Le lendemain, lorsque je me réveillai, mes cheveux étaient devenus blancs excepté une mèche récalcitrante ne pouvant se résoudre à la fatalité.

Je restai des jours muette et solitaire. J'avais besoin de réfléchir. D'autant que le visage de l'assassin me disait quelque chose. Une personne de l'entourage du maire. Cet instant fut un véritable choc qui cette fois manqua me briser le cœur. Incrédule, je me mis à regarder Secaria d'un oeil neuf ... Le maire ... Cette dictature tacite et abjecte à laquelle peu se dérobaient. Cette prison dorée. Et tous ces gens soumis sous sa férule.

Alors, je voulus hurler, dénoncer, et surtout qu'ils m'écoutent. Et c'est une nouvelle fois dans la radio que je trouvais un échappatoire. Car au lieu d'auditrice passive, je devins émettrice. La sirène de la radio interlope.
Une grande partie de mon argent - ne vous inquiétez pas, il en reste encore assez pour contenter mon banquier - passa dans l'acquisition d'un studio d'enregistrement. Bien sûr, j'en fis l'acquisition doucement et de manière anonyme par des sentiers ma foi peu conventionnels - si j'ai des os de verre, ce n'est pas le cas de mon cerveau. Et tous les soirs, vous pouvez m'écouter. Il vous suffit de trouver la fréquence.

Alors, pour une fois dans ma vie, j'appris la désobéissance. Et je me mis à fréquenter la vie interlope et surtout, tous ce que Monsieur Lemaire méprisait, combattait ou laissait de coté. Je fréquentai alors les petits, les malfrats, la pègre locale, quelques paumés. Ils devinrent pour moi des indics, me donnant souvent de nouvelles rumeurs pour alimenter mes rubriques. C'est par ce biais interlope que je croisai - mais j'ignore s'il se souvient de moi- Caleb Mancuso. Et, alors que mon cœur se ressoudait à peine, je tombai amoureuse. Bien sûr, je continuai à donner le change et laissai mon personnage public vivre son ancienne vie. Réception, galas, quelques rencontres, mis à part que le soir, vous me retrouverez sur la radio. Et il ne vous viendra jamais à l'idée que cette "Blanche-neige" que vous pourriez croiser au hasard de vos rues, c'est celle à qui vous êtes toujours à prêter votre oreille.

J'accompagnerai votre nuit. Vous pourrez me contacter au fil de mes émissions. Il y a même une émission coquine. Je vous tiendrai compagnie. Je vous écouterai et vous soutiendrai, vous porterai sur mes épaules même si elles sont déjà si petites.

Alors, s'il vous plait, prêtez-moi quelque temps votre oreille ...

Vous écoutez trop la radio, bonsoir.



Dernière édition par Yann Cochrane le 30.08.12 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

~Et encore un schizo sur le forum.~

avatar

Signalement : L'autre main du Destin (probablement la gauche) Compte PNJ réservé à la validation des fiches. NE PAS MP.


MessageSujet: Re: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    15.08.12 11:42

Spoiler:
 

Ce topic vous servira à la fois d'étendard, comme de journal intime ou fourre-tout, tant que cela concerne Yann.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La radio de vos rêves

avatar

Signalement : Cheveux blancs, mèche noire. Os de verre.


MessageSujet: Re: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    15.08.12 21:46

Première émission de radio

Bonsoir, ou plutôt bonne nuit à vous qui m'écoutez. Vous êtes sur la radio interlope et j'en suis sa ... sirène. Vous ne savez pas qui je suis et ne le trouverez jamais. Peut-être ne suis-je qu'une voix ? Ou le produit de votre imagination ... Peut-être suis-je moi même en train de rêver que je vous parle. Dans tous les cas, ce petit tremblement que vous entendez peut-être est le produit d'une émotion sincère : c'est ma première émission.

Si vous m'entendez en ce moment, c'est que vous ne dormez pas. Quelque chose vous a-t-il tiré de vos rêves ou simplement vous empêche de fermer vos paupières ? Pourquoi n'écoutez-vous pas radio secaria ? Pour la même raison que vous avez ramassé ces étranges petits papiers imprimés portant ces numéros étranges et une mention vague d'une autre radio ? Entendre Monsieur Lemaire vous susurrer à l'oreille que les monstres n'existent pas dans notre bonne ville ne vous rassure plus ? Peut-être qu'en regardant sous votre lit y trouverez-vous Monsieur Lemaire lui-même. Et Monsieur Lemaire y trouvera le beau Monsieur Mancuso, qui est l'une de ses plus grandes craintes. C'est à vous même de répondre à ces questions. Pour ma part, ce n'est pas sous mon lit que j'aimerai l'avoir, mais plutôt dedans. Et je ne parle pas de Monsieur Lemaire.

Je ne suis que sirène et cette longue nuit de veille, si vous le voulez bien, je la passerai avec vous ..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La radio de vos rêves

avatar

Signalement : Cheveux blancs, mèche noire. Os de verre.


MessageSujet: Re: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    21.08.12 22:06

"Aujourd'hui, je ne m'adresse plus à mes semblables. Mais plutôt à toi, celui ou celle qui semble tout régir. Toi qui rassembles tous les êtres, tous les mondes et tous les temps. S'il nous est encore permis de te demander quelque chose, à toi qui n'existe peut-être pas. Pourras-tu nous regarder, nous, et toutes nos erreurs ? Si tu nous as donné un coeur, ce n'est pas pour haïr, et si tu nous as donné des mains, elles ne sont pas faites pour nous égorger. Fais en sorte que nous nous aidions tous à supporter cette vie courte et si aléatoire. Que toutes les différences entre nos vêtements, nos langages, nos appartenances étatiques et même nos opinions erratiques si importantes à nos yeux mais si dérisoires ; que toutes ces nuances ne soient pas des signaux de haine, de violence et de persécution. Que ceux qui pensent que Monsieur Lemaire est le remède au chaos tolèrent ceux qui pensent qu'il l'incarne, que ceux qui pensent qu'il n'y a pas de liberté sans contrainte acceptent ceux qui préfèrent l'anarchie. Que ceux qui dominent sur une petite parcelle entourée de brouillard de ce monde et qui possèdent quelques petits papiers doux au toucher dont la multiplication leur assure une plus douce vie en jouissent sans s'en enorgueillir et que les autres les voient sans crainte ni envie.

Puissent les hommes se rappeler qu'ils sont frères. Qu'ils haïssent la tyrannie autant que le brouillard et le froid sur leurs os. Si certains affrontements sont inévitables, ne nous haïssons pas, et employons nous plutôt, de toutes les façons, à bénir la joie de pouvoir vivre encore chaque instant ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La radio de vos rêves

avatar

Signalement : Cheveux blancs, mèche noire. Os de verre.


MessageSujet: Re: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    30.08.12 20:55

"Bonsoir, vous c'est de nouveau la sirène de la radio interlope,
j'ai comme l'impression que vous n'arrivez toujours pas à dormir. Ou est-ce votre démon de minuit qui vous a soufflé d'allumer la radio. Dans ce cas là, souhaitez-lui bonne nuit de ma part et allez vous coucher ...

Quoi, vous êtes encore là ? C'est étrange, depuis quelque temps, je vous imagine, vous mes chers auditeurs suspendus à mon filet de voix.

Peut-être êtes vous angoissés, ou peut-être tristes à cette heure où les lampes maladives remplacent la lumière du soleil. Il sera là demain, rassurez-vous. Mais vous ?

Peut-être n'osez-vous plus vous regarder dans une glace car la personne que vous croisez tous les matins en arrangeant votre coiffure ou en vous délestant de quelques poils superflus. Vous ne savez plus quoi penser. Peut-être avez-vous l'habitude que l'on pense à votre place. Voila qui est peut-être plus facile.

Regardez-vous encore. Faites-vous face. Peut-être voyez-vous monsieur Lemaire en filigrane. Peut-être avez-vous peur de voir les ficelles accrochées à vos chevilles et vos poignets et qu'il manipule. Peut-être avez-vous peur de voir ses membres entravés par d'autres ficelles. Je ne saurai vous répondre.

La réponse n'appartient qu'à vous ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope    

Revenir en haut Aller en bas
 

Yann Cochrane : la sirène de la radio interlope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Radio Minustah disponible sur Internet sur "minustah.or
» UNE PROVOCATION DE RADIO METROPOLE
» Raymond Piquion Pitit Kay animateur original de la radio Capoise est parti
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Le Sénat menacé d’autodissolution [Radio Kiskeya]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit