AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Valse des Arcanes Métalliques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Valse des Arcanes Métalliques.   16.08.12 5:19

Valse des Arcanes Métalliques.


♦ Suite de : Dents dantesques enrouées.
♦ Priorité à : Adam.




Le doyen de la loge de l'araignée était sans doute un savant un peu excentrique et une personnalité hors norme dans la haute-société tyrienne ; cependant cette forme de chaos non-maitrisée qui régnait dans le restaurant ne convenait pas à sa vitesse de pensée. L'ensemble formait une harmonie discordante qui hérissait jusqu’au moindre poil de l'arcanotechnicien. Ce n'était pas tolérable. Le chaos était instrument comme un autre : Une technologie des plus versatiles et dangereuses certes, mais une technologie avant tout.

Il valait donc mieux quitter présentement les lieux afin de sortir du champ d'influence de la cuisinière en colère. Magna Vaure pris rapidement une décision :

- "Cher Adam, étant que je sais votre peu de goût pour ce genre d'endroits ; si je me faisais pardonner de cette invitation en vous conviant à finir ce thé en des lieux plus propice à l'échange scientifique. Nous pourrions échanger autour de nos collections de lames respectives ?" proposa t'il avec un sourire.

- "Si tant que cela vous intéresse, ma voiture nous attend au dehors. Nous pouvons même passer chercher certains éléments de votre propre collection." ajouta le scientifique.

[...]

En vérité, la voiture de Magna n'était nul autre que la fameuse calèche arcanique dans sa deuxième version. Comme vous le savez désormais, c'était une calèche à vapeur automatisée par les secrets de la fameuse divine ingénierie arcanotechnologique de pointe. Si la calèche en soit ne semblait rien avoir d'exceptionnel au premier abord (de nombreux systèmes y sont toutefois dissimulés), son cheval avait de quoi inquiéter le chaland. Il s'agissait d'une machine humanoïde de taille respectable qui ressemblait esthétiquement au croisement saugrenu d'un insecte et d'un minotaure.
Cet hybride mécanique par son allure générale, la fumée qui en sortait et la lueur rougeoyante qui habitait ses yeux ressemblait à un démon sorti droit de l'enfer. Si Magna avait eu connaissance de la réalité de ce dernier ; nul doute qu'il aurait pu faire fortune en vendant cette voiture aux entités avides de luxe qui y résidaient.

Luxe, en dépit de son apparence extérieure, la calèche avait été conçu comme un cocon douillet et confortable capable de faire endurer une longue traversée à ses occupants. La calèche fonctionnait avec une source d'énergie autonome que Magna refusait de montrer. Il répétait avec plaisir que le plus dur eu été de construire une machine qui connaissent le code de la route et non pas le seul fait de pouvoir l'alimenter sans chaudière apparente. C'était cela le miracle de l'arcanotechnologie pratiquée par la loge de l'araignée...

[...]


La calèche progressa dans les rues au rythme d'un son qui n'était pas sans rappeler le bruit d'un cheval. Une fine bruine tombait, mais elle ne parvenait pas à chasser l'épais brouillard sécarien. Le véhicule pris un virage serré pour se retrouver devant deux murs de pierres couverts de vigne vierge et surmontée de piques acérées qui encadraient un épais portail de pièces de fer puddlé et d'autres forgées. Le milieu du portail portait une gravure étrange : Des araignées géantes chassant le Tyr-ex lespurien. A l'approche de la calèche le portail s'ouvrit tout seul. Rien de sorcier expliquait le propriétaire :

- "Deux vérins hydrauliques connecté à un système de commande relié au générateur... Un minimaliste aurait pu le faire les yeux bandés." dit-il en plaisantant.

Une fois passé le lourd portail de métal, celui-ci se ferma tout seul derrière le petit cortège. Le Clos de l'Araignée était un grand jardin au centre duquel trônait la demeure de Magna. Il s'agissait d'une vieille demeure de Sécaria, construite pour le personnel dirigeant à l'époque où c'était une base militaro-scientifique avancée que Magna avait racheté, agrandi et modernisé selon certains dogmes de l'Académie, mais aussi dans le style lespurien pour la taille et les décorations. Comme le portail, les portes du Clos n'étaient pas en bois, mais en fer puddlé gravé de fresques arachnéennes et d'images abstraites évoquant l'Académie sans que l'on sache vraiment comment l'expliquer.

- "Et voila, nous y sommes cher confrère ! mon petit chez-moi. Permettez-moi de vous souhaiter la Bienvenue en ces lieux !" dit-il d'un ton parfaitement honnête, modeste et ravi.

Magna ouvrit la porte de la calèche et laissa son invité descendre en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sadicomaso-chiche

avatar

Signalement : Grande perche de 1m90 toute en maigreur, membres trop longs, cheveux bruns peu disciplinés, yeux bruns, visage osseux mais souriant, air pas méchant, un peu à côté de la plaque, vêtements bien taillés


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   19.09.12 12:11

Adam Zolnerowich le cachait bien, mais sous des dehors calmes et affables, il avait sa fierté, voire même son orgueil. Et là, malgré les démentis polis de son hôte, il avait un peu l'impression d'être passé pour un abruti, ce qui ne l'enchantait pas plus que quiconque.

Les bras croisés, sa grande silhouette ramassée dans un coin de la calèche d'un air un peu boudeur, il était resté pratiquement muet pendant tout le trajet, laissant une fois de plus à Magna le loisir de meubler le silence. C'était d'autant plus dommage qu'en temps normal Adam aurait été ravi de se voir décrire par le menu toute l'infinie complexité de la calèche automatique, mais là, il n'était pas d'humeur : il venait de ravager la cuisine d'un grand restaurant d'une manière aussi stupide que maladroite, et sans même parler de l'humiliation qu'il ressentait à titre personnel, il ne pouvait s'empêcher d'anticiper le savon que lui passerait Suzanne lorsqu'il rentrerait à la maison – et si cela se savait, et comment allaient-ils tout rembourser, et leur réputation, leurs finances... Adam s'était même fait la réflexion abrupte que, par moments, il détestait son épouse, avant de se rétracter avec une sorte de surprise blessée, honteux d'avoir pu formuler une telle chose même si ce n'était que dans le secret de ses pensées : Suzanne n'y était pour rien s'il faisait n'importe quoi depuis quelques temps, et c'était lâche et mesquin de rejeter la faute sur elle. Décidément, il ne se reconnaissait plus.

Puis, voyant que la calèche avait abordé les larges rues pavées du plus riche quartier de Secaria et qu'ils approchaient de leur destination, Adam s'était obligé à reporter son attention sur le pauvre Magna, qui s'efforçait toujours de le mettre à l'aise en lui rappelant sa proposition de parler escrime. Touché par cette délicatesse, qu'il n'attendait pas d'un homme avec une réputation aussi sulfureuse, Adam avait souri pour la première fois depuis qu'ils avaient quitté le salon de thé :

"Je suis toujours d'accord pour parler art de la lame, Magna. Mais je vous en prie, ne vous embarrassez pas à faire un détour par chez moi : je n'y garde que de vieilles épées sans valeur autre qu'affective. La seule qui vaille la peine que l'on s'y attarde ne me quitte pas."

Il avait désigné sa canne avec une affection perceptible, mais sans expliquer ce qui la différenciait des ornementations clinquantes et inutiles qu'arboraient tous les bourgeois de la ville, visiblement désireux de garder cela pour plus tard. Il s'était par contre fait une joie de relancer la conversation sur la calèche automatique, amusé du mystère que Magna entretenait autour de sa source d'alimentation : s'il y avait un domaine dans lequel les Arcanos étaient particulièrement individualistes et paranoïaques, c'était celui de l'énergie. Sans elle, la plus grandiose des inventions n'était qu'un tas de ferraille inutile, et depuis les minimalistes qui ne juraient que par le « tout tangible » jusqu'aux arachnotechniciens ou aux surréalistes dont les créations étaient bien trop complexes pour être animées par la seule magie de leur concepteur, chaque Académicien avait sa technique, son truc, voire son secret pour alimenter ses créations. C'en était si systématique que le sujet relevait de la blague sibylline entre Arcanos, et Adam éprouvait un réconfort presque absurde à voir Magna déjouer ses tentatives pour deviner la solution que ce dernier avait trouvée pour sa calèche.

Sans doute parce que lorsque Arthur était mort, Adam avait réalisé qu'il ne lui restait plus personne pour s'amuser à ce genre de jeu avec lui.

Il finirent enfin par passer le vaste portail qui marquait l'entrée du domaine de Magna, et Adam s'approcha de la fenêtre avec intérêt : il n'avait encore jamais mis les pieds dans le fameux Clos de l'Araignée. Ce qui n'avait rien de très étonnant, quand on savait qu'il ne rendait visite à ses confrères pratiquement que quand ceux-ci organisaient des réceptions auxquelles sa tendre épouse se faisait un devoir de le traîner, et que Magna partageait apparemment son aversion pour ce genre de parade grotesque.

Encore que, à voir la taille de sa demeure et de ses dépendances, il aurait pu organiser une demi-douzaine de ces fêtes en même temps sans être obligé de croiser un seul invité.

"Eh bien, on peut dire que vous aimez voir les choses en grand."

Adam descendit de la calèche en essayant de maquiller un peu son expression effarée, histoire de ne pas trop ressembler à un pauvre miséreux tout juste sorti de son faubourg : il avait appris à côtoyer la richesse, il avait même appris à accepter la sienne, mais en comparaison du beau et noble manoir drapé de vert dans lequel vivait Magna, la propriété pourtant honorable des Zolnerowich faisait figure d'humble cabane de vacances.

L'Arcano releva le bord de son chapeau pour admirer la cime des arbres – des arbres ! – qui poussaient dans le grand jardin, puis il baissa les yeux pour contempler le reste des plantations. Il mit plusieurs secondes avant de réaliser que c'était la première fois qu'il voyait de la pelouse à Secaria.

Renonçant à s'étonner davantage, Adam prit la direction de l'entrée du manoir comme son hôte l'invitait à le faire. Il marqua néanmoins un nouvel arrêt à hauteur de la tête de l'étrange animal de métal attelé à l'avant de la calèche pour l'examiner d'un peu plus près. Guettant un éventuel refus de la part de Magna, il retira le gant de sa main droite avant de laisser ses longs doigts frôler les circonvolutions du métal, goûtant d'un air appréciateur aux frémissements cuivrés de la subtile magie qui les nimbaient comme de l'électricité statique.

"C'est du beau travail. Du très beau travail. J'aime particulièrement les nœuds arcans que vous avez inclus dans les articulations pour décupler leur puissance, ils sont d'une si délicate complexité... rien qu'au toucher, on dirait de véritables toiles d'araignée."

Puis il se redressa et posa la main sur la tête de la gargouille, avant d'adresser un sourire taquin à Magna :

"Mais vous auriez pu faire un effort sur le design, tout de même : avec une machinerie aussi exquise, une figure un peu plus poétique et sympathique que cette bestiole n'aurait pas fait de mal."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   27.10.12 6:55

[Ralalala cette histoire de noeud va me pousser à faire un un nouveau cours sur Adosa'Rad... Où as-tu trouvé cette idée de noeud ? Zack Je ne l'avais pas dans ma tête jusqu'ici moi pourtant je connais bien l'univers du forum scratch .]

Magna Vaure ne répondit pas à la remarque d'Adam sur sa mégalomanie latente. Après tout "Magna" n'était qu'un surnom en tant que tel, un pseudonyme que le scientifique avait hérité de son côté grandiloquent. Le pire était que c'était involontaire voire inconscient de sa part. N'étant pas vraiment matérialiste en tant que tel, Magna n'avait pas vraiment idée de la richesse des choses. Pour lui, cette demeure était une arme, comme tout le reste.

Il fut plus content que son collègue s'intéresse à son travail. Les gens qui avaient les moyens intellectuels d'appréhender la qualité de ses ouvrages n'étaient pas nombreux à Sécaria. Cela faisait plaisir de pouvoir discuter science avec quelqu'un d'autre que soi-même ou des notables qui n'y entendait rien.

- "Si la chose vous intéresse... Je peux au moins vous revéler un secret concernant ce que les gens voients comme l'art de ma loge, cher collègue..." dit-il sur le ton si conspirateur qu'on aurait pu croire qu'il projetait d'assasiner le président dans l'heure ou qu'il comptait prendre la place du maire à la tête de la Lune Rouge.

- "La Diap de l'Araignée... La Divine Ingénierie Arcanotechnologique de Pointe, expression qui est à l'origine une moquerie de la loge de l'étoile, notre force, procède avant tout d'un handicap..." avoua le scientifique.

Il se rapprocha de la monture et posa paternellement la main sur ce qui aurait été sa tête si la chose avait été vivante. Elle sembla d'ailleurs presque frémir de plaisir sous la main de son créateur.

- "Pour une raison qui échappe encore aux connaissances de ce monde, ma science n'a rien de puissante" commença Magna. "Oh bien sur, son intensité brille comme un astre quand vous la regardez avec un oeil d'arcanotechnicien. Cependant, l'énergie arcanique qui est produite est irrémédiablement concentrée comme si je l'avais serrée dans mon poing. Quand bien même je possède une aura puissante aux yeux des sorciers païens qui croient que leur magie est autre chose qu'un simple phénonème physique et possède une volonté propre, ma science possède une capacité de diffusion totalement nulle. Je vous épargnerai le bon mot qui consisterait à en souligner le paradoxe quand on connait leur succès scientifique et commercial..."

Sa petite autodérision le fit sourire. Toutefois, il n'en avait pas finit des explications : Après tout, il n'avait fait que constater ce que n'importe quelle scientifique aurait pu voir. Du point de vue de l'énergie, les inventions de Magna paraissaient toujours lisses et sans bavures là où on avait l'impression que d'autres arcanos arrachaient l'énergie du monde pour l'enfermer dans leurs créations. C'était ce qui faisait en partie sa réputation dans le milieu scientifique. L'hôte de ces lieux décida d'en révéler davantage à propos de sa machine et revint tout naturellement vers le détail que son invité avait remarqué.

- "Cher Adam, vous avez un oeil d'esthète. Ce qui vous apparait comme un noeud arcan est un secret bien gardé de ma loge. Le noeud arcan est une pratique courante des arachnos. Mais c'est normal, nous plaçons la maîtrise de ce procédé en amont de notre pédagogie. Après tout ce ne sont que de simples noeuds formés à partir de l'éther qui consiste à faire que deux systèmes fonctionnent bien ensemble sans réelle connexion... Bien que la technique soit difficile à maitriser, un arcano capable de créer au moins deux systèmes doit être capable de les nouer."

Ce qui Magna résumait simplement était à la base des fondements scientifiques de la loge de l'araignée qui se servait de cette technique pour imbriquer plusieurs systèmes arcaniques au sein d'un même objet et les faire fonctionner de concert. La loge de l'araignée était connue du milieu scientifique pour cette technique. Si bien qu'on la caricaturait souvent en dessinant un scientifique qui reliait deux engrenages avec une ficelle plutôt que de les imbriquer ensemble. Et sur un plan métaphorique ce n'était totalement faux... Si vous deviez transposer cette philosophie sur Terre, il faudrait en revenir aux travaux de Carl Friedrich Gauss et plus généralement à la théorie des noeuds, à la topologie et à l’électromagnétisme...

Parmi les avantages notables de cette technique, il y avait le fait que le noeud arcan est un dispositif qui génère une énergie propre à cause du frottement des deux systèmes. De fait, cette énergie maintient l'invention en état de marche durant un temps beaucoup plus long que l'arcanotechnologie classique et à l'aide d'un dispositif techie extrêmement sommaire, il est même possible de convertir cette énergie magique en énergie physique utilisée par la machine. Expliqué avec la technique des noeuds arcans, une invention comme un dispositif acreage n'était qu'un simple noeud arcan avec un système de dissipation de l'énergie.
Toutefois ici, un simple noeud arcan n'aurait jamais eu la force arcanique et l'endurance pour trainer la calèche et l'ensemble de ses systèmes.

- "Nous nommons cette construction particulière Nodule de Gordias. Le noeud arcan de belle taille que vous avez pu disserner sans mal dans les jambes de la monture dissimule en réalité un phénomène de concrétion arcanique qui prend la forme d'un nodule. Pour faire simple, le nodule résulte d'un noeud de noeud. En produisant simultanément trois noeuds arcans gansés possédant le même point dit de dormant, les ganses fusionnent par un processus de magnétisme arcanique. Ce n'est ni plus ni moins que se servir des autres noeuds comme entrave, sans pour autant annuler les bénéfices. Ainsi ce qui aurait du produire trois phénomènes éphémères créé un lien parmi les plus solides. Il est bien plus facile de libérer deux engrenages relié par une corde, que deux engrenages reliés par une corde tressée. Le plus dur dans l'opération et ce que les étudiants mettent du temps à comprendre, c'est : Comment faire trois noeuds à la fois, si vous n'avez que deux mains ?"

L'explication de Magna pouvait expliquer l'alimentation de la monture. Toutefois, elle ne pouvait satisfaire à la question de l'alimentation pour toute la calèche. Magna laissa cette dernière question de côté. Pas plus qu'il ne répondit à la question des trois noeuds. Il se contenta simplement d'ajouter enthousiaste :

- "Regardez les noeuds plus attentivement, vous constaterez que les liens qui en partent sont tressés."

Magna ne révéla pas non plus que ses créations si elles n'avaient pas ce visage démoniaque semblaient bien moins marcher que si ils avaient eu l'apparence de petits anges dorés. Ceci n'était qu'une impression qui relevait de la superstition païenne.

- "Pour le design, je ne sais pas. Je dois puiser mon inspiration à d'autres sources que les vôtres... J'avoue que cela n'a pas été ma préoccupation première." conclu-t'il simplement. Mentir sur le sujet n'était pas bien beau, mais Magna ne voulait pas se lancer dans une explication trop ésotérique sur les choix artistiques de ses inventions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sadicomaso-chiche

avatar

Signalement : Grande perche de 1m90 toute en maigreur, membres trop longs, cheveux bruns peu disciplinés, yeux bruns, visage osseux mais souriant, air pas méchant, un peu à côté de la plaque, vêtements bien taillés


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   01.11.12 21:47

Spoiler:
 


Adam écouta avec un vif intérêt les explications de Magna sur la faiblesse constitutionnelle qui existait dans son processus de création arachnotechnologique, mais lorsque l'héritier Vaure se mit à détailler la façon dont il avait contourné le problème en s'aidant des nœuds arcans, l'ingénieur parut véritablement s'illuminer de l'intérieur. Une main toujours posée sur l'épaule de la monture mécanique, il eut un geste aussi avide qu'impatient pour faire comprendre à son collègue qu'il pouvait aller directement là où voulait en venir:

"Je connais la théorie des noeuds, mon cher, peut-être mieux que vous ne le pensez. Oh, loin de moi l'idée d'ôter la primeur de ce savoir à votre loge, qui a largement prouvé son habileté dans le domaine. Mais vous pourriez être surpris des résultats que nous autres surréalistes obtenons en partant de la topologie des ondes arcanes. Rappelez-moi, si j'en ai l'occasion, de vous montrer quelques uns des mécanismes horlogers sur lesquels j'ai travaillé avec mon frère."

Cette fois, même la mention d'Arthur ne vint pas altérer son sourire ou la passion qu'il vouait à cette conversation, et il en ressentit un discret mais profond soulagement. Pas de nostalgie ni de tendresse, par contre: Adam avait à peine la force de nier la disparition de son jumeau, il n'était certainement pas capable de l'accepter.

"Mais je vous en prie, continuez, je vous ai interrompu."

Demande salutaire: Magna lui désigna les jambes de sa création tout en lui expliquant ce qu'était en réalité le noeud arcan qui les actionnait, et pour la toute première fois depuis des semaines, Adam eut un sujet sur lequel il pouvait concentrer chaque infime part de son attention. Ainsi, pendant quelques minutes d'un répit inespéré, à défaut de voir se refermer cette blessure sanguinolente qu'il traînait depuis la mort de son frère, il parvint à l'oublier.

"Trois noeuds?..."

Un murmure incrédule, tandis qu'il s'accroupissait à hauteur des membres postérieurs de la gargouille pour les examiner de plus près. Il tendit la main vers le métal terni par la poussière de la route, et plus qu'il ne vit, plus qu'il ne sentit, il sut les chemins que la magie de Magna empruntait dans cette carcasse inerte pour en faire toute autre chose, un sublime assemblage de minéral et d'étoiles. Il retraça patiemment leur parcours au sein du nodule, puis suivi du regard leur trajet sinueux jusqu'à la chaudière à vapeur installée à l'arrière de la calèche. Ses lèvres esquissèrent en silence quelques équations, avant de lâcher d'une voix sourde:

"Vous avez réussi à inclure un système de tresses à trois... quatre... non, cinq brins. Cinq brins. Dans une structure tridimensionnelle partiellement propulsée par une énergie thermique. Divin Chapter, Magna! Ce... c'est..."

Adam secoua la tête: il n'avait pas de mots pour exprimer ce qu'il décelait dans cette calèche. Il se redressa lentement, presque plus secoué qu'émerveillé, avant de se tourner vers son hôte avec un respect renouvelé:

"Mes propres capacités m'obligent à inclure dans mes créations de nombreuses pièces de cuivre organisées en systèmes indépendants. J'ai l'habitude de manipuler des noeuds arcans, et je pense même avoir une petite idée de la manière dont vous avez obtenu ce fantastique nodule de trois noeuds. Si j'osais, en tant qu'horloger amateur, je me permettrais même de vous faire remarquer qu'en y incluant un quartz placé en résonance avec les frottements de l'appareil, vous obtiendriez un entretien de l'oscillation suffisant pour économiser quelque chose de l'ordre de 17% d'énergie. Mais l'ensemble du montage, Magna, c'est... Je n'avais encore jamais vu de tresse à cinq brins autrement que sur le papier. C'est un travail prodigieux."

Il posa à nouveau la main sur la tête de la gargouille, avec rien moins que de la tendresse, et pour sa propre surprise il se mit à rire:

"Oubliez ma réflexion sur le design, finalement celui-là lui va bien: il est normal qu'elle fasse peur, vu le système monstrueux qu'elle a dans le ventre."

Il passa encore quelques secondes à observer la splendide machinerie, avant de jeter un regard en coin à son collègue:

"Dites-moi mon vieux, vous en avez encore beaucoup des surprises de ce genre?..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   20.11.12 23:33

Magna afficha une mine bougonne. Non pas qu'Adam l'avait vexé. Mais surtout parce qu'il pensait au prix de la matière première qu'il avait du se procurer pour la prochaine version de son invention.

En fait, Magna avait été obligé de commander un diamant pour sa créature : Un cœur cristallin était une très bonne idée en soit. Cependant, le quartz était un choix relativement néfaste... En vérité, le Nodule de Gordias altérait les propriétés chimiques des matériaux... Autrement dit, le point de fusion de la matière se déplaçait vers des températures plus froide. Techniquement, en absorbant la charge de la calèche et les forces des pas de la créature ainsi que les systèmes de guidage et de respect du code de la route, Le quartz fondait au bout de 4 kilomètres... Et qu'importe que vous testiez des variantes cristallines plus ou moins raffinées...

*D'ailleurs, il faut d'emblée exclure la calcédoine et toutes les pierres cryptocristallines... Puisque la capacité d'influer sur les dispersions énergétiques dépend de la capacité de réflexion de la pierre. Quels goûts de luxe ce Nodule...*

Un diamant possédait un point de fusion naturellement plus important de 2000 degrés par rapport à celui du Quartz. Le diamant représentait donc un meilleur choix. Mais Sainte-Académie ! Qu'est-ce que c'était cher pour un seul cailloux ! Il ne montra rien de se ses réflexions, laissant son invité marquer un point.

- "Hélas... 'Nodule de Gordias avec système de tresse à 5 branches' ne possède un pouvoir effrayant que pour un faible pourcentage de la population... Il fallait bien que mon modeste esprit trouve autre chose... Après tout le marketing traditionnel de notre loge repose d'avantage sur la légère crainte respectueuse et la puissance qu'inspire l'innovation plutôt que sur sa capacité à séduire... C'est une autre forme de charme..." plaisanta le scientifique. De réputation, les arachnotechniciens avaient la réputation d'envoyer du lourd. Là encore Magna instrumentalisait l'une de ses limites comme image de marque plus flatteuse.

L'arcano était content d'avoir quelqu'un qui pourrait saisir toute la véritable mesure de son habitation. La plupart des gens qui entraient chez Magna n'avait pas l'esprit suffisamment ouvert la science pour voir la tanière de l'araignée telle qu'elle était. De manière générale, il ne suffisait pas de vouloir entrer chez un arcano pour pénétrer dans son univers... Il fallait être capable d'en adopter la vision, le paradigme, le rêve...

Magna et Adam étaient deux personnages très différents. Chacun d'eux possédait son propre égo, son origine, sa propre vision de la science, son propre sens de la beauté, et encore plus son propre pouvoir créatif. Cependant, ils pouvaient tous deux raisonner à partir de bases communes. Et de ce langage commun naissait un trésor plus rare que le diamant que Magna voulait encastrer dans sa création. Ce trésor était ce que l'on pouvait considérer comme de la compréhension mutuelle. Et ça quelque soit l'origine, le but ou les méthodes, c'était l'une des choses les plus précieuses qui soit donné à un chercheur. Le paradoxe était que plus vous étiez vu comme bon, plus vous étiez seul.

Une telle occasion de briser la sollitude du sage autour d'une confrontation avec un "confrère de niveau équivalent". Magna sentait dans Adam le potentiel de devenir un héros de sa loge au même titre que lui-même... Mais pour cela, il faudrait qu'il voit ce poste comme un outil de création qui transcende la seule technique pour s'offrir à la science et à Tyr elle-même. Enfin, il fallait vraiment être un membre du Chapter en puissance pour posséder une telle vision des choses.

- "Des surprises ?" demanda Magna étonné. "Ma foi c'est une équation qui n'a que deux inconnues : Ce que je possède réellement et ce que vous vous attendez vraiment à trouver."

*Réfléchissons...*

Magna savait ce qu'il avait chez lui. Là n'était pas la question. Mais de quoi le cerveau d'Adam avait pu s'alimenter ces temps-ci ? Si il avait suivit les derniers évenments à Sécaria, il avait certainement entendu parlé de la performance de Magna en compagnie de Talula au concours d'arcano local d'Haddorine dans Ussidaho. Bien sur, il ne savait pas que c'était Magna, ni quelle était sa commanditaire. Mais il avait surement entendu parler de la rumeur sur le dispositif combinant trois machines technies... Il connait la réputation d'inventeur d'armes de son hôte et a expérimenté les effets de l'Acreage personnellement, ainsi que son goût des systèmes plus ou moins automatisés... Il a pu voir une partie de la mécanique interne de la calèche... Globalement, Adam pouvait déjà s'attendre à beaucoup de choses de la part de l'arachnotechnicien. Heureusement, que certaines des réalisations des plus sensibles de Vaure n'étaient pas entreprosées ici et que d'autres étaient bien cachées...

- "Ma foi, bon plus sérieusement et sans frivolités, je suppose qu'il n'y aurait rien de bien extraordinaire pour un initié..."

C'est d'ailleurs la première foi qu'un esprit aussi éveillé allait poser le pied dans sa maison... Avant de continuer une question émergea de l'ombre pour venir frapper l'esprit de l'inventeur...

*Plutôt que ton degré de surprise... La vraie question serait plutôt : Jusqu'où pourras-tu t'aventurer dans le Clos, Adam ?*

- "Je suppose que nous pouvons rester là à parler science & mystères, ou alors nous pourrions trouver le courage d'entrer ?" demanda Vaure d'un ton joyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sadicomaso-chiche

avatar

Signalement : Grande perche de 1m90 toute en maigreur, membres trop longs, cheveux bruns peu disciplinés, yeux bruns, visage osseux mais souriant, air pas méchant, un peu à côté de la plaque, vêtements bien taillés


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   14.01.13 0:51

Adam répondit à l'invitation de son hôte d'un sourire approbateur. Il accorda une dernière tape à l'encolure de la gargouille, avant de se diriger avec Magna vers l'entrée de la vaste demeure.

Il s'agissait d'une imposante double porte de fer puddlé, ornée de bas reliefs épiques dédiés à la gloire du Saint Etat et de la Grande Académie que Adam trouva aussi impressionnants que peu subtils; quand bien même il aurait lui-même entretenu pour ces deux institutions tyriennes la même passion tumultueuse que Magna (ce qui, rappelons-le, était très loin d'être le cas), il ne lui serait tout simplement jamais venu à l'esprit de l'afficher ainsi sur sa porte d'entrée. Ce témoignage d'enthousiasme féroce était tout à la fois remarquable et un peu inquiétant - et finalement, tout à fait raccord avec la personnalité du propriétaire des lieux.

Néanmoins, si l'ingénieur surréaliste ne fut pas très emballé par la décoration du battant, son dispositif d'ouverture automatique lui tira un sourire ravi.

"Ah, magnifique! Quel type de capteur avez-vous choisi? Sonore? Un détecteur de mouvement? Ou un senseur piézoélectrique dans les marches du perron?"

Curieux de répondre à sa propre question - il penchait pour la dernière de ses propositions, bien qu'en tant qu'expert en positionnement dans l'espace il serait plus volontiers allé vers l'élégance ridiculement complexe d'un radar - Adam s'approcha des montants de la porte. Mais ce qu'il perçut alors, en provenance de l'intérieur du Clos, le poussa à s'arrêter net sur le seuil. Il resta immobile quelques secondes, les yeux dans le vide, avant de se tourner vers son hôte avec un sourire un peu incrédule:

"Eh bien, je vois que quand vous vous lancez dans la domotique, vous ne faites pas les choses à moitié..."

De fait, il y avait de l'arcanotechnologie partout dans ce manoir - absolument partout. Chaque mur, chaque dalle, chaque cloison émettait un infime ronron de magie derrière le couvert des tableaux luxueux et des épais tapis. Nombreux étaient les Arcanos qui amélioraient leur demeure selon leurs compétences (dans ce domaine, Adam et Arthur n'avaient pas été en reste, loin de là), mais encore une fois Magna avait poussé l'expérience à son paroxysme.

Dans l'absolu, cela n'était pas désagréable, bien au contraire: le propriétaire, qui percevait mieux que quiconque les effluves de sa propre magie, s'était de toute évidence arrangé pour que cette omniprésence fût la plus harmonieuse possible, et ce bourdonnement imperceptible à l'oreille qui emplissait le Clos était indéniablement accueillant. Non, ce qui attristait Adam, c'était que tout cet assemblage de technologie habilement dissimulé contenait beaucoup trop de cuivre à son goût: s'il s'éternisait dans ces murs, il risquait de payer cette passionnante visite d'une migraine carabinée.

Cependant, c'était bien la première fois depuis le décès d'Arthur qu'il parvenait à détourner ses pensées de cette atroce semaine qu'il avait passée à Neven, et il échangeait volontiers un peu de cette souffrance de l'âme contre une douleur physique autrement plus facile à gérer. Alors il ne dit rien à son hôte de ce petit bémol et s'engagea dans le hall, ôtant son chapeau pour lever les yeux vers le plafond ouvragé tout en s'appuyant sur sa canne-épée.

"Quand je pense que ma femme m'accuse de trop m'impliquer dans l'aménagement de notre demeure... Je vous connaissais déjà de nombreuses compétences, Magna, mais je ne vous savais pas architecte. C'est très impressionnant. Pas trop d'ennuis au niveau synchronisation, pour faire tourner tout cela?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   15.01.13 2:57

Magna Vaure n'était pas très subtil en apparence : Grandiloquent, vraisemblablement riche et dépourvu du sens de la réalité du commun des mortels. Chez ce personnage excentrique, la subtilité se trouvait plutôt en dehors des simples apparences. C'était exactement à cette image qu'était construite sa demeure, son antre ; ou tout autre substantif que vous trouverez pour qualifier ce monument.

D'une certaine manière Magna était un fanatique, un exarque du progrès au service de l'huménité. Il avait foi en ce mouvement qui transcendait toute structure, y compris l’État. Et toute sa demeure était bâtie en considération de cette philosophie. Feu son épouse avait toujours été plus douée dans l'agencement des structures abstraites plutôt que concrètes. Lors de leur courte vie commune, c'est surtout elle qui gérait les finances, tandis que Magna gérait les laboratoires et les projets de sciences communs. Il n'était donc pas sans surprise que Magna ait supervisé en grande partie la construction immobilière du couple.

Le résultat était une structure riche et massive qui n'aurait pas été pour déplaire tout à la fois à Rodin et François Ier, si Magna avait su de qui il s'agissait. Ce n'était pas "beau", l'harmonie esthétique de l'ensemble cédait à l'impératif d'en coller un maximum dans la gueule de celui qui avait l'impudence de poser ses yeux. C'était un titan de fer puddlé, de cuivre, de marbre, de bois et de verre. La logique de la performance néoclassique quasi-futuriste qui avait conduit l'étrange architecte à adopter ce format visait à symboliser la domination de l'hume sur le surnaturel. C'est à dire dans un hume qui assume parfaitement sa capacité à influencer la nature. Aussi la beauté de la demeure se situait derrière les murs et au-delà de ceci dans une dimension que seule un regard scientifique pouvait voir. Mais cette dimension expliquait pourquoi la maison dégageait une telle impression aux yeux du commun des mortels. Ici la magie ou la science était à l'oeuvre. Allez savoir en fin de compte !

La maison était telle le dieu romain Janus : Elle avait un seul corps, une tête mais deux visages opposés qui formaient pourtant la même personne.
Si vous regardiez l'habitation avec vos yeux de mortels, vous verriez l'ensemble crier : "Je suis le seigneur Daniel Benedict Varimathras de la maison des Vaure de Soveyur, mortel né pour gouverner aux mortels. Je suis l'ordre, l'immanence qui n'est pas né avec la cuillère en argent dans la bouche, mais avec le monde des humes dans la main."
Si vous regardiez l'habitation avec vos vos yeux d'éveillé aux secrets de l'Univers, vous sentiriez l'ensemble crier : "Je suis Magna Vaure, mortel né pour voler les secrets des immortels. Maître des maîtres, je suis le chaos, la transcendance par laquelle ma race chemine vers son propre accomplissement". La seconde personnalité était bien sur à peine moins modeste que la première.

Mais sous ses dehors de vanité, Magna avait surtout fait preuve d'alchimie en liant ces deux facettes opposées de telle manière à ce qu'elles semblent indissociales l'une de l'autre sans rompre une certaine forme d'équilibre : celui dans lequel le personnage trouvait son équilibre, assis entre deux extrêmes. Entre une tempête de feu et une tempête de glace, finalement régnait un petit confort tempéré presque agréable. Une forme de cocon tranquille où l'araignée pouvait vampiriser ces forces à souhait pour tisser sa propre toile d'indépendance, de rêve mais aussi d'amour. Après tout dans cette œuvre, Magna n'avait-il pas donné le meilleur de lui pour son couple ?

- "J'aime à croire que la porte utilise simplement la vue pour savoir quand je suis là." dit l'inventeur avec un petit air fantasque. "Hélas, c'est un objet sans once d'intelligence. Le système est sonore si vous voulez. Il ne possède qu'une oreille et une bouche. Les statues de la portes crient un son qui est répercuté d'une certaine manière au travers du voile par une broche que je possède. Et une fois que cet écho est suffisamment proche, la porte s'ouvre."

Tout s'appuyant sur la porte, il expliqua l'origine de cette technique avec une nuance de regret et d'admiration dans la voix. "[color=orange]C'était le projet d'étude d'un ancien élève. Je crois qu'il l'appelait le Sonar : Un objet capable de sonder les échos du voile. Ce n'est ici qu'une application modeste de sa théorie qu'il m'a offerte pour l'avoir jadis aidé avec le Doyen Stone... Il a du délaissé l'arcanotechnologie pour la recherche scientifique classique, c'est un très brillant techie et un politicien certainement plus doué que tous les maires de cette ville n'a jamais eu. Je vous montrerai une photo si nous avons le temps, mais vous connaissez surement de nom... Après il avait le don le plus puissant qu'un mortel puisse avoir pour la science."

Une profonde compassion traversa le professeur qui regrettait la "perte" de cet étudiant brillant.

- "Il est très partisan des intérêts de l'Académie, bien que sa Foi envers Notre État soit adamantine. Hélas... Pourrait-on dire avec humour."

*Si seulement, il avait vu la corruption de son idéal, il en serait peut-être autrement. Mais j'imagine que le monde a besoin de héros...*

- "Faire les choses à moitié irait à l'encontre de ma réputation... Dans notre milieu c'est une carte de visite vitale si on veut s'assurer de pouvoir vivre uniquement de cela..."

Dit le personnage qui vivait tout sauf uniquement de cela. Mais pour lui ce n'était pas une question financière, c'était une question de survie. Il importait que son personnage d'inventeur demeure sa face public et que l'autre soit privée et inconnue, voire presque oubliée. C'était vital quand vous aviez une belle-mère qui vous poursuivait partout pour pour vous tuer. Quoi de plus naturel ? La célébrité était le meilleur des masques. Rien ne créait jamais plus d'ombre que la lumière du soleil.

- "Je ne suis sinistrement pas compétent en architecture, mais j'ai foi dans l'idée pour maîtriser l'arcanotechnologie, il faut presque maîtriser (tout) le reste. Cela ne vous rend pas absolument compétent pour disserter sur le sujet à l'Académie. Mais c'est utile quand vous voulez tisser votre cocon en ville. Après tout n'est pas le rôle du Département Culture que de donner le vernis aux gens qui veulent être utiles dans la vie ? Alors pourquoi pas l'architecture si vous en avez envie ?"

La porte se referma derrière eux dans un doux cliquetis étonnant vu son allure massive.

- "L'un de mes fantasmes de scientifique serait de pouvoir inventer une pâtisserie arcanique comme un macaron surprise qui accompagnerait délicieusement bien le thé. Hélas, je crains qu'une si grande ambition ne confine qu'au mythe..."

Au-delà de la digression, Magna revint à la question de son collègue.

- "La synchronisation ?"

Magna frappa une fois dans ses mains, puis une seconde fois.

- "Voila... 4 secondes et demi, l'unité astronomique de mesure de la distance parcouru par Sélène en une seule journée. Je crois que c'est votre loge qui la découverte à partir des calculs de la vitesse du son de la loge de l'étoile. Pour nous dire au final, que chaque rotation lunaire. La lune se déplace en une seconde autant que le son en 4 secondes et demi, soit un peu plus d'un kilomètre et demi ? J'ai simplement converti cette mesure en échelle de temps qui me permet de de construire des horloges et de les synchroniser facilement. Il s'agit de raisonner sur une double base de 45 et 13. Autrement dit, pour faire plus simple vous créez un système horloger de 13 heures que vous partagez en 45 fragments chacune et vous avez un éventail de programmation assez simple pour synchroniser toutes l'opération que vous voulez dans la limite de 117 segments subdivisibles. Évidement cela impose de travailler à partir des dimensions 13, 45, 15 et 5, mais ce travail vous permet un taux de synchronisation où seule l'erreur humeine d'un défaut de conception vous permet de provoquer une catastrophe. Un alliage de cuivre est très utile pour établir la triple liaison. Car bien sur vous gardez le binaire et les dérivés de base 8 pour décider de ce que feront vos petites bêbêtes."

Conclu le scientifique d'un ton joyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sadicomaso-chiche

avatar

Signalement : Grande perche de 1m90 toute en maigreur, membres trop longs, cheveux bruns peu disciplinés, yeux bruns, visage osseux mais souriant, air pas méchant, un peu à côté de la plaque, vêtements bien taillés


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   17.02.13 21:50

Et Adam éclata de rire d'une manière toute aussi joyeuse, mais brusque et inattendue, qui le surprit lui-même:

"Oh pardonnez-moi Magna, je suis désolé, ce... ce n'est pas contre vous. Je suis un peu fatigué, c'est tout."

Il improvisa un sourire d'excuse, qui cachait mal son embarras: d'abord le carnage des cuisines de chez Charlotte, puis sa bouderie mutique dans la calèche, et maintenant cela... Pour l'homme serein et réfléchi qu'il était encore récemment, ces sautes d'humeur commençaient à se faire très dérangeantes: au-delà du malaise qu'il ressentait à ne pas maîtriser ses propres réactions, il était sincèrement peiné de penser que ces dernières pouvaient faire du tort à son entourage, comme ce rire déplacé aurait pu vexer Magna.

"C'est juste que... saint État, une double base? Quarante-cinq et treize, en plus? Avec une conversion vers un système conventionnel en binaire et base huit? C'est aussi génial qu'insensé. Je ne peux que vous avouer mon respect pour cette inspiration quasi divine avec laquelle vous pouvez vous compliquer la vie, Magna. Mais ne parlez jamais de votre système à un minimaliste: quand je vois que certains d'entre eux ont du mal à passer de la base huit à la seize, votre vision de la synchronisation leur ferait faire une attaque."

Cette fois-ci Adam parvint à exprimer son incrédulité ravie par un sourire plus conventionnel, avant de lever un nouveau regard admiratif vers le plafond du hall, dans lequel il sentait le ronronnement de l'invraisemblable machinerie créée par son confrère. Certes, une telle complexité était absurde, et planifiée par un esprit moins brillant elle se serait même avérée contre-productive - multiplier les plages horaires, c'était bien, mais cela augmentait aussi le risque d'erreur de programmation; et ne parlons pas des dangers d'une triple conversion... Cependant, Adam tenait de sa collaboration avec son jumeau une affection certaine pour ces élans créatifs si stupides d'un point de vue pratique qu'ils en devenaient intellectuellement glorieux, et l'enthousiasme que Magna mettait à leur accomplissement ne pouvait que lui attirer la sympathie de son collègue surréaliste.

"En tout cas, je me permets de vous réitérer mes félicitations, votre demeure est vraiment une belle réussite de conception globale. Votre ancien élève, tel que le connais, serait ravi de la manière simple mais élégante dont vous y avez intégré sa technologie."

Il marqua un temps, observant Magna comme pour déterminer jusqu'où il pouvait aller dans l'évocation de cette affaire, qui en réalité s'était avérée bien plus triste que ce que l'Arachnotechnicien en avait pudiquement raconté: personne dans le grand public ne savait pourquoi l'homme dont ils parlaient avait dû délaisser l'arcanotechnologie, et le principal intéressé désirait que cela restât ainsi.

Mais Magna n'était pas le grand public. En fait, il était sûrement l'un de ceux qui en savaient le plus sur les véritables tenants et aboutissants de cette histoire, vu qu'il y avait été impliqué encore plus directement que Adam. Évoquer un secret avec quelqu'un qui le connaissait déjà, ce n'était pas le trahir, n'est-ce pas?

"Je suppose que vous le savez, mais Janus Stone nous a contacté, mon frère et moi, pour nous tenir au courant de l'avancée de votre projet commun. Nous travaillions à l'époque sur un capteur sensoriel miniaturisé qui l'intéressait beaucoup, et je crois savoir que votre ami s'en est avéré très satisfait. Si vous en avez l'occasion, pourriez-vous lui transmettre mes salutations, la prochaine fois que vous le verrez? Je suis heureux d'avoir pu l'aider: c'est en effet un homme admirable, d'une intelligence rare."

Son sourire se raviva:

"Et une épée à la main, il avait une technique de flèche redoutable. Mes côtes s'en rappellent encore."

Il emboîta le pas de son hôte, qui s'avançait le long du hall.

"Au fait, vous m'avez promis une collection d'armes à l'image du reste de vos possessions, Magna; or je vois ici de nombreux trophées de chasse (coup d’œil incertain à une tête de Tyr-rex empaillée dont la gueule béante était presque aussi grande que lui), mais aucun matériel d'escrime."

Puis, prenant conscience que dans sa passion il devenait un peu trop directif:

"Enfin, à vous de voir: si vous tenez d'abord à reprendre notre thé malencontreusement interrompu par mes... improvisations, cela ne me dérange pas. D'ailleurs, en ce qui concerne votre rêve du macaron parfait, je vous conseille d'aller discuter avec la chef de chez Charlotte: je ne suis guère expert en art de la table, mais je ne pense pas trop m'avancer en disant que si quelqu'un sur cette Tyr peut faire aboutir votre idée, c'est certainement elle."

Il fit faire un tour à sa canne-épée, jouant avec sa main récemment brûlée en s'étonnant une fois de plus de s'être tiré de cette mésaventure avec quelque simples engourdissements dans la paume et les doigts: oui, à n'en pas douter, cette cuisinière-là avait des capacités tout à fait surprenantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   26.03.13 4:36

- "Oh je suis ravi que votre technologie y ait également contribué. Je me disais bien que ces yeux étaient trop beaux pour avoir été conçu par Stone lui-même. Je me suis même demandé si il n'avait pas arraché les yeux de l'une de ses chères petites végétalis pour obtenir un tel vert." dit Magna en plaisantant.

- "J'ajouterai que pour ce qui est de lui dire bonjour... Eh bien cher ami, il vous suffira bientôt de prendre le train pour la côté pour aller vous faire détruire les côtes. Quand bien même je vous le déconseille vu la puissance des modifications de son corps. D'après mes sources... Le jeune Soen Lodowig Adalfrid sera bientôt nommé à la tête du plus gros complexe scientifico-portuaire de Vanor. Il faut croire que ce parvenu décadent de Jean Aldwig devra bientôt compter avec un véritable inquisiteur du Saint-Etat comme interlocuteur direct. Le Leviathan sera d'ici le milieu de l'année, le nouveau maire de Miridia."

Magna ignora presque la tentative d'Adam d'atténuer l'évocation d'un combat en parlant de restauration. L'échelle des priorités du scientifique avait été bouleversé par la saillie de son éminent collègue. Son expression habituelle de savant fou lunatique et excentrique avait une nouvelle fois laissé place à une drôle de lueur dans son regard. Ce genre d'expression que Magna ne sortait qu'en situation de danger ou de duel, à mi-chemin entre l'euphorie et l'air carnassier du prédateur qui bavait devant un steak de braminhe. Un instant seulement l'araignée disparu totalement de l'esprit de Vaure ne laissant que le cœur de l’État, rougeoyant et sanglant.

Cette lueur ne dura que le temps pour Magna de regarder le Ty-Rex. Toute atmosphère inhume disparut purement et simplement du personnage et celui-ci retrouva sa candeur de fou habituelle.

- "En vérité... Ce trophée n'est pas des plus convaincants, c'est mon arrière grand-père qui a occis cette jeune Ty-Rex en lui tirant dans l'oeil avec une simple arbalète... Innovant dans la forme, mais tellement simpliste et rétrograde dans le fond... Mes parents, ma famille si vous préférez n'a jamais eu le temps de m'apprendre la Chasse. Ceci n'est qu'un fragment de l'héritage de mon arbre que j'ai su préserver de l'avidité de la Fange et du Parasite."

Magna se dirigea vers une porte de côté du hall. Une double porte tout ce que l'on trouvait de plus classique à Lespure ; qui n'était pourtant pas parmi les plus grandes de la pièce.

*Je suppose que c'est à moi de pimenter le jeu en bon hôte que je suis.*

- "Hélas, je crains que les plus importants fragments de cet héritage de chasseurs soient les têtes de la salle des trophées. Ils gardent pour eux jalousement, les plus belles de mes pièces d'armes de toute sorte. Je crains que ces vieilles créatures ne puissent se laisser aller à laisser entrer un adversaire indigne de moi. Vous vous retrouveriez assailli par les spectres du passé avant même de pouvoir vous saisir de la première lame qui s’offrirait à vous. Reconnaissez cher ami le caractère fâcheux de cette entreprise."

Magna se gratta la tête en affichant un air faussement désespéré. Puis, il effleura délicatement la porte. Un courant d'énergie arcanique sembla traverser la masse de bois, de métal et de verre et c'est la porte elle-même qui parut frémir sous les doigts de son créateur. Des fissures se dessinèrent sur l'accès et comme si chaque petit morceau de porte avait été créé à partir d'un membre d'un essaim. Dans un concert de cliquetis mécaniques, l'ensemble de la porte se fractionna. Chacun des morceaux couru sur le sol comme si il était menacé par un prédateur. Il suffisait de pencher un peu la tête pour s'apercevoir que chacun était muni de petites pattes mécaniques... La porte se referma comme si de rien n'était contre le mur derrière elle. Toute vie arcanique semblait l'avoir quittée.

*Gloire soit rendue à la magnétique énergétique d'un réseau de noeuds arcans couplé à deux trois technologies du marché noir.*

Dans le cadre des recherches de Magna sur la domotique sécuritaire, il avait acquis des fragments de technologies rares par des créatures sombres aux ports, il n'avait pas vu leurs visages. Mais ils devaient certainement faire du trafic de bétail à juger par l'odeur de bouc qui régnait dans leur lieu de rendez-vous... Magna s'était servi de cette science pour concevoir des portes entièrement composées d'automates. La première gardait l'entrée de son laboratoire, la seconde gardait l'entrée de la fameuse salle des trophées. imaginez le concept de vouloir forcer une porte et que cette dernière vous saute de dessus pour vous immobiliser en attendant les forces de l'ordre à l'aide d'une décharge électrique ? Le concept, une fois mieux abouti, trouverait à se vendre comme des petits pains. Pour ce qui était du stade de développement actuel, le projet n'avait pas de nom : les drones avaient une légère tendance à neutraliser l’intrus de manière définitive...

Personne (à part les gens dangereux ou tarés) ne pouvait souscrire à une telle chose. Toutefois, vu ce que Magna cachait dans son laboratoire et sa salle secrète, il valait mieux tuer que de laisser fuir la connaissance. La mort d'un être était un "prix acceptable". Car même si pour le scientifique humeniste qu'était Magna une vie hume n'avait pas de prix, la vie d'une population entière était plus importante que la survie d'un individu mal attentionné.

- "Je pense que le seul moyen de vous protéger de tous les fantômes qui hantent cette maison est de nous réfugier à l'étage inférieur. En ce lieu, le passé n'a aucune prise, seule l'avenir compte. Il s'agit bien évidement de la véritable tanière de l'araignée, mon atelier."

Il marqua une pause dramatique avant d'inviter de la main son collègue à entrer. En guise de parodie et afin de tuer le mystère de la situation, il ajouta d'un ton aristocratiquement surchargé d'effets de manche cavalier décadent que le Département Bureaucratie aimait à employer.

- "Voici ma proposition : Au nom du serment des doyens de l'Académie, moi dit "Magna Vaure" et de par mon vrai nom, met en jeu l'accès à ma salle d'armes en tant que gage de notre duel. Prouvez-moi votre valeur en mon atelier et j’acquiescerai de satisfaire votre appétit pour les belles lames. Monsieur de la famille Zolnervovitch, votre réponse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Valse des Arcanes Métalliques.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Valse des Arcanes Métalliques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Confrérie des Arcanes
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~
» Samedi 25 juin 2011 Convention Arcanes
» [CLOS] Quand la valse s'emmêle... {Aoi}
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Fantastique - autres