AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Les Automates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Les Automates   16.08.12 15:17

[Ce topic se déroule dans la timeline d’Haddorine.]

La fête publique s’annonçait comme une grande célébration, mais ce n'était pas celle-là qui rendait Talula impatiente.

En ville, tout avait été mis en place pour que chaque habitant sécarien profite comme il se doit de la fête d’Haddorine ; les restaurateurs les plus opulents de la ville défiaient la gastronomie, depuis le chef du très classe et chic « Le Sécarien » jusqu’à l’innovante cuisinière du Camelote ; en ville, les costumes ne se la disputaient en parures excentriques qu’avec les revêtements des bâtiments. Les lampadaires faisaient miroiter une pâle lueur orangée pour l’occasion, et toutes les créatures sécariennes étaient de sorties, des plus vicieuses jusqu’aux plus innocentes. Et cela n'était rien face à qui l'attendait.

Talula se sentait extraordinairement bien. Elle se sentait toujours extraordinairement bien à cette date particulière. Pour la fête, elle avait organisé son bordel : l’Hâvre de Joie était bondé et ne désemplissait plus depuis au moins trois bonnes heures. Jamais sa salle de bondages n’avait autant servi, et ses nouvelles installations attiraient une foule de curieux.
Mais cette nuit encore, la maquerelle ne serait pas là pour gérer les opérations, tâche ingrate qui reviendrait à son nouveau gardien et à sa plus vieille alliée. Constat dont, malgré leur professionnalisme commun, ils n’avaient pu cacher leur mécontentement : la maquerelle, depuis son retour triomphal, délaissait petit à petit les affaires et leur laissait bien plus souvent les rênes, sans exprimer clairement ses raisons.

Ce soir, la raison en était qu’elle avait fixé rendez-vous à son nouvel actionnaire en ville. Elle ne doutait pas un instant que l’arcano serait présent ; en fait, elle était certaine qu’il ne pouvait que céder au carton d’invitation glacé à décorations florales qu’elle lui avait envoyé, sur lequel elle avait rédigé, d’une calligraphie aussi courbée et italique qu’elle l’avait osé :

Spoiler:
 

**
22h37, jardin de l’Ussidaho

Lorsque le cocher déposa enfin la maquerelle devant la bâtisse géante et encore en réparation de l’Ussidaho, Talula ne put que contempler les alentours.
On n’avait pas pris des gants avec la notion de décoration. Bien qu’elle rechignât à l’avouer, le fait était là : l’endroit était magnifique. Et la foule de gentleman et de dames était…par l’Etat. Est-ce que c’était un rendu d’un Spectre, là-bas ? L'espace d'une seconde, elle avait presque cru voir une de ces créatures émerger pour de vrai de la nuit. Mais les Bienheureux étaient-ils seulement au courant de leur existence ?

Talula descendit, son porte-cigarette dessinant des volutes rosées derrière elle. Sa longue robe, une tenue de satin blanche, lui faisait comme un sillage dans la neige froide de la toundra ; froideur que ne semblait pas ressentir la créature qui se dirigea, la nuque altière et le regard toujours aussi rogue, vers l’entrée du dôme. Deux stewards s’enquirent de son invitation, et découvrirent, à leur grande surprise, son nom inscrit dans leurs listes. Personne n’avait entendu dire que la maquerelle se rendrait au festival ; néanmoins, et puisque son nom était indiqué dans les listes…c’était bien que quelqu’un avait dû souhaiter sa présence, non ?

Elle poursuivit sa marche vers les jardins. Sous son maquillage de squelette et sa tenue élégante, personne ne la reconnut, et elle surprit un démon cornu lui accorder un regard bien peu gentlemanesque. Dans les jardins, une arène de fortune avait été monté, dans les entrelacs de la végétation luxuriante que procurait le dôme.

Saisissant une coupe de champagne du plateau d’un serveur qui passait par là, un masque de Lupus sur le visage, elle s’accola à un pilier d’inspiration lespurienne et guetta, languide, la foule, au cas où elle y reconnaîtrait la silhouette de l’Arcanotechnicien qu’elle avait convié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Les Automates   16.08.12 19:23

Citation :
Chère Talula,

J'ignore si la couleur des chats juge de la qualité d'un individu. Feu mon père avait coutume de dire que tous les animaux se valent les uns les autres à la base, et qu'il n'y a que par ses accomplissements que l'on peut réellement devenir des humes. Si n'importe quel arcanotechnicien en vaut un autre. J'aime à croire que ce n'est pas le cas pour les outils que sont nos technologies...

Le tournoi annuel des Automates Mangeurs d’Opium avait tenté de m'inviter une année. Il semble qu'ils se soient découragés par la force des choses : Je n'avais pas de noble motivation à livrer un duel avec des gens de la haute locale. Cependant, s'il me faut jouter en votre nom, chère amie, ce sera un plaisir et un honneur.

Il me faudra juste une création qui colle bien au thème... Je la ferais livrer sur place dans la journée... Et il ne me semble pas que je possède un costume digne de ce nom, mais je devrais pouvoir trouver quelque chose... Je vous rejoindrai vers 22h40...

Bien cordialement,

Magna Vaure.


22h39, jardin de l’Ussidaho...


Un bruit de sabot se fit entendre à quelques encablures de là. "Encore un autre noble!" songèrent sans doute les gens à l'extérieur des lieux. C'est en tout cas ce que l'organisateur de la fiesta pensa l’espace d'un instant. Il est vrai que cette édition était particulièrement fréquentée. La recette serait bonne à n'en pas douter. L'hume qui restait dehors pour accueillir les visiteurs était ravi. Cependant, c'est bien une forme de peur qui se saisit de lui lorsqu’il vit le véhicule qui émergeait de la brume...

Ce fut comme si l'espace d'un instant le voile lui-même s'était déchiré à quelques pas de là. Non mais imaginez un peu le tableau ! Un paysage sombre hanté par la brume, une brise tranquille... Un calme apparent déchiré par le son raisonnant d'un bruit de sabot... Et puis tout bascule : L’attelage que vous vous attendez à voir est une grosse créature noire et fumante, brillant d'une lueur rouge malsaine et qui se dirige droit sur vous... Il y a de quoi être surpris...

Le démon s'avéra finalement être une machine effrayante tractant une calèche sombre, finement décorée à ce qui semblait être de l'argent. En réalité, c'était des dorures composées d'une forme de billon pur, un alliage composé d'argent et de cuivre. Les dessins convergeaient tous vers un noyau de zamak (zinc-aluminium-magnésium-cuivre) dissimulé entre la créature et la calèche proprement dite. Bien que profondément classe, ce système arcano autonome inspirés inconsciemment par les mots de son collègue Adam Zolnérovitch était sensé repousser les effluves et les créatures qui y étaient liées comme les spectres. Il n'avait pas encore pu être testé. Si cela s'avérait un jour fonctionnel, Magna le surnommerait Champ Arthur, en mémoire du frère jumeau de son collègue. Une petite attention de scientifique à scientifique.

Loin de ces considérations scientifiques, le Monstre dérapa pour venir se garer sous le nez de l'Organisateur ; et à peine fut-il immobilisé, qu'une main gantée de blanc ouvrit la porte et que Magna sortit de l'ombre.

*J'ai l'impression d'avoir rajeuni de dix ans dans cette tenue.*

Trouver un costume n'avait pas été chose facile. Pour être effrayant, Magna aurait pu choisir de prendre n'importe quelle apparence de monstre en vogue. Et pourquoi pas un costume de Tyr-ex ? Mais il avait choisi de prendre un parti inverse encore plus osé : Ne pas se déguiser, retirer tout subterfuge quand à son rang ou sa qualité. Ce n'était pas si idiot... Après tout... Quoi de plus effrayant dans le régime totalitaire de Tyr qu'un membre du Chapter 88 ? Et quoi de mieux pour parodier un membre du Chapitre Présidentiel que l'une des personnes vouées à en être membre depuis la naissance ? Ce que tout le monde prendrait pour un déguisement osé et provoquant, ne serait en fait que la "véritable" forme de l'inventeur de génie : Daniel Benedict Varimathras de la Sainte Maison des Vaure de Soveyur.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que même si c'était la seule solution sauf à trouver un costume dans un délai si bref, il n'avait pas fait les choses à moitié...

Il ne s'était pas coupé les cheveux depuis longtemps. Alors à la manière des chasseurs de Tyr-ex de Lespure dont il descendait, il avait teint ses cheveux à base de henné et d'huile végétale pour leur donner une teinte rouge vif presque sanguine. Il s'était implacablement rasé sauf un petit bouc en pointe qu'il avait laissé et teint également d'un rouge vibrant. Sa tête était coiffée d'un chapeau noir à double liseré de platine. Ces couleurs et ce métal était également celle de l'uniforme dans lequel il s'était glissé. Celui-ci imposait tout à la fois luxe et sobriété par son manque décoration. Seule une imposante médaille de platine et de diamants trônait au dessus de son coeur.

C'était là la tenue et la médaille du Chapter de son père qu'il avait dérobé en partant et pour lesquelles la Mégère était prête à tuer tous les gens qui approchait Magna. L'uniforme n'était rien en lui-même hormis les matières dont il était fait. Mais la médaille... Elle était bien plus qu'un symbole. Au même titre que le Badge du Maire, ou l'Adosa de l'Académie, ce n'était pas seulement une distinction, c'était un mécanisme qui permettait d'activer certains systèmes liés au Chapter et à la famille, notamment du point de vue financier... La posséder était posséder la famille toute entière... Nul doute que c'était ce que la Mégère désirait plus que tout au monde. Il tira une bouffé de la longue cigarette qu'il fumait. Les bottes de cuir de Tyr-ex claquèrent sur le sol, lorsqu'il salua l'organisateur bouche-bée autant par le costume que par le fait de voir le grand Magna Vaure participer à sa sauterie...

- "Pardonnez-moi citoyen... Je dois retrouver une amie." dit l'inventeur en plaisantant, laissant le petit homme juger du degré de véracité de la vanne. Il ne se donna même pas la peine de s'arrêter devant les stewarts et leur liste, ajoutant à l’ambiguïté de son déguisement et de sa présence. Qui pouvait décemment refuser l'entrée d'une soirée arcano au Doyen de la Loge de l'Araignée ?

*Bien maintenant trouvons une fille sure d'elle avec de jolis yeux de tarée...*

Magna espérait en secret qu'elle le reconnaitrait avant lui. Il n'était doué pour jouer à cache-cache que quand il ne jouait pas le loup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Les Automates   21.08.12 19:38

A sa droite, un couple, la quarantaine, lui jetait des regards indécis et discutait à voix basse. A sa gauche, un large groupe de jeunes gens discutait des derniers exploits d’un des leurs qui, si son sens de l’ouïe était bon – et il l’était, bien évidemment -, était parvenu à dérober la virginité d’une jeune fille descendante de quelque famille puritaine. Ailleurs, quelqu’un déplorait la disparition d’une certaine Carmina Vermeil – un membre de la famille, peut-être ? Talula en prit note. Aucun mercenaire n’avait jusque là retrouvé le corps de la gamine, dont on n’espérait plus vraiment qu’elle soit vivante ; mais la famille promettait de larges récompenses à ceux qui sauraient la trouver.

Elle avala une gorgée de champagne. Le goût lui en fût désagréable, mais il était important qu’on puisse la voir s’adonner à des activités purement humesques. La dame en blanc prit ensuite soin de se détacher de son pilier, naviguant silencieusement entre les convives.
Elle aperçut Magna assez vite, mais peina à le reconnaître. Il faut dire que l’homme de ses souvenirs était bien plus propre sur lui que l’individu tout engoncé dans son costume du Chapter – il avait l’air d’un officiel, et se déplaçait avec l’assurance qui sied à ce genre de personnages politiques. Cela laissa Talula songeuse. Elle le suivit du regard un moment, l’avisant s’enfoncer plus avant dans la foule.

Elle surgit un peu plus tard devant Magna, un sourire reconnaissable pour son arrogance assumée au coin des lèvres : c’était un sourire de crocodile. Elle marcha droit vers l’Arcano sans marquer de pause, et à peine fût-elle arrivée à proximité que d’une main elle lui tendit une coupe de champagne pleine et de l’autre se saisit du badge du Chapter qui ornait sa poitrine. Elle l’examina plus attentivement, avant de redresser son visage grimé vers celui de Vaure et l’accabler de son regard pâle et blanc. Si elle pouvait paraître belle et altière de loin, de près elle était tout simplement féroce. Elle montra des dents, deux faux crocs en plastique dépassant des recoins de sa bouche noire :

Très cher, quel plaisir fit-elle platement – ce qui était déjà pour elle le comble de la courtoisie et de la politesse.

J’avoue que je m’attendais à quelque chose de plus…impressionnant. Mais j’imagine que cela devra faire l’affaire.

La maquerelle n’était pas du genre à se répandre en compliments.
Elle ajusta rapidement le costume général. Il n’y avait pas de sensualité dans ces gestes ; plutôt quelque chose de l’ordre de la minutie et de la correction. C’est que, si l’Arcano avait accepté de la représenter, il fallait qu’il soit parfait…

Bien. Et si vous me montriez votre plus belle grimace ?
commenta-t-elle, les bras croisés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Les Automates   26.08.12 11:37

*Brrr... Quel reptile peu subtil en affaires...* s'amusa l'arcanotechnicien. *C'est avant tout une soirée pour que les gens s'amusent et nous sommes également là pour ça. En plus, elle ne sait visiblement pas ajuster un uniforme du chapitre... Ce n'est pas un costume d'hume mâle ordinaire, c'est sans doute l'un des symbole les plus précieux du patrimoine et de l'autorité du Saint État. Heureusement que le tissu est conçu pour se réajuster à chaque pas, ça nous épargnera un désastre. Déesse Science prend pitié de moi...* pensa son cerveau avec ironie.

- "Allons ma chère, c'est également un plaisir, mais ne me faites pas déjà regretter mon accord à cette petite expédition." dit-il.

Il réprima une réaction épidermique au contact de Talula. En dehors du fait que Magna n'appréciait pas vraiment qu'une personne le touche alors qu'il n'a pas confiance en elle (on est forcément un peu parano au sein du Chapter), il y avait cette allergie à la magie qui le titillait. N'oublions pas qu'il ne pouvait supporter de contact avec les psykers sans éternuer. Et vu qu'il ne savait pas comment fonctionnait la magie éventuelle de celle qu'il avait en face de lui. Cela faisait deux raisons d'être plus prudent que d'ordinaire ; une pièce remplit de rivaux potentiels n'aidait pas non plus à être parfaitement sur de soi. L'assurance et l'extravagance de Magna cachaient très bien son profond manque d'estime de lui-même.

La Maquerelle avait des valeurs bien tranchées sur le genre de costume qu'il était de bon ton d'avoir, cependant Magna n'avait heureusement pas besoin de se grimer en une chose extravagante pour que son génie s'exerce dans le bon sens. Et puis, si elle voulait une chose plus assortie à son propre costume, elle n'avait qu'à le lui dire après tout. Qui dit génie ne dit pas devin, et la réaction de malaise qu'il suscitait auprès des âmes ordinaires était bien suffisante aux yeux de Magna pour justifier qu'il ne vint pas en costume de Tyr-ex (ça et la taille de la calèche). Il caressa sa barbe d'un air songeur avant de dire d'un air comploteur.

- "Eh bien... Dans le cas où vous voudriez voir l'invention avant que le concours ne commence, il faut que nous retournions près de l'endroit où vous étiez. Près du seul pilier qui soit d'origine lespurienne dans cette salle. Pile au centre de la pièce..."

Disant cela, Magna fendit la petite foule en direction du pilier, en prenant bien garde que sa nouvelle amie passe en tête comme tout hume préoccupé par les questions de galanterie l'aurait fait. Magna le faisait plus par automatisme que par conviction personnelle. Il ne voyait pas en quoi il devait exister de différences de traitement entre les individus selon leur genre. Le Saint État ne prônait-il pas que tout citoyen était l'égal des autres devant Sa loi ? L'hypocrisie des machos, hommes comme femmes, avait conduit la société sur un chemin dangereux et porteur de conflits inutiles minant le progrès de la race hume toute entière.

- "Ca m'étonne que personne n'est encore fait remarqué que cet élément ne va pas du tout dans le décor des lieux !" ajouta le scientifique d'un air moqueur à propos du pilier en question.

Il ne précisa rien quand à la nature hybride et potentiellement dangereuse de ce qu'il avait emmené ici...

*Ce pilier est une révolution, une pure technologie de peur... Toutefois, j'espère que le Saint État n'en entendra pas trop parler... Ça vaudrait bien mieux pour le peuple.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Les Automates   06.09.12 20:17

« Déjà, dites-vous ? Ma foi, je dois vous apparaître comme la pire des poissonnières. Rien de que très normal, dans cette pièce bondée de morues », commenta-t-elle, la figure figée en un rictus roublard.

Il faut dire qu’à eux deux, Magna et Talula constituait un centre d’attention des plus vifs. Pas tant que leurs déguisements égalaient en extravagance le quart de ceux qui étaient exposés ici ; mais entre l’exubérance sympathique, mais un peu effrayante, du génie arcaneux, et l’arrogance moqueuse et assumée de la prostituée, ils attiraient aisément les regards. Certains se teintaient déjà de désaccord, tandis que d’autres n’avaient pas encore rendu leur jugement. En enjoignant le pas à Vaure, Talula se fit tout de fois la remarque que cela ne durerait pas. Elle avait toute confiance en les capacités du génie, quand bien même sa toute récente teinture capillaire lui faisait se poser quelques questions. Malgré sa longévité, la maquerelle avait rarement rencontré homme qui adopte ce genre de comportement esthétique. Elle cessa de se concentrer sur la question lorsqu’ils atteignirent le pilier qu’ils étaient supposés rejoindre, et qu’elle tança d’un regard torve – car la maquerelle était dotée de cette capacité surnaturelle et un peu curieuse de pouvoir jeter des regards mauvais aux décorations murales elles-mêmes, ce qui donnait en général un petit air désolé aux tapisseries mises de travers. Pour le coup, le pilier ne lui renvoya aucune impression distincte.

Si Magna ne venait pas de lui préciser que ce pilier n’appartenait pas à la pièce originale, elle ne l’aurait jamais deviné. La construction était-elle si frappante par rapport à l’ensemble ? En tout cas, du point de vue de ceux qui n’avaient pas eu les plans de l’Ussidaho sous les mains et qui venaient en explorateurs, tout comme elle, cela n’était pas marquant. Mais…attendez une minute. Le monument était une des clés à l’intervention horrifique du moustachu ? Et elle s’était appuyée contre ce truc ? Alors que ça faisait partie de l’expérience d’un fichu Arcano ? Elle fit part de son inquiétude à son camarade, en un ton très calme et très plat :

« Vaure, je me suis adossée à ce foutu machin à l’instant.

Vous savez déjà que rien ne m’effraie – à part les émeus de la toundra, ce qui en termes d’expérience horrifique, vous me l’accorderez, est difficile à la fois à concevoir et à dépasser – mais tout de même.

Si cet objet devait, en quoi que ce soit, servir d’une porte vers Oblivion ou que sais-je, je demande à le savoir maintenant.
Histoire de savoir exactement à quoi je dois m’en tenir.
On ne sait jamais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Les Automates   16.09.12 18:47

Le scientifique afficha un air songeur.

- "Maintenant que vous le dite, chère amie... Il est vrai que si ma machine explosait, cela ruinerait la fête ainsi que toute la structure... Sécaria n'aurait probablement rien, mais ce navire échoué... je n'en dirais pas autant." dit-il comme si cela n'avait pas vraiment d'importance.

- "D'autant qu'une telle explosion si prêt des piliers pourrait probablement percer le voile de la réalité et produire toute sorte d'horreur peu commodes. En vérité, il serait plus simple pour nous d'en réchapper et de continuer à faire des affaires, si et seulement si, la machine n'explose pas. Mais ne craignez rien... Tant qu'il n'est pas activé, il laissera votre dos tranquille."

D'ailleurs comme cet appareil n'avait pas vraiment de fonction d'exploser le dos de Talula. Magna se sentir obligé de fournir une petite explication rapide qui sans révéler quoique ce soit montrerait que l'appareil n'avait pas pour fonction d'exploser.

- "Je l'ai conçu sur la base des plans d'une station météo de la loge surréaliste. Bien sur, le système n'a maintenant plus rien à voir au niveau de l'apparence ou de sa fonction. Pour vous faire court, il s'agit d'un automate particulier composé plus ou moins simplement de trois appareils que les profanes nomment dispositifs techies, reliés à mon nouveau système Sophia , et le tout alimenté par un Garry de ma conception. La base de l'automate reste connectée au sol tandis que l'ensemble du pilier laissera la place à une immense machine stylisée aux contours évoquant plus ou moins une créature démoniaque comme il en existe dans les légendes."

Pour faire plus long et sans doute plus explicite... Il s'agissait d'un vulgaire bricolage de dernière minute avec trois machines permettant de soulever et de rebaisser le voile, que Magna avait couplé avec son Système d'Occlusion Périphérique des Habitations Insécures Arachnotechnologique (qu'il avait d'ailleurs eu du mal à installer discrètement sur le bâtiment, mais la victoire était à ce prix). Le système de confinement avait pour effet de limiter la zone d'emprise de l'objet et également d'empêcher les gens de sortir de la pièce. Quand le concours commencerait les gens présents allaient avoir peur... Très peur... Cet ensemble hétéroclite figé dans une unique structure en forme de pilier Lespurien était alimentée par un Générateur Arachnotechnologique à Routine Redondante par Yttrium qui donnerait l'énergie à la structure sans pour autant que cela puise dans l'énergie de Magna et dans des propensions supérieures au point d'affecter toute la zone qui sera condamnée par le Sofia.

Il fallait considérer que si certains humes rares sont capables de manier deux appareils techies sans s'évanouir. Ceux qui ont tenté d'en manier trois en même temps, ont quasiment tous cassé leur pipe ou alors sont devenus des portes ouvertes sur le voile se changeant en irisations chaotiques dégénérescentes avec la folie meurtrière que ce concept implique...

- "Je vous passe la triple-fonction techie du système, mais apprenez que l'automate n'est là que pour la catalyser et que c'est elle la fonction essentielle de ce dispositif."

Magna sortit une fiole de son manteau du Chapter et la tendit à Talula.

- "Au fait chère associée, quand bien même ce qui se déroulera ici n'aura aucune conséquence autre que les souvenirs des gens, la théïne pure de cette fiole vous protégera des effets de mon invention. Du moins, elle vous exclura vous aussi du processus de base."

Magna afficha un puissant sourire carnassier. Dans cette tenue, il afficha soudain l'apparence de prédateur d'un homme pour qui le terrible tyr-ex lespurien était une simple proie.

- "Je pense que nous allons beaucoup nous amuser..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Les Automates   01.11.12 20:44


Brrrr. Ça fiche des frissons dans le dos, cette histoire d’explosions.
Pince sans-rire :

Il est heureux que je n’aie rien à craindre de vos élucubrations mentales, très cher. La ville pourrait s’effondrer que je ne m’en porterai pas moins mal.
Je suis une mauvaise herbe, et comme toutes les mauvaises herbes, je festoie sur les charniers.


Le propos, Talula en était convaincue, venait comme un mot d’esprit de la part d’une femme qui arborait si fièrement le grimage d’un squelette. Elle était tout autant persuadée que le laconisme de sa réponse froisserait l’esthète du discours et de la science que se présentait être Magna, mais pour être parfaitement sincère, la vampire se retenait surtout de s’exclamer quelque chose dans les cordes de : « Trois putains de systèmes techies ?! Mais vous êtes complètement cinglé ! »

Cela gâcherait l’ambiance pourtant si bon enfant de leur vaudeville conspirateur, et puis, elle n’en attendait pas moins de son client. Du reste, ce n’était tout de même pas elle entre toutes qui allait réprimander un jeune et fringuant hume sous prétexte qu’il avait bâti une machine potentiellement capable de déchirer le voile entre les mondes. Oh, que non.
Elle se saisit du flacon proposé par Vaure.


Je ne suis pas certaine de vous faire confiance, Vaure, mais on dirait que je n’ai pas le choix.

Ah, et sans doute vaut-il mieux que je ne demande pas quel est le rapport entre la théïne et un ouvrage diabolique prompt à relâcher l’enfer sur mes si chers compatriotes.


Rien que prononcer la dernière partie de cette proposition alluma une petite étincelle de gaieté dans le cœur mort de la vampire qui adressa un sourire à son homologue tout autant carnassier que le sien ; si Magna affichait des airs de chasseurs digne des légendes qui circulaient sur le peuple qui inspirait son costume, Talula, pour sa part, était un concentré de maléfice jouissif et concupiscent.

Elle prit une gorgée du flacon.


Joyeux Haddorine, très cher. Joyeux Haddorine.


Mes dames, mes sieurs, lança une voix forte au lointain. L’épreuve va ouvrir sous peu ! Je vous demanderai de vous rapprocher des cercles extérieurs de notre scène, s’il vous plaît…et n’oubliez pas de tirer votre plus belle grimace : ce soir, c’est l’Enfer qui tremblera devant nous ! finit l’éloquent organisateur.

Le bras de la vampire se resserra contre celui de l’Arcano tandis qu’elle prend d’un pas lent la direction des gradins. Ceux-ci sont montés sur pivots et affleurent lentement du décor grâce à un système de poulies ; les sièges représentent des trônes macabres et exubérants, des ombres comme de grandes illusions d’optique y glissent leurs longues griffes. Une forte dame noble déguisée en vampire éclate d’un rire tonitruant en réponse à un commentaire de la part de Valmont et Darcy, les deux éphèbes qui défrayent la chronique des journaux sécariens ; en tenue sobre et réglementaire, les artisans du spectacle se faufilent comme ils le peuvent pour ajuster les derniers détails de leur organisation et, à travers une éclaircie dans la foule, Talula distingue deux Arcanotechniciens en pleine discussion, reconnaissables à leur silhouette droite et aux multiples gadgets qui ornent leurs vestons noirs. L’un a le visage d’un diable et l’autre, chose curieuse, celui d’un Versatilis…

Vous avez vu ? souffle-t-elle à son camarade tandis que la foule épaisse et noble s’installe lentement dans les gradins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Les Automates   20.11.12 3:29

Le scientifique se laissa guider vers la scène mise en place pour l'occasion. Il était soudain moins bavard, comme déconnecté du monde ou sous l'emprise d'une forme de drogue.

Son esprit était obsédé par une question d'ordre majeur. Avait-il suffisamment bien dosé son antidote ?

En vérité, la théine contenue dans la boisson légèrement amère de Magna n'était que le support du mécanisme de protection qu'il avait mis en place. C'était tout à la fois simple et ingénieux. En tirant parti de sa faculté à se cristalliser sous l'influence de certains acides, le scientifique avait créé un petit cocktail qui en plus de diminuer les effets de la somnolence et d'augmenter l'activité cardiovasculaire se révélait un rempart plutôt efficace contre l'effet qu'il cherchait à stimuler chez ses victimes. De plus, le caractère rapide de son absorption par l'organisme facilitait la vitesse de mise en place de la défense. De plus, c'était une substance moins nocive que l'alcool ou la nicotine, tout aussi capables que ses cousines de traverser la barrière hémato-encéphalique.

Sur le principe, il n'y avait pas à en douter... C'était du pur génie ; une utilisation arachnotechnologique des travaux sur les drogues de la Loge du Médicinisme. Sur son application en revanche, la moindre erreur de calcul pouvait rendre la potion inefficace ou inversement, perturber sa machine de sorte qu'elle ne puisse fonctionner. La mécanique était encore sensible : Magna n'avait pas eu le temps de la blinder des systèmes de sécurité habituels. Un esprit doué d'un potentiel magique pouvait enrayer le processus si son état mental était trop réfractaire au processus...

Avec cette carence dans la conception née du manque qu'avait eu le scientifique pour se préparer, le résultat serait sans doute que la machine devienne inutilisable au bout d'une seule utilisation. Et à bien y réfléchir, c'était peut-être mieux.

La question de Talula tira le savant de ses conjectures mathématiques. Réintégrant la réalité, il focalisa son attention sur le couple étrange qu'elle semblait évoquer.

- "Je les vois en effet..." dit Magna. "Il est dur de reconnaître les gens avec leurs costumes. Je ne saurais dire si je les ai déjà vu par le passé."

*Il est plus probable que beaucoup me connaissent plutôt que l'inverse.*

- "Il est particulièrement amusant que je sois l'un des seuls à avoir choisi de me travestir en une 'peur réelle'. Un membre du Saint Chapter issus de Lespure est une chose qui existe... Et là qu'avons-nous ? Un diable, incarnation de la peur d'une religion païenne que d'aucuns jugeraient sans doute aussi hérétique que les Sectes de la Lune Rouge si elle n'avait pas la bonne idée de donner dans le social ; Un versatilis, incarnation de la peur d'une forme de vie dangereuses venant d'autres mondes que d'aucuns jugent comme relevant du pur fantasme... Religion, Science-fiction..."

Magna marqua une pause pour retirer son chapeau.

- "Il ne manquerait plus qu'un représentant des légendes urbaines comme ces vampires que d'aucuns disent relevant d'une version moderne et plus attirante du mythe du spectre. Et pourquoi pas ces fameux razhals, mi-humes, mi-chèvres ? Alors, nous aurions peut-être un tableau complet des peurs fictionnelles les plus populaires." dit le scientifique d'un ton flegmatique qui était bien moins ironique qu'il ne le laissait penser. Il ne se doutait pas que cette salle comptait sans doute beaucoup des créatures qu'il avait évoqué. Il savait bien que leur existence était réelle surtout pour les E.T. Cependant, il ne connaissait pas (encore) le taux de pénétration que subissait la ville de Sécaria en matière de bizarrerie en tout genre.

Toutefois comme pour illustrer ses propos, une arcano déguisé en parodie de spectre passa devant eux...

*Des fois, je devrais me retenir de lâcher des évidences.*

- "Si les gens savaient de quoi il retourne vraiment derrière tous ces problèmes superficiels... Leurs peurs seraient bien différentes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Tu joues avec meuuâââh ? -

avatar

Signalement : Spectre


MessageSujet: Re: Les Automates   20.11.12 3:58

[Kaméo bonus ON]

Le HYV avait réussi à s'infiltrer dans une soirée où il y avait plein de gens ! Sa nouvelle citrouille était très efficace. Ainsi déguisé le spectre pouvait rapidement faire croire être une personne déguisée pour Haddorine et ça c'était très rigolo ! Il avait par ailleurs réussi à voler tout un tas de bidouilles mécaniques et pouvait se balader avec sans qu'on ne le poursuive...

Étrange... Très étrange... Serait-il tombé dans une guilde de voleurs qui respectaient ses compétences ? Ou alors à voir ce beau monde et toutes leurs bidouilles mécaniques pendues à leurs cous, il était peut-être tombé dans un culte dédié aux bidouilles mécaniques ?

Oui c'était peut-être pour cela que tout le monde le saluait ainsi en souriant...

- "Oh ! Très beau costume ! Vous allez participer à l’exhibition ?"

- "Merci... Heu... Non ? Je crois que je suis encore trop jeune... On m'a dit qu'il fallait avoir 20 ans au minimum et avoir un diplôme."

- "Oh quel dommage ! Le synthétiseur de voix arcanique que vous portez marche à merveille ! On dirait vraiment une voix de fantôme d'Haddorine ! Vous passeriez presque pour un de ces "spectres" dont les gens parlent parfois si vous n'aviez pas cette citrouille sur la tête !"

- "..."

*Il m'a reconnu zut !*

- "Mais je vous comprend. Moi c'est pareil : Il parait qu'il va y avoir du niveau cette année ! Allez bon spectacle !"

*Ouf j'ai eu chaud !*

Cette Haddorine était vraiment une drôle de période... Les gens ne craignaient plus les spectres. Dommage que cette période ne dure pas : On avait aussi dit au HYV qu'Haddorine serait bientôt terminée...

Sans plus de cérémonie. Le HYV décida de se poser dans un coin pour voir ce qu'il allait se passer et quel était ce fameux spectacle dont on lui avait parlé. Il passa devant un étrange couple. On aurait dit que la femme était un spectre qui aurait muté et perdu son manteau d'effluve, tandis que l'homme semblait être un membre de la secte locale des bidouilleurs. Le spectre se contenta d'un signe de tête comme les membres de la secte semblaient en avoir la coutume entre eux. Toutefois, il n'engagea pas la conversation. Le Monsieur avait un regard un peu dérangé qui faisait un peu peur au HYV.

*Ouh le méchant monsieur ! Ce doit être un chef de la secte qui a bien vu que je n'étais pas un vrai membre ! Allons plus loin avant qu'il ne me reconnaisse !*

[Kaméo OFF]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Les Automates   02.12.12 11:56


Le discours de l’Arcano était si terriblement inattendu qu’il fit toussoter Talula dans un effort peu discret pour cacher son sourire.

Elle fit semblant de s’intéresser particulièrement à un jeune éphèbe en costume d’ange.

« Etonnant, en effet. Très étonnant. Ne pensez-vous pas, monsieur Vaure, que ce qu’il y a le plus à craindre, ce n’est pas l’autre, mais soi-même ? Certes, ces fictions sont du dernier puéril mais il faut parfois sacrifier aux clichés. Vous savez tout comme moi que l’hume est un être qui se nourrit de rêves et d’imagination : vendez-lui ce qu’il veut entendre et croire, vendez-lui une étincelle de magie et vous le mènerez au bout du monde. Il est normal que nous aimions ainsi jouer avec nos peurs en leur donnant les visages les plus inquiétants que nous portons en nous-mêmes. »

Elle prit garde à ne mentionner aucun nom sur les créatures surnaturelles qu’ils évoquaient. Etant Arcano, Magna était nécessairement un Initié, et probablement au courant de certaines choses ; mais on ne pouvait juger de ce genre de savoir aussi rapidement, elle le savait bien. Surtout, la foule était dense et compacte et tout autant qu’ils entendaient, ils pouvaient être entendus. Talula ne désirait pas évoquer à trop haute voix le nom des razhals. Elle se demanda alors brièvement ce que pensait exactement son voisin de ses propres connaissances en matière d’Eveil…après tout, il devait la voir comme une cliente au minimum éveillée, mais pas nécessairement surnaturelle pour autant.

Talula tourna la tête nonchalamment et avisa l’homme-citrouille qui, après les avoir brièvement regardé, battit en retraite en-deçà de la salle. Comme elle avait l’habitude de provoquer ce genre d’effets chez les humes, elle n’y prêta pas garde et ne reconnut pas le Spectre sous son déguisement, aussi bien fait soit-il. Elle l’indiqua juste d’un sourire charmeur à l’égard de Magna :

« Monsieur, cessez d’effrayer tous ces gens, voulez-vous bien ? Vos cheveux rouges en indignent plus d’un dans cette salle. »


Comme elle s’amusait beaucoup des regards que leur étrange couple attirait, elle ne fit pas plus attention que cela au reste de la scène et poursuivit sa route jusqu’aux gradins, où Magna et elle s’assirent pour assister au discours d’inauguration.

Celui-ci était déclamé par un petit hume nerveux, à la gueule antipathique, et déguisé en ghoule, ce qui devait certainement être la raison de sa nervosité. Il articula un sourire édenté à l’adresse de la foule, et essuya une perle de sueur qui dégoulinait sur sa tempe avec un mouchoir ensanglanté. En soulevant son chapeau, il dévoila la représentation d’un scalp si joliment faite qu’elle attira quelques « Ah, magnifique ! » dans la salle.

Talula bâilla ostensiblement et croisa ses longues jambes en faisant attention à ce que tous ses voisins le remarquent. Elle était terriblement impatience de voir l’œuvre du Vaure à l’œuvre et de remporter ce fichu concours. Le plus vite on arriverait au moment de leur écrasant triomphe, le mieux cela serait.

« Que l’effroi vous tenaille ce soir, gentes dames, damoiseaux ! J’annonce comme officiel le début du célèbre concours des Craintes et Tremblements, pour sa douzième édition ! Remercions encore une fois nos mécènes, les très nobles familles d’ Ivinsky, de Portel-Castel et des Roses d’Ambraille, dont la générosité et l’intérêt pour les Arts n’est plus à prouver, ainsi que l’autorisation de Mr.Lemaire et les bourses débloquées pour cet évènement !
Comme vous le savez, les règles du jeu sont simples : s’affrontent successivement dans l’arène des Arcanotechniciens dont le but est de terrifier la galerie avec leurs inventions ! Celui qui vous fait le plus peur gagne le round ! Celui qui fait peur à son adversaire est retenu aux finales !
Je cite le nom des Arcanotechniciens et des familles qu’ils représenteront ce soir :
- Paul-Eduard Gayen, promu de l’Académie de Lespure, pour la famille des Roses d’Ambraille, vainqueur déjà trois fois à ce tournoi effroyable,
- James Charles, promu de l’Académie de Lespure, pour Mme Yveline,
- Harriet Janes, notre précédente conquérante, promue à l’Académie Centrale, pour la famille Ivinsky,
- Magna Vaure,…


Et alors, il se passa quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ Sadique et paresseux

avatar

Signalement : Compte commun du Staff. A contacter en priorité.


MessageSujet: Re: Les Automates   02.12.12 11:56

Le membre 'Talula' a effectué l'action suivante : Ce qui va me tomber sur la gueule

'Aléatoire' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Léonard mégalomane -

avatar

Signalement : Hume (Faut croire !)


MessageSujet: Re: Les Automates   27.01.13 8:11

- "Magna Vaure... Heu... doyen fondateur de la loge de l'Arachnotechnologie, diplômé de Neven et directeur du groupe Mipton & Vaure, pour Dame Talula."

Magna se leva dans son beau costume de membre du Chapter pour se montrer à la foule comme l'avaient fait les autres arcanos. Seul dans une marée d'arcanotechniciens, le symbole de son costume prenait tout son sens : "Je suis l'Ordre de ce Monde et vous n'êtes rien". Si le nom avait fait forte impression, le vrai-faux déguisement ne faisait que renforcer celle-ci.

*Pauvres sots, vous êtes complétement paumés... Vous n'êtes dignes que de mon indifférence. Seuls les fous oseraient me défier.* se disait le scientifique.

Le silence mi-respectueux mi-craintif qui avait saisi l'assemblée n'était que trop facile à remarquer. Il était profond et ample, comme une soirée au début d'automne. Il était lourd comme une grosse pierre polie par la rivière. Comme l'écho résigné d'un rouage grinçant, des humes qui attendent la défaite. La clef de voûte de ce silence était le mépris. Le visage de Magna en dégageait suffisamment de mépris pour que les gens prennent cela pour de la sérénité sans se sentir offensés. Sans s'en rendre vraiment compte Magna jouait ouvertement sur leur peur.

Pour l'acteur de ce petit drame, ce moment était crucial. C'était cet instant précis où l'hume renonce à sa nature pour devenir le prédateur avide et dégénéré qui allait faire acte de cannibalisme. Il était le monopole de la violence légitime, la grandeur de l'araignée, la loi du plus fort. L'hume est un tyr-ex pour l'hume disait son grand-père. C'était là le moment de l'avidité, un savoureux prélude au carnage. Les tambours de guerre raisonnaient à ses oreilles. ; à moins que ce ne fut-ce son coeur ? Sous son masque de mépris, Magna s'imaginait répandre du charbon sur le public et allumer un brasier avant d'aller danser sur les braises.

*Je vais vous montrer ce qu'est la VRAIE noblesse d'un scientifique, bande de steamrats...*

Le moment pris délicieusement fin en douceur et Magna finit par se rasseoir. Alors que l'énumération des noms reprenait, Magna se pencha délicatement vers sa partenaire de la soirée et murmura :

- "Mes excuses, mais comme vous avez remarqué je crains que votre champion ne fasse pas dans la discrétion la plus prononcée. Et je crois que la moitié de la salle trouve désormais le match légèrement déséquilibré..."

Il soupira.

- "Haaa... Dommage que Zolnerovitch ne soit pas là, au moins j'aurais eu adversaire..."

*Bon en fait, non, là j'aurais gagné... Mes créations ont un visage naturellement démoniaque tandis que ses inspirations lunaires lui inspirent des travaux à la fine césure cuivrée. C'est hypocrite... En vérité son style, fait qu'il aurait surement autant de chance de gagner contre moi dans ce type de concours que moi-même face à lui dans un concours de "beauté" arcanotechnologique. J'espère que j'aurais au moins un adversaire capable de faire un noeud arcan digne de ce nom ; sinon le spectacle promet d'être morbidement chiant...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les Automates   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Automates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit