AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Seelenzerstörer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Très surfait - PATATE royale avariée

avatar

Signalement : Fragment de l'Etrange, 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.Élégant en noir, porte toujours des gants. Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie. Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.


MessageSujet: Seelenzerstörer   06.11.08 20:06

Introduction au collecteur
Citation :
Les collecteurs sont des démons à part entière, des hybrides complexes et fascinants tout autant sur le plan physique que sur le plan théologique. Leurs existences sont rares et chaotiques, les taux de disparition sont étonnement élevés et seuls quelques individus d’une plus grande force sortent du magma erratique qu’est leur création. Choisis par le Diable en personne après leur mort, le fait est qu’ils sont tous nés humanoïdes dans une époque précise et que leurs actes mauvais sur leur monde ont attiré le regard du malin. Ils sont alors convertis une fois mort, de gré ou de force et beaucoup des âmes sélectionnées renoncent avant la fin de leur conversion. Actuellement, il existe une poignée de collecteur de part l’Univers et seuls trois sont scientifiquement nommés.

Les collecteurs sont une race vénale de démon, attirée par le contact des âmes et leur caractère brillant. Capables de déceler le moindre acte négatif au plus profond d’une psyché, ils choisissent les plus grands pécheurs comme des mets de choix. Et à contrario, sont incapables de saisir un esprit totalement pur ou rendu fou. Passe partout, leur seule carte de visite reste leur regard hypnotique, de différente couleur selon le péché principale de leur vie mortelle. C’est à travers ce regard et ces pupilles acérées qu’ils plongent à l’intérieur des gens dans le but de les dépouiller de leur âme. S’il arrive souvent qu’ils achèvent le corps par la suite, il est aussi possible que ce dernier soit laissé en plan. On ne vit pas sans âme; on survit comme un légume.

Ni morts, ni vivants, jouant avec les frontières comme on saute à la corde, ils sont fumée sur toutes les limites qui arrêtent l’humanité. Immortels, ne craignant que les objets bénis, se régénérant de la plupart des attaques, se redressant même la tête coupée, ils sont aussi effrayant de par ce côté intraitable. Mais cette accumulation de protections à un prix qu’ils payent à chaque seconde passée sur un monde autre que l’enfer. Leur masse dense, leur corps aux organes aléatoires contrarient la manne essentielle de la planète qu’ils foulent. Ils sont attaqués comme un virus par les anticorps d’un organisme malade. Et cette souffrance continue est leur plus lourd fardeau pour être des démons aussi brillants mais aussi complets.

Personne n’a jamais pu tuer un collecteur, mais les arrêter est possible. Voyageurs perpétuels, ils possèdent tous sans exception un carnet de cuir noir aux pages infinies où s’inscrit, ligne par ligne, leur histoire. Une écriture fine et précipitée qu’on devine être celle du diable étalée sur des pages et des pages, de leur naissance humaine jusqu’au jour d’aujourd’hui. Dans ce livre se cache bien souvent la clef de leur envoutement. Il est possible de les renvoyer en enfer pour une durée indéterminée en révélant leur Secret. Un simple mot, une simple chose qui prononcée à haute voix par un bienheureux les désintègre et les oblige à ramper jusqu’aux enfers. Ces Secrets sont bien gardés, cachés dans le Carnet et peuvent être aussi variés que leur réel prénom, leur plat favori, leur cause de décès humaine.

Invoquer un collecteur, en prendre un à son service n’est pas d’une grande difficulté. Un pentagramme, quelques sacrifices vivants, une sacrée dose de courage. Mais prenez garde, les pactes qu’ils font signer ont souvent un prix élevé, celui du sang, des larmes et des regrets.

I. Identité

    Nom & Prénom humains : Inconnus
    Nom démoniaque : Nihil
    Nom paranormal : Le Seelenzerstörer
    Surnom : Seel dans la plupart des cas. Sinon il est souvent doté de tout un tas de nom comme l’enfoiré, le psychopathe, le monstre, le griffu, et petit frère par les autres de son espèce.
    Sexe : Masculin, à priori.
    Age : Il ne sait plus lui-même. Beaucoup de temps, vraiment beaucoup et sur beaucoup de monde différent à tel point que le décalage d’années entre chaque dimension à totalement perturbé tout système de comptage. On peut néanmoins lui donner dans les 3 000 ans. Ce n’est pas vieux pour un démon, mais ce n’est pas jeune pour un agent de terrain.
    Race : Démon collecteur
    Idéologie : Le chaos absolu ? Surement plus celle des balayeurs actuellement.
    Métier : Pour l’État ce serait un chômeur, s’il était dans leurs papiers. Pour tout le monde c’est un brillant balayeur. Pour Calliope, c’est le collecteur d’âme zélé qui la suit comme son ombre.


II. Conscience du monde et magie

    Conscience : Initié
    Source : Rough
    Technique : Rough
    Spécialisation et Pouvoirs : L’Aura. De manière inconsciente, et surement comme toute créature biblique incarnée sur une planète douée de magie, il produit une source importante de manne magique. Cette source est utile à tout sorcier dans son entourage proche qui peut s’en servir pour prolonger son endurance dans le jet de sort.

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Le reste de ses pouvoirs reste nébuleux et il ne s’est jamais prononcé avec certitude sur ce qu’il pouvait faire ou non.

    La seule chose sure est qu’il peut tuer d’un seul regard : il s’introduit dans le corps d’un être pour venir saisir son âme à pleine main et l’emporter. Il laisse un corps amorphe, sans vie, et sans étincelle. Ce n’est pas mourir, certes, mais c’est devenir un légume. Et une fois l’âme arrachée… elle ne revient pas. Comme un nerf pincé que l’on ne sait raccorder, les rares filaments liant corps et esprit définitivement déchirés.

    Autrement, il possède une guérison rapide à la plupart des blessures sauf celles occasionnées par des objets religieux qui restent particulièrement longtemps. On lui prête aussi le pouvoir de lire dans les pensées mais c’est sans doute une conséquence de son regard si imposant. Quoi d’autre ? Beaucoup de choses innommables.


III. Descriptions

    Résumé physique
    • 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.
    • Dépendance aux antalgiques et particulièrement à la morphine.
    • Stigmates sur les mains et les pieds. Brulures conséquentes sur les mains, la cuisse droite. Fer rouge d'une croix sur l'épaule et plaie au ventre.
    • Sang noir
    • Élégant en noir, porte toujours des gants.
    • Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie.
    • Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.

    Description physique : La première capacité du diable n’est-elle pas d’être séduisant ? D’avoir les mains plus douces que le velours mais la poigne plus solide que le fer et de glisser les plus doux des mensonges aux esprits avides.

    On ne se défait pas de sa nature, il y a sur le visage de ce démon une beauté nonchalante et insolente de ceux qui possèdent l’absolue éternité. Étrange rose noire ornée d’épines empoisonnées mais si attirante qu’on y porte la main, au risque de s’en voir blessé. Seel est de ceux qui traversent l’existence en ayant l’absolue conviction de leur pouvoir sur les autres. Entre manipulation et duperie, le démon se sert de son charisme vénéneux comme d’une arme infaillible. Il se dégage de cette silhouette élancée, flirtant avec le mètre quatre vingt-dix, comme un parfum souffreteux d’absinthe, enivrant mais étouffant, et ce n’est pas cette aura glaciale refroidissant l’air dans une ronde d’un mètre autour de lui qui pourrait modérer cette impression étrange que le démon se détache du décor. Comme une réalité superposée au monde, une présence intolérable dont on voudrait se détourner mais qui attire.

    Son corps est d’un blanc d’albâtre, contrastant avec la couleur de son sang noir, comme une statue, il danse sous cette peau liliale les muscles d’un serpent, toujours en mouvement. Invincible dragon infernal. Gravées, ça et la, comme du papier à musique, notes volatiles sur la peau offerte... des cicatrices. Marques historiques, contant histoire comme combats. La brulante morsure d’objets bénis, tatouée ad aeternam, une croix sur l’omoplate, une marque étendue sur la cuisse comme de l’eau bouillante, un poignard au ventre. Et au creux de ces mains, cachées comme la pire des hontes, l’absolue brulure cuisante et tétanique de l’improbable suicide, on y distingue la forme de plumes au delà des stigmates d’une crucifixion, ce sont celles de Saeuus, l’ange némésis. Quand l’affrontement tourna au cauchemar et que le démon sacrifia ses mains pour tuer. Il arracha les ailes, et leurs hurlements se mêlèrent, l’un souffrait, l’autre devenait fou.

    Un nez pointu, des joues à peine creusées, une forme de visage douce et presque affable. Des cheveux noirs comme la nuit, anarchiques, encadrent une face à la peau laiteuse sans être pâle. Juste… privée de lumière. Si le démon ne semble pas lumineux, il se produit le contraire, ce serait même comme si la lumière elle-même évitait son contact et le plongeait dans une pénombre constante. Il est obscurci et de cette ombre ne brille que les deux émeraudes qui sont ses yeux.

    Un regard qui fait valser les millénaires comme une rengaine bien apprise, connue et répétée sans cesse. Et se frôle dans ce chaos des millénaires l’absolue certitude que plus rien d’humain ne subsiste au travers de ces pupilles qui parlent bien plus que l’individu. Un seul regard peut pétrifier sur place, comme donner l’impression fugace mais désagréable que votre âme est mise à nue, retournée et violée comme une catin qui passerait pas là. Sans ménagement ni délicatesse, il pénètre sans se heurter à aucun barrage et au sourire qui s’affiche sur ses lèvres sombres, il sait maintenant que votre vie n’est pas aussi sainte que vous l’affichez. Si une seule chose était à retenir de cet être, ce ne serais-que ce regard aussi élégant que mortel qui transperce jusqu’à l’âme, regarde bruler les civilisations et se noient dans votre analyse parfaite. C’est une intelligence sournoise qui se reflète, c’est le mal qui les fait briller. Et c’est indéniable, on ne se détache jamais du malin.

    Cette fragilité dissimulée, ces gestes lents et mesurés comme affligés d’une immense peine. Seel n’est pas né doué d’une beauté, mais d’un charisme qui est la preuve de sa plus grande habilité : la dissimulation. Il cache, déguise, transforme chaque parcelle de faiblesse, de lui-même, de son histoire pour n’offrir aucune faille où retourner le couteau. Et pourtant, si ce corps est une bénédiction, il est aussi un fardeau une fois incarné sur terre, car les souffrances constantes que lui infligent karma, destin, et manne essentielles sont autant de plaies ouvertes qui ne cessent jamais de saigner. Il a mal, vraiment, et d’une douleur qui le ferait hurler et pleurer s’il n’avait pas cet impressionnant self-control. Et c’est devinable au travers de ses yeux rougis, de ces cernes discrètes qui cerclent son regard et de ce geste, devenue litanie : déboucher un flacon de pilule de morphine et en porter une à sa bouche, l’avaler sans que le gout infect ne viennent se répandre le long de ses dents pointues et de ses canines hypertrophiées. Y voir, dans ce simple geste, le néant salutaire de l’insensibilité et ne pas penser à la dépendance dévorante. Seule allégeance sur tous les continents qui fait plier les genoux de l’intolérable démon à l’orgueil plus haut que ciel, seul reine dont il embrasse la main jusqu’à s’y greffer pour ne pas en souffrir. Qu’importe… il ne le concède pas et renier est la meilleure assurance maladie.

    Élégant, tout les vêtements qu’il porte semble lui aller sans qu’il n’y apporter un soin particulier. Il porte toujours des gants, cachant alors les impressionnants stigmates au creux de ses paumes et de ses pieds, souvenir cuisant de sa crucifixion, ainsi que la brulure du meurtre. Il en a honte et le cache. Le démon affectionne le noir, comme porter un deuil à l’avance. Ca le fait rire, vous non ? Ce n’est pas grave, il se fiche bien de votre avis. Et ce sourire narquois qu’il porte comme la plus sournoise des armures en est le signe. Seel ne semble jamais réellement colère, ni jamais vraiment joyeux. Et ces quelques éclats de rire sont effrayant, aussi malsains qu’un sourire accompagné de ce regard. L’expression neutre qu’il affiche parfois est toujours la plus favorable, même si on ne sait jamais ce qu’il prépare, il est toujours plus agréable de ne pas perdre de temps à spéculer sur ce qu’il peut bien penser, de toute façon cela ne vous plaira pas.

    Le carnet de Seel est à son image. C’est un petit livre de cuir rouge carmin relié de 14cm par 21cm, aux pages d’un blanc immaculé. L’écriture est fine et précipitée comme on l’attendait, et saute entre plusieurs langues sans raison apparente. Le carnet du Seelenzerstörer possède deux différences par rapport à ceux des autres, le sien est parfois orné de croquis, de plantes, de lieux, de personnes telles qu’Elizabeth et plus récemment Calliope et parfois même des dessins de Seel lui-même. La seconde et non pas des moindres est que les réels nom et prénom de Seel ne sont cités que sur la première page, par la suite il n’est employé que son surnom. Laissant deviner que son secret incantatoire est donc sa réelle identité.


Dernière édition par Seel le 08.09.09 10:36, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com

- Très surfait - PATATE royale avariée

avatar

Signalement : Fragment de l'Etrange, 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.Élégant en noir, porte toujours des gants. Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie. Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.


MessageSujet: Re: Seelenzerstörer   06.11.08 20:07

    Description morale : Seel a toujours été de ces personnes qui semblent davantage sortis d’une histoire que de la réalité. Plus un personnage qu’une réelle personne. Taillé d’un bloc de granit noir, comme tous les démons, il n’est qu’injure, souffrance et brûlure.

    Les années passant, et sa naissance humaine s’éloignant, il a perdu les derniers reliquats d’humanité qui subsistait. L’assassinat de la seule personne qu’il n’ait jamais aimé ayant définitivement scellé ce cœur sec et abimé par les ans. Seel n’est plus de ces personnes que l’on se plait à côtoyer à moins d’avoir des gouts spéciaux, il est acide, venimeux, parle peu en ne laissant que des attaques directs, des phrases vexantes. Rejetant toute trace de vie avec une certaine habilité, il déteste profondément tout être vivant et ne manque jamais d’inventivité pour le signifier. Si certains collecteurs sont passés maître dans l’art de la séduction, dans celui de manier les sensibilités humaines, le néphilim reste encore très novice et peu désireux d’apprendre. Il ne s’embarrasse pas des formalités, de la politesse pour approcher une victime, et se contente d’attaquer. Peut-être le plus sauvage de tous les collecteurs en circulation, le plus distant et glacial de par l’aura froide même qui se dégage de lui, Seel ressemble plus à un animal sauvage aux limites mal définies. Noyé dans les pires sentiments, le regret, la vengeance, la haine, exacerbé par cette douleur physique qui le hantent et le transforme chaque jour et quelqu’un d’un peu plus mauvais.

    Cependant, s’il ne sait pas se faire apprécier, c’est un excellent murmure. Doué dans la manipulation, il sait se glisser à l’oreille d’un être pour fomenter une révolution, lancer ça et là quelques idées qui mèneront à un carnage et exercer les pires chantages sur les particuliers. Usant alors de ce puissant charisme qui nimbe les êtres immortels et qui sait être aussi fascinant que terrifiant. C’est un habile technicien de l’indicible, un professeur du chaos et n’hésite pas, dans de très nombreux cas, à aller mettre la main à la pâte. Il est alors, dans ses combats, d’une sauvagerie telle que les corps sont rarement identifiables et rarement en un seul morceau.

    Très complexe, très difficile à saisir, Seel est entier gouverné – bien qu’il ne l’admette pas – par son travail, à savoir collecter des âmes. Ce regard vert, plus qu’une capacité de voir pour le démon, est un véritable outil. Capable de voir dans le noir, de deviner les aura des gens, de saisir leur karma et surtout effrayant miroir d’absorption. Ne dit-on pas qu’il ne faut jamais mettre un nouveau né devant un miroir de peur de voir son âme frêle absorbée ? Il faut alors savoir que face aux 2 000 ans de Seel, tout être est un nouveau né. Et chaque péché, chaque mauvaise action rend votre âme encore plus désirable et encore plus facile à saisir.

    Et c’est ce qui motive les changements d’humeur de Seel. Dépourvu d’âme, ayant vendu la sienne au maître des maîtres, le démon n’est plus à même de concevoir des sentiments dits vertueux tels que l’amour, l’espérance, la foi, la justice, la compassion ou la tempérance et n’est plus axé que sur les dictats de son cœur mort, ancré dans toute nature primitive. Les péchés capitaux. Cependant, toutes les âmes ingérées appuient sur ce manque, comblent les vides, reconstituent par leur nombre une âme particulière, un esprit personnel au démon. Accumulant les âmes dans son corps, avant de tout envoyer d’un coup aux enfers, Seel à tendance à devenir plus aimable, à être davantage la proie de la prudence et de la bienveillance, allant même jusqu’à distribuer quelques aimables sourires sans s’en rendre compte. Mais une fois déchargé de son cota, il redevient jusqu’au prochain paquet, un être détestable et immoral.
    Généralement difficile à énerver bien que toujours un peu sur la défensive, le démon arbore toujours cette attitude nonchalante, proche de l’indifférence élégante. Très ironique dans la plupart de ses paroles, maitrisant fort bien la rhétorique bien qu’il se laisse facilement aux insultes habituelles une fois en manque d’argument. Plutôt salace malgré sa frigidité notoire- Seel n’étant plus intéressé en quel cas que ce soit par le sexe et tout ce qui en découle – et dans le seul but de choquer les âmes les plus prudes. Et surtout, d’une adaptabilité profonde, se déguisant dans les époques mais aussi face aux gens, toujours expert dans la recherche du mot qui blessera le plus, qui touchera droit au cœur. Mauvais perdant, il y a cependant trois choses qui le mettent automatiquement hors de lui, qu’on parle de lui comme s’il n’était pas la, qu’on le menace et pire qu’on fasse référence à son souffrance physique.
    Tournant ainsi dans un cycle sans fin, il apparait que Seel devient parfois supportable.

    Et c’est surement ce qui a empêché Calliope de se jeter d’un haut d’une fenêtre. Ou pire, de le jeter par la fenêtre. Il ressent pour la jeune femme –en apparence- un confus mélange de haine profonde mais aussi d’habitude complaisante, comme une figure un peu détestée mais que l’on est ravi de retrouver car connue. Si au départ leur relation était tendue, basée sur des vacheries constantes –même si c’est encore le cas de manière plus constante- et surtout sur des tentatives de meurtre de la part du démon, on peut désormais dire que dix ans de pérégrinations communes les ont rapprochés. Et parfois même plus que tous les deux osent l’avouer. Calliope est présentement la seule humaine qui mérite quelques attentions dans l’esprit du démon, déjà car le contrat stipule qu’il doit la protéger de toutes les manières possibles mais aussi parce qu’elle est maintenant poursuivie par un ange, Zack.

    Zack. Si toute la haine que le démon retient depuis des années pouvait se cristalliser sur une seule personne, ce serait bien ce joyeux emplumé. Des quelques fois où ils se sont croisés, le démon en a nourri une colère viscérale pour ce jeune piaf jeté dans ses plates bandes. Comme il déteste tout ce qui appartient au religieux, il exècre davantage ce nouveau venu car il lui rappelle Saeuus, cet ange némésis envoyé sur terre pour le combattre. Ce nom est un des seuls à pouvoir inspirer une terreur muette au démon, incapable d’oublier ces batailles sans fins, ses néants si proches et cette nuit terrible où il sacrifia ses mains, et un peu de sa capacité à jouer du piano pour réduire son ennemi à la folie, en lui arrachant les ailes. Il craint, au fond, de voir cet épisode se répéter alors qu’il était persuadé que cet échec avait servi de leçon à Dieu ou tout du moins au grand connard qui avait tenté de lui mettre des bâtons dans les roues.

    Le Seelenzerstörer possède par ailleurs, quelques petits plaisirs secrets, qu’il ne partage qu’avec lui-même. Jouant du piano depuis très longtemps, il est arrivé à un niveau d’expertise (et malgré les brulures handicapantes de ses doigts) frôlant la perfection. Normalement brutal, non tempéré, le démon fait alors preuve d’une sensibilité émouvante, tirant la larme à l’œil de n’importe qui. Fusionnant presque avec l’instrument pour ne devenir que cet amalgame magnifique de chair, de bois et de corde et de sensation. Il ne voit plus le monde extérieur, se noient dans les plus tristes mélodies possibles et arrête son propre temps pour d’infinie secondes plus précieuses que l’or. Quand il joue, il revoit ce passé dansant, ce vieil italien lui enseignant, ce presque père, il revoit Élisabeth l’écoutant, il revoit le néant salutaire qu’il n’aurait jamais voulu quitter. Son espèce de paradis, juste le noir infini et quelques notes de piano en fond.

    Finalement, il faudra parler de sa dépendance à la morphine et tout ce qui en découle. Toujours armé de son flacon de pilule, même Calliope s’évertue à lui en acheter le plus possible tant le démon devient chiant –et potentiellement inutile- quand il est en manque. Spasmes, nausées, frisson accompagnées d’anxiété, de nervosité excessive et surtout la douleur, revenue d’entre les morts bien plus puissante qu’avant. Il a l’impression de sentir sa chair partie en lambeau, que ses muscles se grippent comme une machinerie mal huilée, que chaque contact est comme un coup de poing alors qu’il s’agit de son échelle de sensation elle-même qui est déréglée. Autant se dire qu’il est d’une humeur noire et qu’un seul mot de travers peut vous valoir un coup de griffe en travers de la gueule sans autre forme de procès. Mais évitant au maximum ce genre de crise, Seel est persuadé qu’il n’est pas dépendant, ou du moins refuse de l’admettre. Ne sachant plus – à force de ne plus souffrir- si cette nouvelle douleur correspond à la normale ou à un état de manque. Il ne se pense que revenu à la case départ.


IV. Précisions supplémentaires

    Style de combat : Il ne faut jamais se retrouver dans le chemin du Seelenzerstörer. Jusque là personne n’a jamais pu résister à une attaque venant de sa part. Il possède toutes les qualités en faisant un parfait guerrier. Et même s’il n’attaque jamais réellement, se contentant souvent de petites agressions franches pour rappeler le quidam à l’ordre, il s’agit d’un sinistre thanatos. Les terribles lames qui sortent de ses avant-bras tranchent dans l’os comme dans la chair, il allie vitesse, force inhumaine, agilité. Et surtout, il ne craint pas la douleur. Il est possible de le faire reculer bien sur, mais il ne se fatigue pas vite, n’abandonne que sur injonction de Calliope et encore. Au corps à corps c’est un Goliath incontrôlable et manque de bol, David n’est pas dans cette dimension. Et au final, il vous saisira par le col en vous regardant droit dans les yeux sans que vous puissiez réagir.

    Cependant, il est mauvais en combat à distance. Comme tous les spécialisés du lointain. S’il ne craint pas la douleur par habitudes, il ne craint les blessures même si elles se referment vite. Les balles sont d’une redoutable efficacité, tout comme les seringues contenant des produits anesthésiant. Il est incapable de saisir un objet bénis, crucifix, eau sacrée, sel saint, chapelet. La brulure qui en ressort est plus cuisante que toutes les douleurs, ineffable, on ne peut s’en détourner. Et la fumée, blanche et pure, consume le démon comme la plus ardente des flammes. C’est la protection ultime, il perd de son pouvoir, hurle et gémit car les marques laissées ne guériront que très lentement, parfois même jamais.
    Les médailles de protection le font reculer tout comme les bougies, la prière est la pire des insultes en sa présence et ne peut que le mettre hors de lui.

    Il utilise en complément un Victorious Mongoose. C’est une arme de petite taille, avec un recul faible et une grande capacité de munition. Véritable petite œuvre dans l’âme, cette arme est capable d’envoyer de pure décharge électrique et d’envoyer un adversaire au tapis. Cependant Seel répugne à s’en servir et ne la conserve que sur ordre clair de Calliope préférant miser l’accumulation des chances plutôt que sur la honteuse confiance du démon en lui-même (persuadé qu’il arrivera quand même à s’en sortir en cas de combat à distance). L’arme cependant est très rare, et la casser reviendrait à la perdre définitivement.

    La meilleure solution reste la fuite. Et encore… il aime quand le gibier court.

    Talents particuliers : Si ce n’est celui d’être surement le plus grand emmerdeur qu’on puisse rencontrer, Seel possède beaucoup de talent. Pas forcément parce qu’il est plus intelligent ou plus doué. Mais c’est surtout grâce à son âge et à ses expériences dans la vie. Le premier est son charisme accentué par sa grande taille et ses gestes lestés. Il n’est pas le genre de personne qui passe inaperçue.

    Davantage, sa plus grande capacité est de jouer du piano comme seul un immortel pourrait le faire. Haïssant le clavecin, il a consacré toute sa vie à l’instrument emplis de sensibilité qu’est le piano-forte, puis plus tard le piano lui-même. Paradoxal quand on sait que le démon a apprit à contrôler sa force par l’exercice régulier de cet instrument. Ses premiers essais ayant été fatals pour l’instrument puisqu’il écrasait les touches et brisait les cordes par sa simple force.

    Précis, il manie la rhétorique comme on se sert d’une lame et est capable de saisir les réelles pensées des gens. Il ne faut pas se leurrer, quand son regard vous transperce, ce n’est pas uniquement pour vous faire peur. C’est qu’il vous analyse.

    Signes Particuliers : Ce regard si vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com

- Très surfait - PATATE royale avariée

avatar

Signalement : Fragment de l'Etrange, 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.Élégant en noir, porte toujours des gants. Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie. Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.


MessageSujet: Seel   19.07.11 0:00

Seel débarque à Sécaria il y a deux ans avec Calliope. Il est sous contrat avec elle, elle doit lui vendre son âme en échange de sa protection. Il a été attiré ici par les rumeurs de plantages des piliers.

Sur place, il combat régulièrement l'ange Zack.http://night.darkbb.com/t160-quand-enfer-et-ciel-se-rencontrent et dévoile sa réelle identité à l'inspecteur Mike Riker http://night.darkbb.com/t174-tout-n-est-pas-toujours-ce-que-l-on-croit.

Pactisant avec Daje, le versatilis, il s'empare d'une aiguille destinée à tuer l'ange. Il essaye de négocier le retrait du contrat sur la tete de Daje auprès de Caleb Mancuso http://night.darkbb.com/t209-desole-j-ai-oublie-mon-porte-feuille-caleb mais ce dernier refuse. Daje est d'ailleurs tué par un balayeur un mois plus tard. Seel quant à lui, arrive à tuer Zack http://night.darkbb.com/t197p15-crash-phalene-mais-qu-est-ce-que-c-est-que-ce-bordel.


Calliope disparue, Seel ère dans les rues et se fait beaucoup remarquer. Il achète régulièrement des doses d'antalgique à haut prix chez Caleb et passe des jours entiers à attendre dans l'appartement vide. Sa grande distraction reste d'aller tourmenter Ra, qui finit par l'enregistrer grace à un videophone et dénonce sa nature en place publique. http://night.darkbb.com/t620-le-seul-moyen-de-chasser-un-demon-est-parfois-de-lui-ceder-seel accompagné de Sammy, une étrangère, il se réfugie dans son appartement où il sent le lien avec Calliope se déliter. Cette soudaine liberté lui permet de répondre enfin à l'appel silencieux que Caleb lançait depuis des mois : retrouver ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com

~Et encore un schizo sur le forum.~

avatar

Signalement : L'autre main du Destin (probablement la gauche) Compte PNJ réservé à la validation des fiches. NE PAS MP.


MessageSujet: Re: Seelenzerstörer   24.09.11 21:14




NB: Les fiches ont été nettoyées de tous les post non rp. Désormais, l'auteur du topic est le seul habilité à poster.

Ce topic vous servira à la fois d'étendard, comme de journal intime ou fourre-tout, tant que cela concerne Seel.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Seelenzerstörer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seelenzerstörer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit