AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Never gonna be alone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Never gonna be alone.   02.05.09 4:08

« Wa~~~w » Ce fut ce que Elsaria dit quand elle se plaça devant la glace. Une robe rouge assez décolletée et ses longs cheveux d’ébène qui couvre ses épaules, la balayeuse ne semble pas se reconnaître affubler de la sorte. Il est clair qu’elle ne s’amusera pas à sortir habillé comme cela, à moins d’avoir une soirée ou quelque chose du genre. Enfin bref le temps d’une grande grimace avec ses grands yeux de biche la jeune femme se sortie de ce moment de béatitude qui franchement n’est pas son état normal. Il est à présent temps de se poser des questions, qui lui à fait livré le vêtement ? Il faut bien une raison pour ça, machinalement elle se dirigea vers le paquet posé sur la table où fut placé la jolie et au combien dorénavant précieuse à ces yeux « robe. » Il y a une note qui accompagne le présent, Elsa ne l’avait pas remarqué au début vu qu’elle a été plus aveuglée par le joli bout de tissus. La balayeuse se mis à lire silencieusement a note, et fronça des sourcils.


Citation :
Vous êtes conviée à dîner à l'occasion de la soirée de demain au restaurant "Chez Charlotte" dans les quartiers sud.
Conscient du caractère mystérieux et cavalier de cette demande, votre hôte espère que vous accepterez ce modeste témoignage de son estime à votre égard.
Soyez présente à 8 heures.

Bien à vous.

A.
.

A ? Qui pouvait bien être cette personne ? Serait-ce un admirateur ou voyons encore plus loin… Un employeur ? Elsa prie pour que se soit un employeur. Sincèrement, avait-elle réellement envie d’aller dans un de ces restau chic et hors de prix et s’amener habillé comme une poupée par un homme qui vraiment très bon goût… la jeune femme remis en place quelques mèches rebelle en passant ça main dans ses cheveux. Regardant autour d’elle et surtout sur la table ce qu’elle avait à manger, elle eut une expression amusante.
*Pourquoi pas ? * Pensa-t-elle. Elle ne risquait rien à se rendre dans cet endroit, qui est publique après tout. Elsa contrôle la situation, elle en est certaine… Elsaria n’avait pas mangé décemment depuis une ou deux semaine à cause d’une certaine perte d’activité dans son domaine d’activité à cause du stress. Il est six heures et un quart, et il est encore temps d’y aller. Elsa file se faire une beauté chose rare de sa part… Mais par soucis de vouloir bien paraître en face du gentleman qui l’invite, elle se doit de ne pas ressembler à un zombie. Après trente minutes où elle se pomponna comme une furie, elle se munit d’un châle de couleur blanche qu’elle mit tout autour de son cou de façon à évité les coups de froid. Ensuite de son manteau et de son sac remplie de trucs de premier secours.

« En route » ce furent les mots qu’elle prononça après avoir fermer les portes de son appartement. Elsa pensait sérieusement à trouver un meilleur logement, mais pour ça il faudrait fournir plus d’effort dans son travail. Mais la paresse lui courait aux basques, la balayeuse ne sait pas ce qui lui arrive en ce moment mais une forte démotivation semble s’abattre sur son moral. Une petite marche dans les rues de Sécaria ça ne lui disait vraiment rien… Elle se trouva une calèche pour se rendre directement sur le lieu de rendez-vous, et super sept heures et demi ; Elle se trouve à mi-chemin de l’objectif, si elle n’avait pas demandé au cocher de se dépêcher elle se retrouverait sûrement coincée sur la place.
Après un petit voyage mouvementé, Elsa se retrouve devant les portes du cabaret et franchement ce n’est pas une zone de la ville auquel elle est habituée. Ce sont les grosses bourses qui vivent dans ces endroits là, Elsa n’avait pas envie de faire de vieil os dans les parages alors elle pénétra dans l’établissement.
Elle ne pensait pas entrer dans un endroit comme celui-ci depuis des décennies, sûrement dû à cette perte de motivation auquel elle pensait tout à l’heure… Ah ! Il faut se présenter à l’accueil pour quel sache à quel table se rendre. Elsaria en perd ces bonnes manières… Elle fit comprendre de façon très explicite au groom son cas en précisant bien son nom. Et bingo access granted, la balayeuse en profite pour lui confier son manteau et peu après l’employé lui montre la direction à suivre pour se rendre à sa table. Elle le suivit et se mis à regarder et écouter son entourage ; la musique est bonne, la décoration est assez exquise… elle n’eut pas le temps de voir le visage des autres personnes présente qu’elle arriva déjà à sa table. Le serveur tout galant qu’il est lui tire la chaise pour qu’elle puisse prendre place, avant que celui-ci ne s’éclipse Elsa lui posa une question que sincèrement toute femme dans sa position se poserait.


« Pourrais-je savoir qu’elle est le nom de la personne qui a réserver ? » Après une petite hésitation, l’homme décida de ne pas répondre et lui fit comprendre qu’elle verra par elle-même. Qu’elle ne fut pas l’envie de la jeune femme de lui faire cracher le morceau à coup de poing, enfin il fallait bien se tenir dans ce genre d’endroit… Alors Elsaria décida d’attendre et attendre, pour connaître qui est cette fameuse personne assez friquée pour lui faire parvenir un présent de la sorte et qui connaît son lieu d’habitation…
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.05.09 5:15

[Premier poste du maire, faisons sobre pour commencer hihi]

La table était curieusement de bonne taille et faisait partie d'un petit groupe de tables assez excentré par rapport aux autres qui se trouvaient dans le restaurant. Pourtant, malgré sa taille, elle comportait seulement deux couverts. A l'œil expert, il aurait semblé qu'une telle disposition n'était pas naturelle ou établie dans une logique esthétique. La chose était claire : On avait voulu isoler cette partie du restaurant. Aux yeux de tous mais néanmoins isolé, la chose, pour peu qu'elle fut volontaire, ne manquait pas d'un certain aspect théâtral. Assis ici, personne ne pouvait entendre ce groupe de table hormis les personnes assises aux tables elles-mêmes. Le jeu d'échos de la pièce, le clair clapotement des grands murs d'eau et la musique assurait une part de discrétion suffisante pour que ceux qui viennent ici puisse y parler tranquillement...

La décoration de table était somptueuse, sans doute un peu trop pour deux couverts, mais rien d'anormal à Sécaria. Rien d'anormal pour ce lieu qui était :
La table du maire...

Un groupe de trois personnes entra dans la salle : Un homme avec une femme à son bras et un autre homme qui les suivaient légèrement en retrait.
La première était une femme dotée d'une orgueilleuse attitude de souverain, on aurait dit une princesse. Elle était habillée dans une tenue de soirée noire sublime inspirée d'un style qui aurait pu rappeler celui des indiens terriens combiné à la mode tyrienne. En dépit de cela, il était évident que notre amie venait d'ailleurs à en juger par sa peau presque rouge.
L'individu qui se tenait derrière le couple était un homme d'âge mur dont l'apparence élégante conférait à une idée d'obscurité. Le noir de son costume attirait les yeux à lui, comme si il était une porte vers une dimension faites de ténèbres. Sa moustache finement taillée, ses cheveux impeccablement peignés, son allure sportive lui donnaient une aura de raffinement posé qui différait de cet aura d'orgueil presque indécente qui émanait de la femme.
Le dernier homme n'était pas le moins visible, au contraire. Dans son joli costume taillé à la perfection voila que venant bedonnant, était entré l'affable et infâme maire de Sécaria à la réputation aussi terrible que la noirceur de ses chaussures parfaitement cirées. Armé de sa canne fétiche à pommeau de diamant, malgré son air avenant, l'homme, un peu enlaidi tant par la charge de travail que sa charge pondérale, semblait respirer le pouvoir à travers tout les pores de sa peau. Il n'était pas devenu maire que grâce aux affaires : Il possédait une forme de charisme naturel qui le prédestinait malgré son apparence à la conduite de ses semblables. on aurait dit que c'était le roi qui venait de débarquer dans le 'Chez Charlotte'.

Il s'avança jusqu'à la zone du restaurant où Elsaria était assise, souriant à la salle de ses dents blanches, serrant une ou deux mains au passage. Le maître d'hôtel accompagné de plusieurs serveurs vint à sa rencontre et le salua chaudement, les deux hommes s'échangèrent quelques politesses. Il sembla même que le maître d'hôtel fit une blague au maire qui rit aux éclats et donna une tape dans le dos à l'homme, lequel leva alors sa main. Les serveurs vinrent vite débarrasser le trio de ses chapeaux, canne et manteaux, afin que leur supérieur puisse conduire les clients à leur table.

Arrivé à l'entrée de la zone de discrétion, le groupe se divisa : L'homme raffiné et la femme rouge partirent vers une table séparée, le maire par contre vint vers la table d'Elsaria. Il y parvint souriant, ne manquant pas d'observer la robe qu'elle portait. Sans doute pensait-il qu'elle lui allait bien car son sourire s'agrandit de plus belle en la voyant.

- "Miss Lahankreeb, je présume ?" demanda l'homme souriant.
Sa voix était un étrange mélange de miel et de raideur formaliste. C'était sans doute normal pour un homme ayant une formation d'avocat.

- "Pardonnez moi si j'ai pu vous faire attendre. Je me prénomme Jean Aldwig... Mais vous avez surement entendu parler de moi comme étant le maire de cette ville." Ajouta t'il en toute modestie. "Je suis l'auteur de l'invitation qui vous a été transmise."

Il attrappa délicatement la main de l'invitée et se pencha dessus selon le rituel du baisemain. Puis il alla s'asseoir à la place qu'on lui avait réservée en face de la jeune femme.

- "Merci mon brave !" Lâcha joyeusement le maire au serveur qui tint sa chaise lorsqu'il s'assit. Ce dernier s'inclina et alla chercher les menus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.05.09 7:03

« C’est elle-même… » Répondit-elle.

Elsaria ne s’attendait vraiment pas à ce que son mystérieux gentleman soit monsieur le maire. Elle se posait déjà tout un tas de question, comme : Qu’est-ce que quelqu’un de son importance avait à faire avec elle ? Que voulait-il ? Et surtout qu’espérait-il ? Il n'y a pas intérêt à une proposition indécente... Mais Elsa sait qu’elle aura droit à une réponse au cours de cet entretien…
*Oh oh* il vient de lui faire un baise main, la balayeuse n’est pas contente. Elle n’est pas habituée à ce genre de traitement, une simple poignée de main aurait suffit, enfin le maire reste une personnalité qui doit savoir apparaître maniérer alors elle lui pardonne. L’homme prit son temps pour s’asseoir et s’installer, Elsa chercha quelque chose à dire, mais pas un mot ne franchit ces lèvres rosées. Elle toisa sous toutes les coutures monsieur le maire ; Ce n’est pas son type d’homme ça c’est clair et s’il n’avait pas décliné son identité elle aurait fui au moment même où il s’est présenté à elle. Mais dans la perspective d’un job, elle pouvait bien rester un peu pour ne pas faire mauvaise impression. Elsa pris un air moins surpris et décida de passer à l’interrogatoire, mais il faut qu’elle ne soit pas trop agressive…

« Je suis surprise… » Dit-elle en faisant la moue. Les coudes posés sur la table le sommet de ses mains en dessous de son menton, la balayeuse de son regard perçant et insidieux fit mine de s’intéresser à son hôte.

« Monsieur le maire en personne qui invite une jeune femme à dîner… » Elsaria ne pouvait s’empêcher de terminé ça phrase par un « …Classique. »

L’homme avait toujours les yeux sur le menu qu’il semblait parcourir avec dextérité. Quand elle y pense, cet homme doit se restaurer dans ce genre d’endroit plutôt souvent, quelle chance il avait… Elle, elle n’avait que des patates et du ragoût la plupart du temps. Et quand elle voit toutes ces femmes tout autour d’elle, habillées de façon la plus somptueuse, Elsa ne pouvait se sentir qu’envieuse. Mais elle ne doit rien laisser paraître à cet homme qui sûrement s’en rendrait compte, il a une réputation de vieux renard et une image de tyran auprès des masses. Néanmoins ! Les choses ne sont jamais comme les gens le pensent, Elsa lui laisse une chance de bien expliquer la raison de son invitation.

« Monsieur, pourrais-je savoir quelle est la raison pour laquelle nous nous trouvons tous les deux à cette table ? »

Les mains à présent jointe sur la table, elle s’attend à une réponse acceptable.

« Je suis toute ouïe. »
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.05.09 14:37

Sans poser son menu sur la table, monsieur le maire en décolla tout de même les yeux pour venir les fixer dans le regard inquisiteur de la jeune femme en robe rouge. Il afficha un sourire qui ressemblait cette fois-ci plus à un rictus démoniaque qu'à son sourire de politicien de tout à l'heure. Si au moment de son arrivée, le maire en dépit de son charisme, dégageait laideur et corruption, on avait cette fois-ci l'impression de se trouver face au diable lui même ou tout du moins une chose aussi malsaine, avide et corruptrice qu'une grande puissance du mal le plus pernicieux. Il n'avait vraiment pas l'air mal à l'aise dans cet endroit, il fallait dire que le maire était un homme qui s'adaptait très vite dans son milieu quel que fusse ce dernier. Et venant ici pour dîner un soir sur deux, il connaissait très bien ce restaurant. Elsaria était un peu dans la tanière du loup.
Sa voix était toujours aussi bizarre, entre douceur politicienne et rigueur logique, avec une sorte de diction se voulant inspiratrice de confiance. Ses conseillers en image étaient vraiment bons.

- "Si votre question porte référence au fait que nous nous trouvions assis à cette table à 8 heures du soir en plein dans un restaurant. La réponse me parait plutôt simple : Nous sommes ici pour manger." plaisanta le politicien. il eut ce petit rire aux éclats comme quand il avait parlé au maître d'hôtel. Cependant, comme si il ôtait un quelconque genre de masque, son visage s'arrêta net et redevint aussitôt sérieux. Peut-être conscient que l'humour était dans cette situation un peu pervers et déplacé ?

Son sourire ferma son rire. Sa réponse, bien que ironique, avait été prononcée sur le ton le plus naturel du monde. Il la laissa en suspend pendant quelques secondes, comme si une pareille évidence énoncée par ce genre de personnage, pouvait contenir une seule once de vérité. Le maire ferma et reposa son menu sur la table, montrant au serveur par ce geste qu'il avait choisit ce qu'il commanderait. Il reprit cependant avant de laisser le temps à son invitée de songer à mettre en application tout éventuel projet de fuite.

- "Si votre interrogation tourne davantage autour de ce "nous", vous ménagère dans tous les sens du terme et moi-même, à moins de cinq mètres de distance. Considérez que je suis un homme politique, se voulant pragmatique et que j'aime à rencontrer, moi-même, les gens qui m'intéressent..."

Dans le fond de la salle, l'un des serveurs, qui avaient aussitôt déserté les lieux pour laisser au maire toute l'amplitude de la discrétion qu'il souhaitait, aperçu le geste du politicien. Il glissa un mot au maître d'hôtel et commença à se diriger vers la table. Le maire n'avait pas vu cela puisque l'événement se déroulait dans son dos, toutefois une petite accentuation de son sourire à ce moment précis aurait pu faire croire qu'il savait que le serveur allait venir. Était-ce une coïncidence ? Ou le maire avait-il des yeux derrière le crâne ? Nul n'aurait pu vraiment le dire. La seule chose certaine était que c'était un homme extrêmement calculateur...

- "Rassurez vous, mon intérêt envers vous ne revêt nullement de caractère plastique, ni même charnel... Même si je dois avouer me féliciter d'avoir eu un coup d'œil chanceux en pensant que cette robe vous irait." Dit-il regardant la jeune balayeuse de haut en bas (Jusqu'où la table le lui permettait en tout cas). "Vous êtes particulièrement magnifique." Trancha t'il. Bien que personne ne pu savoir si le compliment était adressé directement à Elsaria ou plus indirectement à son propre jugement en matière d'esthétisme.

C'est à ce moment que le jeune serveur choisit d'arriver à la table de l'étrange couple. Il n'avait même pas l'air de s'offusquer que le maire, pourtant si moche et gros, soit en compagnie d'une jeune femme telle que Elsaria. Ou alors il le cachait bien. De toute manière, le maire avait l'habitude de savoir se faire entourer par toute sorte de gens du monde et évidement par de très jolies jeunes femmes, attirée par l'argent, le pouvoir, ou ces deux choses à la fois.

- "Mademoiselle, monsieur, avez-vous arrêté votre choix ?" demanda t'il d'un ton neutre et courtois.

Sans jeter un regard au serveur. Le maire fit mine de regarder de nouveau la carte. Il agissait presque avec dédain toutefois, il appela le serveur par son nom.

- "Hmmm... Eh bien mon cher Vincent. Pour ma part, je ne dérogerai pas, je prendrais mon apéritif habituel, suivit du magret..." Annonça t'il joyeusement en tendant sa carte au serveur.

- "Très bien monsieur le maire, et vous mademoiselle ? Avez vous également choisis votre plat ou voulez-vous un peu plus de temps pour considérer notre menu ?" Demanda le serveur toujours aussi aimable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.05.09 19:29

Quand le maire répondit à ça question et ce mit à rire aux éclats, La bayeuse ne put s’empêcher de rougir. Ce n’était pas juste ! *Il joue avec les mots…* pensa-t-elle. Cet homme avait un certain humour… Certes il est amusant, mais Elsa n’aimait pas l’atmosphère qui se dégageait de lui. Bref, elle hésita à prendre congé de ce personnage ne l’inspirant guère. Se préparant à se levée et à partir elle fut retenu par le second dialogue du maire. Après avoir bien écouté, la jeune femme pris du temps à assimilé les paroles et le contexte… Elsa l’intéresse ? En quelle façon et de quel point de vue ? Décidément elle n’aime pas du tout la situation dans laquelle elle se trouve… Elsa pris bien soin de repéré les issues de secours, si jamais les choses doivent tourner court. Alors ? comment faire pour amener ce vieux renard à déballer quelle sont ces intentions envers la balayeuse. Elsa décida de rester alerte, après tout cet homme est le maire ; L’homme sait où elle habite et doit sûrement être au courant de ces activités de jour comme de nuit. Et là Elsa ne pouvait s’empêcher de vouloir le questionner à la bonne vieille méthode… Mais ce n’était sans doute pas une très bonne idée.

« Qu’elle saloperie, ce putain d’état qui prend l’habitude à toujours vouloir fiché ces citoyens… » La Balayeuse pense toujours avoir la situation en main, elle ne sentait pas d’intention malsaine à on encontre, du moins pour le moment.

C’est à l’instant où l’homme parla de ses courbes et forme qu’Elsaria regretta d’être venue dans cette tenue… Elle aurait dû opter pour l’habituel costume cravate qu’elle aime tant porter. La jeune femme tenta presque de remonter le décolletée qu’elle exposait, mais se serait impoli.. Non ? Elsa ne supportait pas d’être vue de cette façon par un homme, elle songeait presque à crever les yeux de celui ci avec ça fourchette placée bien en évidence… Mais elle préféra résister à la tentation. La soirée promettait d’être longue, très longue… La jeune femme se pressa pour trouver un truc à dire.


« Je vous remercie du compliment, monsieur.» Dit-elle, mais elle doit trouver un truc gentil à dire pour la forme maintenant. « J’ai voté pour vous… vous vous en êtes bien sortie aux dernières élections… » Franchement elle ne pouvait pas trouver mieux que ça ? Elle se dégoûta elle-même. L’intervention du serveur la sauva in extrémis de la réponse du maire, il leur demanda de passé commande et waw le maire ne se fit pas attendre… Elsa pensa que ça bedaine n’était pas là que pour faire apparat ; la jeune femme poussa un petit gloussement quand il commanda. Mais ce ne fut plus aussi drôle quand son estomac se mis à gargouiller, le serveur passa à elle. A cause des odeurs et des fumets délicats se dégageant des autres tables la fringale de la balayeuse commence à se faire voir… C’est ainsi qu’elle s’empara du menu devant elle, et le parcourant à son tour avec hâte.

* Oh mon dieu. * Tellement de plat digne d'un quatre étoiles qu’elle ne pensait jamais pouvoir déguster se présente devant elle… Et elle n’avait pas à payer ! C’est ainsi qu’elle put voir les avantages de ce dîner avec le maire, elle savait qu’elle ne mourrait pas de faim ce soir…

« Je voudrais de ce gratin dauphinois. » Dit-elle en désignant l’image sur le menu. Le serveur nota tout cela sur son calepin et quand il eut fini s’en alla en faisant les politesses. Le regard posé sur le maire, elle se remémora le pourquoi de sa présence à ce dîné, la nourriture lui ayant obscurcit l’esprit quelques minutes.

« Peut-être, en ayant le ventre plein vous serez moins reluquant à me répondre monsieur. » Argua-t-elle en affichant un sourire.
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   03.05.09 2:40

Le maire, sourire carnassier béant, cueillit la pique de son invitée avec humour. Il en avait vu d'autres, venues d'adversaires plus dangereux et subtils que tentait d'incarner cette balayeuse en ce moment. A opposer à l'humour de la jeune femme, il choisit la culture et l'humour de la sphère politique.

- "Un brillant politicien que j'admire a dit un jour que le premier des droits de l'homme est celui de pouvoir manger à sa faim." ricana le maire.

D'un geste ample et rapide, il fit sortir un cigare de sa veste, en coupa le bout et fit revenir ses yeux sur Elsaria.

- "Je suppose que vous être trop impatiente de connaître la réelle raison de votre venue ici pour prendre le temps de savourer une petite mort telle que le tabac ?"

Il posa néanmoins l'objet au milieu de la table, laissant à la discrétion de la jeune femme le choix de le prendre ou non tandis qu'il s'en préparait un autre. Un gaspillage que certains auraient trouvé odieux. Mais ce n'était pas vraiment dans les soucis du maire. Si l'on avait été sujet à la paranoïa, on aurait pu penser que ce faste était présent uniquement pour faire envie à la jeune femme. Car il savait qu'elle était dans une situation financière instable ; elle ne s'était absolument pas trompée : Ce "putain d’état", injure délicieuse dans sa bouche et teintée d'une ironie assez subtile que le maire avait semblé apprécier au-delà de sa vulgarité, avait effectivement la manie de ficher les gens. Ce n'était que la dérive la responsabilité du maire d'être l'officier d'état civil. Après tout, l'état civil n'est-il pas la situation de la personne dans la famille et la société ? Une loi prochaine viendrait d'ailleurs éclairer dans une optique de transparence le système de la mairie... L'époque des réformes approchaient, mais ce n'était pas ici le propos. Le maire n'avait pas invité la jeune femme par simple caprice. C'était un choix délibéré né d'une envie indépendante de la notion de désir éventuel dont la perspective semblait à ce point la terroriser.

- "Oh énergie fougueuse de la jeunesse ! Ne vous offusquez pas plus. Que de bonheurs possibles dont on sacrifie ainsi la réalisation à l'impatience d'un plaisir immédiat1." Lâcha t'il. Il alluma son cigare et lâcha une bouffée de fumée bleuâtre vers le plafond fortement décoré. "Nul besoin de parler à couteaux tirés. Je m'en vais, avant de manger, vous dire pourquoi je vous ait convié." Dit-il avant de se pencher lentement vers la balayeuse d'un air d'une personne s'apprêtant à confier un secret important.

- "Je suis un avide et perpétuel découvreur de talent, j'aime à être un méscene de la gloire future des personnes méritantes dans tous les domaines. Et aujourd'hui, je vous annonce que vous, Elsaria Lahankreeb, m'intéressez au plus au point."

Son introduction finie, le maire en bon orateur marqua une pause, laissant le temps à son interlocutrice de digérer ce qu'il venait de dire. Une nouvelle bouffée de tabac vint s'écraser contre le plafond du restaurant avant que le maire ne reprenne sur un ton complice

- "Parmi tous les clampins et autres agents indépendants qui forment les rangs de l'organisation à laquelle vous appartenez, je vois en vous, Elsaria, de l'espoir pour une future génération de balayeurs plus responsables de leurs actes, plus efficaces et surtout par ce biais mieux considérés socialement parmi nos concitoyens. La crise professionnelle que vous traversez actuellement est injuste ! J'en parlais justement l'autre jour avec mon conseiller privé et ami de toujours monsieur Benny Leiden. C'est un homme brillant et loyal qui a toute ma confiance, nous avons fait notre droit ensemble..."

L'homme enrobé d'un costume très sombre leva son verre l'adresse du maire, qui lui adressa en retour un signe de tête suivit d'un sourire qui parut pour la première fois réellement franc et sincère de la part du maire. Il était évident que les deux hommes entretenaient un lien vieux et fort. Peut-être plus inquiétant cependant, l'homme, ce Benny, avait la capacité de les entendre alors que le maire parlait tout bas. La femme n'avait pas bouger préférant déguster une viande préparée façon tartare.

- "Nous, à la Marie, voyons en vous un potentiel... Si nos renseignements sont exacts, et je vous prie de croire que c'est le cas. Vous avez l'esprit, le physique, le talent et l'expertise nécessaire pour vous hisser à une place héroïque et nous considérions comme une infamie le fait que cela n'arrive pas..."

Sûr de son effet, il marqua une nouvelle pause et s'enivra encore une fois de tabac.

"La seule chose qui vous manque ce sont les moyens de considération un peu plus technique ! Laissez nous vous aider à transcender cette difficulté mineure. Je peux vous offrir argent et pouvoir aussi facilement que je vous offre cette robe et ce dîner. Ils sont à vos pieds et il ne tient qu'à vous de vous pencher pour les saisir. Aidez-moi en retour à faire renaître votre organisation sous un jour nouveau et par ce vecteur positif Sécaria toute entière. C'est l'offre d'un ami. Ne la repoussez pas, je vous en pris..."


[1 - Marcel Proust. Dédicace spéciale]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   08.05.09 22:19

Elsa regarda le cigare posé sur la table pendant de longues secondes, puis elle reposa le regard sur le maire qui parlait beaucoup décidément. C’est son job après tout pensa-t-elle… « Parler » est ce que tout homme politique sait faire de nos jours, c’est ce qu’ont à inculqué à la balayeuse. C’est aussi pour cette raison qu’une bande de marginal comme les Balayeurs se sont former, rien de plus et rien de moins. Ah ! Le gentlemen à enfin décidé de passer à table, mais il pénétra un peu trop de son espace pour cela. Elle recula un peu de ce faite, mais resta tout de même attentive ; Ont ne sait jamais c’est peut être une offre alléchante ? Et là est le gros point d’interrogation, que veux cet homme exactement. Quelques instants plus tard, et un froncement de sourcil, la balayeuse se reposa la même question que tout à l’heure.

*Intéresser ? Talent ? * Parlait-il de ces capacités ? La jeune femme n’apprécie pas le fait que cet homme soit même au courant de cela. Peut être devrait-elle l’éliminer ? Mais il s’agit du maire, et elle se trouve dans un endroit public ; Non, non il ne faut pas céder aux conclusions tout de suite, elle décida de le laisser continuer son plaidoyer. Elle le regarda fumé son cigare et le humé de ça et la. L’homme fini par reprendre la parole et d’après ce qu’Elsa put comprendre, il pense qu’elle est de son point de vue plus de « retenue. » Ce qui était vrai, elle causait moins de destruction ; Sûrement à cause de sa méthodologie et sa fâcheuse habitude de repérer ces cibles bien avant d’aller les exterminer… Le maire à raison, si les balayeurs possédaient le soutien des citoyens de Secaria ce boulot serait d’autant plus facile. Mais non elle ne devait pas se laisser avoir par un joli discours comme celui-ci. Mais monsieur le maire semble connaître mieux que personne la situation précaire dans laquelle la jeune femme se trouve. Elsa apprit malgré elle que si elle voulait faire taire son hôte, elle devrait aussi faire taire ses proches. Elle ne savait pas à combien de personne il avait pu parler d’elle. La Balayeuse détourna des yeux un moment pour apercevoir un homme qui salua monsieur le maire de façon désinvolte. Peut être s’agissait-il de cette personne ? Elsaria ne pouvait en être sûr. Elsa réfléchissait à la meilleure marche à suivre, jusqu'à ce que son interlocuteur reprenne la parole.

Quand il eut fini, Elsa ne put s’empêcher de pousser un ricanement. Mais machinalement elle pensait sérieusement à cette offre. Jusqu’à ce que le maire en rajoute une couche en causant monnaie… Il vint de convaincre la jeune femme qui déjà faible à cause de la jolie robe et du fumet de la bonne cuisine. Corrompue elle ? Non… Elsa se dit qu’il fallait bien survivre dans ce monde par tous les moyens possibles. Mais elle ferait encore un peu marché le maire ne pas faire la femme facile. C’est à ce moment précis que le serveur apparut avec leur commande, l’ayant perçu venir son timing ne pouvait pas être plus parfait.

« Cela vous dérange que je vous réponde après manger ? Mais je peux vous assurer, monsieur que votre offre ne m’est pas indifférente. »
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   07.06.09 20:33

Le maire afficha un sourire entendu. Il caressa doucement sa fourchette du doigt avant de dire :

- "Si j'avais seulement pensé un seul instant que cette offre n'aurait pas eu le don d'éveiller votre intérêt, je pense qu'un homme comme moi, attaché au pragmatisme et à la galanterie, n'aurait pas pris le risque de vous faire perdre votre temps."

Une manière polie de dire qu'Elsaria n'avait nullement besoin de souligner l'intérêt de son offre. En vérité, il était parfaitement conscient qu'il s'agissait là d'une perspective intéressante pour le Balayeuse. C'était comme il l'avait souligné le sens même du fait qu'il la lui ait formulée. Il n'aurait jamais déployé cet attirail si il avait considéré la jeune fille comme incorruptible. Les rues fourmillaient de balayeurs et tous n'étaient pas forcement des bras cassés, même si les bons éléments étaient une chose suffisamment rare pour qu'on les paye... Un peu...
Il se recula, laissant le serveur déposer les plats sur la table, tandis qu'il les annonçait d'une voix monocorde.

- "Pour mademoiselle, rutilent gratin de pommes de terre dauphinoises, cuisinées à la manière de Sécaria, trois fromages et sa couronne d'épices. Pour monsieur, magrets de canard séchés au poivre et laurier, accompagnés de leurs capriccios de légumes frais. Toute l'équipe du Chez Charlotte vous souhaite un bon appétit."

Les assiettes étaient belles : Le parfait exemple d'une bonne maîtrise des arts culinaires contemporains. Ce n'était pas pour rien que ce restaurant était le meilleur de la ville et par conséquent celui du maire. Après tout, l'une des grandes œuvres de Jean Aldwig en politique avait été d'aider ce genre d'entreprises à se développer. Le parti avait plus ou moins financé celle-ci comme tant d'autres, parfois avec moins de succès. Toujours est-il qu'à l'heure actuelle, le parti avait la capacité de s'autofinancer par la récupération des dividendes dans ses différentes affaires, ainsi que par les nombreux avantages en nature ainsi que le trafic d'influence. Même si les preuves manquaient en la matière. A Sécaria, la politique n'était pas au service de l'économie...
Le serveur s'en alla aussi rapidement qu'il était venu, certainement pour apporter d'autres plats à d'autres clients. Toutefois, le maire avait l'air d'avoir eu autant de considération pour lui que pour sa première paire de chaussette. Pour le moment, l'homme politique regardait seulement son invitée sans ciller. Laissait-il son esprit divaguer sur les formes de son corps ? Ou alors, complotait-il pour savoir quelle serait sa décision ? Cela personne n'aurait pu le prédire.

- "Vous avez raison... Cela ne me dérange pas du tout. Après tout, nous sommes là pour ça. bon appétit."

A ces mots, le maire s'empara de ses couverts et entama la pauvre viande avec une douceur étrange, voire quasi-malsaine.

- "La bonne nourriture est un cadeau de la providence, qu'il faut savourer."

Une personne ordinaire aurait sans doute savouré le goût ou l'odeur, mais notre élu semblait intégrer la découpe à sa vision de ce qu'était savourer un plat. Ses gestes étaient ceux d'un chirurgien, il semblait presque découper sa viande toujours de la même manière, suivant un schéma bien à lui.
Ce n'est que quand il avala enfin son premier morceau de viande qu'il parla à nouveau.

- "Hmmm... J'ai toujours raffolé de la viande... La volonté qui est à l'origine de ce prodige est très certainement un génie... Il est regrettable que le tabac m'ôte le goût des aliments... Mais c'est un des nombreux pêchés auxquels j'ai malgré moi développé une addiction certaine."

Le maire trancha un nouveau morceau de viande, qu'il porta à sa bouche. Il le mâcha lentement, avant de lui faire subir le même sort impitoyable qu'au précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.08.09 20:52

« Monsieur à du goût pour les choses exquises » Dit-elle en sourire.

L’homme possède de bonne manière, et ne s’empiffre pas comme un cochon ; c’est relativement une image contradictoire qu’elle se faisait d’un homme politique. Pour elle se genre de personne au parlement devait se nourrir comme un cochon et avec les doigts… Mais elle avait du regardé trop de films au cinéma communale et s’est laissé influencée. Elsa est mise en confiance, et elle le réalise mais « fuck » la méfiance ; Elle à besoin d’argent pour vivre et quelque chose lui dit que son partenariat ne sera pas de tout repos ? Le maire lui demandera-t-elle de rallier plus de balayeur à sa cause ? La jeune femme risque de se faire lyncher plus qu’autres chose… Mais le risque est bon à prendre, Elsa semble croire qu’elle peut entrevoir le plan du maire concernant les balayeurs. Tout en engloutissant une bouchée de son plat elle se demandait s’ils ne cherchait pas à recruté une milice de personne capable de se débarrasser des envahisseurs.


« J’avoue monsieur le Maire, que je suis ravie d’avoir acceptée votre invitation. Ma situation m’empêche de me nourrir correctement en ce moment, je vous suis donc reconnaissante. »


La balayeuse eut vite finit de se restauré et fit venir le serveur d’un claquement de doigt et lui demanda de lui empaqueter les restes qu’elle mangera plus tard. Elsa se saisie de son verre et lentement le porta à sa bouche pour finalement laissé le liquide s’écoulé dans sa bouche. Lorsqu’elle finit de se désaltérer elle déposa le verre délicatement sur la table et reposa son regard sur son hôte qui mange avec doigté élégance. Elle utilisa le mouchoir pour s’essuyer la bouche et posa celui-ci sur le côté de la table et malheureusement un peu de son rouge à lèvres déborda. Elsaria se leva de la table et s’excusa auprès du Maire.

« Monsieur veuillez me pardonnée, je dois me faire une petite beauté… » avec un petit sourire gêné. La jeune femme se dirigea vers les toilettes des dames et lorsqu’elle y entra, elle fut très surprise de la tenue de celle-ci.

« Pas assez clean… »

Et pourtant il s’agissait d’un établissement professionnel, enfin elle n’est pas là pour le travail ; Elle s’occupa de rendre ces lèvres aussi désirable que possible, elle veut après tout se mêler à la classe élitiste de sorte à ce qu’on ne la reconnaisse point. Maquillage pas trop mal… elle sortie peu satisfaite de son travail et revint à table, bien sûr elle eut le temps d’inspecter les lieux du regard et d’écouter certaine conversation pendant qu’elle marche. Elsa réfléchit et se dit que finalement elle devrait peut être partir… Elle n’appréciait pas les personnes qui l’observait et encore moins les dires que murmurait les femmes de la riche société ; Être traité de poupée et de prostitué n’est pas plaisant. La balayeuse arriva à sa table moins enjouée que tout à l’heure et s’asseyait avec moins de velléité.

« De retour. » Dit-elle en essayant de caché sa gêne.

« Monsieur Je pense qu’il serait temps que nous nous séparions pour aujourd’hui, nous discuterons des discussions de notre partenariat une autre fois. Mais je ne vous oublie pas »

Elsa se lève et s’apprête à partir, gardant une oreille aux alentours ; Les médisances se firent plus vindicative. La robe était-elle trop voyante ? Ou est-ce sa jeunesse qui choque ?
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   29.08.09 18:29

Le maire afficha un rictus sincèrement amusé. Il ne semblait pas avoir prévu que notre amie la balayeuse lève le camp aussi tôt. Il posa les deux coudes sur la table et noua ses doigts dans un horrible craquement sec et posa son menton sur ce même nœud, levant les yeux au ciel dans une expression d'insouciance qui ne lui allait pas du tout.

- "Ah... L'énergie vive et la beauté impatiente de la jeunesse..."

Déjà le serveur arrivait pour raccompagner l'invitée du maire jusqu'à la sortie. Le maire affichant un air faussement affecté se recula sur sa chaise, s'affalant presque, l'air désolé. Il leva les mains de chaque côté et haussa les épaules, ce qui fit à nouveau craquer sinistrement ses os. Mais il ne parut même pas s'en rendre compte.

- "Eh bien... Je ne suppose que je ne peux vous retenir... Après tout je ne suis pas du genre à séquestrer les jolies femmes..."

Le maire sourit dans un ricanement. Il y avait du vrai là dedans : Il n'était pas du genre à enlever les gens. Cependant, il fallait aussi avouer que certains employés de la commune, un peu trop zélés c'est vrai, n'hésitaient pas à recourir à ce genre de méthodes disgracieuses. Le maire n'aimait aller contre le gré de ses électeurs, alors il les manipulait par la corruption pour qu'ils veulent rester d'eux-même. Et c'était généralement très efficace : Les gens qui avait suffisamment de volonté pour ne pas se laisser corrompre par leur "ami" monsieur le maire étaient rares. Sauf que dans ce cas ci l'ange ciblée n'était pas très coopérative, malgré le fait qu'il ne l'avait pas laissé insensible. Cependant, heureusement, le Diable en personne n'avait pas que cette arme là à sa disposition.

- "Toutefois, avant que vous partiez... Je dois vous dire que le programme municipal arrive dans des temps obscurs et de tempêtes qui ne me laisseront guère le temps de revenir à la rencontre de vos si beaux yeux pour une discussion stérile. La remise à plus tard de cette discussion me semble donc impossible dans des temps immédiats."

Le maire prit le temps de rallumer un cigare et lâcha une énorme bouffée de fumée, avant de plonger la main dans la proche de sa veste et d'en tirer une jolie enveloppe scellée de cire.

- "Aussi avant que je n'ai l'occasion de vous rencontrer à nouveau mon enfant afin de discuter de la manière dont vous m'aiderez, je vous transmet ce petit devoir de vacances. Rien de bien fâcheux je vous assure. Une petite enquête d'information auprès d'une créature qui sévit dans notre ville depuis quelques temps."

Il marqua une pause avant de continuer, en profitant pour tirer à nouveau sur son cigare qu'il tenait d'une main tandis que l'autre tenait toujours l'enveloppe. On racontait souvent que l'on comprenait soudain en voyant le maire pourquoi la mairie était directrice des pompiers de Sécaria. Mais le maire avait faite interdire cette horrible blague désobligeante pour un élu de la nation. Il posa le pli vers la nappe et le poussa vers sa charmante invité. Sa voix se fit soudain plus persuasive et conspiratrice.

- "Si vous vous demandez en quoi ce modeste bout de papier peut vous aider... Je vous donnerai deux raisons : Primo ! Le "célèbre balayeur" Seel, connu de nos services, a raté cette créature dans le métro cela fait quelques temps. Vous serez un atout pour votre organisation si vous arrivez à percer le mystère qui l'entoure. Vous n'êtes même pas obligée de sortir victorieuse. Ces informations vous aideront à la débusquer.
Secundo... Elle contient en plus des renseignements un charmant petit bonus sur salaire... Prenez le comme cadeau de bienvenue dans le club sélect des personnes œuvrant pour le bien, l'ordre et le bonheur de cette ville.
"

Le maire se leva et fit signe au serveur.

- "Un taxi vous attendra dehors... Prenez soin de vous, Miss Lahankreeb. Je... Non. La ville toute entière compte sur vous !"

Patriotisme, appât du gain, orgueil et corruption : C'était le cocktail le plus efficace du maire. Il en buvait tous les jours avec une passion dévorante. Et ce soir, il venait de porter un toast à la ville de Sécaria et aux balayeurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   24.10.09 1:21

Elsaria toute remué par tout ce qui se passait dans son dos, préféra se concentré sur le discours du maire. Après tout elle même sait qu’elle est venue pour un rendez-vous professionnel et pas pour être la poule d’un homme puissant contrairement à ce que pense l’assemblée présente. C’est là inconvénient du pouvoir qui est le sien, la capacité de contrôler l’air lui permet malgré quelques fois de modulé la fréquence et le volume des bruits et son qui l’entoure, pratique pour écouté aux porte mais ça ne l’est pas quand ont médit à son sujet. Le maire lui fait remarqué que leur prochaine rencontre se fera sans dans un avenir éloigné, ce qu’elle peut comprendre vu que c’est un homme vraiment occupé.

Debout, sur le point de partir celui-ci ne s’empêcha pas de la retenir encore quelque peu. Il sortie une bout de papier de sa poche et par le biais de la table le transmis à Elsa. Apparemment de ce qu’elle eu comprit il s’agit d’une mise à l’épreuve… La jeune femme s’y attendait un peu. Le maire n’avait pas l’air de quelqu’un qui se fie à la réputation de quelqu’un concernant les partenariats. La jeune balayeuse aime cela, quelqu’un qui sait ce qu’il fait et comment il doit le faire. Les affaires promettait d’être florissante pensait-elle.
L’homme humait son cigare et il se fait tard. Elsa voudrait avoir plus d’informations sur la petite tâche qu’il lui confit. Quelques secondes plus tard, le maire repris la parole et combla son manque d’indices avec un discours plus que convaincant. Et quand Elsa entendit les mots entendit le prénom de « Seel », elle fut très intéresser mais ne le montra pas en affichant toujours son sourire placide qui cache toujours aussi bien ces intentions.


*Seel, raté une cible ?!* Elsa ne pensait pas cela possible… Surtout aux vus de la condition de celui-ci. Ce devait être une créature très spéciale pour réussir cela, mais le maire la rassura sur un point… Elle n’est pas obligé de revenir victorieuse. La mettait-il au défie ? un fin sourire s’afficha sur le visage de la balayeuse. Le mot qui la fit sortir de son esprit de challenge fut le mot « rémunération » ; les yeux de la jeune femme changèrent du tout au tout et commençait à briller d’une lueur malicieuse et bien sûr elle ne fit pas attention à la fin de la phrase.

Le maire se leva et lui adressa ces hommages et la prévint qu’un véhicule l’attend dehors… Bien, tout allait de mieux pour Elsa et elle espère que dans le futur se sera toujours le cas. Elle n’a en aucune façon l’impression d’avoir vendue son âme au diable… Elle adressa même un des remerciements au maire par une poignée de main. La jeune femme en aucune façon ne remettait en doute ce qu’elle venait de faire… Après tout, l’argent signifie beaucoup de choses pour elle et pour son travail ; elle se dit pour se rassurée qu’une meilleure situation l’aidera d’avantage pour exterminé la lie de Sécaria. Sur ce, la jeune femme s’en allait, le pas haletant et ne donnant cure aux commentaires et aux réflexions qui fusaient au fur et a mesure qu’elle progresse vers la sortie.

[terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   02.11.09 15:56

Parmi les nombreux regards qui observaient la sortie d'Elsaria, il y avait celui d'Insane. Un regard à la limite du mépris que l'on pourrait presque interpréter comme de la jalousie. Et si certains ne se gênaient pas d'accompagner leur regard de commentaires, la Versatilis n'avait aucun mot à dire sur cette femme. Ce n'était qu'une fois que l'Hume fut hors de sa vision qu'Insane se décida à bouger. Mais avant de lever ses fesses de son siège, son regard se posa sur celui qui l'accompagnait. La voix légèrement sèche, le ton froid, ses lèvres bougèrent pour dire :

- " Ne bouge pas, je reviens. "

Un ordre. Clair et précis. La Versatilis se leva et sans attendre se dirigea vers la table où était encore assit Monsieur la Maire. La démarche droite, fière, presque militaire. On imaginait facilement que si quelqu'un se mettait en travers de son chemin, elle le piétinerait sans même prendre la peine s'arrêter. Sur son passage, elle crocha un serveur par le col à l'aide de son index de la main droite afin de l'entrainer avec elle. Lorsqu'elle arriva devant la table du Maire, Insane ne le regarda pas. Son regard était réservé au serveur sur son côté droit. Un regard mauvais, de quoi faire frémir. Ses deux mains étaient à présent sur ses hanches et sa pose indiquait clairement qu'elle attendait un geste précis. Le serveur comprit rapidement et se mit à la tache. Celui ci tira la chaise pour que la dame puisse s'asseoir. Oui, Sane ne pouvait pas le faire elle même. Une fois qu'elle fut installée, toujours sans adresser le moindre regard au Maire, elle dit froidement au serveur :

- " Vous pouvez disposer. "

Avant de s'adresser au Maire, elle attendit que l'homme s'éloigne. Une fois à bonne distance, son oeil regarda la nappe. Son index droit s'entortilla avec sa mèche qui passait devant son oeil droit afin de cacher son inexistence pendant que sa main gauche s'empara d'une petite cuillère. Oh ! Bien que son regard était baissé il n'y avait rien qui indiquait son infériorité. Au contraire, elle semblait très hautaine. Ce n'était que lorsque qu'elle se décida à parler, après un court silence, que son regard de braise alla plonger dans celui du Maire fumant encore.

- " Alors... On ne me met pas au parfum ? On me laisse de côté ? "

Insane avait le regard d'un bourreau qui fouettait sa victime. C'était à ce moment là qu'elle plia la petite cuillère en deux. A défaut d'avoir un chaton sous la main pour lui briser la nuque, la cuillère faisait office de substitut, bien qu'elle n'était pas aussi divertissante. Elle reprit rapidement :

- " Je tiens à avoir quelques explications. "

C'était la moindre des choses qu'elle demandait. Déjà qu'elle ne raffolait pas de ce lieu...
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   10.11.09 8:06

[Hrp : Désolé pour le temps de réponse, je me débrouillerai pour que cela soit plus rapide dorénavant.]

Monsieur le maire était resté à table après le départ de son invitée. Il n'avait pas finit son assiette. Chacun savait que le monde aurait pu s'effondrer sans que le repas du maire ne s'arrête pour autant. Quitte à ce que l'on mette sa table et sa chaise sur roulette et qu'on l'amène en lieu et place du problème en le poussant. Monsieur Jean Aldwig avait de ces habitudes réglées comme une l'une des mécaniques d'engrenages de sa précieuse mairie. Ainsi, il passait sa journée principalement assis derrière une table à l'heure du repas ou derrière son bureau. Le reste de la journée était constitué du trajets entre ces deux points et parfois de quelques discours à la radio ou devant son public. Cette vie que l'on aurait dite rythmée par un être souffrant de psychose, était mécanique à un tel point que c'en était presque caricatural. On avait parfois rencontré des touristes qui venait le prendre en photo comme une sorte d'attraction nationale.

Les gens se succédait à sa table et seul restait le maire présidant au destin d'un continent entier en mangeant du canard...
C'était maintenant sa souffleuse qui était devant lui. A eux deux, ils devaient former le divertissement de la soirée pour tous les piètres clients ordinaires de restaurants. Le maire fit signe à son fidèle ami, Ben, de venir les rejoindre et avala une autre bouchée de canard, avant de lâcher la bouche pleine.

- "Réunion exceptionnelle du conseil municipal en composition partielle."

L'habitude lui avait permis de se faire comprendre très distinctement et ses collaborateurs étaient suffisamment habitués à ses délires procéduraux pour le laisser faire.

- "Formalités solennelles : Degré le plus faible.
Objet : Information.
Question du jour : Casuistique de nos relations avec certaines personnes qui se trouvent des membres du pauvre Mister Johnson...
"

Le maire posa ses couverts et demanda au serveur de lui amener une autre assiette et se gratta la tempe comme si il était pris d'une petite douleur soudaine. Ses traits se tendirent comme si il était soudain fâché de quelque chose.

- "Je suis légèrement... Contrarié, mademoiselle Sane. Contrarié et déçu..."

Le serveur qui avait prévu en douce le coup de la deuxième assiette, arriva vite avec celle-ci et repartit aussitôt laissant le maire reprendre.

- "Pour tout dire je pensais que vous auriez compris depuis longtemps. N'êtes vous pas là pour votre esprit si talentueux ? Or, en plus de manger comme quatre, me voila obligé de penser pour deux..."

Le maire se saisit de ses nouveaux couverts qui avaient été changés en même que l'assiette et détacha son regard de sa Versatilis d'aide de camp. Il commença à orienter puis à découper la viande dans l'assiette. Il avait l'air de manipuler une arme nucléaire, non seulement en ce qu'il faisait preuve d'une précision chirurgicale dans l'entreprise de faire des morceaux de stricte même épaisseur et dans la lueur de toute puissance sadique qui brillait dans ses yeux.

- "Pour répondre à votre question quand même, ce rendez-vous stupide avec cette femme tout aussi idiote que le canard que j'ai dans mon assiette n'a rien à voir avec un souci d'agrément de mes soirées ou de mes nuits. Au contraire c'est strictement professionnel... Aussi je vous le demande... Pourquoi ?"

Le maire laissa sa question en suspend quelques instants dans un sourire sadique béant qui lui donnait un air plus sadique qu'humain.

- "Plusieurs raisons vous l'avez deviné.
Premièrement, dans un soucis d'image : Me voir fréquenter ces branquignolles de balayeurs, fera peut-être oublier à certains de me chercher parmi les astres de l'apocalypse...
"

Il sous-entendait bien évidement les soupçons que les gens avaient sur ses relations plus ou moins directe avec toutes les factions embrassant la cause de la Lune Rouge.

- "Secondairement, pour des raisons d'élections ; Nous devons enquêter plus profondément sur cette faction qui fera l'objet de tout un volet de réformes du projet de programme du parti (et donc le mien)..."

Le parti était aussi un des instruments du maire.

- "Troisièmement, dans un soucis de stratégie ; Pour parler franchement je compte enfoncer un à un tous les rouages des horloges de la maire de Sécaria par le bas des leaders et des éléments les plus célèbres de cette 'organisation' pitoyable pour la faire marcher droit. Mais pour cela je vais aussi avoir besoin que certains d'entre eux me soient acquis pour leur donner une meilleure image avant de les frapper en plein cœur..."

Lâchant cette dernière phrase, il enfonça son couteau dans la viande d'une manière parfaitement verticale.

- "Maintenant, pour la dernière de mes raisons que je compte mentionner, c'est que dans l'optique de vouloir réaliser la mise en œuvre de ce projet politique, autant prendre une actrice qui en plus d'être dans la situation idéale : Juste un peu avant merdique, soit suffisaient belle à regarder et compétente pour incarner le nouveau visage des balayeurs..."

Il reprit le couteau et jeta son dévolu sur la garniture qui accompagnait la viande avant de réprimer une grimace de dégoût et de revenir sur celle-ci...

- "Qu'en pensez vous ?"

Benny Leiden, l'ombre et l'œil du maire ne dirait rien : L'élu à l'esprit démoniaque lui avait déjà confié la trame de son plan, Il était même probable que ce soit lui, son collaborateur le plus proche, qui avait traqué cette "proie" pour le maire. C'était à la souffleuse que la question était destinée. Le maire figea son regard dans la moitié de celui de sa conseillère et attendit sa réponse tout en manchonnant sa viande comme un fauve affamé que ce geste calmerait et empecherait d'attaquer les spectateurs du zoo....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   12.11.09 20:19

Une machine... Il ressemblait à une machine déballant son opération, ou même la première page d'un dossier désignant un protocole. Quand le Maire parlait de cette manière, il se déshumanisait complètement. Et là où beaucoup pouvait trouver ça dérangeant, cela satisfaisait Insane dans le sens où elle avait l'impression d'avoir un jouet à sa portée. Mais le sourire mesquin qui venait tout juste de s'afficher sur ses lèvres pulpeuses disparut aussi rapidement à l'écoute des phrases suivantes prononcées par le Maire. Si sa peau avait été blanche, sa couleur aurait viré au rouge comme elle le portait naturellement. Son oeil gauche s'étrécit et son regard devint dur. "Mademoiselle Sane". Alors que son Surnom ne l'aurait pas dérangé, l'appeler par son prénom fit monter en elle une coulée de lave prêt à faire éruption. Mais ce qui la poussa à balancer la cuillère, qui lui avait servit à se détendre, c'était l'insulte faite à son intelligence. Bien que dans un premier temps il pouvait s'agir d'un compliment, car il reconnaissait son intellect par le biais de son statut, la petite réflexion suggérant qu'elle était incapable de penser d'elle même fit augmenter encore plus sa température. La cuillère pliée en deux atterrit dans une soupe, mais elle s'en soucia peu.

Une petite vengeance se préparait déjà sous la table. Si le Maire était occupé à trancher sa viande comme si la moindre erreur déclencherait une bombe nucléaire, il semblait qu'il y en avait une deuxième en fasse de lui. Insane écouta attentivement son explication. Elle n'en perdit aucune miette. Mais pendant ce temps-là, sa main s'agitait sous la nappe de manière discrète, mais tout aussi ritualiste, pour ne pas qu'on la remarque de façade. Finalement, quand le Maire conclu par "Qu'en pensez vous" et après avoir fini sa mastication afin de reprendre son tranchage, une seconde avant qu'il donne son coup de couteau séparant une partie du reste, Insane transforma le couvert. Non seulement la lame dévia de plusieurs degrés, rendant l'outil tordu, mais le tranchant de la lame se changea en plusieurs dents hétérogènes qui au lieu de trancher la viande la déchira comme des griffes le feraient. Satisfaite d'avoir saboté la besogne impeccable du Maire sur la viande, un large sourire s'afficha sur son visage comme si elle venait de conquérir un nouveau territoire. La petite vengeance était aussi une sorte d'avertissement. Et sur un ton royal, Insane s'adressa au Maire pour lui répondre.


- " Ce que je pense ? Il me semble qu'il y a peu je ne pouvais penser. "

Une touche d'humour, pas forcément pour détendre l'atmosphère.

- " N'oublies pas que je ne sais pas deviner seule ce qu'il se passe dans ta tête, sinon ton cœur serait surement dans mon estomac. "

Son visage se détendit comme si la scène, qu'elle pouvait imaginer sans problème, avait un effet similaire à celui d'un narcotique.

- " Et je n'ai pas non plus une conscience omniprésente pour entendre tout ce qui se dit. Mais si j'avais participé à cette conversation, je suis sure que je n'aurais point eut de mal à deviner vos petits plans. "

Son esprit sembla s'apaiser mais les deux hommes savaient qu'à la moindre chose de travers elle pourrait retourner la table. Insane était très démonstrative et violente dans son caractère comme dans ses gestes. Elle reprit après une courte pause.

- " Et ma part dans tout ça ? Parce que tu si tu me dis que je ne suis uniquement là pour tenir compagnie à Mister Leiden, je me barre. "

Bien qu'elle n'était pas du genre à refuser des pulsions naturelles, se pavaner dans un restaurant en compagnie d'un homme pour le plaisir n'était pas dans sa liste des amusements. Détail à part, Insane ne vouvoyait pas Monsieur le Maire, pour une simple raison, elle se considère comme une intime, malgré le fait que l'appeler par son prénom puisse paraître paradoxal. A ce sujet, c'est valable pour tout le monde. Personne n'avait le droit de prononcer son prénom à la légère. Que ce soit pour une formalité administrative ou pour un amant.
Revenir en haut Aller en bas

- La Lune Rouge un mouvement tolérant et sympa !

avatar

Signalement : Humein (Ancien sapin de la Grande Réunification)


MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   12.11.09 21:42

Le visage maire ne réagit pas au fait que sa viande soit abimée, il gardait son même sourire presque trop grand pour sa tête. Il planta le couteau dans la viande qui partait en lambeaux mais c'était comme si il n'y voyait au fond aucune différence. Au lieux de faire des tranches égales, le maire utilisait son nouvel instrument pour tracer des griffures parfaitement parallèles dans les restes du délicieux volatile. Trop concentré sur sa nouvelle besogne, le maire laissa sa souffleuse parler toute seule en orgueilleuse versatilis qu'il était se contentant d'émettre des petits ricanements de temps en temps et continuant de découper la viande. Comme si cette nouvelle manière de faire lui apportait un quelconque plaisir sadique...

Mademoiselle Sane ne vouvoyait pas le noble Monsieur le Maire, elle se considérait comme une intime. C'était une maladie répandue parmi ceux qui avait adhéré au parti, ceux qui travaillaient au cabinet d'avocat ou la mairie, ou encore ceux qui adhérait à la lune rouge de manière générale. Le maire donnait l'impression d'être proche des gens. Cela leur faisait plaisir ou les dérangeait, mais cette aura était omniprésente chez Jean Aldwig. Qu'il repousse ou qu'il fascine, il ne laissait jamais personne indifférent.
Mais si tout le monde se pensait proche de lui, il y a fort à parier que le politicien n'aurait pas hésité à sacrifier chacun d'entre eux pour obtenir plus de pouvoir, bien qu'il règne déjà officiellement sur le continent entier. La seule exception a ce principe était peut-être Benny Leiden. Mais il n'y avait rien de certain à cela non plus.

Le maire attendit la question de sa souffleuse pour reprendre la parole dans un nouveau de ses petits rires mesquins si désagréables à entendre et dont il ne gratifiait jamais son public...

- "Je ne vous dirais jamais cela voyons..."

Ayant finit sa viande, le maire prit un autre cigare et demanda un whisky pour faire passer avant de continuer le repas avec le fromage...

- "Sans vouloir te vexer Benny. Vous êtes ici mademoiselle. Parce que je veux votre opinion et que vous fassiez du talent qui fait que vous êtes assise à cette table."

Le maire n'avait pas employé de circonvolutions verbeuses. Ce n'était pas la peine. Au contraire ce discours direct, lui donnait même l'occasion de rabrouer ce tutoiement impoli dans les paroles de sa souffleuse. Le maire savait sans doute que cela n'aurait certainement pas eu d'effet, vu la personnalité de la versatilis mais il aimait signifier son désaccord. Les esprits les plus comploteurs auraient pu imaginer qu'il comptait sur ce que le discours avait de froid pour que sa souffleuse adopte la réaction inverse et tente d'introduire encore plus de familiarité dans leurs rapports afin qu'elle le serve encore mieux, lui et ses intérêt. Mais il aurait vraiment fallut être mesquin pour imaginer ce genre de plan, et tout le monde savait que Jean Aldwig était la dernière personne à se montrer manipulatrice avec les gens qui l'entouraient.

- "Vous définirez la gamme 'expression choc' à employer pour mon discours sur ce volet du programme, ainsi que la thématique de la 'campagne publicitaire' pour ternir davantage la réputation de Mister Johnson en collaboration avec d'autres services de la mairie..."

Son ton glacial ramenait les gens à la réalité, le maire était peut-être un bouffon bizarre, un animal de foire au sourire grotesque, mais son esprit était aussi mécanique que sa manière de découper la viande. C'était un chef : Un tyran puissant, fort de son élection, qui entendait à ce qu'on lui obéisse et personne n'osait remettre en question un ordre de Jean Aldwig sans avoir pris la précaution de rédiger son testament.
Il avait formulé ses ordres dans le vocabulaire politicien classique du parti : Gamme 'expression choc' était un terme d'usage courant au sein du parti pour désigner les light motiv de la campagne électorale ainsi que les phrases sensées émouvoir l'opinion, être reprises dans les journaux ou critiquées par les commentateurs. 'Campagne publicitaire' était, quant-à-lui, un faux-ami hypocrite qui désignait l'ensemble des complots politco-médiatiques à mettre en œuvre pour atteindre un objectif donné. Ces deux expressions était connues de tout l'entourage du maire.
Le fromage arrivait et les ordres avaient été donnés. Le maire décida alors de changer de sujet.

- "Quelles sont les autres nouvelles de votre service ?" demanda t'il, un air soudain moins froid et sérieux et bien plus jovial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Never gonna be alone.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Never gonna be alone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ? IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» You're Gonna Pay [- Cameron -]
» ? This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com