AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   30.06.09 21:39

L'aube peut bien venir. Installé dans le canapé, les yeux rivés sur le mur en face de lui, il patiente. Une personne douée d'empathie pourrait être déroutée par le calme apparent de son visage tant dans son tête se bousculent des idées mauvaises, de furieuses pensées. Il est en colère, presque enragé et la faim qui le torture depuis déjà deux jours ne l'aident pas à apaiser son coeur. Elle est partie. Comme une voleuse, comme s'il n'était rien pour elle, juste un meuble dans cette demeure un peu chic histoire de garder une certaine apparence malgré sa clandestinité. Pour une fois, la surprise est mauvaise venant d'Eliade et il ne comprend pas ce qui l'a poussé à sortir sans lui.
Oh certes, ce n'est pas la première fois qu'elle lui fait le coup. Déjà, dans cette ville discrète de Vanor, elle s'était plusieurs fois permit d sortir, de rencontrer d'autres gens sans se soucier de l'avertir. Mais Secaria était plus dangereuse. Il avait dans la bouche le goût amer d'une profonde déception qu'il tenta de noyer dans un énième verre d'alcool. Kaiden tenait plutôt bien l'alcool, une chance pour lui car il n'aurait pût rester de marbre, tranquillement assit dans le salon, à contempler le mur tout en mesurant l'heure d'un claquement agacé de la langue. Il serait partit à sa recherche, fou d'inquiétude, et il aurait sans doute manqué son retour. C'est une mauvaise soirée qui tente de lui rappeler une histoire si ancienne déjà qu'il n'a jamais pût oublier.

- Eliade est folle de se croire invincible avec son pouvoir à la noix
, Murmure-t-il et sa voix lui fait peur tant elle est rauque de bestialité.

Il veut la retrouver en vie, sans une égratignure, avec cette espèce de moue toute mignonne qu'elle lui offre pour obtenir son pardon, même si dans le fond Eliade doit se foutre de ses sentiments. Parfois, il a l'impression qu'il n'est rien de plus qu'un garde du corps et non pas l'ami qu'il a cru devenir au cours des années. Et cela le rend triste, sans qu'il ne cherche à comprendre pourquoi. La réponse après tout n'est elle pas logique ? Il tient à elle, peut-être un trop et le fait qu'il s'implique tant dans son travail pourrait à long terme la mettre en danger. Mais qu'importe, tant qu'il reste à ses côtés lorsqu'elle se décide à aller se balader dans les rues de Secaria. Prudente, sans doute l'est-elle plus qu'il ne faut, mais la prudence ne fait pas tout, Kaiden le sait bien.

Même si les choses ont changé. Il a encore du mal à y croire.

Pour l'instant, tout ce qu'il sait de la chasse aux vampires c'est qu'elle a prit fin voilà déjà des décennies et que la race est presque éteinte. Les autres se cachent dans les ombres de la ville, scellant leurs lèvres pour ne pas attirer l'attention et ainsi être victime d'un nouveau génocide. Mais Eliade, charmante pâle distinguée Eliade, comment pourrait-elle se montrer discrète ? Elle est tellement belle qu'on ne peut que la remarquer... Kaiden soupire, les yeux soudain tristes tandis qu'il repose son verre et guette les pas dans l'entrée. Quand, quand arrivera-t-elle ? Bientôt, dans une heure, à l'aube ? Il reste là, figé dans l'attente, à transpirer la peur, le ventre noué, indécis même s'il sait qu'il a prit la bonne décision en restant dans cette petite maison qui essaye de se donner une allure bon chic bon genre.

- Putain de Secaria... Putain d'Oracle...


Car ce n'est pas l'Oracle qu'il respecte, ce n'est pas cette image qu'elle se donne qui le pousse à se placer devant elle, à guetter les ombres avant de se tourner pour agir sur un signe de sa part. Elle sait tout à l'avance mais elle reste cette femme qu'il a retrouvé, paumé dans ses propres tourments, dans cette envie de vengeance qui l'a finalement conduit à lui proposer son aide. Il sait bien qu'il ne pourra jamais retrouver les balayeurs qui lui ont volé Sophia, mais aider ceux qui restent, sans doute le peut-il, sans doute... Avec elle. L'Oracle, Eliade, celle qui est désormais tout dans sa vie, celle qui a un si joli sourire, qui sait se faire belle, qui aime bien rire, avec lui, de lui, rit-elle maintenant ?
Les lèvres crispées en une grimace mauvaise qui découvre ses crocs, il se demande si elle connaîtra ses intention quand elle posera la main sur la porte, ou si déjà dans la rue elle s'y attendra. Kaiden ne manquera certainement pas de lui tomber dessus avec ses quetions. Il imagine déjà son visage figé dans une totale neutralité tandis qu’il invectivera en essayant de lui faire comprendre à quel point il veut la protéger, que ce n’est pas simplement son rôle de garde du corps. Il agira comme un homme même si au fond de lui il se demande s’il en aura le courage, s’il ne laissera pas son cœur agir plutôt que sa raison. A quoi bon la colère après tout, il pourrait juste s’avancer et l’enlacer, se dire qu’elle est là, que tout va bien désormais, qu’elle comprendra tôt ou tard, qu’il se réveillera plus tôt la prochaine fois.
Ne serait-ce pas de sa faute après ? Il n’avait qu’à se montrer plus prévenant, deviner ses intentions et la surprendre, ou bien barricader la porte, qu'en sait-il après tout. Agir, tout simplement et ne pas se plaindre comme un pauvre gosse abandonné par sa maman. Sa colère se retourne petit à petit contre lui et il lorgne avec envie le verre désormais vide, tandis que la bouteille abandonnée sur le sol, faisant tâche. Il fait tâche. Mais les pas sur le trottoir dehors l'interrompent dans ses pensées et il se tourne vers la porte tandis que la personne se rapproche. C'est elle, il n'en doute pas un instant et se prépare, les mains moites, à la confrontation.
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   30.06.09 23:39

Ce fut plus long que ce qu'elle avait imaginé. h, malgré ses certitudes elle se doutait que sa petite escapade nocturne nuirait nécessairement, mais elle avait quand même espéré (étrange pour une voyante) que les choses se seraient faites plus rapidement. Ce fut à pied qu'elle prit le chemin du retour, après cette soirée à se défier du froid nocturne, à jouer avec la mort comme si elle avait été une amie. Oh, finalement c'était bel et bien une amie. De longue date, d'ailleurs. Cette perspective de fin n'avait finalement même pas secoué les craintes d'Eliade. Son choix avait-il été le bon? Il lui semblait être le bon. Même si pour un regard extérieur, il était indéniablement mauvais. Pouvait-elle sérieusement expliquer ses plans? Expliquer ce qu'elle voyait? Ce qu'elle ressentait à travers ses visions? Les cris perçants, le désespoir, le sang, la disparition d'un monde connu au profit d'un enfer assurément pire. C'était encore vague, trop incertain. Fichus pylônes... Fichu gouvernement...
Fichue Oracle.

Dans ce genre d'instant, elle se maudissait en avançant dans le froid, tirant plus en avant son grand manteau. Elle ne sentait plus la morsure du vent depuis longtemps et pourtant, comment pouvait-elle se sentir à ce point gelée à l'intérieur? Il aurait été tellement aisé de prendre un quelconque chauffeur, pour aller plus vite, pour ne pas avoir à se soucier de la distance. Mais elle avait besoin de marcher, de remettre de l'ordre dans ses idées. Elle en venait parfois à se perdre dans les chemins tortueux des opportunités éventuelles. Une alliance douteuse, un peu comme une damnation, mais elle n'avait rien trouvé de mieux pour l'instant. C'était risqué, mais un risque calculé. Seulement, ce n'était pas elle qu'il lui faudrait convaincre.

Elle n'imaginait pas mentir. C'était étrange, mais il pouvait sans le savoir se vanter de connaître plus de vérité que la plupart des clients de l'oracle. Dire qu'il était d'une facilité déconcertante de mentir au reste du monde. Mais à celui qui partage le quotidien, c'était une autre paire de manches. Elle pourrait toujours jouer sur l'innocence, le sourire aussi mignon que redoutable, mais ça lui laissait toujours un arrière-goût de remords écoeurants. Dire que les années l'avaient pourtant rendue presque aussi morte à l'intérieur qu'à l'extérieur... Elle aurait probablement sombré dans la monstruosité s'il n'existait pas des êtres comme lui. Dommage qu'il ait tant souffert.

Cessant de fixer ses pas, Eliade releva les yeux sur la bâtisse qui lui servait de maison. Un lieu confortable, bien placé, élégant, mais sans excès. Le genre d'endroit qui laissait nécessairement croire l'aisance de sa propriétaire sans que rien ne paraisse hautain ou indécent. Le genre de demeure que sa beauté faisait passer inaperçue. Le genre d'endroit où un clandestin ne pourrait jamais se trouver. Elle monta les quelques marches du palier, se posa sa main gantée sur la poignée, puis se figea quelques seconde. L'autre main remonta, effleura le battant de la porte pour se poser contre le bois.
Les certitudes arrivèrent facilement. Il était présent, et en colère. Il le lui ferait clairement savoir. C'était nécessairement parti pour un affrontement. La pilule aurait de la peine à passer quand il découvrira où elle était, et surtout avec qui.

Mais elle n'avait pas la moindre intention de s'y soustraire. Alors elle entre, finalement, referma la porte, retira son manteau qu'elle accrocha sans dire le moindre mot. Non, elle ne cherchait pas à retarder l'inévitable, d'ailleurs en se retournant, elle aperçu du coin de l'oeil la bouteille d'alcool, puis Kaiden.

"Je suis désolée."

Mais il pouvait y aller, c'était bon. Prête à encaisser ce qu'il y aurait à encaisser. Et surtout prête à apporter des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 0:03

Bien sûr qu’il est soulagé, comment pourrait-il en être autrement ? Il la laisse entrer, se relevant de son fauteuil pour la contempler tandis qu’elle délaisse son manteau. Pas de blessure apparente, rien d’autres que son habituel masque neutre sur le visage. Elle prend son temps, mais quelque part il devine qu’elle sait, qu’elle attend tout simplement. L’imaginer était une chose, le sentir en est une autre et il chasse son envie de la savoir tout contre lui, bien au chaud au creux de ses bras tandis que le vent hurle dehors. Non la tempête n’est pas passée et il a besoin encore de crier ces mots, de lui demander pourquoi. Kaiden sait qu’il y en aura toujours entre eux, qu’il ne pourra jamais tout savoir d’elle. Peut-être ce sentiment est-il réciproque chez Eliade, mais il n’a jamais été doué pour l’empathie malgré son sourire doux et son apparente sociabilité. Alors il s’approche, chassant d’un léger coup de pied la bouteille qui roule dans un bruit sourd jusqu’à cogner le mur. Il la fixe et il sent cette colère bouillir en lui. Plus tard il regrettera. Mais plus tard est encore loin. C’est alors qu’Eliade se tourne vers lui, pour lui dire qu’elle est désolée.

- Ah vraiment ? Comme les fois précédentes ? Comme les prochaines fois ?


C’est juste pour qu’elle comprenne, qu’elle sache à quel point ça le torture de se découvrir soudain seul, face à ses souvenirs, avec ces questions en lui, ces craintes qui lui hurlent qu’elle déjà foutue, qu’elle ne reviendra jamais. Avant elle pouvait bien le faire, dans ces petites villes où finalement elle ne risquait pas grand-chose. Mais pas ici. Pas à Secaria. Même si les temps ont changé. Elle fait bien ton boulot d’Oracle, alors c’est pas la peine qu’il t’explique pourquoi, autant perdre son temps. Oh et puis après tout, qu’est-ce qu’elle en a à foutre de ses explications. Elle veut que ça s’arrête c’est tout, qu’il lui foute la paix sans passer par la case règlement de compte histoire de rejoindre sa chambre et de l’oublier.

- Vous allez me faire ce coup là encore longtemps Eliade ?


Combien d’autres soirs à se faire du mauvais sang pour elle. Combien d’autres nuits à vider des bouteilles d’alcool sans calmer cette faim qui l’habite. Un jour elle ne rentrera pas, et il n’aura qu’à se morfondre, qu’à regretter, qu’à rêver. Il s’approche encore et vient la saisir aux épaules, la secouant doucement, le visage proche du sien. Sans doute serait-il déjà entrain de sangloter s’il avait gardé son humanité, mais il n’est qu’un vampire souriant auprès d’elle, un chien bien obéissant, rien de plus. Et le chien grogne, le chien est blême de rage mais il tâche de ne pas crisper ses mains trop fort sur ce corps si fragile qu’il pourrait peut-être briser. Même à cet instant, perdu dans sa colère, il tient à elle et fait attention à ne pas crier trop fort. C’est juste qu’il ne veut pas l’embêter, qu’il veut paraître correct à ses côtés, avec des jolis habits, en la faisant rire chaque jour. Être digne d’elle, de devenir le meilleur garde du corps même si finalement il la protège grâce à son don qui le prévient des attaques futures. Il est l’ami trahit mais aussi celui qu’on ne voit pas, qu’elle délaisse dans un coin quand elle n’a pas besoin de ses services. Un rien.

- Vous m’avez engagé pour vous protéger mais c’est presque une habitude que de me semer. Si c’est ça, ce dont vous parliez quand je vous ai proposé mon aide, alors non je refuse ! La réponse est un peu tardive, je m’en excuse mais je pensais être à vos côtés dans ce combat !


Car il reste toujours à trois pas derrière elle. Son regard à cet instant est empli d’incompréhension. S’il y a un message derrière tout cela alors il va falloir lui expliquer parce que Kaiden ne comprend pas très bien. Devrait-il moins s’inquiéter ? Moins s’impliquer ? Lui demande-t-elle de cesser ce jeu idiot et quotidien, ces caresses, ces marques de tendresse qu’il ne peut lui refuser ? Si c’est ça, alors il le fera, même si ça lui en coûtera de ne pouvoir agir comme un ami intentionné qui d’un regard lui fait comprendre qu’il sera toujours là pour elle. Il veut tenir sa promesse, mais Kaiden ne s’est jamais demandé si Eliade voulait cela de lui ou si elle ne cherchait pas simplement un garde du corps silencieux et bourru qui pourrait l’aider beaucoup plus en se plaçant face à elle pour prendre les balles à sa place qu’en lui tendant une main secourable. Il s’était sans doute fourvoyé, prenant comme une acceptation le fait qu’elle appuie sa joue contre sa main. Kaiden ne quitte pas ses yeux un seul instant mais finit par la relâcher. Oui, c’est l’Oracle, et il ne doit pas agir ainsi envers elle, en la secouant comme si elle n’était qu’une idiote sans cervelle agissant stupidement, bien qu’à cet instant il lui soit facile de croire cela. Des raisons, ou même une, quelque chose, une explication, pour ne pas le laisser dans ce doute qui le torture, qui le fait se remettre en question pour pas grand-chose. Simplement un oublie.
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 0:33

Oui, comme les fois précédente, et certainement celles à venir. Elle était désolée, et ce n'était pas des mots lancés pour se faire simplement pardonnée. Elle était sincèrement désolée, plus encore en sachant que ça se reproduirait, qu'elle ne pourrait pas toujours le laisser veiller sur elle. Elle s'en voulait, parce qu'elle savait que ça lui faisait du mal, et qu'elle ne voulait pas le blesser. Pas lui. Mais c'était comme ça. Pouvait-elle faire autrement? Elle avait beau cherché, elle ne trouvait pas toujours d'alternative sur laquelle pouvoir jouer. Il était clair que ce manège allait encore continuer de tourner un certain temps.

Autrefois, c'était plus facile, mais à Secaria, ses sorties n'avaient plus rien à voir avec ce qu'elle aimait faire. Non, maintenant, il y avait aussi ce qu'elle devait faire. Et ce n'était pas pareil. Mais elle avait comprit, parfaitement même, que ça ne passerait pas mieux les prochaines fois. Ce serait même très certainement pire encore. Pourtant la réponse la plus évidente franchit d'elle-même les lèvres de l'oracle, presque avec douleur. Une réponse qu'il connaissait déjà de toute façon.

"Oui. A mon grand regret."

Enfin longtemps, c'était relatif. Peu de temps en vérité, mais pour ceux qui s'impliquaient, une minute pouvait prendre des allures d'années. Elle pourrait lui dire qu'il n'était pas tenu de l'attendre, qu'il était libre d'aller chasser, de s'occuper. Que son travail ne devait pas lui prendre tout son temps, mais ça ne ferait probablement que le blesser encore plus.
Il était facile de prendre des masques avec les autres, mais avec les personnes qui partageaient un peu d'une existence, ce n'était pas pareil. Elle ne cherchait pas à reculer, encore moins à le repousser. Il ne lui ferait jamais de mal, du moins il n'en aurait jamais la réelle intention. Un petit chien docile, oui. Mais Eliade détestait cette image aussi fausse que restrictive.

"Vous êtes en train de mener ce combat, Kaiden. Mais il y a des choses que je ne peux faire que seule. Ce n'est pas contre vous, bien au contraire. Si je n'avais pas besoin de vous, je ne vous aurais pas engagé."

Et surtout elle ne l'aurait pas laisser se lier d'amitié. Eliade faisait probablement une employeuse bien pénible, mais il y avait bien des raisons pour lesquelles elle laissait certaines choses se produire. Peut-être qu'elle aurait dû l'écarter? Il n'y aurait eu personne pour lui faire des reproches à son retour. Mais elle n'y aurait trouvé aucune tranquillité. Comment se reposer sereinement quand il faut toujours tout anticiper? Avec lui, elle pouvait laisser passer un peu le temps, juste ce qu'il fallait pour ne pas devenir purement et simplement folle. Mais cela l'autorisait à le laisser seul avec ses angoisses? Bien sûr que non.

Il la relâcha finalement, sans l'avoir trop brusquée. Devait-elle ça à son statut d'oracle ou d'amie? Elle préféra ne pas se poser la question. Oui, il ne demandait qu'à faire son boulot et oui, en l'empêchant de le faire, Eliade semait inévitablement le doute. Mais s'il fallait qu'il en vienne un jour à la mépriser, tant pis. Certains souhaits méritaient bien quelques sacrifices, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 1:03

Il eut une grimace douloureuse et se détourna pour ne pas lui montrer à quel point ces réponses le blessaient. Eliade ne semblait pas comprendre à quel point cela le blessait d’être ainsi ignoré. Si elle voyait l’avenir comme elle le prétendait, et jugeait bon de le laisser ici, loin d’elle, pour le protéger, alors il n’aurait qu’à prendre une boule de cristal histoire d’inverser définitivement les rôles. Kaiden laissa un silence peser entre eux les quelques minutes qu’il prit pour retourner au canapé, s’asseoir et laisser son regard dériver sur la bouteille pour mieux digérer ce qu’elle laissait sous entendre.
Il aurait aimé prendre une grande inspiration pour s’aider dans cette difficile tâche, et bon sang - Faim - personne ne l'avait avertit de ce que cela représentait pour un homme, enfin ex-homme, d'exprimer ses sentiments, amicaux bordel ! Mais sa poitrine définitivement inerte ne lui laissait qu’un vide étouffant dans lequel il commençait à se noyer. Il aimait la vie, cette existence qu’il menait aux côtés d’Eliade mais se sentir aussi inutile à ses côtés, et savoir en plus de cela que ça n’allait pas se terminer ce soir, commençait doucement à grignoter sa patience, jusqu’à le laisser exténué. Kaiden leva finalement les yeux vers elle avant de passer ses mains lasses sur son visage épuisé, d’une pâleur maladive dans la lumière tamisée du salon.

- Vous devez faire des choses en solitaire… Soit, même si cela me vexe un peu. Après tout cela vous regarde même si l’idée que cela puisse un jour mal tourner, et que je sois trop loin de vous, me torture…


Ce n’était pas contre lui, non bien sûr. Mais devait-il la croire ? Il doutait déjà de l’Oracle, de cette naissance quasi divine, issue de la magie dont il ne comprenait rien et qui ne ressemblait pas à ce qu’il avait entendu avec Sophia. Les Sciences, le gouvernement, tout cela était concret et c’était contre cela qu’il se battait. Car ce n’était pas maintenant que les scientifiques devaient avoir des regrets, jusqu’à tuer leur création pour ne pas se trahir aux yeux du peuple. Ils avaient merdé, et devaient en prendre la responsabilité. Mais voilà que ce doute influençait des sentiments beaucoup plus personnels, ceux qu’ils ressentaient à l’égard d’Eliade. Etait-elle franche ? Comment le considérait-elle ? Désormais, bien que les vampires commencent à la croire, à la suivre, il demeurait présent à ses côtés à chaque instant, prêt à donner sa vie. C’était un accord entre eux de presque 50 ans qu’elle brisait en l’écartant pour le… protéger. A d’autres. Kaiden avait du mal à y croire.

- Mais alors expliquez Eliade pourquoi vous ne m’avertissez pas ? Vous craignez tant que ça que je vous suive pour vous apporter mon aide, au cas où ? Mais ne serait-ce pas une réaction des plus normales pour un…


Ami.

- Garde du corps ? Il faut savoir ce que vous voulez, merde ! Que je sois prêt à sacrifier ma vie pour vous, ou que je m’éloigne car désormais je suis… inutile.


La réponse allait sans doute lui faire mal, très mal, car Kaiden était persuadé que l'Oracle allait lui dire de la quitter, chose qu'auparavant elle n'avait osé lui demander de crainte de le blesser étant donné l’amitié profonde qu’il lui portait, et qu’elle n’avait pût ignorer. Une dernière et vague considération pour masquer le fait qu’elle n’avait plus besoin de lui, qu’elle avait peut-être trouvé quelqu’un d’autre pour remplir au mieux ses fonctions de garde du corps, quelqu’un de moins impliqué, qui saurait se tenir à l’écart sans lui offrir ce genre de scène à son retour. Quelqu’un qui comprendrait vraiment. Sans pour autant chercher à la comprendre. Kaiden fut à peine surprit par ce genre de pensées. Pourtant, sa faiblesse aurait dût être Sophia, sa disparition qu’il n’avait pût empêcher malgré ses avertissements.
A moins qu’il n’ait mélangé ces deux histoires au point d’en devenir sur-protecteur à l’égard de Eliade, de voir en elle, ou même pire de chercher dans son regard le visage de son ancienne fiancée. Un conte dramatique des plus pathétiques dont il se serait bien passé si ça lui coûtait sa place aux côtés de l’Oracle. Il baissa la tête, écœuré de son propre comportement et par cette faiblesse tellement… humaine. Kaiden devrait apprendre à ne plus agir ainsi, d‘être un vampire, froid asocial et cruel vampire, approuvant ses propos, la suivant de loin, ou la protégeant en sachant cette fois ci quoi faire pour ne plus commettre d‘impair. Pourtant, Kaiden se répugnait à agir ainsi bien qu’il il se sente incapable de fermer sa gueule dans ce genre de situation.
Et tant pis si c’était un défaut.
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 2:32

Put-être qu'elle ne pourrait pas comprendre. Après tout, il était là pour la protéger, non? Mais il n'y avait pas que ça dans la balance. Un protecteur supprimé était définitivement inutile. Et certains actes pouvaient empêcher d'autres de se produire par la suite. En revenant à Secaria, Eliade se doutait que l'un comme l'autre risquait de perdre quelque chose, ou tout du moins de souffrir d'une manière ou d'une autre. C'était déjà le cas pour Kaiden. Elle ne cherchait pas à laisser sous-entendre des choses blessantes, loin de là. Ses prunelles sombres le suivirent jusqu'au canapé alors qu'il s'obstinait à tourner son attention vers une bouteille vide, sans doute plongé dans ses pensées. Elle préféra ne rien dire, le laisser parler quand il aurait les mots et choisit le moment. Ce qui ne tarda pas à arriver.
Elle s'avança à son tour, de quelques pas, pour contourner un fauteuil et venir s'asseoir sur celui qui faisait face à Kaiden. Elle l'avait vexé, oui, mais pas sur le plan professionnel et elle en avait conscience.

Après tout, il avait quand même bien le droit de douter en ses paroles, elle qui mentait en toute impunité à certains clients. Mais jouer les voyante avait aussi son revers de la médaille. Certains voulaient connaître la vérité, d'autres voulaient entendre un mensonge. Il avait parfaitement le droit de la considérer comme une menteuse, finalement. Mais elle savait aussi qu'il ne pourrait pas pleinement douter d'elle. Les années avaient finalement créé un lien entre eux. Le genre de lien qui faisait qu'elle s'ouvrait plus facilement à lui qu'à personne d'autre ces cinquante dernières années.
Son hésitation était marquante malgré tout, mais i se rattrapa avec de la distance. Garde du corps. Il n'était pas qu'un garde du corps pour elle, et il le savait. Ces années passées ensembles n'étaient pas dénuées de sens pour Eliade. Mais il fallait peut-être qu'elle remette les points sur les i concertant quelques détails.

"Oui, vous m'auriez suivit. Et oui, vous auriez fait votre boulot. Quand je vous ai engagé, je voulais d'un garde du corps, pas d'un future sacrifié. Comprenez-moi, Kaiden: sans vous je ne serai probablement plus là aujourd'hui."

Si seulement elle n'avait pas été morte en cet instant, elle aurait sans doute poussé un soupire. Elle se pencha en avant, glissant sur le bord de son fauteuil pour tendre une main glaciale et effleurer celle du vampire.

"Je sais que je vous en demande beaucoup. Mais je voudrais juste que vous me fassiez confiance. Même un peu.Vous n'êtes pas inutile, mais je ne savais pas comment faire d'autre. Certaines situations doivent se faire avec la présence de certaines personnes et l'absence d'autre. Je ne cherche absolument pas à vous écarter, juste à faire au mieux ce pour quoi nous sommes ici tous les deux."

Mais pourrait-elle le lui faire comprendre? Elle n'en savait rien. Elle pouvait le lui faire accepter comme une fatalité, et ce serait suffisant, mais moralement, elle ne pouvait pas s'en contenter. Elle tenait trop à lui pour se contenter d'être distante à présent.

"Vous êtes affamé... Si vous y tenez, la prochaine fois je vous laisserai sur papier mes déplacements, de manière à ce que vous puissiez savoir où je suis. ça vous permettra peut-être de vous sentir rassuré et surtout de vous occuper un peu de vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 4:41

C’est dans un réflexe qu’il évite son geste, croisant les bras sur son torse. Il la contemple, et la fatigue prend le pas sur la colère. Kaiden se doute bien qu’il ne pourra lui faire entendre raison, sans doute a-t-il eut tord de simplement l’espérer. Il pourrait lui expliquer, longtemps, très longtemps, cela ne servirait à rien. Eliade peut faire ce qu’elle veut, lui se contentera d’être un peu plus distant pour ne pas avoir à souffrir. Cela ne pouvait finir que ainsi. A se montrer trop attentionné, il a finit par s’y perdre et ne peut plus réagir avec la distance que l’Oracle lui demande en l’employant. Kaiden n’est pas masochiste et ne se sent pas prêt de continuer sur cette voie là. Peut-être dit-elle la vérité en lui affirmant que sans lui, elle ne serait pas là depuis longtemps mais après tout, c’est elle la voyante même si effectivement elle aurait tendance à inverser les rôles. Alors il l’écoute, il pèse chacun de ses mots pour essayer de comprendre ce qui lui échappe encore mais intérieurement il baisse les bras, et se contente de hocher simplement la tête.

- Je vous fais déjà confiance, là n’est pas la question.



Mais vous m'avez demandé si j'en étais capable, si je pourrais donner ma vie pour vous. Alors à quoi bon...


Il passe une langue rapide sur ses lèvres, heurtant au passage ses crocs. Au lieu de rester planté là bêtement, Kaiden aurait du sortir pour se détendre, pour tâcher d’oublier cet énième oubli de la part d’Eliade. Maintenant, il va devoir attendre la nuit prochaine pour chasser, peu désireux d’agir en plein jour malgré la tempête qui est tombée sur Secaria. Cela pourrait être une formidable opportunité mais Kaiden vit la nuit depuis si longtemps qu’il ne pense qu’à se recoucher. Une nuit de perdue, sans doute pas la dernière et il se lève finalement dans le but plus qu’évident de rejoindre sa chambre. En lui, c’est une chambre secrète dont il referme soigneusement la porte. Il est hors de question qu’il se laisse aller à des sentiments qui n’ont définitivement pas leur place entre eux. Il a mit du temps à le comprendre alors que ses doutes auraient du l’amener à réagir depuis beaucoup plus longtemps. Mais il n’est jamais trop tard et cette fois ci, il ne se perdra pas. Kaiden se refuse à entraîner Eliade dans cette espèce de mélodrame dont rêvent les humes bienheureuses bien au fond de leur lit.
Mais ses pensées reviennent vers elle lorsqu’elle lui propose de lui laisser un papier. Un morceau de papier comme on dépose une banale liste de courses sur le meuble le plus important de la maison, histoire d’éviter à parler à l’autre. Elle pense sans doute que c’est un moyen de se rattraper mais Kaiden le prend mal, piqué au vif dans son orgueil. Un petit billet histoire qu’il reste pas tout con dans son coin, et il pourra même pleurer dessus si ça lui chante. La gorge nouée, il crispe instinctivement les poings avant de continuer en direction de sa chambre, sans se retourner. Il tâche tant bien que mal de ne pas exploser. Ca va lui passer, une bonne journée de sommeil et demain soir il retrouvera son habituel sourire. Il pourrait même changer de sujet à l’instant en lui parlant de ses fournitures qui commencent à manquer, des balles bien évidemment. Un garde du corps avec un tel don ne saurait demeurer une journée de plus sans avoir une arme chargée à portée de main. Mais non cela attendra et il se contente de lancer d’une voix neutre un simple:

- Oui, faites donc cela. Ca sera parfait.


Kaiden est sans doute bien incapable de penser à lui, surtout ici, à Secaria, alors que tout remonte chaque jour comme une vague putride qui le rend nauséeux. Mais il préfère de loin lui faire croire cela plutôt que de s’acharner dans un combat perdu d’avance. Il n’est pas aussi intelligent qu’elle, et n’est pas doué dans le corps à corps. C’est une autre porte qu’il pousse, et une seconde il s’attend à voir sa chambre dévastée. Mais non, le lit est simplement défait mais tout reste à sa place, c’est-à-dire rien car c’est une chambre impersonnelle qu’il ne se permet pas d’arranger de façon à la rendre plus familière. Sa nécessaire est posé sur la table de chevet, les deux armes cachées sous l’oreiller. Il n’ose pas encore y entrer, soudain craintif à l’idée de terminer une conversation qui ne toute façon ne mène nulle part. Pourrait-il juste se tourner vers elle et lui souhaiter un agréable sommeil après une telle nuit ? Non, car il ne pourra s’empêcher de lui demander avec qui elle était, histoire d’en rajouter une couche, histoire de se faire… du mauvais sang. Il tourne en rond dans sa propre tête, guettant un geste une parole et puis finalement murmure d’une voix étrangement douce.

- Allez vous reposer Eliade.

A ce soir. Les habitudes reviendront c’est certain, peut-être juste un peu plus discrètes. Je ferais en sorte de sourire, et d’y croire encore ma foi, puisque je ne peux faire que ça. Je ne vous en veux pas, non, sans doute pas, mais c’est juste que je n’arrive pas à comprendre ce besoin d’agir seule. Ah oui vos prophéties, parlons-en de vos prophéties. Combien j’ai de doigts Eliade ? Est-ce que vous saviez déjà comment cela allait se finir ? Allez oui bonne nuit, et puis à demain, on verra bien à ce moment là. Vous ne remarquerez même pas que je m’éloigne d’un pas. En revanche, je ne dis pas que cela sera facile. A choisir, j'aurais préféré retourner en arrière plutôt que d'avoir un don aussi con. Ou peut-être prédire l'avenir, histoire de me montrer original, histoire de suivre la cadence.
Et le temps file si vite entre ses doigts, comme de l'eau qu'il ne peut plus créer, rien d'autres qu'un vague à l'âme, refermer la porte, s'y adosser et puis fuir, la conversation, le reste du monde. Juste fuir pour ne pas avoir à faire face encore à cette idée dérangeante qu'il doit partir, la laisser, partir, les laisser, oublier, pardonner, errer, fuir encore, courir, partir, traverser Vanor, descendre vers le sud, effleurer les bois familiers, reprendre sa hache, revenir vers Charles, vers son père, dans les rires bruyants d'une salle de café, dans une ville discrète où elle est arrivée, à cet instant où il a croisé la chevelure claire de Sophia, à se demander s'il ne pourrait pas juste lui proposer un verre, peut-être deux, et détourner les yeux pour ne pas se faire remarquer. Non, personne n'a dit que cela serait facile...
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 13:14

Ce simple geste la blessa. Lui qui était si tactile, repoussait purement et simplement sa tentative d'adoucir un peu la situation. Elle en avait oublié à quel point un simple geste pouvait être blessant. Eliade ne pu que retirer sa main pour se laisser glisser plus en arrière dans son fauteuil, détournant les yeux. Ce n'était pas ce qu'elle voulait. Mais à force de jouer avec les masque, elle ne savait plus comment s'y prendre avec la sincérité. Quoiqu'elle fasse, elle ne pourrait que lui faire du mal. Et cette étrange certitude sans rapport avec son don en venait à l'angoisser plus encore. Oh non, il ne lui faisait pas confiance. Ou plus, en tout cas. Il doutait d'elle, de sa propre position auprès d'elle, de tout ce qui pouvait en découler. Elle ne cherchait même pas à inverser les rôles, pas consciemment du moins. Elle voulait juste... Quoi au juste? Pouvait-elle se justifier en lui racontant en détail ce qu'elle avait été faire? Pouvait-il lui dire que s'il avait été présent, les choses auraient été plus difficile et très certainement définitivement mortelles? Ou ce genre de révélation ne ferait-elle que le blesser d'avantage? Elle ne sait même pas. Perdue, c'était le mot. Perdue sans savoir quoi faire ou quoi dire pour limiter les dégâts, pour calmer le mal qu'elle avait délibérément causé.

Le regard dans le vague, ses propres doigts s'entremêlèrent, comme si elle aurait voulu se rassurer malgré tout. Mais il ne fallait pas y compter, non. Il s'est privé de tout pour l'attendre. Elle n'avait même pas osé le regarder se lever, s'éloigner, mettre en application cette distance qu'elle ne voulait pourtant pas créer. Quoiqu'elle puisse vouloir faire, elle l'obligerait donc forcément à s'en aller? C'en était désespérant, pour ne pas dire pitoyable. Elle aurait tant voulu lui dire que leur présence ici ne servait à rien, qu'ils pouvaient repartir ailleurs, quitter cette ville où il avait tout perdu, mais elle ne le pouvait pas. La situation était purement et simplement une impasse. Que fallait-il faire alors? Attendre que ça passe? Attendre qu'il encaisse et reprenne ses habituels sourires? Attendre qu'il fasse comme si rien ne s'était passé? C'était probablement la solution la plus évidente, mais de loin pas la plus satisfaisante. Elle aurait encore préféré qu'il hurle, qu'il déverse sa colère. Mais il était clair que l'éloignement était le plus efficace pour la punir. C'était mérité après tout. Elle l'avait bien assez malmener pour qu'il lui rende la pareille. Dire qu'elle ne s'apitoyait même pas, finalement. Il n'y avait que du regret pour lui, pas pour elle. Pour ce qu'elle l'obligeait à faire, pour ce qu'elle lui cachait, pour ce qu'il devait encaisser au nom de... De quoi? De l'Oracle?
Quelle bonne excuse, non?

Mais elle se décida enfin à le regarder, quand le ton changea. Pourquoi? Parce qu'il était trop fatiguer pour vouloir s'énerver? Parce qu'il avait trop faim pour gaspiller son énergie en reproches? A quoi bon se reposer. Elle ne se reposait plus depuis son retour. Ou si peu. Il fallait toujours chercher, et chercher encore, trouver la faille dans les scénarios à venir, tous plus déplaisants les uns que les autres. Il fallait trouver avec qui négocier, à qui mentir, à qui dire la vérité pour que les choses puissent changer, sans les faire empirer. Il fallait jongler sur tous les plans, et trouver comment ne pas blesser la seule personne à laquelle elle tenait. Ou lui faire du mal pour mieux réussir. Il fallait faire des choix, constamment, et en accepter les conséquences sans broncher parce que finalement, elle ne pouvait pas les éviter. Souvent, elle aurait juste préféré mourir définitivement dans cette ruelle sombre de Falkenur.

"Je ne peux pas."

Non, définitivement pas. A quoi bon se reposer? La fatigue elle-même était une belle illusion pour des cadavres ambulants. et si elle rêvait trop? Et si tout recommençait à lui échapper? Elle n venait à adorer ces bienheureux qui, ignorant tout, ne pouvant rien voir, pouvait passer leur temps à se soucier du présent. Dommage que la plupart d'entre eux soit incapable de juste s'en rendre compte. Non, Eliade ne pouvait pas être mélancolique ou avoir des regrets. ça ne collait pas avec son image, c'était trop improbable après tout. Alors elle se releva finalement, une main sur le dossier du fauteuil sur lequel elle était assise jusqu'alors.

"Vous ne m'avez pas demandé combien de doigts."

Oui, c'était stupide. Mais non, elle ne pouvait décemment pas le laisser faire tout seul comme si de rien n'était. Et ouais, elle sortait le commentaire au sommet du hors sujet juste parce qu'elle ne pouvait juste pas le laisser comme ça. Il était épuisé et affamé, mais aussi blessé. Elle ne pourrait probablement rien faire pour tout ça, mais qui ne tentait rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 15:51

Elle ne peut pas. Mais quoi ? Se reposer ? Terminer là cette conversation foireuse ? Le laisser partir sans avoir le dernier mot ? Dos à la porte, Kaiden ne se permet pas de flancher pour venir la retrouver, l’enlacer, comme il a eut envie de le faire avant qu’elle n’arrive. Il devrait se montrer reconnaissant sans doute, mais s’en sent tout simplement incapable et il masse délicatement ses tempes douloureuses, les yeux ancrés au sol comme un point d’appui dans la tempête. Et maintenant, que devrait-il faire ? La première réponse qui lui vient est d’aller se coucher comme une pauvre âme en peine en essayant de ne pas penser à Eliade, debout dans le salon, presque livrée à elle-même. La première mais sans doute pas la meilleure. Hésitant, Kaiden glisse lentement au sol jusqu’à s’asseoir, le dos contre la porte et l’oreille tendue vers la jeune femme. Il doit lui rester une bouteille d’alcool pas très loin. Ce n’est sans doute pas la meilleure solution mais malgré sa fatigue, il doute de trouver aussi facilement le sommeil. Et l’alcool apaisera sa migraine… enfin jusqu’à son réveil. La voix d’Eliade manque de le faire sursauter.

"Vous ne m'avez pas demandé combien de doigts."


Incrédule, il pense avoir mal entendu et se raidit quelque peu contre la porte, les sourcils froncés. C’est une blague ? Le silence qui vient de la chambre maquille son incompréhension et il demeure ainsi un instant avant de sourire, au bord du rire, glissant ses mains sur son visage. Que cherche-t-elle bon sang ? A préserver ce lien entre eux ou plus égoïstement à garder à tout prix à ses côtés la seule personne qui la considère encore comme un être humesque et non pas comme une prophétesse qu’il devrait craindre et respecter. Les lèvres pincées, il contemple ses mains, s’attardant sur ses doigts pâles. Combien. Le petit jeu quotidien a perdu tout son sens. Et Kaiden a envie de hurler. De lui cracher au visage qu’elle doit cesser cette comédie car ce n’est pas le moment de se foutre de lui, oh ça non. Mais se moque-t-elle ? Indécis, il tourne la tête avant d’appuyer son oreille contre la porte. Elle attend sans doute une réponse de sa part, quelle qu’elle soit. Il se maudit d’être aussi faible.

- Combien j’ai de doigts ?


Sa voix est rauque, éteinte, et elle peut sans doute deviner l’expression de son visage à cet instant. Non, il ne sourit plus, et cela durera sans doute un moment. Kaiden ne sait plus à quoi s’attendre avec elle et attend distraitement le chiffre que Eliade lancera. Il ne prend même pas la peine de réfléchir car la réponse sera bonne, comme toutes les autres fois. C’est étrange qu’en 20 ans de cohabitation l’Oracle ne se soit lassée de ce petit jeu, et qu’il l’ait lui-même continué malgré le fait que cela ne l’embête pas tant que ça. A la base, ce n’était qu’une plaisanterie histoire de changer de ses prédictions dramatiques, d’éclaircir un peu leur nuit. Il voulait juste la faire sourire, ou s’attirer un regard un brin agacé. La faire réagir, la sortir de sa neutralité. La question est devenue un rituel, et voilà que ce soir cela se retourne contre lui. C’est mentir que de poser la question, que de faire semblant d’attendre et puis après d’en rire, de maudire son pouvoir gentiment. Kaiden n’est pas gentil à cet instant, il le sait et mais il s’en fou.
Il ne sortira pas de cette chambre, et merde s'il passe pour le méchant de l'histoire. Il n'y a pas de vainqueur, simplement deux personnes et l'une d'entre elles devrait s'expliquer un peu mieux quant à ses intentions au risque de perdre l'autre qui tient à elle d'une manière sans doute dangereuse. Mais Kaiden n'est pas prêt de regretter ses sentiments. Oh, il peut bien s'en vouloir d'agir ainsi, de la mettre en danger et tout ce blabla soit-disant professionnel. Mais cesser de l'aimer, non, impossible. C'est entre eux, cela ne regarde qu'eux, et au final, c'est cette confiance qu'il lui porte, presque aveugle, presque stupide, qui fait qu'il ait pût se montrer présent au moment où elle en avait réellement besoin, sans autre attaquant que ses propres pensées, que ce vestige d'âme qui la tourmente parfois quand elle doute. Il n'est qu'un homme, et n'est pas très doué mais sa main s'est toujours montrée franche en venant à la rencontre de la sienne. Il est temps maintenant que son amie fasse le premier pas. Ce n'est pas une reconnaissance qui lui demande, mais juste que sa main vienne à lui en premier. Peut-être est-ce là le but de la question... Tout dépendra de la réponse.
Et quitte à être considéré comme un simple garde du corps, un chien, Eliade n’aura qu’à lui mettre une muselière pour qu’il se la boucle. En attendant, il a décidé de ne pas revenir sur ses paroles, et la fuite l’aide à ne pas lui faire face, car sinon il flanchera, il lui obéira. Car Eliade le connaît, et une de ses mimiques finirait par le désarmer, qu’importe le temps que cela prendra. Combien de doigts ? Devine encore le futur, vas-y réponds moi. Toi qui connais le futur, en était-ce de même pour l’issue de cette conversation ? Empruntes-tu des chemins divers pour essayer d’en modifier la fin ? Est-ce que c’est du hasard ou bien me manipules-tu ? C’est de l’Oracle dont il se méfie, l’Oracle qui obtient toujours ce qu’elle veut, qu’importe la manière d’atteindre son objectif. Et Kaiden refuse d’être traité ainsi. Mais si elle n’a pas comprit, alors au moins tentera-t-il de lui expliquer d’une autre façon, en commençant un nouveau rituel. Ce soir, il a décidé de trahir pour lui faire ouvrir les yeux sur le présent.


Dernière édition par Kaiden le 24.02.10 1:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 18:45

Allait-il répondre ou juste ignorer? Était-il déjà couché? Non. C'était un fait. Mais Eliade ne voulait pas non plus trop piétiner l'intimité de Kaiden en fouinant impunément dans le moindre de ses actes comme elle pouvait le faire. Elle ne pouvait pour le moment que fixer cette porte derrière laquelle il se trouvait, sans faire le moindre pas en avant. Mais elle ne pouvait pas rester ainsi, n'est-ce pas? Alors elle se détourne de la porte, se dirige vers cette bouteille vide qui avait été abandonnée un peu plus tôt au sol. Elle se penche, la ramasse. Toute une bouteille en une soirée... Les morts n'avaient plus à souffrir d'une bonne partie des effets nocifs de l'alcool. Mais la bouteille ne pouvait que prouver le vide qu'elle avait laissé en s'éclipsant sans rien dire. Ses doigts se resserrèrent sur le verre, crissants légèrement sur la matière et elle revint en silence sur ses pas, vers la table basse, alors que la voix de Kaiden lui parvenait à nouveau. Elle n'a pas besoin de savoir la réponse finalement. Ce qui comptait le plus pour elle, c'était la tentative de détendre l'atmosphère. Eliade méritait décidément un zéro pointé pour le sens social. Oh non, il ne souriait pas, et elle ne voulait finalement plus deviner.

"Vous ne jouez pas."

Sans doute avait-t-il replié quelques doigts, mais elle ne cherchait même pas à savoir combien. La réponse avait toujours été sans importance après tout. Ce qui comptait, c'était tout ce qu'il y avait autour de cette question pourtant insignifiante. Mais il n'y avait plus rien. Eliade se pencha, déposa la bouteille vide sur la table basse sans même réellement prêter attention à son propre geste. Ce n'était qu'un mécanisme, bête et automatique. Mais ses yeux, eux, s'étaient à nouveau reportés sur la porte. Une frontière imposée. Elle ne saurait même pas dire s'il s'agissait réellement de fuite. Après tout, elle aussi avait fuit, à sa manière, en tournant autour du pot sans forcément dire les choses telles qu'elles étaient.

A nouveau elle se mit en mouvement, pour se rapprocher de la chambre de Kaiden cette fois. Elle marqua une hésitation, mais se décida à achever la distance. Pourtant, elle ne frappa même pas contre le battant. Ce fut à peine si elle déposa sa main contre le bois. Elle avait parfaitement conscience qu'il entendait ses déplacement, qu'il devait savoir où elle était à l'instant même.

"M'auriez-vous laissé faire..."

Elle connaissait déjà la réponse. Même si elle n'avait pas posé encore tout à fait la question. Elle sait que ça allait en revanche faire empirer la situation. Il était tout aussi évident qu'elle risquait de le mettre plus en colère et qu'il n'avait très probablement pas besoin de ça en plus. Mais il lui reprochait aussi de s'en aller sans rien dire. Il ne voulait pas être ignoré, pas être écarté. Seulement ça risquait de se reproduire. Pouvait-elle reconsidérer les décisions qu'elle avait prises jusqu'à présent? Elle ne savait même pas.

"... Si je vous avais dit que je devais rencontrer un versatilis?"

Comment allait-il réagir à ça? Elle ne le savait pas. Quelque part, elle ne voulait probablement même pas le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 19:58

Des pas, ses pas, et il la guette comme un loup affamé, attendant un geste, une parole. Va-t-elle toquer à la porte ou simplement lui répondre. Et que va-t-elle lui dire ? 3 ? 4 ? Sa main forme le chiffre deux machinalement mais il change sans cesse, de seconde en seconde, précipitant les chiffres, précipitant l’avenir. Elle ne peut pas savoir, elle ne doit pas, et son pouvoir n’existe pas vraiment. Le futur qu’elle voit ne s’est pas encore produit, et même si prévenir les vampires changera quelque chose, il y aura toujours du mauvais tant que le gouvernement décidera de les chasser. Mais cela va au-delà de cette simple prédiction, cela concerne le monde entier mais rien dans son pouvoir ne pourra modifier la conscience humesque. Ils ont décidé d’agir ainsi, et ce n’est pas elle qui changera quelque chose. Ils peuvent à eux deux sauver quelques vampires, se rendre sur un continent voisin, mais Eliade ne pourra pas sauver les pylônes.
La brèche, les créatures qui s'en échappent, la brume, le monde qui court à sa perte.... Kaiden a tellement du mal à y croire, à la croire et pourtant, s’il doutait tellement, il ne l’aurait pas suivit à Secaria, il ne serait pas venue à sa rencontre il y a de cela 20 ans. La première fois, même s’il n’y avait aucune preuve, il a fermé les yeux, prêt à fuir au nom de quelque chose qui n’avait pourtant rien de concret. Il aurait pu faire comme les autres, rire d'elle, attendre, puisque de toute façon Kaiden n'a pas cherché à convaincre Sophia très longtemps. Ca n'aurait rien changé. Mais c'est resté là au fond de lui toutes ces années... Et il demeure là, appuyé contre cette porte à ne savoir quoi faire, à ne pas oser lui voler ses espoirs. Ils pourront réaliser un rêve, mais pas tous, c’est impossible. Le sait-elle seulement ?

Une réponse.
La sienne est surprenante, mais il commence à avoir l’habitude avec elle.

- Il n’est plus temps de jouer Eliade.

Le tintement d’une bouteille que l’on repose lui fit à nouveau tourner la tête et il attendit avec appréhension qu’elle s’approche. Kaiden n’était pas devin, mais elle n’allait pas s’arrêter à cette simple phrase. Alors il l’écouta s’approcher de la porte, s’arrêter devant, en silence. La touchait-elle ? Hésitait-elle à frapper pour lui demander d’entrer ? Ou alors prévoyait-elle encore l’avenir suivant ce nouveau chemin ? Cette impression de ne rien pouvoir contrôler, d’être totalement à la merci de l’Oracle lui arracha une grimace amère. Un simple murmure, sa voix si douce qui pourrait le faire sourire, attendrit, peu importe la situation mais cette fois-ci Kaiden pèse chacun de ses mots. C’est une question, un début de question et soudain il voudrait lui crier de se taire car Eliade doit jouer, doit se foutre de lui. Il ne lui a pas demandé ce qu’elle avait fait de peur d’en apprendre trop, de voir sa colère décuplée par une terreur sans nom. Il devinait sans peine qu’elle s’était mise en danger, et que ce danger là était si grand qu’elle avait préféré le laisser dans l’ignorance plutôt que de risquer sa vie. Mais il était garde du corps, et ce genre de risques faisaient partit du métier. Si vraiment elle ne se moquait pas mais cherchait à le protéger à cause de… ses sentiments, alors…

Versatilis.


Kaiden ne put retenir son poing qui vint fracasser la porte, laissant une marque peu profonde. Il n’avait eut conscience de se relever, et fixa le bois abîmé, les yeux écarquillés sous la rage. La pensée qu’il aurait pût frapper Eliade au visage s’ils étaient restés dans la même pièce l’effleura à peine et il mit fin à cette distance en ouvrant violemment la porte, sans pour autant l’agripper. Les crocs en avant, le visage crispé, écœuré, il la contempla, cherchant à comprendre le but de cette révélation. Ce n’était qu’un jeu pour elle de le pousser à bout. Malheureusement il ne pouvait, et ne voulait, prendre cela à la légère, comme il l’aurait certainement fait dans une ville sans danger au sud de Vanor. Ils étaient à Secaria, et ce genre de petites questions faussement innocentes Kaiden ne pouvait pas les supporter. Un Versatilis, rien que ça. Niveau pic de stress, elle y allait fort la belle Eliade. Est-ce qu’elle essayait de le tuer d’une attaque cardiaque ? Un peu trop tard, siffla son esprit blessé.

- Trouvez vous quelqu’un d’autre. Il est hors de question que j’approuve votre folie.


Il la bouscula légèrement en passant près d’elle, se décidant enfin à sortir. Tant pis pour le soleil, avec un peu de chance même si tout aujourd’hui tentait de lui prouver le fait qu’il avait décidément un ange gardien assez sadique dans son genre, la tempête glaciale aurait amené sur Secaria des nuages assez épais pour en bloquer les rayons U.V. Ce n’était pas prudent de sortir à cette heure, mais il ne pouvait décemment pas rester dans la même maison que cette stupide gamine écervelée qui allait conter fleurette aux Versatilis sans daigner le prévenir. Qu’elle continue de le snober, soit, et lui se passerait de sa compagnie dès qu’elle lui aurait trouvé un remplacement. Avec tout les fidèles qu’elle rameutait à chaque prédiction, ça allait être rapide. Et qu’elle garde pour elle ses excuses à la noix, Kaiden était arrivé au bout de sa patience et rien, à cet instant, ne pourrait le faire changer d’avis. Il attrapa d’un geste brusque sa veste, faisant valdinguer le portemanteau et ouvrit la porte d’entrée sans un regard en arrière. Certains bars devaient être encore ouvert malgré l’heure matinale et au pire, une bonne ballade lui changerait les idées à défaut de le calmer.


Dernière édition par Kaiden le 24.02.10 1:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 20:52

Pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait se prendre dans la figure. Mais elle n'avait pas l'intention de reculer. Du moins elle n'y songeait pas. Mais le coup contre la porte la fit brutalement sursauter et elle ne pu qu'avoir un pas de retrait. Voilà, la peur. Subite, inattendue. Mais pas de celle qui lui donne l'impression qu'elle est en danger. C'était une toute autre forme de crainte.
La pensée qu'il ait pu se blesser lui traversa rapidement l'esprit, mais la porte s'ouvrit trop soudainement pour qu'elle n'ose ne serait-ce que de poser la question. Elle ne recula cependant pas une deuxième fois, mais fut incapable de maintenir la neutralité sur ses traits. A défaut, elle s'empressa de détourner les yeux, pour ne pas avoir à affronter la fureur qu'elle avait déclenchée. Sur l'instant, elle fut presque surprise qu'il ne rectifie pas son premier coup pour lui mettre le second à travers la figure. Un accès de rage, sans plus. Il n'aurait pas voulu lui faire de mal, de toute façon. Mais rien ne vint. Juste cet air menaçant, détestable. Ce regard qui faisait d'elle la seule et unique cause de tout ces maux.

Les versatilis étaient décidément un sujet de conversation des plus néfaste. Mais en même temps... Fallait-il qu'elle continue à lui mentir? Si elle n'avait pas laisser les mots sortir sans en avoir envisagé au préalable les conséquences, sans doute serait-il allé se coucher plein de rancoeur, mais sans devenir fou de rage. Là, c'était bon, elle avait trouvé le meilleur moyen de tout foutre en l'air avec une efficacité inégalable. Mais la réaction qui suivit fut plus inattendue encore. Elle aurait encore préféré une claque que d'entendre la première phrase.
Déboussolée, elle ne bougea même pas quand il la bouscula pour passer à côté d'elle. Il ne pouvait pas démissionner comme ça, pas aussi facilement et pas dans ses circonstances. Bien qu'en un sens elle attendait le jour où il n'aurait plus besoin de la protéger, le jour où il pourrait se libérer de tout, elle ne voulait pas que ça arrive de cette manière, soudaine, et surtout guidé par la colère. Un "non" à peine soufflé franchit ses lèvres, comme si la situation lui paraissait totalement surréaliste et impossible. Mais il était bel et bien en train de s'en aller. Le porte-manteau chuta, sans qu'elle ne se retourne, Puis la porte s'ouvrit, et là enfin elle se mit à bouger, faisant un pas vers lui alors qu'il franchissait le seuil, et la porte claqua.

"Kaiden..."

Il ne pouvait pas partir aussi facilement. C'était une erreur. Sa voix s'était brisée sur ce simple nom. Elle se trompait, il avait juste besoin de prendre l'air. Oui, il devrait bien revenir après tout. Il y avait ses affaires et... Et elle se senti subitement incertaine sur ses jambes. Comme il l'avait fait un peu plus tôt, elle recula, s'adossa au mur à côté de la porte de sa chambre, et glissa au sol. Elle ne voulait plus bouger, plus pour le moment. Eliade remonta ses genoux, les entoura de ses bras, et ne fit plus rien. Il allait revenir, c'était nécessaire. Elle pourrait vérifié, mais elle ne voulait même pas. Elle fixa la porte d'entrée, encore incrédule. Puis de minutes en minutes, elle se sentait vide, juste épuisée. Mais elle ne voulait toujours pas bougé. Si seulement elle avait pu pleurer. Ses mains contre ses tibias, elle enfonça son visage contre ses genoux, à l'écoute. Il faisait jour dehors, le bruit de la ville lui parvenait, lointain. Quelques gazouillis d'oiseau s'ajoutèrent, venant probablement du jardin d'une maison voisine. Mais elle s'en fichait pas mal.

Il fallait juste qu'elle attende, comme il avait attendu. Fatiguée, mais pas assez pour avoir la volonté de rejoindre son lit. Pourtant, elle finit par se lever, pour rejoindre le canapé. Sans même en avoir réellement conscience. Elle posa la tête sur l'accoudoir, jambes repliées et resta ainsi définitivement. Elle l'entendrai rentrer. Ou il ne rentrera pas. Pour le moment, elle ne voulait même pas chercher à savoir ça en avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 21:45

Il prend son temps pour rentrer, pas vraiment pressé. Il fixe le sol obstinément, rasant les murs pour chercher l’ombre même si le temps se prête à cette sortie. Il fait froid, mais l’air est humide et l’effort a fait naître une étrange chaleur au sein de son corps. Pour un peu, il se croirait vivant, et la sensation n’est certainement pas désagréable. L’heure n’est pas très avancée, mais Kaiden sait que c’était risqué de chasser. Il a trouvé un vagabond que l’alcool a rendu somnolant, la bouteille encore à la main, et son sang délectable a presque brûlé sa langue quand il l’a saisit à la gorge de ses crocs acérés. Pour une fois, il n’a pas hésité, cherchant à éviter l’attaque en attrapant un chat, ou même un chien errant. Non. Il l’a vu et il a décidé qu’en ce jour il avait le droit de se repaître comme un vampire digne de ce nom. La colère encore présente a trouvé refuge dans la mortelle morsure mais le peu de raison qu’il possédait encore l’a empêché d’agir avec cruauté. L’homme qui gît désormais dans une benne à ordure, la gorge tranchée en deux à l’aide de son canif pour masquer la morsure, ne lui avait rien fait. Il était là au mauvais moment et ne manquera à personne. Un visage de plus qui s’estompera dans sa mémoire. Les années passeront et Kaiden finit par l’oublier. Il l’espère en tout cas.

Il n’a trouvé refuge dans aucun bar, ou tout autre lieu de réjouissance, préférant finalement marcher pendant des heures après avoir festoyé. Il s’est glissé dans les rues parmi les premiers passants jusqu’à l’axe principal de Secaria où il a lorgné les vitrines. Kaiden s’est alors rappelé qu’il manquait de fournitures pour ses deux armes à feu, mais il a préféré attendre son retour pour en parler à Eliade, peu certain de retrouver les dealers de Sophia après 20 ans. En vérité, il ne reconnaît presque rien de la ville qu’il a aidé à construire, puis à reconstruire quand le gouvernement a décidé d’en faire une cité importante de Vanor. Mais bien que touriste en cette matinée, il a empêché ses pas de le ramener à cette rue si paisible où Martha désormais a laissé place à d’autres familles. Il n’aurait pût en supporter la simple vision. Kaiden a donc préféré demeurer loin de cette partie de la ville, se balladant dans les rues commerciales en tâchant de rester discret sans pour autant dissimuler son visage de la main ou bien en achetant un chapeau à la sauvette. Le regard curieux, il s’est même permit de saluer une damoiselle qui lui a sourit en retour. Il est redevenu hume pour un instant.
Mais cette jeune fille à la chevelure claire lui a rappelé Eliade, et une vague de remords l’a surprit en pleine rue. Le regard soudain triste, il s’est décidé à revenir sur ses pas, l’esprit toutefois plus tranquille. Kaiden s’en veut d’avoir agit aussi impulsivement à s’en encontre et lui trouve plus facilement des excuses maintenant que sa faim est calmée, que sa sauvagerie a laissé le pas à une âme apaisée. Toutefois, un doute subsiste et l’idée seule qu’elle ait pût rencontrer un Versatilis le blesse au plus profond de lui. Il évite pourtant d’y penser, peu désireux d’attirer les regards de part son visage renfermé mais tâche d’y réfléchir distraitement. A-t-elle jugé bon de le laisser à l’écart pour ne pas qu’il commette d’impair avec l’un de ces… monstres. Le mot jaillit dans sa tête avec la force d’une balle et il le regrette aussitôt. Après tout, lui aussi fait partie de cette caste, et ça serait bien stupide de sa part de l'oublier.
Il n’a pas envahit Tyr en profitant d'une merde gouvernementale, comme ses frères de race, mais les balayeurs se montrent déjà un peu trop enthousiastes à les mettre dans le même sac histoire de faire d'une pierre deux coups. Ils se ressemblent un peu. Mais mince, un Versatilis ! Eux méritent de dégager ! Il va sans dire que si Eliade l’avait avertit tout en lui ordonnant de rester à la maison, il lui aurait désobéit pour veiller sur sa sécurité mais eh, est-ce un mal ? Elle est son amie. Elle est son employeur. Ses sentiments n’ont pour l’instant rien à voir avec le fait qu’elle se soit mise en danger, bonne cause ou pas. Kaiden relève la tête, croisant aussitôt du regard la maison qui les abrite pour l’instant. Ainsi, il est rentré plus vite qu’il ne l’avait prévu mais il ne s’arrête pas, indécis, continuant sa route jusqu’à remonter l’allée, les lèvres pincées. Il prend tout de même une petite seconde pour croiser les doigts, geste machinal qu’il ne s’explique pas vraiment, et franchit l’entrée en guettant aussitôt les différents sons de la maison. Mais seul le silence l’accueille. Avec douceur, il referme la porte derrière lui et se penche pour ramasser le portemanteau qui gît à terre comme une pauvre victime. Un instant plus tard, après avoir déposé sa veste, il contemple le doux spectacle apaisant d’une Eliade allongée sur le canapé.

Les vampires n’ont foncièrement pas besoin de dormir, mais cela ressemble plus à une transe qu’à un sommeil profond d’hume. Elle rêve peut-être. S’est-elle rendue compte qu’elle s’endormait ? Le visage détendu de l’Oracle plus qu’il ne l’aurait crû et il vient s’agenouiller face à elle, tendant la main pour écarter de sa joue une mèche de ses cheveux blonds presque blanc. C’est une caresse aérienne qui va sans doute la sortir de cet état, le regard papillonnant, mais pour l’instant il la regarde, le sourire aux lèvres, et en oublie leur dispute, même si cette dernière n’avait rien de stupide. Elle est belle, si belle que sa gorge se noue un instant. Kaiden sait qu’elle fait de son mieux, tout simplement mais à ses yeux elle reste une jeune fille réfléchie qui arrive pourtant à se fourrer dans des situations pas possibles où elle n’en sort qu’avec énormément de chance. Kaiden aimerait en faire partie pour pouvoir au mieux la soutenir. Être simplement là pour elle.


Dernière édition par Kaiden le 24.02.10 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   01.07.09 23:55

Les vampires pouvaient-ils rêver? Eliade rêvait, elle. L'ennui, c'était que, contrairement à la plupart des mortels, ses rêves n'étaient pas pleinement le fruit de son imagination débordante. Mais là, elle ne rêvait pas. Ou alors c'était très différent. Juste un endroit vire, tout blanc. Un endroit où il n'y avait rien, pas de joie, pas de soucis. Juste une sorte de paix. C'était reposant. Et bien plus agréable que l'éveil, il fallait bien l'avouer.
Alors quand ce lieu l'a un peu trop appelé... Elle ne voulait pas s'endormir, pas tout à fait. Pourtant elle s'était laissée emportée le plus naturellement du monde, comme si finalement elle avait attendu ce repos. Un songe parfait, sans pylônes, sans versatilis. Un endroit calme, sans même un souffle de vent. Un peu ennuyeux comme endroit d'ailleurs. Peut-être qu'elle aurait dû s'éveiller. Mais elle était lasse, si lasse.
Et maintenant elle se sentait plus légère, comme si finalement c'était le monde réel qui n'était qu'un rêve. Très mauvais rêve d'ailleurs. Enfin pas tout à fait. Il y avait quelque chose de bien dans ce monde réel truffé d'horreur et d'hypocrisie, de dangers et de prétentions aveugles.

Un regard clair, étrangement vivant alors que la plupart de ses semblables n'ont dans les yeux que leur mort. Des traits qui la surplombent, toujours, mais avec une attitude protectrice. Tous ces petits détails qui faisait d'un simple vampire une personne à laquelle Eliade tenait beaucoup. Sans doute la seule personne qu'elle regretterai d'avoir blessé. La seule personne qu'elle avait probablement déjà trop blessé.

Elle aurait tant voulu le voir prêt d'elle, souriant, et sentir sa main contre son visage, même juste un peu. Une caresse légère comme il en faisait souvent, qui la faisait sourire aussi. Un peu comme cette sensation qui la repoussait hors du paradis sans émotion, qui obligeait le blanc à se teinter de couleurs, aux traits de... Ah non, ce n'était pas un rêve.

Le retour au réel fut accompagné de toute la fine équipe des dernier souvenirs, comme si on réenclenchait le film d'une existence pour en faire ressortir que les pires instants. Le visage déformé par la colère, le départ, la porte qui claque. Et il était là, de nouveau. C'était possible? Jamais elle ne l'avait vu dans une colère pareil, et maintenant, il était là?

Dans le doute, Eliade tendit brusquement les bras pour lui entourer les épaules, sans prêter attention à un détail qui avait son importance: la gravité. Elle glissa du canapé, mais s'en ficha complètement. Il était là, c'était certain à présent. De retour dans cette maison où elle n'avait même pas pu le retenir quelques heures avant. Lui qui était parti la rage au ventre était revenu l'éveiller avec un sourire aux lèvres, comme si la dispute n'avait finalement été qu'une hallucination passée. Mais ce n'était pas le cas, non. Un peu trop présent dans ses pensées pour faire parti de son imagination. Alors le cauchemar était juste finit?

"Vous êtes revenu!"

La voix un peu partagée entre la joie et l'inquiétude, comme si ce n'était peut-être pas complètement vrai, comme si il ne faisait que passer pour récupérer ses affaires. Oh non, hors de question d'envisager cette possibilité. Au pire, elle s'accrocherait à lui pour l'empêcher de sortir. Comme elle aurait dû le faire avant. C'est dans ses instants-là qu'on avait le droit de douter de son âge réel. A croire qu'elle pouvait presque redevenir ce qu'elle avait été. Kaiden faisait décidément des miracles.

Elle devrait lui dire, là tout de suite, qu'elle lui interdisait de repartir à nouveau, même si elle faisait une autre erreur dans le même style. Mais les mots restaient figés dans sa gorge. Pour le moment, il était juste là, et c'était ce qui comptait. Elle ne pu que déserrer son étreinte, peu à peu. soulagée à présent, préférant simplement ignorée l'idée qu'il puisse subitement s'en aller. Et d'autres mots franchirent malgré tout ses lèvres.

"Je suis désolée."

Tellement désolée. Mais ça n'effacerait jamais ce qu'elle a fait et même dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   02.07.09 2:57

Le reste n’était pas une hallucination, même si Kaiden aurait bien voulu, mais comment repenser ne serait-ce qu’un instant à leu dispute alors qu’Eliade s’éveillait doucement face à lui. Non, décidément il n’y avait rien de plus beau au monde et son sourire s’accentua, sans qu’il ne prenne garde à ses crocs, pourtant un réflexe habituel chez lui. Si c’était cela l’éternité, alors finalement ce n’était pas si mal que ça. Sa main continua sa douce caresse en venant se perdre dans les cheveux blonds mais Eliade le surprit, eh oui encore une fois, en l’enlaçant brusquement. Ca, en 20 ans, elle ne le lui avait jamais fait et sa bouche s’ouvrit dans un « Oh » de surprise qu’il retint de justesse pour mieux chuter au sol lourdement. Malheureusement, si Eliade n’avait pas prévu la gravité, lui n’avait pas fait attention au mobilier en se laissant faire et sa nuque rencontra durement le coin de la petite table basse.
Abattu par un simple petit morceau de bois vernit qui eut la fierté de lui faire pousser un cri de douleur, il ne cessa pourtant d’étreindre son amie, les yeux perdus au plafond, la nuque douloureuse. Kaiden ne se souciait pas de cette blessure, certainement plus un bleu qu’une plaie d’ailleurs, trop occupé à dévorer du regard le visage d’Eliade penché sur lui. Il lui offrit un petit sourire rassurant et commença, dans un geste presque naturel alors qu‘il ne se serait jamais permit auparavant ce genre de contact avec elle, à lui caresser le dos du plat de la main. Entre ses bras se tenait désormais non plus une Oracle glaciale de neutralité mais une enfant heureuse de le revoir, lui qui n’était pourtant qu’un bourrin charmeur. L’exclamation ravie d’Eliade finit de l’achever et il murmura pour simple réponse, la voix tendre mais un brin taquine, tentant d‘apaiser ses craintes:

- Oui… mais finalement pas en un seul morceau.


Un instant passa où ils savourèrent cet instant surprenant et Kaiden songea avec délice qu’il devrait partir furieux un peu plus souvent si c’était pour être salué ainsi à son retour. Mais il n’était certainement pas égoïste, et derrière la joie d’Eliade il percevait quand même assez bien l’inquiétude qui n’avait cessé de la tourmenter depuis son départ. Empathe, certainement pas, mais il commençait à vraiment la connaître. De plus, il était plus facile de lire en elle quand elle se laissait aller contre lui comme à cet instant. Mais Eliade se recula quelque peu, délaissant l’étreinte pour revenir à ce sujet plus sérieux qu’il avait lâchement abandonné, incapable de se maîtriser. Kaiden préféra toutefois la retenir, doucement mais fermement, une main dans son dos, restant allongé sur le sol même si ce n’était certainement pas le lieu le plus confortable de la maison.
Un instant, il eut envie de la prendre dans ses bras à la manière d’une princesse et d’aller la déposer sur son lit pour qu’ils puissent en discuter, allongés l’un en face de l’autre, mais il y renonça presque aussitôt. Il y avait des choses à éviter malgré l’amitié qu’il lui portait, et de toute façon ce n’était pas le moment. Surtout au vu de l’écho douloureux que cela venait d’éveiller en lui. Eliade n’était pas Sophia, malgré le transfert qu’il ne cessait de faire entre les deux femmes quand certains instants de la vie courante lui rappelait des souvenirs d’autrefois. Mais cela n’empêchait pas de vouloir la protéger comme il avait voulu le faire avec sa fiancée. Cette fois-ci, il en était sûr, il réussirait, même si pour cela il devait consentir à la laisser partir seule quand elle jugeait cela nécessaire pour sa protection, Versatilis ou non. Je suis désolée, murmura-t-elle. Comme aurait-il pu ne pas la croire ?

- Je sais… Je vous prie de me pardonner aussi. J’ai agis un peu stupidement… le fait que je sois inquiet n’excuse en rien la manière dont je vous ai traité Eliade.


Pourquoi n’avait-il pas commencé par ça au lieu de tempêter comme un suprême idiot. Eliade était après tout rentrée saine et sauve, preuve qu’elle avait eut raison une nouvelle fois. Même s’il se méfiait de l’Oracle, Kaiden devait à tout prix cesser de croire cette partie de sa personnalité différente de l’Eliade qu’il connaissait. Ce n’était qu’une seule et même personne qui tentait de se protéger, d’aider de son mieux un peuple qui tremblait désormais, qui voyait en elle une lumière, un guide à suivre, un espoir. Eliade n’agissait certainement pas impulsivement comme lui, et ses remords lui fit détourner les yeux, contrit. Au final il n’était qu’un homme peureux craignant de la voir disparaître. Lui qui pensait lui faire confiance ne cessait en vérité de douter au nom de sa pseudo sécurité. C’était à lui de s’excuser pas à elle, pas une deuxième fois.

- Mais s’il vous plait, prévenez moi la prochaine fois… je suis entièrement disposé à vous obéir mais… ne m’ignorez plus.


Ce n’était qu’un simple chuchotement, même pas une demande. Une petite prière, et encore Dieu ne les exauçait pas toutes alors elle pouvait bien se permettre de l’ignorer. Son regard revint à elle et lui offrit un faible sourire avant de se relever pour l’enlacer un peu plus fort, le visage niché dans son cou, caressé par ses longs cheveux. Elle était en vie, et elle le resterait, grâce à son don, grâce à lui, grâce au destin, ou la chance, ou ce qui offrait un peu de beauté à ce monde en plein chaos. Ses lèvres effleurèrent la peau de son cou en une esquisse de baiser et il demeura ainsi, à savourer sa présence. Oui, il n’était qu’un idiot, mais c’était lui, l’idiot chanceux qui avait réussit à la convaincre, pas un autre. Kaiden reprenait son service et il ne laisserait à personne sa place aux côtés d’Eliade. De toute façon, il était le seul à pouvoir s’occuper d’elle correctement, ça il en était certain.


Dernière édition par Kaiden le 24.02.10 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   02.07.09 10:50

Ah, oui, la table. Un détail. Il était là, et le reste était sans importance. Enfin pas au point de le martyriser non plus. Par précaution, sa main glissa un instant sur la nuque de Kaiden, pour s'assurer surtout que le coup n'avait pas fait de dégâts, autrement il aurait été bon pour ressortir en quête d'un casse-croûte. Elle eut un petit sourire navré pour les conséquences de son emportement. Peut-être que par précaution, il lui faudrait revoir le placement du mobilier, au cas où cette situation devait se reproduire un jour. Bien qu'elle ne l'espérait pas.

Le départ avait été trop douloureux pour vouloir revivre ce genre de scène. Il était redevenu le vampire tendre et malicieux qu'elle connaissait. C'était rassurant, plus qu'il ne pourrait l'imaginer sans doute. Il ne la laissa même pas pleinement s'écarter, juste assez pour pouvoir se regarder dans les yeux, mais elle ne chercha pas plus que ça à mettre fin à l'étreinte, trop contente de constater qu'il ne s'agissait pas d'un énième rêve.

Ses excuses trouvèrent finalement un écho positif. Enfin si tant est que les événements récents puissent être considérés comme pleinement positifs. Au moins il pouvait lui pardonner. Quant au excuses qu'il lui rendit, elle se contenta de secouer la tête. Oui, il s'était emporté, c'était un fait. Mais Eliade avait manqué de pas mal de tact sur le moment, il fallait aussi l'admettre. Elle aurait été moins distante sur certains aspects et peut-être qu'elle aurait pu se faire comprendre sans éclat de colère.

Mais c'était passé maintenant. Il y avait d'autres choses sur lesquelles elle pourrait sans doute se montrer moins cruelle et pour lesquelles elle ne chercherait pas à écarter Kaiden. Du moins elle le souhaiterait, ne serait-ce que pour éviter de le pousser à nouveau à bout. Elle ne pu que glisser à son tour ses doigts sur le visage du vampire, alors qu'il détournait les yeux. Elle ne pouvait pas lui en vouloir de faire bien son travail, quand même?

"Je ferai de mon mieux, c'est promis. Je ne voulais pas vous faire de la peine en agissant ainsi. Alors je vous préviendrai la prochaine fois."

L'étreinte reprit à nouveau, et elle se redressa un peu plus dans son mouvement, pour que l'un comme l'autre puisse finir en position assise. Le sol pouvait être acceptable, mais sur le long terme, il y avait mieux en matière de confort quand même.
Et même si elle était aussi bien que lui en cet instant, à le sentir contre son cou, il fallait bien faire cesser un jour ou l'autre ce moment d'échange. Il était sorti furieux et fatigué. Si ça colère s'était effacée, ce n'était certainement pas le cas de son degré d'épuisement. Il fallait qu'il se repos à présent, et le salon ne se prêtait pas vraiment bien à ce genre d'activité.

"Vous devriez aller vous reposer. La nuit comme la journée ont été dures."

Surtout pour lui. A fore de devoir attendre sur elle... Mais maintenant c'était bon. Lentement, elle s'écarta, non sans un certain regret. Il fallait bien avouer qu'elle se sentait mieux contre lui. Mais abuser de sa tendresse pouvait aussi être malsain, quelque part.

"Et je serais encore là à la nuit tombée."

Mieux valait assurer ceci aussi. Elle n'avait pas l'intention de reprendre la poudre d'escampette l'air de rien aussi rapidement. Leur "vie" allait pouvoir reprendre son court normal pendant quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïden

Invité

avatar



MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   02.07.09 14:48

Peu désireux de rester fâché avec Eliade, Kaiden fut soulagé de voir que finalement tout s‘arrangeait entre eux. Heureusement, ils ne se disputaient que très rarement mais étant tout deux assez têtu de caractère cela ne donnait jamais rien de bon, leur nature vampirique reprenant alors vite le dessus. Caressant son visage, elle lui promit de le prévenir la prochaine fois. Oui, la prochaine fois, c’était inévitable bien évidemment mais il lui sourit simplement en réponse, un doux remerciement, se sentant incapable de lui entendre raison. Ce n’était pas la valeur de ses arguments qu’il jugeait à cet instant mais bien sa capacité à pouvoir se défendre, don ou pas don.

- J’imagine que ça ne sera pas le dernier Versatilis… faites attention.


Eliade semblait pourtant savoir où elle allait, et c’était bien tout ce qu’il pouvait lui souhaiter. Assit tout les deux sur le sol, ils gardèrent un instant le silence, profitant de ces quelques caresses avant qu’elle ne se décide à briser l’étreinte définitivement. Il n’y avait pourtant rien de trop intime entre eux, et ils savaient tout deux où ils en étaient l’un par rapport à l’autre mais malgré sa déception, Kaiden sut que c’était la meilleure chose à faire. Et l’on savourait mieux à court terme ce genre de petit cadeau du quotidien.
Aussitôt qu’Eliade lui eut conseillé d’aller se reposer, une chape de plomb tomba sur ses épaules, le forçant à s’allonger de nouveau sur le sol. Oh oui, une petite somnolence d’au moins 8h, cela le tentait drôlement bien. La matinée commençait doucement à atteindre son zénith et à travers les volets croisés, la clarté de la journée commençait à se faire insistante. Kaiden hoche doucement la tête, vint glisser sa main sur la joue pâle de l’Oracle et consentit à se relever pour se diriger vers la chambre.

- Oh d’ailleurs en parlant de nuit tombée… Il me manque des balles pour mes armes. Vous auriez une adresse ?


L’idée venait tout juste de le traverser et Kaiden prit le temps de se tourner vers elle, les yeux fatigués mais aussi un peu inquiet. Il fallait régler ce problème au plus vite, car il lui était impossible de rester désarmé alors que son don ne concernait que les armes à feu. Sans balles, il était incapable de défendre Eliade et le premier venu avec un peu trop de muscles pourrait l’étaler par terre avant de s’occuper de l’Oracle sans grandes difficultés. De plus, s’ils sortaient ensemble ce soir pour ces quelques courses, Kaiden était fermement décidé à en profiter un peu mieux en l’invitant au bar histoire d’oublier un instant leur soucis majeur: Les pylônes. Ils avaient bien le droit de se changer les idées eux aussi.
A moins qu’Eliade ait déjà une petite idée de leur programme, concernant par exemple les vampires clandestins qui devaient bien se trouver quelque part au sein de la Cité. La dispute faisait désormais partie du passé et ils reprenaient leurs petites habitudes. Malheureusement, leur vie ne les laissait pas en paix et il y avait encore tant de choses à faire. Eliade profitait toutefois un peu plus de Secaria que lui et Kaiden nota mentalement de multiplier les promenades. Cela le détendait considérablement et il pourrait certainement glaner des renseignements de-ci de là tout en se mêlant aux humes. Etrangement, cela lui semblait même quelque chose d’essentiel.

- … Il faudrait aussi que je m’entraîne…


Le murmure ne semblait destiné qu’à lui-même mais Kaiden se perdit dans ses propres pensées, le front ridé par le soucis. De toute façon, il fallait à présent qu’ils dorment, tout les deux. Après tout, ce n’était pas pour rien qu’elle s’était finalement endormie sur le canapé en l’attendant. La mission à Secaria leur mettait à tout les deux les nerfs à fleur de peau et Eliade n‘était pas autant invincible qu‘elle le laissait croire. Son accueil en était d‘ailleurs une preuve flagrante et il commençait déjà à regretter son départ sur les chapeaux de roues. Enfin, maintenant: dodo, les questions existentielles attendront. Kaiden se sentait capable d’empiéter sur une partie de la soirée histoire de rattraper des heures de somnolence perdues.
Revenir en haut Aller en bas

- Irma Omnichiante - "Allez-vous mourir un jour ? Appelez au 3627."

avatar

Signalement : Vampire


MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   02.07.09 18:24

Chaque chose en son temps. La prochaine soirée speed dating avec des versatilis n'était pas encore connue. Et Eliade préférait de loin laisser sa rencontre de la veille peser le pour et le contre de l'alliance qu'elle lui avait proposé. Après tout, il avait le droit de se rétracter. Elle n'avait pas encore cherché à savoir s'il allait la trahir. A vrai dire, c'était secondaire, et dans les faits, elle en doutait. Cet être ignorait tout d'elle, doutant de la nature exacte de son pouvoir et aussi de l'espèce à laquelle elle appartenait. Et c'était ce doute qui donnait à Eliade quelques longueurs d'avance. Maintenant, il fallait entretenir ce doute en prouvant qu'elle seule pouvait choisir les moments qui lui convenaient pour tout et n'importe quoi. Donc... Elle choisirait le moment où elle devrait recroiser sa route. Et pour le moment, ce n'était pas bon. Il fallait penser à d'autres choses, jouer sur plusieurs aspects, prendre un peu de recul aussi.

Elle ne pu que faire un sourire qui se voulait rassurant. Non, ce n'était pas le dernier versatilis, effectivement. Et si elle se loupait un peu trop, lui aussi ferait les frais de ce genre de rencontre risquée. Sauf que la prochaine fois, il lui faudrait envisager plus de possibilités, histoire que Kaiden puisse être présent et donc ne pas être mis à l'écart. Elle trouverait une solution. Quitte à y consacrer plus de temps. Dans le cas contraire, son impatience pourrait provoquer bien pire qu'une dispute avec son garde du corps.
D'ailleurs, pour le moment il avait vraiment besoin de repos. Elle glissa sa main sur la sienne, quand il effleura une nouvelle fois sa joue, pour ensuite s'écarter très légèrement et lui permettre de se relever sans autre. Elle resta encore un peu assise au sol, levant la tête pour le regarder s'éloigner vers sa chambre.

"Je ne sais pas où vous pourriez vous fournir. En revanche, je sais qui peut nous apporter cette réponse. Il y a une femme vampire, en ville. Elle possède pas mal d'informations pour aider les clandestins. Il nous faudra de toute manière la rencontrer alors... Pourquoi pas la nuit prochaine!"

Elle se leva à son tour, passant une main sur le tissu de sa jupe froissée plus par habitude que par réel soucis esthétique. De toute manière, dans quelques instants, elle l'aura troquée contre sa chemise de nuit à froufrous façon grand-mère (le bonnet en moins, quand même). Elle s'avança à son tour, mais en direction de la porte de sa propre chambre. Évidemment, elle entendit la remarque de Kaiden. Il avait l'air soucieux. Doutait-il de ses compétences? Il n'avait pas à en douter. Mais il était clair qu'à force de lui filer des angoisses supplémentaires, Eliade ne l'aidait pas vraiment sur ce point.
Elle ouvrit la porte de sa propre chambre et s'arrêta un instant.

"Vous êtes doué, Kaiden. Reposez-vous bien!"

Puis elle entra dans sa chambre, repoussant la porte. Elle se dirigea vers la fenêtre, ferma les volets, et se détourna pour retirer corset, jupe et tout le tremblement. Elle n'avait qu'une envie, sombrer dans un repos parfait. Le reste était secondaire. Cheveux détachés et chemise de nuit enfile, elle se glissa sous les draps, non sans un petit sourire de soulagement. Dans la pièce d'à-côté, Kaiden faisait de même et allait pouvoir récupérer plus sereinement. La tête sur l'oreiller, elle ferma les yeux. Maintenant, elle était apaisée, du moins pour un moment.


[Fin du topic!! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'attendre, encore une fois (Pour Eliade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~
» Tourne 7 fois ta langue dans ta bouche et après fait un noeud. Bien serré. [fini]
» Doit-il payer 2 fois pour le meme crime ou eske se grenn li wap roule?
» Vas-y, appelle-moi Victoire une fois pour voir.
» Aedan Ethaniël Klein ? J'te mentirais des fois, pour rentrer tard le soir. ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit