AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   25.08.09 20:57

I. Identité:

Nom : Fein
Prénom : Valor
Surnom : Ra, l’identité sous laquelle tous le connaissent… Celle qu’il a adoptée, reniant l’autre.
Sexe : Masculin
Age : 23 ans
Race : Hume Evolus
Idéologie : Nouvelle Eglise
Métier : Leader de la Nouvelle Eglise – Eveilleur de consciences (à sa cause).


II. Conscience du monde et Magie:

Conscience : Eveillé.
Source : /
Technique : /
Spécialisation : /


III. Descriptions:

Description physique :
Si l’on s’arrêtait à une description sobre et banale de l’individu, on pourrait le prendre pour un hume tout à fait dans la norme, dans le quotidiennement acceptable et rencontrable. Valor Fein est ce garçon, commun dans son apparence et dans son physique : Cheveux blonds ni longs, ni courts, portés en mèches rebelles, taille moyenne, peau pâle, sans l’être trop, yeux bleus, musculature peu présente et silhouette svelte et mince, presque maigre en réalité, et un peu chétive sur les bords. Un hume Evolus tout ce qu’il y a de plus commun, donc.
Mais s’arrêter à cette description basique serait une flagrante erreur, car Valor Fein est Ra, le leader de la Nouvelle Eglise. Et nul, du haut d’un si jeune âge, ne pourrait accumuler tant de charisme. Ainsi, là où Valor est ordinaire, Ra est tout ce qu’il y a de plus frappant, d’inoubliable même. Il est certes un peu maigrichon, pas très musclé et loin des sculptures représentants des éphèbes mi-nus des civilisations oubliées – de celles dont il ne reste plus que des fragments, pour la plupart, de biceps volumineux ou autres pectoraux rebondissant, même dans le marbre, mais sa beauté est sans pareil. Ses cheveux, que l’on qualifierait de ‘blonds’ sans hésitation possible ont la couleur rare d’un champ de blé exposé sous un soleil estival chaleureux et pourtant doux. Leur texture est soyeuse et aérienne, et semble une éternelle invitation à la caresse, tant de l’air que de la paume.
Et si ses cheveux ont l’air doux, sa peau l’est certainement tout autant. Une peau fraiche et éclatante de sa jeunesse.

Il possède une paire d’iris céruléens qui virent au gris lorsque la Brume l’entoure – ce qui arrive souvent, forcément. Sans doute pourrait-on qualifier son apparence d’un peu puérile. Il ne possède pas réellement de virilité propre, ses traits reflétant un mélange de candeur enfantine, de grâce féminine le tout surmonté d’une pointe de masculinité très (trop ?) discrète et venant uniquement de sa volonté à paraître mur.
Côté habillement, Ra se démarque aussi des coutumiers vêtements luxueux réservés à son rang, tel que les queues de pies et autres costumes d’apparat et coupés par des tailleurs prestigieux. À ça, il préfère des habits qui le différencient du commun des mortels : des tenues de prêtre, ou tout du moins étaient-elles sensées l’être au départ. Sur la base robe de prêtre basique, habituellement terne et brunâtre, Ra a construit des toilettes reflétant tout sauf la discrétion : Blanches, larges, fastes et voyantes, décorées de broches d’or et de pierreries bleues, souvent surmontées d’une cape elle-même blanche, d’aucuns décriraient l’accoutrement comme un peu ridicule… Et pourtant… Et pourtant ça en deviendrait presque un symbole, l’assurance d’être remarqué et reconnu en n’importe quelle occasion. Ces fripes qui dénotent marquent aussi sa manière de penser du personnage, et de la secte religieuse qu’il a bâtie : la Nouvelle Eglise.

Description morale :
Illuminé, fanatique presque, de ce mode de pensée qu’il a acquis et développé en son for intérieur avant d’en faire une religion à part entière. Ra est persuadé de l’existence d’une puissance divine qui veille passivement, en tant que juge et spectateur de nos actions. Et de l’Enfer, et du Paradis, et du combat éternel des Anges et des Démons pour assouvir à leur doctrine les âmes humaines en perdition. Et cette croyance profonde en cet idéal aurait très bien pu finir comme l’une des nombreuses sectes du Pacte de la Lune Rouge… Mais pas avec Ra. Son impétuosité, son idéalisme survolté, l’ardeur due à sa jeunesse ont fait que courage et labeur ne furent pas des obstacles à l’instauration d’une réelle Nouvelle Eglise.
Ra est idéaliste, et son illumination lui permet d’être ambitieux non pour lui-même directement, mais pour l’acceptation et l’adoption de ses idées. Pour ça, il a sacrifié sa vie, son identité propre, et sans subir de regret.
Certes, il en est fier, et le montre ostensiblement, mais qui ne ferait pareil, à sa place. Il n’a donc d’orgueil que celui qu’il mérite, sans être prétentieux ou pédant. Il se place d’ailleurs en porte-voix plutôt qu’en héro. Il sert son dieu, même si son rôle s’apparente à celui d’un prophète vivant.
Et ajouté à tout ça, il préserve un caractère vif et réactif inhérent à son jeune âge, la fougue de la jeunesse, la folie d’une âme pas encore nécrosée par la lassitude d’une vie monotone… Ra sait ce qu’il veut, et peut aisément s’énerver ou réagir impulsivement si l’on insiste à le confondre. Il a des idées, il a des objectifs, et il s’y tient.


IV. Précisions supplémentaires:

Style de combat :
[ se bat comme une quiche au dindon]
Nous ne pouvons pas parler ici d’un réel style de combat. Son allure chétive ne lui permet pas de manier une quelconque arme blanche requérant la force, et il n’apprécie guère ces outils que l’on nomme armes à feu, inventions de fous, inspirés des démons pour peupler Tyr de feu et de sang.
Ainsi donc, il laissait aux autres la violence physique, n’étant pour lui qu’une façon de s’avilir et de se dépurifier aux yeux du Dieu Juge. Aux armes physiques, il préférait donc le tranchant de sa langue, la rudesse des mots, des ordres secs et brefs, les paroles doucereuses et calmantes, les persuasions géniales qui englobaient l’esprit de l’adversaire pour le cueillir et le changer en un mouton obéissant.

Talents particuliers :
Sa verve orale, son aisance en public, sa manie à attiser l’honneur des foules et le succès des esprits, ainsi qu’une culture assez complète et développée sur ce qu’il croit être la vérité, même si celle-ci n’est que piètre face à l’étendue de la connaissance magique, qu’il personnifie en démons et anges, refusant de croire aux extra-tyrestres et aux sorciers humes.
Son charisme et son habileté à s’attirer la sympathie, donc, en résumé.

Signes particuliers :
Excentrique, fanatique, sans tic ni mimiques, mais charismatique extatique.


Dernière édition par Valor Fein le 25.08.09 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   25.08.09 20:59

V. Histoire:

Par où commencer ? La naissance de cet être n’est pas réellement celle du jeune homme officiellement nommé Valor Fein, mais bien sa renaissance, à la suite d’un parcours initiatique interne ayant fait de lui la personne qu’il est devenu : Ra.
Son enfance peut être rapidement résumée en termes banals et communs : Fils de disciples de l’Etat aisés, voire même assez bien pourvus financièrement parlant, il reçut dès son plus jeune âge une éducation basée sur les valeurs matérialistes et cartésiennes d’un monde dirigé par l’Etat d’une main de maître. Etat protecteur, Etat bon, Etat pur, Etat religion, et blablabla… Un percepteur guindé lui inculquait avec précision une éducation rigoriste afin d’en faire un représentant de commerce, bien moutonneux de l’Etat et de sa bienveillance reconnue de tous. Enfant, innocent et naïf, il goba tout ce ‘savoir’ comme un œuf, et fut intimement persuadé de tout ce qu’on lui disait : La science était développée, et son art le plus complexe, l’arcanotechnologie, était une chose précieuse, mais dangereuse, dont il ne fallait pas s’approcher. Une éducation basique pour un gosse de riche de sa native Neven, en quelque sorte.

L’adolescence vint ensuite, avec ses questionnements, ses doutes, ses rebellions. Et pour Valor, ce fut avec une certaine précocité que ces changements apparurent. Il avait quatorze ans lorsqu’il claqua la porte à l’avenir brillant – morose et ignorant – que lui confiaient ses parents. Il ne voulait pas de cette vie facile et morne, de ces pensées préformées pour lui, sans qu’il ait à réfléchir. Il avait besoin de penser, de se trouver une identité propre, une personnalité propre, une croyance propre… Et pour tout ça, il quitta le nid familial sans un au revoir, disparaissant de leur vie comme s’il n’y avait jamais été présent.
Et s’il abandonna, sa ville, son pays, ce fut pour initier un voyage, un voyage initiatique tant externe qu’interne. Un voyage en solitaire, qui modifierait sa façon de penser et sa connaissance du monde, un périple qui ferait de Valor Fein le Ra d’aujourd’hui.

Et cette expédition commença par le survol d’une petite partie de l’immense continent d’Adhenor, et de ses luxuriantes jungles végétales, berceau de vie des Humes Vegetalis. Ce couteux voyage dilapida rapidement les économies qu’il avait prévues initialement pour son périple, si bien que quand il revint sur Malengha, il était presque sans le sou. De cette expérience au dessus du végétal, il en tira énormément d’enseignements sur les propriétés curatives et destructrices des plantes, et des décoctions, drogues et potions, qu’on pouvait en tirer. Il ne fut pas initié à leur préparation, mais dut reconnaître que la nature offrait là une diversité que même la science ne pouvait égaler. C’est donc en sagesse qu’il murit aussi. À chaque kilomètre parcouru, une certitude naquit en lui : celle qu’il existait très clairement un Créateur, un Dieu universel qui observait son œuvre se mouvoir, et à qui tous les humes devaient tout.

C’est dans cet esprit de pensée qu’une fois revenu sur son continent d’origine, il entama une marche, un pèlerinage solitaire vers des landes inconnues et isolées qui éclaireraient son esprit néophyte en matière de réflexion profonde. C’est donc en ermite voyageur qu’il s’en alla, de ville en ville, pendant des années, traversant les continents de Malengha et d’Ortaire de long en large, et en travers. Chaque étape de son voyage lui apportait de plus en plus de certitudes sur l’Être qui veillait sur tout, tout le temps, un Dieu Omniscient et neutre, bienveillant et miséricordieux, résidant dans un lieu nommé le Paradis.

Et c’est en traversant les landes désertiques noirâtres d’Ortaire qu’il fut persuadé que le contraire de ce Paradis, l’Enfer, abritait des créatures qui sans cesse bousculaient l’équilibre du monde, et le tiraillaient de haine et de violence. C’est pour ça que Dieu avait créé les Anges, pour rétablir l’équilibre. Et depuis, Anges et Démons se battaient pour savoir lesquels méritaient l’ascendance sur la race hume.

Épuisé, maigre et fourbu de tant de mois d’errance, se nourrissant plus que pensée que de chair matérielle, il décida d’élire un lieu de repos et de réflexion, d’observation passive, afin de parfaire son idéologie naissante, et de se glisser un instant dans la peau de ce Dieu, qui lui apparaissait désormais comme une évidence. C’est à Frell qu’il décida d’établir son ermitage. Entre le chaos ténébreux des déserts d’Ortaire et la lumière pure du Continent Divin, base de toute croyance, de tout espoir de sa Nouvelle Foi, de sa Nouvelle Eglise.

Là, il eut la confirmation de toute sa théorie. Un jour, il vit de ses propres yeux d’observateur sombre et lointain le retour d’un vaisseau de fous aventuriers qui avaient voulu se rendre sur le Continent Divin. Les êtres qui descendirent de ce navire n’avaient plus rien d’Humes. Ils étaient métamorphosés, presque translucides, ou tout du moins est-ce la vision qu’il en a aujourd’hui. Ces êtres décharnés, désincarnés, à peine le pied posé sur le port, se sont volatilisé dans un éclat lumineux iridescent, avant de disparaître, comme une vision fugitive et fugace d’un miracle divin… Il ne sut jamais si ces aventuriers avaient réellement atteint le Royaume divin, ou s’ils s’en étaient seulement approchés. Un rêve laissant un arrière goût de réel, une chose que les Humes ne pouvaient comprendre, ni contrôler, une manifestation de Dieu…

Et dès ce jour là, il fut transformé. Il était devenu un autre homme. Il n’était plus Valor Fein, il n’était plus ce gosse de riche, ni même cet ermite frêle et discret : Il était devenu Ra, prophète de son temps, détenteur d’un message pour les Humes, un message que Dieu lui avait délivré sous la forme de pensées et de suggestions. Il devint le jeune et plaisant messager divin que l’on connait aujourd’hui. Toujours mince, mais plus rabougri. Toujours lui-même, mais différent, totalement différent. Plus sûr de lui, plus affirmé, plus complet, plus illuminé, plus ambitieux. Il voulut que le monde se lie à lui et à son mode de pensée, qui était la Vérité pure et sans contradiction possible.

Et c’est à Frell que tout commença. Petit à petit, son idéologie se répandit, d’abord en rumeurs murmurées, puis en soupirs étonnés. Tout n’était pas encore au point, mais les gens n’étaient plus fixés sur la Religion unique de l’Etat. Et c’est suite à cette renaissance de lui-même, et à la naissance de sa Nouvelle Eglise, qu’il fit une première rencontre importante dans sa vie. Dans sa vie nouvelle de Ra.

Elle était faible, elle était perdue, elle était pâle et affamée. Une apparition qu’il aurait qualifiée de démoniaque, mais dont la faiblesse le prit en pitié. L’être n’était pas hume, ni animal, bien qu’on eut dit un mélange des deux, tant dans son attitude que dans son physique. La créature ne faisait aucun effort pour masquer deux canines proéminentes, et Ra comprit que les rumeurs et légendes sur les êtres nommés vampires étaient fondées. Il ne voulut pas détruire cet être faible, qui lui faisait pourtant peur. Il avait l’impression, d’un coup, de tout connaître de lui. Il savait ce qu’il voulait, ce qu’il désirait : le dévorer, se sustenter de sa chair, ne lui laisser aucune chance. Ainsi il commit un des premiers actes de réelle charité. S’armant d’un couteau basique, il se trancha les veines de l’avant bras gauche et présenta le sang à la créature.

« Bois, ceci est mon sang et je t’en fais offrande. Ingère mon corps en le laissant vivre, suis-moi et ne me quitte plus… »

Et la créature – Monodiela – but, et le suivit… Devenant presque son ombre. Sous l’influence de cette nouvelle connaissance, il parcourut le monde et le vit sous l’œil de Ra, qu’il n’avait pas encore acquis lors de son précédent voyage. Il apprit sa doctrine à Monodiela, et sembla faire d’elle une partisante plus qu’acquise à sa cause. Il crut même, un instant, tout devoir réapprendre à cet être de souffrance, même si c’était vécu par lui comme le résultat d’une renaissance, d’une illumination. Et c’est ainsi, grâce à elle, qu’il entendit parler de Secaria, ville proche des pylônes. Ville où le mal des démons semblait se répandre depuis peu, alors qu’une brume mystérieuse filtrait des défenses immobiles de l’Etat.

Ils se rendirent dans cette cité, cœur battant (pour lui du moins) afin de plier les humes locaux à la cause idéologique de sa Nouvelle Eglise, et à combattre le mal des démons tout en priant pour les anges défenseurs.

Et c’est là qu’il fit une seconde rencontre qui marqua la fin de tout doute sur ses croyances. Zack. Un ange envoyé comme messager pour confirmer ses pensées, ses espoirs, sa religion. Il devint rapidement tout pour lui, et ils se lièrent fondamentalement. C’est suite à cette rencontre que La Nouvelle Religion prit un essor remarquable sur les autres sectes nombreuses en ville, et qu’il fut promu au rang des personnalités les plus médiatisées du continent. Ra, le jeune et charismatique Leader de l’Eglise Nouvelle était né. Et s’émancipait toujours plus, pour la prière, pour Dieu, pour la lutte des Anges bienfaiteurs contre les Démons malfaisants…

Mais tout éclat de lumière a une part d’ombre… Immense part d’ombre s’il en est. Voici peu de temps, un crime odieux, crapuleux, démoniaque eut lieu. Zack fut tué, et la rage qui naquit alors en Ra n’avait d’équivalent que son illumination. Il se jura de faire payer le Démon coupable de ce crime, et d’ébranler toute la hiérarchie divine pour mettre à bas le mal qui rongeait cette ville… Il avait à peine 23ans…
Revenir en haut Aller en bas

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   28.08.09 6:27

Choueeeettteee ! Un Râ errant ! whahaha

Je n'ai rien à dire, tout me paraît en ordre (Aspho confirmera (oopas smile ))
Cependant, je me demandais, par rapport à ton binôme avec Monodelia : tu n'es au courant d'absolument rien sur ses affaires ? (oui, j'ai vu que dans sa fiche, il/elle précise que tu es tenu hors de cette *épuration* ; mais je me posai des questions sur l'implication de la Nouvelle Eglise. La torture, ça ne passe pas toujours discret. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   28.08.09 9:35

Ra n'est en effet au courant d'aucune des activités antérieures à leur rencontre à Frell. Il pense que c'est un être qui s'est perdu, ne sait absolument rien de son passé (ce qui est presque vrai) et à qui il a offert une nouvelle vie, une nouvelle voie, en l'idéologie de la Nouvelle Eglise.

Pour ce qui est de ses activités actuelles, il ne s'agit ni plus ni moins que de la "chasse aux démons", un peu comme le christiannisme a dévié dans la chasse au sorcière. Pour Râ, il ne s'agit que d'une épuration, que de la justice. Il déteste les démons, et, en tant que représentant de la Nouvelle Eglise, se doit de les pourchasser et de les exclure de ce monde.
Et comme pour lui, toute créature extra-tyrestre, ou les magiciens 'trop' démonstratifs sont classifiés dans la case 'démons', ben il peut laisser faire beaucoup de choses à beaucoup de monde sans que sa conscience ne soit ébranlée.

Ce qui diffère de la chasse aux sorcières, même s'il proclame publiquement sa haine et son désir de voir disaraitre les Démons, c'est qu'il préfère que ça se fasse dans l'ombre, sans réels témoins du fait que c'est un acte de l'Eglise Nouvelle, sinon des personnes qui sont totalement dévouées à sa cause. (comme Monodiela, pour donner le meilleur exemple).
Revenir en haut Aller en bas

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   28.08.09 19:30

Très bien ! :)

Alors, je n'ai plus qu'une seule chose à dire : validé, et bon jeu sur Night !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ra, Prophète dela Nouvelle Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit