AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   23.10.09 21:28

On pouvait se le demander. Enfin Leto se le demandait. ça devait bien faire une demi-heure qu'elle était seule devant cette gigantesque fenêtre de verre donnant sur un tout autre monde. Pourquoi l'aquarium? Parce qu'elle avait rien de mieux à foutre pour le moment. Et comme elle l'avait déjà dit à Lilia, ça lui faisait du bien de s'aérer l'esprit seule. Elle lui rapportera une photo d'un truc avec plein de dents et des poils. Le genre de mini-monstre qui plaisait à sa collègue. Ils faisaient des peluches souvenir à vendre près de la sortie? Sûrement! d'abord elle avait errer dans les étages, devant quelques vitrine et des bestioles empaillées toutes dans des postures plus ringardes que pas convaincantes du tout. Certains semblaient plus fait pour l'esthétique que pour exposer leur réelle nature. Les humes étaient décidément tous aussi naïf, à montrer ce qui leur plait parce que la réalité ne correspondait pas à leur goût. Un simple grognement de mépris fut la seule chose qu'elle avait manifesté lors de sa balade.

Mais les aquariums...

ça, c'était différent. ça bougeait, c'était vivant. Même si elle ne pouvait s'empêcher de se demander si ces machin aquatiques n'auraient pas préféré être dans un espace beaucoup plus vaste qu'un bête aquarium. Là, ils ne pouvaient pas être eux-mêmes, ils ne pouvaient pas laisser libre court à leurs plus bas instincts. C'était un peu comme Leto au milieu des humes, finalement. Peut-être qu'elle devait sentir comme une pointe de familiarité avec ce long poissons qui arborait plusieurs rangées de dents pointues visiblement pas faites pour manger des algues.
Bref, depuis une demi-heure, elle ne bougeait pas d'un millimètre. Seul son souffle faisait vaguement bouger sa poitrine. Ses mains étaient enfoncées dans les poches de son short en partie déchiré, sous lequel on voyait des bas pas en bien meilleur état, puis plus bas des botes qui remontaient jusqu'au-dessus du genou, croisé de lanières aux boucles métalliques. Elle portait sa ceinture, ses breloques, évidemment Erèbe, mais il était difficile de la deviner. Du même côté, replié sur son bras, son long manteau en cuir dissimulait parfaitement bien la lame. Pour le reste, elle n'arborait que des gants aux doigts coupés, qui remontaient jusqu'aux coudes, et un t-shirt un peu large, grisâtre, aux manches arrachées. Sur le tout, ses cheveux formaient un voile qui plongeait parfaitement ses traits dans l'ombre, vaguement éclairés en dessous par la lumière émanant de l'aquarium.

Au fait, c'était quel heure? Leto ne comptait même plus les minutes qui passaient. De fait, ça faisait un petit moment qu'elle ne voyait plus vraiment les poissons. Elle devinait à peine la forme de sa propre silhouette en reflet dans la vitre. Une forme qui semblait se moduler avec les mouvements des poissons en fond. D'autres silhouettes se dessinaient au gré des touristes du jour, mais elle ne voyait dans ces motifs que d'autres choses bien plus inquiétantes. A peine des ombres mouvantes qui murmuraient. Elle avait beau être plongée dans sa contemplation, elle les écoutait, ses murmures aussi divers qu'inintéressant. C'était ça, une vie banal, rempli de conversation sans intérêt. Jamais encore l'envie de se retourner et d'arracher une gorge chaude à coup de crocs n'avait été aussi forte. Bien que ça position pouvait suggérer une sorte de mélancolie ou de réflexion, il n'y avait rien de tout ça au fond de la versatilis grimée en hume. Juste ce contrôle d'elle-même pour lutter contre quelque chose de parfaitement naturel, mais qu'elle devait brider. Et pourquoi diable ne recevait-elle pas d'ordres sanglants du Pacte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   25.10.09 14:48

Des pas perdus sur un carrelage. Des pas mêlés aux autres pas, d’autres gens, d’autres mœurs, présents pour d’autres raisons. Enveloppé dans sa cape blanche, vêtu d’une ample robe immaculée, large et décorée d’ornements fastueux, Ra attirait les regards. Beaucoup le reconnaissaient, certains l’aimaient, d’autres non… Mais aujourd’hui, il n’avait cure de tout ça, il ne voulait pas se soucier de la haine qu’il inspirait à ceux qu’il combattait, du respect silencieux ou fanatique que ses fidèles entretenaient à son égard, ni même de l’indifférence de ceux qui l’ignoraient. Il n’avait pas la tête à ça, au peuple, aux discours, aux avancées politiques et idéologiques. Il voulait être seul, se terrer dans un mutisme prostré, retrouver une paix intérieure, cette paix qui avait disparue… C’était pour cette raison qu’il était venu ici, au Grand Aquarium, afin d’admirer les espèces animales qu’il avait découvertes dans sa prime jeunesse, en parcourant le monde à la recherche de lui-même. Mais il n’avait pas su s’émerveiller devant ces cadavres empaillés, ces animaux prisonniers d’une manière de procédé hume… Il n’avait pas pu retrouver la paix interne qu’il avait découverte en survolant le Continent Vert, Adhénor. Au mieux s’était-il tout juste calmé, ne pensant plus que sommairement à la raison de sa venue…

Zack avait disparu…

Les pas s’arrêtèrent, et les phalanges de doigts blanchirent sur le sceptre qu’il tenait à la main. Son ange… On avait tué SON ange. Il ne reviendrait plus. Depuis la disparition, la Nuit était plus sombre, et plus terne à Sécaria. Les discours n’avaient plus le même éclat, les sentiments plus la même saveur. Une lumière qui s’était éteinte dans l’océan d’ombres qui cernait Ra, et son cœur avait faibli, même si sa volonté ne s’en était que décuplée. Démons, ambassadeurs démoniaques des Enfers, flambeaux du Mal, porteurs de malheur. Il les aurait tous, il les tuerait, il les ferait tous disparaitre dans les nimbes qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Tyr devait s’en trouver débarrassée…

Et les pas reprirent, plus nerveux, moins contemplatifs…

Les animaux ne formaient qu’un piètre répit face à la haine qui étreignait le cœur de Ra. Morts, ils étaient tous morts, ils ne pouvaient plus rien, et les vivants qui restaient n’étaient pas aptes à comprendre ce qui se tramait sous leurs yeux, pas tous… Une invasion insidieuse, une perversion à éradiquer… Mais que faisait la police !! Ra n’y comptait plus, le gouvernement était vérolé, atteint par les démons assaillant l’honnêteté de toutes parts. Lui, il avait su prôner une voie, une solution, un but… Beaucoup l’avaient suivi, mais ils étaient encore trop peu nombreux, pas suffisamment puissants pour contrecarrer quoi que ce soit…

Et Zack avait disparu…

La colère fit place à une mélancolie au même instant où l’ambiance du bâtiment changea. Silence, reflets miroitants sur le sol et les murs, qui se paraient d’une teinte bleutée. La vie coulait, ici, contrairement aux autres pièces, cette vie dont un ami, un frère, un symbole avait été privé. Le doux son de la harpe n’accompagnerait plus ses songes, la musique d’un battement de cœur dans un corps angélique.

Deux yeux bleus se levèrent vers un immense aquarium qui trônait là, seul, au centre de la pièce. Un petit poisson clair, blanc à la longue queue voilée nageait dans un rayon de lumière. Ra apposa une main sur la vitre protectrice pour le regarder, seul dans la clarté. Il n’avait pas prêté attention à la demoiselle juste à côté de lui, plantée dans une admiration muette de l’aquarium… Il regardait juste ce petit poisson blanc, perdu… seul… Mais vivant.

C’est alors qu’un poisson plus gros, plus long, passa entre la lumière et lui. Il avait de grandes dents tranchantes, et Ra ne sut retenir un frisson. Tout en serrant son sceptre contre son torse, il fronça les sourcils, et ses lèvres s’ouvrirent dans un rictus haineux :

« Démon ! »

Il avait pensé tout haut… trop haut sans doute, et sans même le vouloir, il se tourna vers la demoiselle qui se trouvait là, sans changer son regard assassin… La pauvre n’avait rien fait, mais perdu dans ses sombres pensées, il ne remarqua pas qu’il la fixait intensément, avec ferveur, comme si son regard transperçait sa chair pour se porter au delà…

En fait, il ne la voyait même pas…
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   26.10.09 21:38

Et oui, le monde était rempli d'aveugles. Des aveugles qui ne voyaient même pas que des monstres horribles et sanguinaires traînaient parmi eux pour gangréner leur monde et en faire dans un future plus ou moins éloigné un terrain où seule la chaire à pâté semblerait normal dans le décor. Avec un peu de putréfaction et beaucoup de hurlements d'horreur. C'était... Affreux, terrible, il y avait de quoi paniquer, devenir franchement paranoïaque, peut-être même crier à la fin du monde avec des pancartes dans les ruelles de Sécaria. Mais non, pas pour Leto. Pour elle, ce genre de perspective, c'était l'Eden tant attendu. Peut-être qu'un jour, elle quitterait l'enfer dans lequel elle baignait déjà. Un enfer où se pavanaient des êtres qui prétendaient vouloir sauver le monde en se montrant tout aussi impitoyable qu'un SDP, voir peut-être plus. La différence, c'était que eux se cachait admirablement bien derrière de bonnes intentions.

Un peu comme ces illuminés de la Nouvelle Eglise. Des ennemis du boss, en théorie. Si tant est qu'il puisse représenter réellement une menace. Un peu comme cet homme bien connu qui s'était honteusement tapé l'incruste dans son champ de vision. Le regard cerclé d'or glissa avec une lenteur presque méprisante sur le dos du meneur de ces pacifistes. Enfin pacifistes était un bien grand mot. Les pensées de la versatilis se réunir un peu trop brusquement à son goût. Elle qui aimait à se perdre dans des considérations certaines haineuses mais ô combien réaliste se voyait obligée de reconsidérer plus sérieusement le présent. Sous cet angle, le personnage plus connu sous le nom de Râ lui fit plutôt penser à un pauvre gosse égaré croyant contempler un reflet du monde derrière cette vitre épaisse sur laquelle il avait posé la main. Dommage que la réalité l'ait aussi rattrapé, selon ce que Leto avait eu le loisir de saisir d'une oreille égarée. Mais toute cette histoire ne la concernait pas le moins du monde. A ces yeux, ce n'était que les conséquence logiques d'un comportement inadapté. Ses parents aussi étaient de beaux pacifistes, ils avaient connu une fin tout aussi abrupte. Et le pire, c'était qu'avec le recul, elle trouvait que finalement, c'était une bonne chose.

Un seul mot fusa, brisant le silence de l'endroit. Là où même les touristes (marmaille comprise) se mettait à murmurer comme ému par la beauté du lieu, lui ne se gêna pas pour parler, et balancer ce simple mot quasiment à la figure de Leto qui, tout d'abord incertaine, haussa vaguement un sourcil ombragé par ses cheveux. A quoi jouait-il avec ce regard assassin? Avait-il seulement compris ce qu'elle était? Seule un regard purement indifférent lui fut renvoyé. Insulte ou non, ce mot si agressif coula sur elle sans prendre attache. Il ne parlait pas d'elle. Il existait tellement de termes pour qualifier un versatilis, mais "démon" n'en faisait pas vraiment parti. Et elle ne pouvait même pas prétendre reconnaître ce regard de haine porté sur elle.

"Modérez vos paroles. Votre prestance ne vous autorise pas à être aussi grossier."

Hm... Leto aurait quand même préféré lui mettre un poing dans la figure au lieu de lui lancer ces quelques mots. Non, en fait, elle se fichait pas mal du mot. Ce qu'elle n'aimait pas, c'était ce regard qu'un hume osait porté sur elle. quand bien même il avait juste perdu la boule, elle ne le laisserait pas autant la traiter comme elle le méritait, puisqu'elle se devait de faire figure humesque en publique. Versatilis? Où ça?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   27.10.09 17:14

Des mots, des paroles qui résonnèrent dans son absence, et dont il ne comprit pas le sens. Initialement, il crut qu’ils ne lui étaient pas destinés, représailles d’une femme farouche qui accostait un individu louche ayant manqué de respect à sa personne par quelque remarque grivoise. Pourquoi lui aurait-on adressé la parole en ce lieu, et en ces termes, après tout ? Il resta donc un moment hagard, regard dans le vide, sourcils froncés, visage fermé et songeur, face à cette demoiselle terrible dont il n’avait même pas perçu la présence. Puis, les mots étaient revenus à la première couche de son esprit, forçant le passage de la prise de conscience, brutalisant une pensée qui aurait naturellement été oubliée en peu de temps… Et cet acharnement lui fit involontairement replacer les termes dans leur contexte. Il les avait tous compris distinctement. Trop distinctement pour que la personne les ayant prononcés puisse être éloignée. Un souffle tiède, à peine perceptible, les avait accompagnés, et ce souffle n’était pas accompagné du courant aérien caractéristique d’une personne en marche à proximité.

Pendant sa réflexion pensive, toujours aussi inconscient de sa situation, Ra avait arqué un sourcil perplexe et interrogateur. Une personne dotée d’une prestance remarquable et qui s’était pourtant montrée grossière… Le cours des évènements défila dans son esprit égaré, jusqu’au moment où un autre mot résonna dans sa mémoire…

Démon…

Son regard se fit plus clair, plus présent, plus conscient d’une réalité brutale. Là où il paraissait passer à travers la personne qui lui faisait face, ses yeux d’un bleu impérieux scrutaient maintenant celle-ci avec une lueur d’intérêt bien plus vive. Lentement, son second sourcil se releva pour lui donner un rictus étonné, une expression surprise, mais pas incrédule. Il avait compris…

Autrefois, Valor Fein n’aurait pas hésité un instant à s’excuser platement de cette méprise, rougissant et se défilant rapidement pour disparaitre de la vie de l’importunée, rempli de honte et de gêne. Mais Ra était différent. Ra ne laissait pas la place à la honte, à la gêne, à la soumission aveugle. Ce qui lui importait désormais, c’était la vérité. Sa vérité. Celle qu’il faisait passer aux autres pour expliquer des phénomènes que d’autres banalisaient de manière absurde. Lui avait compris la Voie, le rôle de chacun, les destins qui s’entremêlaient comme les ficelles d’un marionnettiste peu habile. Magie, meurtres, brume et nuit, tout ça n’était que l’âpre combat entre le Bien et le Mal, la lutte acharnée de résistants lumineux contre les ténèbres venues de l’Enfer sous la forme de diables insensés, violents, belliqueux, vicieux, qui répandaient la peur et le sang sur leur passage. Et cette vérité, il fallait que cette femme l’entende, il fallait qu’elle prenne conscience de la méprise qui s’était déroulée là, et par là la mener sur le chemin de la liberté, de la vérité, sur la Voie de Dieu.

Son visage devint plus avenant, plus calme et serein, et c’est avec un faible sourire qu’il répondit à la demande un peu agressive de la jeune femme au regard d’or.

« Ceci ne vous était pas destiné. Ce n’étaient là que les pensées d’un esprit tourmenté par le mal qui rôde partout, tout le temps… »

Cela pouvait passer pour des excuses, mais bien peu l’auraient considéré comme tel. À raison d’ailleurs : ça n’en était pas. C’était l’explication simple et sincère de la méprise de l’instant d’avant…

Ra laissa couler une poignée de secondes avant de reprendre la parole, maintenant que le contact avait été établi…

« En quoi croyez-vous, mademoiselle ? »

Il voulut poursuivre, mais ne voulait pas influencer la réponse de l’âme innocente qui se tenait devant lui. Enfin… S’il existait encore des âmes innocentes, à Sécaria. Il la regardait maintenant de manière beaucoup plus naturelle, bien que toujours aussi fixement. Cette hume était étrange, mais il n’arrivait pas à déceler pourquoi… elle le troublait, sans doute… Un regard d’or ne pouvait que le troubler, et il ne voulut pas émettre d’hypothèse trop hâtive, même si dans son cœur, un espoir était né…

Un ange mort pour un autre qui vit…

Le sceptre toujours posé sur son torse, ses doigts s’étaient relâchés, et il refluait toute pensée.
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   27.10.09 20:54

Il y avait comme un temps de latence dans la réaction du charismatique leader d'une foi qui défiait la réalité. Pendant une fraction de seconde, Leto se dit qu'elle aurait tout compte fait tout aussi bien pu lui mettre une gifle. L'effet aurait sans doute été plus immédiat, la perte de temps amoindrie. A défaut, elle se reporta tout simplement sur l'aquarium, contemplant la créatures aux dents pointues qui effectuaient des cercles à présent, comme se désintéressant de l'intégralité de la vie qui peuplait son espace personnel. A moins qu'il ne soit simplement en train de peser le pour et le contre dans l'envie instinctive de mettre e charpie les autres poissons alors que la faim n'était plus là, régulée par des vétérinaires et autres soigneurs. Mais les prunelles d'or revinrent tout de même sur l'homme qui avait maintenant un visage avenant. Ah, voilà le faciès type du prêcheur de bonne parole. C'était tout de même nettement mieux adapté à son statut, non?

Évidemment, il ne fallait pas compter sur des excuses. Juste une justification. Les hommes à forte réputation ne s'excusaient jamais, ils avaient juste une raison de mal agir qui s'expliquait à travers des mots joliment enrubannés pour mieux faire avaler la pilule aux faibles et aux sots. Pas de bol, Leto n'était pas tout à fait sotte, et sa nature même la classait plus facilement dans la catégorie des forts. Enfin, il pouvait se chercher toutes les excuses du monde, il était en tort, point. Même s'il n'en avait pas conscience, ce simple mot était parfaitement adressé à Leto. Ou du moins à tout ceux qui, comme elle, refusaient de croire en un idéal humesque sous prétexte qu'il s'agissait de l'espèce dominante sur Tyr. Un beau troupeau de prétentieux. Les Versatilis, eux au moins, justifiaient leur sadisme par leur force. C'était certes bourrin, mais nettement plus véridique car palpable et physiquement prouvé sur bien d'autres mondes.

Mais bon. Ce n'était pas à lui de porter toute la prétention de ceux de sa race. Le regard de Leto fuit à nouveau vers l'aquarium. Justification bidon donnée, affaire classée. Et pour ce qui était de l'esprit tourmenté, avec son boulot de guide spirituel, il n'y avait rien d'étonnant. Elle n'avait pas vraiment l'intention d'ouvrir le débat sur quoi que ce soit. Quoique... Peut-être qu'avec un certain temps de silence, elle pourrait faire un effort. Le temps avait bien prouvé que c'était en étant proche de l'ennemi qu'on pouvait espérer le démolir plus efficacement. Mais aujourd'hui, elle n'avait pas particulièrement le moral à se la jouer passeuse de pommade dans le simple but de se faire apprécier par un prêcheur de bonne parole jusque-là pas vraiment menaçant. Ses mains s'enfoncèrent sensiblement plus dans ses poches, faisant bouger sa ceinture dans un faible tintement métallique alors qu'elle fixait encore l'aquarium. Ah, mince, la bestiole pleine de dents qui lui plaisait bien s'était éclipsé entre temps, sans doute vautré dans le confort obscure d'un quelconque trou de cette paroi artificielle.

Ce fut à nouveau Râ qui la tira de cette occupation. Avec une question qui en soi était surprenante, mais pas quand elle sortait de la bouche d'un homme de foi. Il cherchait quoi? Prêcher la bonne parole envers elle? C'était pas un peu l'Église qui se foutait de la charité? Ah ouais, elle était hume aux yeux du monde. Détail qui avait son importance. Mais sur ce plan, il fallait quand même qu'elle explique deux ou trois petites choses. Non pas qu'elle voulait absolument éviter tout échange verbal avec un de ceux qui faisaient parti de ses ennemis potentiels, mais disons... Elle avait malgré tout assez de respect pour lui éviter de perdre trop de temps.

"Ecoutez... Je sais que vous avez un idéal et une croyance, c'est tout à votre honneur. Mais je suis balayeuse. Des ignominies, j'en vois tous les jours et au stade où j'en suis, j'ai besoin de ne croire qu'en moi-même."

Encore une fois son regard dévia, toujours fuyant, se reportant sur l'aquarium sans vraiment le regarder à présent.

"Mais c'est gentil de vous souciez de l'âme des inconnus que vous croisez."

Encore qu'elle n'était pas vraiment certaine qu'il s'en souciait. Tout le monde avait un but personnel. Il ne parlait que pour mettre en avant son charisme, sa prestance, et très certainement se remplir les poches. Jamais une activité aussi généreuse n'avait été aussi lucrative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   04.11.09 18:16

[Désolé pour le retard...semaine chargée]

Étrange… Cette demoiselle était étrange. Non pas qu’elle eut paru suspecte aux yeux de Râ, mais elle avait une attitude et une apparence étrange. Il fallait remarquer que lui aussi en avait une, à n’en pas douter… Mais là où il était voyant et ouvert, elle semblait discrète, sans pour autant se cacher. Elle passait partout, mais pas comme tout le monde, en somme. Ou du moins fut-ce la seule solution mentale potable qu’il se proposa à ce propos, alors que ses yeux bleu-gris fixaient le cercle d’or des iris de son vis-à-vis.

Et puis elle répondit avec relâchement, comme si la présence du leader de la Nouvelle-Eglise la mettait mal à l’aise, ou que la situation lui déplaisait. Elle se montra néanmoins courtoise, et apporta une information nouvelle à Râ : elle était balayeuse. Il ne savait pas trop que penser de ces personnes qui se disaient balayeurs, ni comment voir ce corps hétéroclite de renégats prêts à risquer leur vie aveuglément pour bouter le crime et les démons hors de Tyr. Il y voyait tant un bras armé qu’un ennemi potentiel : s’ils avaient à peu de choses près les mêmes buts que l’Eglise Nouvelle, ils n’étaient certainement pas sous l’idéologie de cette dernière, et se complaignaient dans un système libertaire où chacun pouvait acter sans se justifier autrement que par un bout de papelard signé par un client éventuel ou inventé… Ces sans-foi ni loi qui se prenaient pour des redresseurs de tort n’étaient donc pas particulièrement du goût de Râ, même s’il n’était pas nécessaire de les exterminer comme la racaille démoniaque qui inondait cette planète dans une fange infâme de violence criminelle et gratuite tout à fait détestable.

Non, les balayeurs étaient des humes avec un certain idéal de vie. Ils manquaient juste clairement d’un cadre de vie fixe, d’une bannière claire sous laquelle s’identifier. Cette bannière, Râ leur proposait, même si peu s’y étaient soumis…

Sans doute ne pouvaient-ils comprendre.

Quoi qu’il en soit, ça expliquait assez clairement l’accoutrement de la demoiselle, qui bien que civil, était assez tourné vers l’action, contrairement aux fripes voyantes et peu souples de Râ. La pauvre était un témoin flagrant de ce que Ra craignait des Balayeurs. Son esprit s’était égaré dans les nimbes d’une solitude angoissante à laquelle il devait mettre un terme. Il ne se laisserait pas écarter si rapidement de la Voie qu’il proposait, et poursuivrait son évangélisation argumentée… D’ailleurs, sans attendre plus qu’un léger temps de réflexion, il poursuivit la conversation, l’air de moins en moins absent, un sourire tout calculé et avenant plaqué sur son facies d’ange…

« Croire en soi-même… Mon idéologie peut aller en accord avec ce mode de pensée, vous savez ? D’ailleurs, je crois également en moi-même, et c’est pour cette raison que je suis persuadé que la vision que je propose est la bonne. Vous savez, croire en soi ne signifie pas forcément être seul. Ça n’est pas seulement de votre âme dont je me soucie, mais de votre vie, ainsi que celle de tous les humes présents sur Tyr. Nos buts ne sont pas si différents, vous le savez… Et nos modes de pensée ne le sont pas non plus. Ne ressentez vous pas le besoin d’être comprise, acceptée dans une famille, lorsque vous voyez ces horreurs ? Ne serait-ce pas une manière de chasser de votre esprit ces ignominies ? »

Pour le coup, c’était indéniable, il mettait les pieds dans le plat… Il n’avait pas hésité à aborder une conversation de foi avec cette inconnue… Le culot, voilà ce qui avait peut-être fait sa gloire… et la gloire de sa religion…
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   04.11.09 23:19

[Y'a pas de mal!]

Si elle était étrange, lui se faisait étrangement insistant. Elle n'était qu'une touriste venue admirer quelques poissons, rien de plus. Et il venait subitement lui poser des questions d'ordre théologiques juste après l'avoir insultée sans même s'en rendre compte. Les croyants... S'ils l'étaient trop, il fallait nécessairement qu'ils essaient de convaincre les autres. Un peu comme un commerçant qui ferait du porte à porte pour vendre un appareil inutile à des n'importe qui, même des gens incapables de s'en servir. La religion, c'était... Un peu la chose laquelle se raccrochaient les faibles, et que voulaient propager les opportunistes. Du moins c'était la vision que Leto en avait eue, et qu'elle avait bien l'impression d'observer à l'instant même. Qu'il était bon parfois d'être un monstre assoiffé de sang. Pas de prises de tête, juste la capacité d'apprécier une situation donnée où d'y chercher quelque chose à apprécier sans se soucier des conséquences.

Dire qu'il n'avait fallut que de quelques secondes pour que "son" idéologie s'impose l'air de rien, lancée avec un talent certain pour la verve, sur un ton mélodieux et parfaitement entraîné. Il aurait fait un homme d'affaire redoutable. A défaut, il vendait de la foi. Et ça devait bien rapporter à en voir ses beaux vêtements qui, même sans être aussi clinquant que ce qu'osait porter souvent la bourgeoisie, ne manquait pas de style. A y parier, rien que l'ornement sur la cape devait valoir l'intégralité du salaire remporté par Leto jusqu'à présent. Si elle avait eu un sens de la mode, elle aurait sans doute eu honte de se trouver vêtue comme elle l'était face à Ra. Seulement, elle se foutait bien de ses fringues. La mauvaise influence de Lilia, sans doute.

Décidément le discours était parfaitement bien rôdé. Et Leto s'y serait sans doute laissée prendre... Si elle avait été hume. Seulement. Seule... Elle ne l'était pas, du moins en apparence. Elle avait Lilia, et elle n'avait pas cherché à cultiver d'autres amitiés. Pour le reste... Seule, ça l'arrangeait bien. ça lui permettait de se protéger jusqu'au fond de son âme, si elle en avait une. Et Leto n'avait pas besoin de plus. Cherché à être comprise? Elle y était parvenue, une fois. Et ça avait suffit à lui donner envie de vivre. Maintenant... Non, elle ne veut plus être comprise. Le temps de l'incompréhension qui la révoltait était parti en fumée avec sa maison et les cadavres de ses parents. Quant aux ignominies... Celles auxquelles pensait ce charmant jeune homme faisait parties de ces choses qu'elle ne voulait surtout pas chasser, bien au contraire. Malgré le manque complet de conviction de Leto face à ces arguments, elle écoutait Ra attentivement. Un peu à la manière dont elle avait observé ces poissons derrière la vitre. Son regard continuait de se faire fuyant, mais elle n'avait pas perdu une miette de son regard, de ses gestes. Pas étonnant qu'autant de monde se soit laissé conquérir. Pourtant, elle n'avait pas la moindre intention de continuer sur ce terrain. D'une voix calme, quoiqu'avec une pointe d'amusement peut-être, elle répondit.

"Dîtes-moi, Ra... Vous est-il déjà arrivé de simplement regarder le monde, tel qu'il est, et d'apprécier ce qui s'offrait à vous sans chercher un seul instant à y trouver une cause, un but, ou un jugement? Vous êtes dans un endroit fascinant. Une sorte de monde dans notre monde. Et au lieu de simplement y observer une vie qui s'écoule depuis des temps immémoriaux, sans réelle frontière de monde, vous cherchez à faire valoir vos croyances qui n'appartiennent qu'à une espèce, dans un seul monde."

Comme un marchand, donc. Ni plus ni moins. Ce qui subitement lui paraissait plutôt cocasse.

"En général, les gens qui ne peuvent s'écarter quelques instants d'une cause finissent par y perdre plus que leur âme. Ou alors ils ont déjà trop perdu. Auquel de ces deux groupes appartenez-vous?"

Ses prunelles se fixèrent cette fois-ci sans la moindre hésitation dans celles du prophète, ne cherchant même plus à fuir vers l'aquarium. Il fallait dire qu'elle avait un spécimen plus intéressant à observer à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   14.11.09 21:56

[Mince… encore une fois désolé… J’ai peu de temps en ce moment, mon rythme est fortement réduit]

À son emphase culotée, à son imposition de discussion spirituelle, il lui fut répondu une autre réplique assez vive et directe, très portée sur sa personne intime : La demoiselle aux yeux cerclés d’or, si étrange et envoutante fut-elle, se permettait de poser des questions d’ordre intimistes à une sommité en pleine montée dans l’univers de Sécaria. Oui, il était un homme jeune, mais cela ne signifiait pas qu’il n’avait rien vécu, bien au contraire, et cette femme qui ne semblait pas bien plus âgée paraissait vouloir le juger, ou en tout cas douter de ses expériences personnelles. S’il avait déjà vu le monde de manière gratuite, s’il avait pu admirer les contrées lointaines, si nombreuses étaient-elles, et les rivages inexplorés, les jungles impénétrables et les monts escarpés. C’est dans cette admiration, cette contemplation du monde qu’il avait trouvé l’essence de sa croyance, la certitude d’une présence divine maîtrisant non seulement ce monde et toute sa complexité, toute sa beauté, mais également tout l’univers qui entourait Tyr, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Tout était équilibre, perfection, beauté, harmonie. Même les endroits aux aspects les plus chaotiques étaient issus de la beauté divine, du travail du grand Créateur.

Cette femme, du haut de son inexpérience, se permettait de juger ce qu’elle ne connaissait pas, et ce à quoi elle paraissait insensible. Ô âme égarée, puisse-t-elle retrouver un jour proche la voie éclairée du Divin, et puisse la Bonté du Tout Puissant lui pardonner ses offenses hérétiques et blasphématoires. Elle ne savait pas, elle ne pouvait pas savoir qu’une entité supérieure était capable de gérer tout cela en même temps, tout en laissant le soin aux êtres vivants, aux montagnes, aux mers, aux terres de se mouvoir par eux-mêmes, suivant un schéma préétabli, un Destin inéluctable. Bien peu de mortels avaient cette conscience, et étaient capable de l’avoir. Lui l’avait eue, il l’avait découverte, et s’en était fait le chantre, le porte-parole, le prophète. C’était sa voie, sa destinée… Et peut-être celle de cette femme dont il ignorait tout, sauf le métier, était de rencontrer ce prophète en ce jour, Râ, lumière solaire éclairant la voie divine, l’ouvrant à la cécité immatérielle d’une âme corrompue par un monde trop carré. (Tout le monde sait qu’il n’est pas plat…)

« C’est en voyant le monde tel qu’il est que Dieu m’est apparu en pensée, en message, s’introduisant dans mon corps et dans mon âme. Dans toutes les contrées que j’ai visitées, j’y retrouvais un peu de son essence. Il est omniprésent, partout, à chaque instant. Je ne cherche pas à faire valoir une croyance comme si c’était un objet à vendre, je témoigne de ce que j’ai pu observer de par mes voyages et mes visites des contrées lointaines. Vous savez, là où tout est tellement différent qu’il n’y a qu’une chose pour tout unir : Sa Présence… »

Discours éclairé s’il en était… Le fanatisme illuminé de Ra perlait sur ses lèvres avides de témoignage. La recruter dans son église ? non… mais l’éclairer sur sa vision du monde, ça oui… Tous les êtres méritaient de savoir, seule exception faite pour les démons, qui ne méritaient eux que d’être détruits de par leur perversion et leurs vices nombreux.

Mais la demoiselle posa une question qui le troubla un peu… Et son discours avide se calma un peu, alors qu’il replongeait son regard clair et séduisant dans celui de la jeune femme.

« Peut-être ai-je beaucoup perdu… Mais ce n’était que pour gagner davantage… »

Oui, il avait perdu énormément : il s’était perdu lui, Valor Fein, adolescent rebelle et mal dans sa peau, en quête d’idéologie. Il avait perdu cet être peu sûr de lui, hésitant, faible tant physiquement que mentalement, terne, absent de toute considération extérieure… Oui, il avait abandonné ce lâche, quitté sa personnalité, délaissé son nom premier… Mais tout ça, il l’avait fait pour une chose unique : devenir Ra, son idéal de vie, de pensée, de spiritualité… Et il l’était devenu.

« Mais vous, mademoiselle, qu’avez-vous perdu pour croire en si peu ? »
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   15.11.09 13:50

Non, il n'avait pas compris le sens de sa question. A la réponse pleine de bon sens religieux, elle n'avait lâché qu'un soupire de déception en se reportant sur l'aquarium, comme si finalement elle n'écoutait plus. Ou plutôt comme si elle ne voulait plus écouter. Après tout, il pouvait bien prétendre ne pas faire de démarchage, il n'en demeurait pas moins... Que c'était exactement ce qu'il faisait. Peut-être pas pour convertir, mais vouloir à tout prix qu'une autre personne comprenne un point de vue sans le moindre rapport avec la réalité d'un monde tangible n'était finalement qu'une première étape. Ou alors ce qu'il avait pu voir dans ses contrées lointaines avaient fini par le rendre fou. Mieux valait encore un fou relativement pacifiste à un destructeur qui pourrait nuire trop efficacement aux plans de la Lune Rouge, non? Quoique... Les croyances avaient toujours été source de problèmes pour ceux qui s'y perdaient. Ils étaient sauvés dans leur illusions, mais finissaient tous invariablement par se faire démolir par quelque chose de moins naïf. C'était ça, la loi inhérente à toute forme de vie. Amusant que Ra, s'il avait vraiment vu le monde, ne prenait pas la peine de l'évoquer.
Il avait cependant raison sur un point: les êtres fragiles se sentaient unis quand ils étaient soumis à une seule et même croyance. ça leur permet de mieux vivre parce qu'ils ont moins peur. En revanche, ça ne leur permet pas de vivre plus longtemps. Et ça ne les promet certainement pas à quoi que ce soit de divin après leur mort.

Mais il fallait reconnaître que la religion rendait si ce n'est plus puissant, en tout cas plus obstiné. Rares étaient ceux capables de se battre ouvertement et sans faiblir pour une cause. Il fallait bien laisser ça à Ra: la conviction de déplacer des montagnes. Le genre de choses que Leto jugeait sans doute trop farfelu pour se permettre ne serait-ce que de l'envisager. Oui, sur ce plan, elle pouvait bien l'admirer. Elle se détacha une fois de plus de l'aquarium, pour revenir le fixer alors qu'il semblait un peu moins emporté. La question, sans doute. La réponse pourtant, la déçu également. Il avait gagné beaucoup, mais pour ce qu'elle en voyait, pas sur le plan humesque. Il avait gagné une foi, une jolie toge, quelques fidèles, des bijoux, et... Et pour tant de beauté apparente, il avait perdu l'identité qui l'avait vu naître. Il n'y avait pas à dire, pour cacher ce qu'il était dans sa nature d'origine, Ra n'avait strictement rien à envier à Leto. Elle se garda bien d'en parler, ne serait-ce que pour se prémunir d'un nouveau discours rempli d'idéologie à lui filer la migraine.
Par contre, il lui retournait la question sur des termes tellement mal choisis que la jeune femme ne pu s'empêcher de sourire, pouffant même de rire malgré elle. Il était marrant, ce prophète de la bonne parole, quand même. Certes, Leto ne valait pas grand chose, mais de là lui dire qu'elle croyait en "si peu" parce qu'elle croyait déjà en elle, c'était à la limite de l'insultant. Il ne devait même pas s'en être rendu compte. Ou alors pour lui l'être vivant n'était qu'une toute petite chose insignifiante qui ne méritait même pas d'avoir confiance en soi sans quelque chose de plus grand que lui. Ah tien, ça lui rappelait étrangement la pensée Versatilis tout à coup. Finalement, il était pas si mal, ce "dieu".

"Rien qui ne soit indispensable. Vous savez, je comprends qu'il soit nécessaire de croire en quelque chose. A vrai dire, je trouve même bien que des personnes se réunissent autour d'une idéologie qui ne veut que le bien du monde. Sur ce point, je ne peux que vous encourager. Mais j'ai beau vous comprendre, je ne pourrais jamais adhérer moi-même à cette foi."

Ah ça oui. Tant qu'il existerait des gens pour vouloir lutter contre les démons sans essayer de les comprendre (et donc sans chercher de moyen efficace de les vaincre), Leto était tout à fait d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   18.11.09 21:13

La demoiselle affirma ne pas avoir perdu grand-chose, ou en tout cas, rien de notable, ou qui l’eut touché, d’après ses mots peu précis… Elle cherchait peut-être simplement à éluder la question, comme un secret enfoui qu’elle ne voulait pas révéler. Râ savait que c’était peut-être dans cette partie cachée que se trouvait l’être de Foi à l’intérieur de cette femme qui refusait obstinément de recevoir la bonne parole du prêcheur qu’il était. Son boulot, habituellement, était de dévoiler à l’individu cette partie dissimulée de son être pour se l’approprier et rendre grâce à Dieu de la sorte. Mais… Là c’était un peu différent. Quelque chose lui disait que cette inconnue, aussi banale puisse-t-elle paraître, dissimulait un secret qu’il ne voulait pas vraiment connaître, et dont elle avait pleinement conscience. Un secret sans lequel il la préférerait sans doute, un secret terrible qui pourrait revoir sa vision sur elle…

Et pourtant elle restait toujours polie, compréhensive dans ses paroles, bien qu’un peu distante par les gestes. Il ne la comprenait pas bien, voire pas du tout, et ne chercherait plus à tenter de comprendre ce qu’elle essayait de cacher. Elle le montrerait bien d’elle-même, lorsqu’elle l’aurait décidé… Les âmes de Sécaria étaient parfois plus sombre qu’elles ne paraissaient… Et pourtant, parmi toute cette obscurité, cette nuit constante, certains éléments de la société demeuraient d’une lumière éclatante, symbole d’un espoir, de son espoir… Il était bien placé pour savoir que les Anges et les Démons étaient fort proches de par leur nature : les uns enfants du divin, les autres du chaos, ils étaient tous les deux différents de l’espèce hume, dérivés d’une essence singulière et divine divisée en deux entités aujourd’hui distinctes, mais inséparables : le Paradis et l’Enfer.

Et Râ revint alors sur un doute qui lui avait traversé l’esprit… Et si… et si cette personne n’était pas ce qu’elle prétendait être, si elle avait été placée là par le Destin pour croiser sa route, Ange ou Démon, envoyé du Divin pour le rappeler à sa cause… Tout était possible, ici bas, il en était conscient, même au milieu d’un aquarium peuplé de bêtes mortes ou vivantes…

Et pourtant, malgré tout, elle continuait de nier l’essentialité de rejoindre une idéologie particulière, fut-ce la sienne ou une autre… Quelque chose clochait… Aussi ne répondit-il que par une question simple et directe, sans recherche d’emphase ou de discours :

« Pourquoi ? Pourquoi ne le pourriez-vous pas ? Tout le monde peut croire, il suffit de le vouloir… Tout le monde peut avoir le droit à l’espoir et… au Pardon… »

Sans en prendre réellement conscience, il venait presque d’avouer les doutes qu’il nourrissait à l’égard de la jeune femme : elle devait regretter quelque chose, c’était certain, quelque chose qu’elle avait fait et qu’elle ne pouvait se pardonner…
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   21.11.09 0:08

Pourquoi tant de question? A croire qu'il fallait une raison à tout, comme lui en avait trouvé une toute simple, banale, et si polyvalente qu'elle pouvait à elle seule soutenir toutes les choses de ce monde qu'il pouvait aimer ou redouter. Il s'obstinait, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Ce n'était que de l'acharnement injustifié et pour plusieurs raisons. Déjà elle avait clairement affirmer se désintéresser totalement d'une quelconque foi en quelque chose d'inexistant. Ensuite, sa condition et sa profession ne pouvait que l'éloigner de l'idéologie du beau blond angélique. Après tout, la finesse, même si elle en tenait compte en démolissant la figure d'un compatriote, n'était pas sa première priorité. Et enfin, sa nature même, bien cachée heureusement, l'empêchait de croire en quelque chose d'intangible quand une nuque brisée pouvait à elle seule résoudre bien des problèmes d'injustice ou de mécontentement personnel.

Le plus amusant dans tout ça était très certainement cette volonté qu'il avait à vouloir la pousser à espérer. Plus encore, à oser croire au pardon. Amusant... Leto avait-elle quelque chose à se faire pardonner? Bonne question! Songeuse, elle revint fixer l'aquarium où les poissons semblaient comme évoluer au ralenti, porté par un courant tellement limité qu'il était sans conséquence sur les petites vies qui flottaient là-dedans. Elle avait tué, haït, menti, bref, elle avait été parfaitement hume toute sa vie, et aujourd'hui encore seule son but ultime bien planqué au fond de ses fantasmes privés trahissaient sa réelle nature. Non, de fait, elle n'avait rien à se faire pardonner. L'huménité toute entière devait s'agenouiller et demander pardon, avant de subir la punition adéquate. Et Leto comptait bien faire tout son possible pendant son existence pour que ce jour puisse arriver.

"Je crois que nous nous sommes mal compris, Ra. Je n'ai rien à me faire pardonner. Je n'ai pas besoin de croire en quoi que ce soit. Je ne vais pas croire juste parce que quelqu'un a décidé que c'était bien. Les gens comme moi n'ont pas besoin d'espoir non plus. Ils se suffisent à eux-même et vont de l'avant sans rien regretter."

Les dernières phrases étaient dites avec une assurance troublante, alors qu'elle s'était reportée sur le leader de la Nouvelle Église. Si Leto était parfaitement humesque, elle était aussi une parfaite menteuse. Son seul regret dans sa vie avait été de ne pas avoir assumer sa nature réelle depuis le début. Son seul regret avait été de s'être attachée à des parents trop faibles pour vivre. A présent que son passé était réduit à l'état de cendres, elle se gardait bien de laisser d'autres regrets s'imposer. Mais même pour ça, Leto ne demanderai jamais pardon.

"Votre Dieu ne vous a-t-il pas dit qu'il existait des êtres qui n'avaient pas besoin d'avoir la Foi pour être sauvés?"

Ne suffisait-il pas de faire des actes jugés dignes d'une divinité pour accéder au paradis? Autrement qu'était-il arrivé à toutes ces vies passées avant l'arrivée du messie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   03.12.09 9:46

Désespérante. Cette jeune femme était désespérante et se bornait à l’aveuglement béat d’une vision égoïste et unilatérale de la vie, n’accordant de crédit aux paroles de l’évangéliste sincère qui lui offrait une voie meilleure. Elle répéta une fois encore, en d’autres termes, son refus de rejoindre toute croyance préétablie, et même de croire simplement pour elle-même, dans l’ombre de sa solitude. Rien à se faire pardonner, pas besoin de croire, voilà les réactions typiques d’une âme en perdition, d’une personnalité égarée dans le dédale des questions depuis si longtemps qu’aucune d’entre elle ne parait l’émouvoir. Une personne qui ne serait presque plus hume, tout juste une carcasse vide de toute pensée profonde. Oh, Ra ne remettait pas en question la capacité réflexive ou l’intelligence de la demoiselle, mais il la voyait désormais comme un être désenchanté, sans profondeur ni existence intérieure. Elle faisait partie de ces personnes qui vivaient l’instant présent sans se poser de question sur la nature de celui-ci, qui ne tenait pas compte d’une destinée, qui occultaient toute valeur intrinsèque pour ne plus se baser que sur le concret, les apparences et le présent.

Il baissa les yeux un instant, déconcerté de la profondeur de son manquement. Avait-il perdu la verve et le charisme qui l’avait mené à ce poste de leader religieux ? Était-ce une conséquence regrettable de la mort de l’Ange qui illuminait sa vie ? Une punition divine contre la colère sourde qui lui battait les tempes à chaque évocation, orale ou mentale, de ce crime odieux ? Il avait auparavant énormément changé la manière de penser de beaucoup de monde en à peine quelques mots. Et là, il n’y parvenait plus. Mais les derniers mots de la jeune femme lui mirent la puce l’oreille : en effet, il n’avait jamais su changer la nature des gens, cette nature profonde qui fait que chacun est unique, même dans une croyance partagée. La nature de cette rencontre semblait être fort loin de tout idéal pacificateur…

Mais alors qu’il allait lui répondre une fois de plus, sans plus croire la convaincre, cette fois, il cligna des yeux et se sentit soudainement… très petit à côté d’elle. Et curieusement, il la vit particulière féline, tout à coup. Un peu trop, même : devant lui se dressait un fauve à la fourrure tachetée, aux yeux cerclés d’or. Il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait là de la personne à qui il parlait l’instant d’avant, et recula d’un pas, effrayé par une telle transformation. Mais ce pas fut bien court, et il baissa promptement les yeux vers ses pieds… Trois griffes noires autour d’une patte à trois doigts et à la peau grumeleuse. Quelque chose ne tournait vraiment pas rond, et il sentit dans l’air une présence démoniaque, lointaine mais omniprésente : un malheur d’envergure était en train de s’abattre sur Sécaria…

Presque naturellement, porté par sa crainte d’être dévoré par la panthère, il remua les bras, ses ailes blanches, et s’envola à une hauteur respectable, sans trop comprendre ce qui lui arrivait. C’est alors qu’un coup puissant fut donné sur la vitre de l’aquarium, juste à côté de lui. à la place des paisibles poissons se tenaient maintenant, paniqués et enfermés sous l’eau, des humes. Le regard de celui qui venait de frapper sur la vitre était emprunt d’une terreur sans nom : il se noyait. Et c’est à ce moment que Ra vit son reflet dans la vitre de l’aquarium, se reconnaissant sans y voir ses traits. La silhouette qu’il observait était celle d’un oiseau, d’une colombe blanche, symbole de paix et de pureté.

Il y avait un problème… et l’hume continuait de se noyer devant son nez…bec. Pris de court, il se tourna vers la Balayeuse féline avec un regard paniqué. Les verrait-elle aussi ? Irait-elle à leur secours ?
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   05.01.10 21:08

[Désolée pour l'attente. ^^']

Ah? Il paraissait avoir saisit l'ensemble de ce qu'était Leto au regard de tous. E tout cas pour la partie hume désabusée. Elle n'en demanderait pas plus. Seul les apparences comptaient à présent. Car pour ceux qui connaissaient et reconnaissaient ceux de son espèce, il ne pouvait exister de dialogue. L'essentiel se résumait à une banale effusion de sang. Dire que sur ce point, et malgré ses compétences et ses penchants plus proches du monstre que du hume, Leto n'était pas encore pleinement une Versatilis. Elle le serait le jour où, après avoir plongé ses crocs acérés dans la chaire humesque, elle réaliserait entièrement qu'il n'y a décidément rien qui la rattache à cette espèce décadente. Ses yeux s'échappèrent un court instant à nouveau vers le leader de la bonne croyance, qui lui semblait fixer le sol. Avait-elle fait mouche? Elle n'en avait pas la prétention. Contrairement à lui, Leto n'essayait en rien de convaincre le croyant que sa Foi était fausse. Elle ne voulait que lui faire comprendre qu'elle ne comptait tout simplement pas y adhérer. Ceci fait, ils pourraient peut-être avoir par la suite une discussion civilisée et d'une de ces banalité ennuyeuse et paradoxalement plaisante.

Seulement quelque chose n'allait pas. Les prunelles de Leto se reportèrent sur l'aquarium quelque peu amoindri selon elle. A croire que les bestioles qui le composaient s'étaient terrées quelques part loin des regards indiscrets. Ah non, un autre de ces poissons passait devant la vitre, troublant un instant le reflet de la versatilis pour lui renvoyer ensuite celui... C'était quoi ce truc? Leto sursauta, s'empêtrant dans ses vêtements à même le sol, se prenant.. Les pattes? Oh, de la fourrure! Oh, un oiseau! Un oiseau?? Le regard quelque peu estomaqué du léopard se planta dans celui de la colombe qui décollait du sol, pris subitement d'un instinct de survie, très certainement.

Et BOOM!

Sous sa nouvelle forme, sur quatre pattes, Leto se plia à raz le sol, oreilles couchées suite au coup sourd qui venait de se répercuter. Où étaient passés les poissons? Et pourquoi y avait-il des humes à la place des bestioles? Ah oui, la logique imparable... Si elle ressemblait maintenant à un machin poilu tout en muscle assez effrayant pour faire filer un oiseau, alors les animaux, eux, subissaient le sort inverse, non? Ah ben tien, un hume qui se noie. Amusant... La tête féline s'inclina un court instant sur le côté, sans doute incrédule face à ce curieux phénomène. Puis, presque naturellement, son attention se reporta sur la proie colombe qui paraissait tout à coup étrangement affolé. Ah oui, Ra, sauveur de ce monde... Des humes qui se noient... Ah merde, elle était censée avoir une conscience quand même. Et puis bon, c'était pas vraiment comme si elle sauvait les fesses à de véritables humes. Ces pauvres bêtes n'avaient rien fait pour mériter ça, et puis aussi, notons-le, il ne s'agissait pas d'une mort dûe à une simple loi naturelle. Quelqu'un faisait vraisemblablement mumuse avec le voile, même si Leto n'avait jamais vu un tel développement de pouvoir. Elle recula de plusieurs pas, avec autant de rapidité que d'agilité. A croire que ce nouveau corps lui paraissait naturel. Et elle espérait sincèrement que cette forme étrange n'allait pas limiter ses capacités.

Allons, ce ne devait pas être si différent que ça, de déchirer le voile autrement qu'en versatilis. Allons. On se concentre... L'hume derrière la vitre commençait d'ailleurs à tourner de l'oeil. Invoquant l'énergie nécessaire pour son sort, Leto poussa un rugissement brusque, faisant un pas lourd vers l'avant. L'air parut se troubler une demi-seconde devant elle, puis un coup violent retentit contre la vitre, faisant ployer sa surface, et... Une craquelure apparu, se propagea rapidement, l'aquarium se fissura et répandit dans la pièce eau, décor et humes qu'il contenait jusqu'alors. Leto se plaqua une nouvelle fois au sol, se prenant le gros de l'eau en pleine figure les quelques fragments de paroi vitrée glissant sur son pelage sans la blesser. Un coup de chance! Les flots passés, elle s'ébroua, levant une patte pour la secouer. C'était... Humide. Et ça sentait fort l'eau d'aquarium. Beurk. Mais au moins, pas de cadavre à déplorer. Crachant eau et autres trucs avalés malgré eux, les humes étaient tous en vie. Et elle...
Elle avait étrangement faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ Sadique et paresseux

avatar

Signalement : Compte commun du Staff. A contacter en priorité.


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   22.03.10 0:04

[mode des fêlures, hu-hu]




Il n'y a pas qu'un craquement, dans l'aune du grand aquarium... La pression de l'eau qui balaya les visiteurs récemment animorphé, bouscula aussi un mobilier bien plus fragile.
Aussi pris dans le mouvement de la vague intempestive, certains objets furent projetés sur l'une des rares fenêtre de cet étage. La colombe, toujours mue par son instinct, profita de ce nouvel accès pour s'enfuir à tir d'ailes, pris d'une inquiétude soudaine pour ceux qu'il chérissait.

Laissant le fauve, les nouveaux hûmes et les décombres à leur destinée.
Le léopard se retrouvait bien-seul, et s'il avait faim... Nul ne l'empêchait de se servir, parmi la chair fraîche et rutilante, qui venait de lui être offerte... sur un plateau.

Avoir une conscience hûme ? Franchement, qu'importe quand il n'y a personne pour en ... Juger.
Et si malheureusement un autre visiteur venait à rencontrer le félin ? Il faudrait prier qu'il n'ait plus faim.
Qui ne peut plus crier... peut toujours agoniser.

Le prédateur pourrait agir à sa guise, se nourrir et s'abreuver. Avant de trouver une sortie exploitable pour sa nouvelle morphologie. Ce qui lui prendrait un peu de temps... à n'en pas douter.




Départ de Valor Fein/Râ, du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   22.03.10 19:44

Trop d'eau. Le fauve lève une patte, la secoue, la repose -sploutch- vraiment trop d'eau. Et trop de débris surtout. De tout. Reste d'un banc pour spectateurs en émois devant ce qui fut l'aquarium, restes de souvenirs éparpillés et ruinés par l'eau, quelques vêtements, papelards, le brillant d'un bijou immergé... Broutilles inintéressantes.
Et trop d'odeurs. Beaucoup trop. Le museau se plisse, dévie vers le courant d'air de la fenêtre brisée qui vient s'ajouter à l'odeur d'eau vaguement traitée, de poiscaille maintenant inexistante, de parfums divers et pas nécessairement attrayants.

Un grondement se répercuta dans sa mâchoire close alors que la colombe (symbole de paix, tu parles!) fuyait à tir d'ailes de la zone. Vole, mon petit, ou tu apaiseras mon appétit! Et le museau se détourne, frôlant la surface de l'eau dans laquelle baigne ses pattes puissantes. Gros problème en vue. Très gros. Dans le bardas de l'explosion qu'elle a provoqué, ignorant les regards agars des humes qui n'en étaient pas, elle fouine, renifle, plonge une partie de sa gueule dans l'eau et en ressort sa lourde ceinture. Il y avait des choses que l'instinct n'effaçait pas. Quelques pas -sploutchsploutchsploutchetc.- et dans des cliquetis métalliques, épée, et lames en étoiles furent déposées au sec.

A présent... Comment quitter le lieu?

Rien ne pressait. Et toutes ces odeurs... Certaines étaient plus persistantes. Les humes... Non. Pas intéressant. Mais le petit rongeur non loin. Oui, ce truc-là... Suricate? Ce truc qui pataugeait, la queue coincée sous une lourde plaque de verre. Ce truc là, il avait l'air tellement... Appétissant!

"Groumpf..."

Pauvre petite bête qui s'agite alors qu'elle s'avance. Tant pis pour son apparence, elle ne craint pas cette situation. Elle s'en délecte même. Une étrange impression de souplesse, d'efficacité. Une certaine puissance aussi alors que les muscles roulent sous la fourrure... Mouillée. Bon, le prédateur pourrait avoir un style un peu plus... Prédateur, mais la situation actuelle suffisait à faire paniquer le pauvre rongeur.

"Pitié!! Pitié pitié!!!"

Il pédale dans l'eau, sur place, sa queue s'étirant, écrasée, brisée sous la plaque de verre. La patte imposante de Leto le percute à peine, si légèrement, mais la bête chute brutalement sur le côté.

"Pitiépitiépitié!!!"

Pauvre petite chose si faible. Mais si attrayante. Dans son silence quasiment parfait, les prunelles jaunes balaient l'espace. Qelques bestioles, des humes qui ne savent même pas parler, qui rampent sans se soucier d'elle, cherchant une fuite. Personne pour empêcher un crime. La mâchoire s'abaisse.

"PITIE!!!"

"CRAC"

Un petit corps si fragile qu'il se brise d'une simple pression d'une gueule remplie de dents. personne pour entendre ses pensées qui crient, personne pour empêcher la nature de reprendre ses droits dont elle a été si longtemps privée. Le sang se répand dans l'eau, ne devient qu'une vague teinte rosée qui s'estompe. Seule un bout de queue, invisible sous le verre immergé. A peine quelques instants, ce n'est qu'une entrée, mais cela suffit pour le moment. Leto se passe une langue râpeuse sur les babines, supprime les dernières tâches de sang. Peut-être pourrait-elle se soucier de sortir à présent. Il restait encore tant à faire...

[Fin du topic]


=> Urgence Sans plan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce qu'y en a qui évoluent? [Vice-Versa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» Parce que nous le valons bien... ♥
» micah ? « ce n’est pas parce que tu parles que tu es intelligent. » 25.06.11-03H00
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit