AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Rapunzel - la rieuse - la sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   11.11.09 23:47

I. Identité:

Nom : Lyssa
Prénom : Firenze (sur les registres officiels)
Surnom : Rapunzel (nom auto-proclamé utilisé par tous, son vrai nom, celui donné a sa naissance n’étant pas connu)
Sexe : sanguinolent de préférence
Age : 19 ans
Race : Versatilis
Idéologie :Sans
Métier : Flemmarde pro


II. Conscience du monde et Magie:

Conscience :Initiée
Source :Psyker
Technique :Déchirer le voile
Spécialisation :Don de sublimation.

La loi des instincts : Création d’illusions mettant en relief les instincts primaires de la victime, ex : illusion d’un gouffre => instinct de survie, la victime se reculera d’elle-même par peur de tomber.(instincts primaires : survie/reproduction/nutrition…)

La loi des souvenirs : Création d’une illusion faisant référence aux souvenirs, les mettant en scène pour atteindre l’affectif des victimes. Ils peuvent également être modifiés / erronés pour déstabiliser la victime.

La loi des désirs : faire miroiter les désirs secrets des victimes pour les pousser à obéir, à prendre la voie voulue par le lanceur de sort.


III. I am what I am…

T’as le look coco
« - Allez encore quelques minutes et ce sera bon…
Plenty avait beau être le chef de la bande, ce n’était pas lui qui était planté là, sur ce tronc d’arbre, dos à la forêt de l’horreur…Cela faisait bien dix bonnes minutes que Joe et moi faisions l’épouvantail comme des imbéciles…Même si je savais que ce n’était qu’un jeu de gamin, la peur me tiraillait l’estomac…Chaque fois que le moindre craquement émanait de la forêt, je tressaillais, persuadé que cette fois c’était la fin…Quand j’y repense à présent, tout cela me semble bien futile, maintenant que Joe est mort…
Je fermais les yeux, mais l’obscurité me rendait d’autant plus fébrile…Je commençais vraiment à douter que le jeu en vaille la chandelle…Mais Joe me donna un coup de coude…C’était mon meilleur ami depuis toujours, et même s’il ne le montrait pas, je savais qu’il avait autant la trouille que moi…
Un bruit saccadé monta des bois, comme des pas, subtiles, félins…Nous aurions dû fuir a cet instant, mais la réalité en a décidé autrement, et plutôt que de courir comme les autres, Joe et moi nous sommes retournés…Le bruit se rapprochait dangereusement, mais la curiosité morbide ainsi que la peur nous clouaient sur place.
C’est alors qu’on la vit : la plus belle fille qu’on ait pu rêver de voir. Le vent soufflait dans ses cheveux blonds cendrés, les faisant danser comme les flammes d’un joyeux bûcher. Ils encadraient à la perfection son visage de porcelaine, un peu grisâtre, aux joues rougies et aux yeux verts émeraude, incandescents, qui semblaient brûler et se consumer de l’intérieur. Sa bouche pourpre aux lèvres fines contrastait avec la pâleur de sa peau, et semblait la rendre plus irréelle que jamais. De fines mèches descendaient le long de son cou, caressant ses épaules dénudées des guenilles qui cachaient le reste de son corps. A l’instant où mes yeux se posèrent sur sa poitrine généreuse, à peine cachée par les loques qu’elle portait, je sentis le feu de ses yeux bruler en moi. Je ne pouvais détourner mon regard d’adolescent de sa taille fine, de ses hanches parfaites, de ses longues jambes sans fin…Je ne rêvais que d’une chose, la posséder, elle était parfaite, et j’étais déjà jaloux des yeux de Joe semblables aux miens posés sur celle que je considérais à présent comme mienne. Il sembla qu’à cet instant, Joe eut les mêmes funestes pensées que moi, et nous qui étions amis depuis l’enfance nous sommes retrouvés à nous battre avec force et violence pour la première fois. Je m’acharnais autant que lui persuadé que si je le laissais partir, il l’emmènerait avec lui…Les coups fusaient jusqu'à ce que sa tête heurte violemment le sol et que son sang coule sur mes mains, alors mon ange déchu porta ses mains à son visage comme consterné…Et sa voix douce et sensuelle prononça les mots que ma conscience avait déjà établis…
« Tu l’as tué…Cours et ne te retourne point…Sauve ta vie, car s’ils voient ce que tu as fait ils te tueront… »
Et c’est ce que je fis, je fuis…Je ne dormais plus, ne mangeais plus, me laissais dépérir… Et le plus étrange fut que ces perturbations ne furent pas la conséquence de la mort de Joe, mais de la certitude que jamais plus je ne la reverrai…
Les recherches ont été lancées peu de temps après pour retrouver Joe… Son corps avait été retrouvé à l’endroit où il était mort, les entrailles ouvertes, méconnaissable en raison de l’état de décomposition, et des nombreux bouts de chaire et d’organes qui semblaient avoir été dévorés par quelque bête féroce…
Ma détresse était sans limite, mise sur le compte de la disparition de mon meilleur ami… Il n’en était rien sinon le désespoir de revoir un jour celle qui brisa ma vie… »
Mémoires de Jean R .

Je pense donc je suis
Elle avance dans le brouillard, sereine, presqu’heureuse de retrouver ses terres si chères à son cœur, comme un ultime pèlerinage, celui de sa plus belle victoire.
Elle foule le sol qu’elle avait inondé de sang cette nuit-là, la plus belle de sa vie. Son orgueil magistral l’avait ramenée ici…
Orgueilleuse, superbe, prétentieuse, tout cela valait bien des paroles sur son ego surdimensionné…
Indomptable, rageuse et profondément mal intentionnée…Son petit monde n’appartient qu’à elle, et c’est la seule à savoir le dompter… Ne forcez pas la porte, à rentrer sans invitation on en ressort les pieds devant…
Sadique, cynique et amère, avec en prime un humour noir à en faire frémir plus d’un… Son petit penchant pour le mauvais côté de la chose… Y'a de quoi faire rêver non ?
Elle touche de sa fine main gantée le sol vieilli…
« C’est là que je t’ai pris ta dernière étincelle de vie, mon amour… tu es à moi pour l’éternité obscure… »



IV. Précisions supplémentaires:

Style de combat :par magie interposée, elle usera avant tout de ses illusions pour terrasser son ennemi. Sa seule arme est un éventail édenté de lames acérées.
Talents particuliers :Connait tous les contes par cœur…
Signes particuliers :Un tatouage sur le bas de ses reins…


Dernière édition par Rapunzel le 12.11.09 22:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   11.11.09 23:56

V. Histoire


Chapitre 1 : La rescapée


La pluie tombait ce jour la…
Toujours cet épais brouillard qui tapissait le ciel, semblant attendre son heure pour éclater…
Un bon jour pourtant pour les balayeurs… Un mauvais pour les familles endeuillées…
Le sol était jonché de cadavres, et le sang semblait avoir repeint l’intégralité de la petite auberge… Tous étaient morts, et les fiers meurtriers dansaient encore sur leurs victimes, faisant craquer les entrailles de ces dernières.
Les chasseurs avaient ouvert les portes… Tout avait été si rapide… L’orgie de sang, de sexe et de violence faisait place à présent à une exécution pure et simple. L’ultime capitulation, la dernière humiliation : mourir sur les restes des Humes, placés à leur niveau, mourir parmi eux, comme des chiens galeux…
Les recherches pour trouver des survivants dans cet amas répugnant semblaient redonner espoir aux familles, la bonne conscience de ce qu’ils venaient de faire… C’était du sale boulot dont personne ne voulait, mais il fallait bien le faire…
Et là au milieu des restes humes, une enfant blonde couverte de sang… Un espoir de vie dans la toundra des horreurs… Les extra-tyrestres auraient-ils finalement un cœur?
Qui était cette enfant ? Personne ne la connaissait…On la nomma donc Lyssa, déesse de l’illusion, car c’est ce qu’elle était : l’illusion du bonheur dans un monde chaotique.

Chapitre 2 : l’Orphelinat et ses bulles magiques


Pauvre enfant placée de foyer en foyer… Triste bonheur que celui de l’espoir envolé, dans cette vie sordide d’orpheline incomprise, révoltant espoir anéanti d’une petite fille perturbée, qui mord les autres avec sauvagerie et reste seule.
Pour se protéger, la petite se réfugie dans ses contes, elle imagine qu’elle est Rapunzel, cloîtrée dans sa tour, et qu’un jour quelqu’un viendra la sauver…
Elle s’imagine dans sa bulle, avec ce palais de mille couleurs, ses animaux d’un autre monde…
Le monde révolte cette enfant de neuf ans à présent, qui se bat avec les autres, les mordant jusqu’au sang, leur laissant pour la vie des cauchemars sanguinolents et des marques cicatricielles sur ces corps si jeunes…
Souvent elle s’amuse à les emmener avec elle dans la bulle magique des contes, mais ils n’ont pas autant de courage que les princes, et très vite ils pleurent pour revenir à la dure réalité, celle où Rapunzel est Lyssa, et ou ces expériences terrifiantes sont sévèrement punies par la directrice de l’orphelinat…

Chapitre 3 : l’accident


Un jour, une fille du nom de Zahara voulu tenir le pari de la bulle magique. C’était certainement le plus beau monde que Rapunzel ait inventé…Il y avait tant de couleurs que s’en était étourdissant… Pour prouver son courage, Zahara devait franchir un vieux pont de singe au dessus d’un lac de lave en fusion. Alors qu’elle était à mi-parcours, l'une des lattes trop vieilles se cassa, brisant instantanément l’illusion magique et laissant Zahara s’accrocher de toutes ses forces à une paroi rocheuse, sous les yeux de Rapunzel.
« - Tu as brisé mon monde, idiote, à vouloir t’accrocher à tout prix a cette pierre qui n’existe pas dans le monde des contes…
- Mais c’est pour du faux, Lyssa, je vais tomber, aide-moi…
- Tu as brisé mon monde Zahara, et je ne suis pas maître ici… A toi de faire face a ton destin…"
Sur ces paroles, Rapunzel broya littéralement la main de l’autre enfant qui tomba dans le ravin et se brisa la nuque.
« La loi du plus fort… »
Les gens de l’orphelinat mirent deux jours à retrouver son corps, et lorsqu’ils lui annoncèrent la nouvelle, Rapunzel se mit à rire avant de leur confier ce qu'il s’était passé…
Bien sûr comme d’habitude elle alla chez la directrice, mais son discours fut bien différent des autres fois…
« Je sais ce que tu es Lyssa, dit-elle en regardant par la fenêtre sans même jeter un œil à l’enfant… Et c’est pour cela que je sais ce qu’il convient de faire… Sais-tu ce qu’est un Balayeur, Lyssa ? C’est eux qui vont te prendre en charge à présent, pour que plus aucun Tyriens n’ait à craindre ta présence… tu n’es pas d’ici, tu n’as donc rien à y faire.»
Rapunzel comprit soudainement qu’elle n’était pas comme les autres, et que ces mondes magiques où la loi de la survie prédomine allaient la tuer… C’était son instinct de survie qui se mettait en alerte à cet instant… Il fallait fuir à présent… Le plus vite et le plus loin possible…
Et c’est ce qu’elle fit… A la nuit tombée, elle s’échappa de l’orphelinat, et courut, tous ses sens en éveil. Après quelques heures de cavalcade, elle découvrit un bois dans lequel elle se réfugia…
Elle ne pleura pas, ni n’eut peur de cette obscurité… Elle savait que personne ne viendrait ici… Elle le savait désormais : elle faisait peur…

Chapitre 4 : retour aux sources


C’est là qu’elle vécut… Pendant trois ans… Trois ans en totale communion avec la nature, réveillant chaque jour ses besoins primaires, les exacerbant à l’extrême… La loi du plus fort… Elle se battait pour trouver de quoi se nourrir, et ressentait chaque jour un peu plus l’appel intérieur de sa véritable nature. Ce qui la gardait en lien avec le monde ? Ses illusions de contes… Chaque jour, pour passer le temps, et connaitre un peu la félicité, elle se recréait les contes qu’elle connaissait par cœur…
Trois ans donc de vie sauvage… Et le résultat fut sans appel, elle connaissait chaque piège que dame nature pouvait lui tendre et ses sens étaient sans pareil…
Mais là encore le destin vint s'en mêler…

Chapitre 5 : Akuya, le sauveur tortionnaire


C’est lors d’une de ses chasses quotidiennes que Rapunzel rencontra un vieil initié. Alors qu’elle guettait un oiseau, avançant d’un pas silencieux, elle mit le pied dans un piège posé par ce dernier. Lorsque le vieil homme vint vérifier ses pièges, au lieu de proie, il découvrît cette enfant sauvage couverte de boue qui n'avait plus grand chose d'hûme. Son pouvoir n’était pas grand, mais il pouvait apaiser les esprits ce qui amadoua la jeune sauvage qui se trouvait face a lui…
Le vieil homme nommé Akuya, décida que sa vie de sauvageonne avait assez duré… Il entreprit de lui instruire les bienfaits de la civilisation… Il la prit donc sous son aile, dans sa maison pourtant si éloignée de toute présence humesque…
Bien qu’il soit juste, Akuya demeurait sévère et dur avec son élève, et lorsqu’il lui inculquait les valeurs tyriennes, les punitions allaient bon train, et elles étaient souvent douloureuses et disciplinaires. Rapunzel n’était pas stupide, elle savait que cet enseignement lui servirait à l’avenir pour passer plus inaperçue et éviter les balayeurs… Elle serrait donc les dents à chaque nouvelle punition, ingurgitant sans relâche les us et coutumes de la bonne société…

Chapitre 6 : et la harpie s’en est allée…


Quatre ans de torture, de privation et d’autres châtiments disproportionnés… Mais le dernier en date fut le déclencheur d’une tempête sans nom… Alors qu’elle prononça un simple juron, Akuya lui brisa un vase sur la nuque… Les quatre ans à serrer les dents et a contenir son désir, ressurgirent dans ses yeux en un instant, et ces visions d’horreur furent décisives… Il ne fallut que peu de temps à la colère pour prendre le pas sur tout autre sentiment dans la tête de Rapunzel. Dans un élan de rage, elle se jeta sur Akuya, ses yeux brillants d’une fureur nouvelle…Pour la première fois de toute sa vie, elle laissa échapper sa soif de haine et de vengeance… En quelques secondes, elle lui arracha le cœur qu’elle tenait devant ses yeux, avant de le porter à ses lèvres et d’y planter les dents, telle une furie.
Le vieux s’écrasa sur le sol dans un bruit sourd, alors que Rapunzel laissait échapper un rire furieux de contentement. Pour la première fois, elle se sentit en paix avec elle-même, avec son espèce, elle comprit que ce sentiment de quiétude n’avait rien de commun avec ce que pouvaient ressentir les Humes et que par conséquent, elle n’en était pas un…

Chapitre 7 : prise de conscience de folie furieuse…


Cette prise de conscience effectuée, Rapunzel pouvait enfin vivre selon ses lois et sans inhibition, elle décida donc que la violence serait un nouveau mode de vie et elle partit a la découverte du monde, grâce aux économies du vieux qu’elle empocha… Laissant place pleinement à ses instincts elle fut l’auteur de plusieurs carnages particulièrement barbares, mais sa force était sans conteste sa capacité à se fondre dans la masse et à changer d’endroit sans cesse…
Un jour, il y eut, dans la taverne où elle prenait un verre, une bande de matelots alcoolisés qui parlaient affaire… L’équipage cherchait de nouvelles têtes qui n’avaient pas froid aux yeux, et qui savaient se servir d’une arme…
Une nouvelle perspective s’offrit à Rapunzel, qui décida donc de trouver une arme et d’embarquer à bord de ce bateau. En ville, elle trouva un armurier qui lui fit un éventail édenté de lames de couteaux, ce qui plût tant à la jeune femme qu’elle y apposa ses initiales, et laissa même la vie à l’armurier. Après quelques jours d’apprentissage, elle savait parfaitement se servir de sa nouvelle acquisition…Et c’est d’un pas léger qu’elle se dirigea vers sa destinée…

Chapitre 8 : Vincent


La jeune femme l’avait joué finement en débusquant l’un des pirates et lui montrant quelques unes des habilités dans lesquelles elle excellait.
Elle arriva donc aux aurores pour parer au départ du bateau, comme le lui avait indiqué l’homme. Lorsqu’il la reconnut, ce dernier la héla d’un sifflement:
« Voila la nana dont je vous ai parlé, cette fille est démente, elle a réussi à faucher un rupin en moins de deux! »

Mais alors que les sifflements chuintaient et que la bande semblait toute prête a l’adopter, une voix se fit entendre :
« Je me fous que tu sois une nana ou un trans'. Comme chacun ici, ‘faudra qu'tu nous montres ce que t'as dans le ventre… Et si t'es utile, ça s'pourrait bien que tu sois de l'aventure. »

Elle entendit ses pas s’éloigner…
« Alors c’est quoi ton p’tit nom ma jolie
- Rapunzel, et lui c’est qui ?
- Vincent. »

Chapitre 9 : les liens du sang


Sur le bateau, Rapunzel apprit beaucoup de la navigation, et la piraterie.
Mais sa curiosité se dirigeait plus vers ce jeune homme qui, contrairement aux autres, l’évitait ouvertement, la méprisant ainsi… Et l’adage du « fuyez la, elle vous suit » s’appliquait à la perfection chez Rapunzel… Aussi, elle n’avait de cesse de tenter de l’approcher, et plus elle essayait, plus il l’évitait, semblant lutter contre deux sentiments contradictoires…
Certes, elle pouvait se consoler d’avoir provoqué un certain nombre de graves bagarres au sein de l’équipage, tournant parfois au cauchemar voire aux morts accidentelles, mais ces pâles attraits ne l’intéressaient plus… Seul comptait Vincent, et cette phrase qui passait en boucle dans sa tête « tu seras a moi, d’une manière ou d’une autre ».
Les mois passaient et Vincent demeurait toujours à l’écart de la magnifique Rapunzel, ce qui n’avait comme conséquence que d’éveiller d'autant plus l’intérêt de cette dernière qui n’avait pas pour habitude qu’on l’ignore.
Aussi profita-t-elle d’une missive importante à lui déposer, pour l’approcher de nouveau.
Elle se rendit donc à la cabine de Vincent pour lui porter la missive, et pour mettre toutes les chances de son côté, elle avait revêtu une tenue affriolante qui avait le don d’affoler les hommes. Lorsqu’elle eut la permission d’entrer, et qu’il la vit, Vincent fit un pas en arrière.

« Veux-tu bien cesser cette mascarade, je ne suis pas un monstre quand même, tu trouves que j’ai le physique d’un monstre? Et puis, arrête de te prendre pour le nombril du monde je t’apporte simplement une missive, ainsi qu’une bouteille de Gerety offerte par je ne sais plus qui. »

Rapunzel marqua une pause avant de poser le regard sur un Vincent aux traits tirés, à l'allure visiblement éméchée, qu'entourait un monticule de bouteilles vides :

« Mais apparemment tu n’as pas besoin de ça… vu que tu as l’air d’avoir épuisé tes réserves…»

Silence.

« Tas pas l’air bien Vinc’.
- Ta gueule. »

Nouveau silence.

« Et puis merde t’es chiant avec tes humeurs, alors sois tu me dis ce qui t’emmerde, soit je me casse et je te laisse à ta bouteille et à ton air pathétique ! »

Silence.
Dans un soupir, elle se met à sa hauteur et pose la main sur son épaule…

« Tu sais je pense pas être la dernière des connes et j’ai pas eu que des facilités, alors les emmerdes je connais…
- Qu'est ce tu fous ? Qu'est s'tu veux vraiment, toi à la fin ?, finit-il par dire laconiquement.
- Y a vraiment des fois ou t’es trop con !»

Avant qu’il ne réagisse, Rapunzel se pencha vers lui pour l’embrasser fougueusement. Et contrairement à son habitude, l'odieux Vincent ne la repoussa pas. Il l'agrippa, la plaquant contre lui, et c’est tout aussi sauvagement qu’il répondit à son attaque…

La suite fut tout aussi pimentée qu’imprévue.

Mais cet échange, aussi insoupçonné qu'inattendu fut violemment interrompu par le désir irrépressible et violent de la nature versatilis de Rapunzel.
Elle le voulait, pour elle. Il était à elle. Il était pour elle. Et dans un élan, elle planta ses dents sur sa poitrine, laissant les marques de ses mâchoires sur le cœur d'un Vincent, qui, dessaoulé par la douleur, la propulsa en arrière, la dévisageant... incrédule.
Sans émettre le moindre commentaire, il se leva et parti. Rapunzel sourît, léchant les quelques gouttes carmines qui perlaient encore à ses lèvres. Ce n'était pas fini.

Chapitre 10 : A l’abordage !


Cela faisait des mois maintenant que cet incident s’était produit, et le mur de glace qui s’était élevé entre eux prenait un tournant irréversible.
Elle le considérait comme marqué, et lui, comme une cinglée… Bien qu’elle continue à s’amuser avec les autres pirates leur faisant tourner la tête, elle n’avait d’intérêt que pour lui, cet être si étrange qui semblait la sonder à chaque fois que leurs regards se croisaient… C’était comme s’il était mitigé entre la crainte et le désir. Mais vu la distance, la première semblait avoir prit le pas sur le second… Dommage qu’il ne casse pas cette barrière…
Cette froideur rendait Rapunzel nerveuse, et elle avait de plus en plus de mal à contenir la violence qui la caractérisait, aussi lorsqu’un nouvel abordage se présenta, elle partit de l’avant avec son groupe rattaché, et décida d’assouvir ses besoins destructeurs… La panique se déclencha rapidement à bord du navire abordé, et chacun y allant bon train, mais la furie des hommes n’était rien comparée à celle de Rapunzel. Lorsqu’elle entra dans la cabine du commandant, elle y trouva un jeune adolescent, probablement le fils du capitaine. Quand il la vit, il ouvrit la bouche de confusion : fallait-il fuir cette créature ? Mais le temps qu’il se décide, elle avait déjà sortit son éventail, planté à présent dans la poitrine du gamin, puis elle le retira et le poignarda de nouveau, et ainsi de suite jusqu'à ce que le corps ne sois plus identifiable.

« Qu’est-ce tu fous bordel ? »

Rapunzel n’eut que le temps de se retourner pour voir Vincent dans l’entrebâillement de la porte, s’approcher en courant de la victime et la voir s’éteindre doucement.

« Ah, tu me reparles maintenant, tu ne me fuis plus ? »

La réponse qui s’ensuivit fut un simple regard glacial.

« T’avais besoin de tuer un gosse qui allait rien t'faire ? T'es tellement frustrée que tu t'en prends aux gamins ?"
- Faut dire qu'après tes performances de "je file parce que je flippe" y'a de quoi être frustrée
- Tu aimes vraiment ça hein... le sang, lança-t-il, les yeux vides »

Rapunzel lui lança un sourire glacial pour toute réponse.

« - Cette attaque, c'était la dernière avec nous Rapunzel. Tu trouveras vite de "nouveaux copains".
- Parce que tu te crois irremplaçable, peut-être? Laisse tomber tes grands airs avec moi, tu es pareil que moi, la seule différence c'est qu'au moins je m'assume.
- Pense ce que tu veux. Mais tires-toi ! ajouta-t-il menaçant.
- Ouh arrête, tu me ferais presque peur..., elle se reprocha et lui murmura: n'oublie pas qu'à ce jeu la je suis meilleure…
- La prochaine fois que tu me fais un coup pareil : j'te bute.
- Tu veux parier? Ajouta-t-elle en se dirigeant vers la porte.
- c’est une promesse, murmura-t-il.
- j’espère bien, conclut-elle en claquant la porte.


Chapitre 11 : on regarde avec le cœur car c’est tout ce qu’il reste…


L’heure approchait… Ils allaient débarquer, bien sûr il était hors de question qu’il ne se passe rien et les menaces de Vincent n’y étaient pas pour rien… Stupide garçon…
Les pirates débarquèrent donc mais Rapunzel veillait patiemment à leur arrivée, et lorsqu’ils posèrent le pied à terre, c’est elle qu’ils virent en premier…

« Alors, Rapunzel, tu nous as faussé compagnie…

- Non c’est votre cher leader qui m’a foutu à la porte, je crois qu’il a eut peur de perdre sa place… Maintenant si vous voulez bien m’excuser…»

Et alors qu’ils la regardaient s’éloigner, elle s’approcha des Dockers, qui engagèrent la conversation… Bien sur, en flirtant avec d’autres, Rapunzel connaissait parfaitement les conséquences, n'ignorant pas les sentiments de certains de ses anciens camarades.

C’est ainsi qu’une bagarre générale se déclencha, dégénérant, sanglante, jusqu’à la mort…
Partout, on voyait les corps tomber sous les coups, et les hommes du port arrivaient de plus en plus nombreux. Comment en étaient-ils arrivés là? Rapunzel savait se servir de son don, à présent, et en cet instant, elle poussait leurs instincts primaires aux limites de la folie… Seul l’un des pirates, seul homme à résister au charme de la jeune femme, (probablement gay et amoureux de Vincent) s'enfuit pour prévenir ce dernier…

Lorsqu’ils arrivèrent tous deux en courant, le spectacle qui s’offrait à eux était innommable : les cadavres des dockers et des pirates tapissaient le sol humide du port. En son centre, Rapunzel, en bustier, pantalon et bottes de cuir, semblait la reine des morts, couverte de sang. Elle était effrayante, là, comme prenant plaisir au carnage qui l’entourait… Enfin elle posa les yeux sur Vincent qui l’observait, le regard empreint de Haine. C’est alors que son visage se transforma pour laisser échapper un rire puissant et non feint…
Puis elle s’arrêta pour murmurer:

« Ta promesse… »

Et sans mot dire, Vincent se jeta sur elle comme un enragé… Ce qui n’eut d’autre effet que de la faire rire de plus belle… Alors qu’il l’agrippe, elle lui murmure… « Entre dans mon monde» …

Et soudain, la vision de Vincent s’altère, et voila qu’apparait à la place des corps sans vie, le bateau de son enfance, et alors que se tenait dans ses bras Rapunzel au visage fendu d’un sourire, ses contours s’évadent, et une silhouette prend forme, une silhouette qu’il connait bien… Et les traits se dessinent peu a peu, laissant apparaitre cette femme sans main qui avait disparue si longtemps avant… Troublé, il fait un pas en arrière et trébuche sur un corps sans vie, mais il ne le voit pas, il ne voit en fait que sa mère, loin, comme ressuscitée…
Et soudain, la douleur le submerge en son côté droit. Lorsqu’il baisse les yeux, le sang coule de sa hanche, et alors que le bateau de son enfance disparait, les mains fines de Rapunzel réapparaissent dans le port de sa désolation, récupérant son éventail niché dans le corps de Vincent…
Alors qu’elle le pousse, il titube et s’effondre devant ses yeux… Ses yeux si bleus, ses yeux défiants et orageux, ses yeux qui jamais ne s'étaient laissés dompter, fondant en elle comme s'ils savaient. Comme s'ils pouvaient la transpercer... d'un regard.

Rapunzel sourît, et l'éventail meurtrier fendit l'air, faisant jaillir des larmes sanguines aux orbes douloureuses...

La Versatilis était sûre d'avoir vaincu. Elle gagnait. Vincent était à ses pieds, Vincent n'était plus qu'un amas de chairs tuméfiées…Lui vaincu, elle lui murmura :

« Je t’avais dit pourtant qu’à ce jeu, je suis meilleure…Et pour que tu ne l’oublies jamais, je serai la dernière chose que tu verras sur cette terre… »

Mais soudain, il se relève, vif comme l'éclair, pris d'une énergie nouvelle ! Une main qui paraissait vouloir contenir ce sang qui ne cessait de pleurer, et l'autre prête à égorger ce monstre !
Où que Rapunzel aille, le jeune homme la suivait, devinant surnaturellement ses intentions, esquivant ses attaques, contournant ses défenses...

Il plonge encore, il plonge, il a quelque chose dans les mains, quelque chose d'anodin. Un morceau de verre, une bouteille de Gerety brisée. Il lui plonge en plein cœur, comme s'il savait qu'il n'y avait pas meilleur endroit où viser.
Elle hurle... Hurle-t-elle vraiment ? Non… Elle rit, encore et toujours, elle rit et soudain, le pousse une ultime fois, et alors qu’il tombe, sa tête se heurte sur une pierre…
Alors qu’il sombre peu a peu dans l’inconscience, Rapunzel se penche vers lui, la main sur son cœur endolori…
« Tu as besoin de moi, Vincent… Que tu le veuilles ou non… Survis moi jusqu'à que je revienne, le temps que tu le comprennes »

Disant cela elle dépose un baiser sur ses lèvres… Puis lève son éventail qui s’abat sur le bleu des yeux de Vincent, pour une ultime fois sans appel…
Et la dernière chose qu’il entendit fut son rire, une dernière fois…

Plus tard, bien plus tard, les paumes couvrant le vide d'un regard, le gamin se relèverait. Et hurlerait dans la nuit noire.

Chapitre 12 : Épilogue until now…


Que se passa-t-il ensuite ?
Ce n’est pas dur à deviner, durant deux ans, Rapunzel, parcourut la Tyr, et créa de nouveaux massacres de ci, de là… Partout dans son sillage régnait la peur, mais aucun Balayeur n’avait jusque là pu stopper la boucherie… En outre, à présent, elle maîtrisait sans soucis ses dons… Sa force ? Elle la tire de ses victimes, tyriens, plein de ces dons innés, de ses essences magiques inexplorées…
Autour du cou, elle porte un étrange collier, un bout de verre d’une ancienne bouteille de Géréty… Et en son cœur, un dessin, symbole d’un lien secret, fait dans la douleur…
A présent la revoilà à Secaria, pourquoi ? Simplement, parce qu’elle est curieuse de nature…E t orgueilleuse, alors quoi de mieux pour son égo, qu’une grosse ville bouillonnante pleine de balayeurs idiots ?
Secaria, la voilà !


Dernière édition par Rapunzel le 12.11.09 23:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   12.11.09 0:12

en plus : ohhhh la jolie arme ^^

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   12.11.09 22:05

Bonsoir bonsoir ! Je vais me charger de ta fiche ^^

Tout d'abord, fiche très très prometteuse. Mais (ouais, y'a toujours un mais u.u), il y a un petit soucis majeur concernant tes pouvoirs. L'un de nos SDP, Kutjara, possède le pouvoir d'agir sur sa cible via la peur en lui, je cite, "rendant ses instincts animales et amenuisant ses capacités de réflexion." Ce qui fait écho aux capacités de ton personnage. Je te conseillerais de choisir "La loi des souvenirs" comme ton pouvoir majeur (et en cas ses étapes) car exaucer les désirs de ce qu'elle rencontre pourrait être un poil trop important pour une Versatilis comme Rapunzel (Sans vouloir être vexant, c'est plutôt de l'ordre d'un démon ^^")

Ensuite, fais attention à ton orthographe. Avec une simple relecture, tu devrais en corriger une grande partie de tes fautes, si ce n'est la totalité ^^.

Je pense qu'après ces quelques édits, tout sera okay pour ta validation Wink

Encore merci pour ton inscription !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   12.11.09 23:45

Poste édité

pour ce qui est du pouvoir, je tiens a préciser que ce n'est pas aux peurs qu'elle fait appel, mais aux instincts, c'est à dire ce qui est de commun chez tout le monde, si quelqu'un essaye par exemple de l'attrapper, elle va créer l'illusion d'un ravin/vide ou autre...La victime n'étant pas sucidaire, se reculera du ravin : esprit de conservation/ de survie. La victime n'a pas peur du ravin, elle le croit réel donc elle l'évite ce qui n'a rien de commun avec le don de Kutjara, qui lui se sert de ce qui fait peur a la victime,Rapunzel elle crée juste des illusions, un lac de lave en fusion, une forêt d'épine...Des choses que le commun des mortels évite.
Revenir en haut Aller en bas

- Inspecteur Labiture - Fait très bien le cygne

avatar

Signalement : Hume


MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   13.11.09 1:03

*Mode méchant modopabo*

Comme l'a dit Kaiden les pouvoirs sont grands et de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités... Ah nan merde ça c'est pour Spiderman Very Happy

Nan en fait sur Sécaria et comme sur toute Tyr, plus un pouvoir est grand, plus il en coûte à son utilisateur.

Ainsi pense à préciser à la suite de ton pouvoir son "point faible", ses "contraintes" ou le temps qu'ils pourraient mettre à être actif, une sorte de handicap aux pouvoirs en quelque sorte.

Sinon imagine un peu la confrontation de ton perso avec un simple bienheureux, il n'a aucune chance le pauvre et un autre psyker ou techie non plus. C'est un Versatilis et non pas un dieu ou démon que tu devras jouer.

Pour exemple (aprés tu crées ce qu'il te chante) :

la loi des instincts ==> Fatigue mentale du aux flux de magie à diriger vers les zones primitives du cerveau pour activer les instincts.

la loi des souvenirs et loi des désir ==> Préparation plus longue du au fait de detecter les souvenirs ou désirs de la cible + Fatigue à focaliser le pouvoir



Ce sont des idées comme ça à toi de trouver, plus tu imagines et innoves plus on aime !


et j'fais pas de smiley parce que j'suis un sale alcoolique qui va te pourrir la vie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://at0mike.free.fr
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   13.11.09 8:57

Bonjour!

Bon alors au niveau du pouvoir comme contrainte je pensais a une grande difficulté a l'appliquer a plusieurs personnes, cad dire plus il y a de monde a gérer plus c'est fatiguant bien sûr, et plus c'est pas pratique (gérer plusieurs illusions...) donc je propose que plus il y a de gens, moins réalistes, bonnes, etc sont les visions...

Ensuite pour ce qui est de la fatigue je croyais que ca allait de soi : quand elle illusionne, Rapunzel est bien sûr crevée et perd ses defenses. Ensuite si ya un mec planqué depuis le début je sais pas ou, qu'elle ne l'a pas vu et qu'elle crée une illusion sur quelqu'un d'autre, elle est comme sa victime, plongée dedans, autrement dit elle ne peut pas voir ce qu'il y a autour, et donc le mec qui se jette sur elle pour lui enfoncer un truc pointu entre les ommoplates, n'ayant pas été pris en compte pendant la création de la vision, il n'existe pas, donc même s'il court à toute jambe droit devant les yeux de la Versatilis, si elle est dans une vision dont il ne fait pas parti, elle ne le verra pas, elle est comme hypnotisée...Le moindre truc/personne qui n'aparait pas dans sa vision n'est pas pris en compte et est potentiellement dangereux pour Rapunzel...

Après le temps, bah comme vous l'avait vu dans la fiche c'est assez cours mais comme elle puise dans les ressources des autres, je suppose que la quantité fait sont pouvoir sous entendu :
il est tout seul > dure pas longtemps mais très bonne vision qui semble réel
Ils sont nombreux > dure longtemps mais mauvaises qualité donc on y croit pas...

Sinon ben voila, bien sur fatigue mentale et physique, comme je l'ai dit précédement, peut-être pourquoi pas la rendre aveugle pendant la minute qui suit (le temps qu'elle revienne du pays des reves ou des cauchemars...) les contraintes sont assez nombreuses...

Compliqué à expliquer j'espère avoir été claire, car j'ai tendance a m'embrouiller dans des explications techniques!
Revenir en haut Aller en bas

- Très surfait - PATATE royale avariée

avatar

Signalement : Fragment de l'Etrange, 1m90, cheveux noirs, yeux très verts, peau pâle, yeux cernés de rouge par la fatigue, la maladie et la dépendance. La lumière est comme déviée de lui.Élégant en noir, porte toujours des gants. Charismatique de par son statut de démon, voir même beau. Mais finalement plutôt effrayant et dérangeant. On ne cherche pas sa compagnie. Aura glaciale : La température chute au fur et à mesure que l'on s'approche de lui. Le contact de sa peau nue dépose une pellicule de glace sur les objets et la chair, gèle et coagule tout à long terme ( Peau à environ -15 degrés ). On peut le toucher à travers le tissu.


MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   14.11.09 11:30

Et bien, vu que que c'est corrigé et que je te fais confiance pour contrôler tes pouvoirs, je te valide !

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   16.11.09 16:12

Merci beaucoup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rapunzel - la rieuse - la sanglante   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rapunzel - la rieuse - la sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rapunzel, Rapunzel, let down your hair.
» Patte Sanglante, Nuage Sanglant ?
» Mew,ile mystérieuse
» Une élève sérieuse pour un professeur sérieux.
» Mystérieuse atmosphère
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit