AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Bathshebaan Zellyris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Bathshebaan Zellyris   30.01.10 17:28

I. Identité:

Nom : Zellyris
Prénom : Bathshebaan
Surnom : Zell, Gros Tas, Gros C*l, Cul de Jatte, Boule de Gras (celui-là il le déteste particulièrement... c'est comme Marty McFly et son "mauviette"), Jamboneau, P'tit Nain, l'Infirme, l'Handicapé, Sans-Jambes, Face de Rat et d'autres joyeusetés dans ce genre...
Sexe : Masculin
Age : 35 ans
Race : Hume

Idéologie : Sans Idéologie. Bathshebaan est avant tout un commerçant. Il considère ne pas avoir à se rapprocher de quoique ce soit afin que son jugement et ses affaires ne soient pas faussées. Ainsi s'adresse-t-il à tout le monde sans ressentir d'animosité pour telle ou telle personne -il se connaît trop bien... Il est d'ailleurs assez du style à retourner sa veste lorsqu'il s'agit de servir une caste ou une autre.

Métier : Scientiste-forgeron. C'est un fabricant d'armes mais surtout et avant tout un scientifique (le terme "forgeron" n'étant qu'une spécialisation). Bathshebaan a cela de spécial que lorsqu'il crée ses armes sont souvent à destructions massives et sont surtout particulièrement instables et dangeureuses tant il pousse leur efficacité à leur paroxysme.


II. Conscience du monde et Magie:

Conscience : Eveillé. Tout simplement pas assez "sensible" pour pouvoir l'utiliser.
Source : /
Technique : /
Spécialisation : /


III. Descriptions:

Description physique :

Bathshebaan est ce que l'on appelle communément un "petit gros". 1m78 pour près de 100 kgs il a toujours souffert de ce qu'il appelera plus tard cette "excroissance". Sujet de railleries pour ses camarades de classe, de fierté pour sa famille (car tout homme qui mange bien est en bonne santé) et de honte pour lui-même il s'est toujours espéré mince... tout comme son grand frère. Inutile de dire qu'il a la force qui va avec mais que dans ses mouvements il est surtout diablement empoté et maladroit. avant qu'il ne la compense il était aussi particulièrement lent et, bien sûr, ne pouvait courir plus de 20 mètres sans s'essouffler. "Boule de Gras" comme on l'a longtemps surnommé ne s'est jamais aimé... de physionomie du moins.

S'ajoute à cette structure toute en rondeur une carrure assez massive. Bathshebaan a les mains plates, solides, aux doigts boudinées, des épaules larges et un cou de taureau. Son visage est particulièrement rond et imposant doté d'un double-menton qui va vers la prohéminence ainsi qu'un nez épaté et qu'un front large et fuyant. Ses yeux sont d'un gris sombre, presque trop quelconques -s'il n'y avait cette étincelle inquiétante d'une intelligence en pleine ébulition. Un p'tit côté porcin tout de même ! Il en a conscience et les masque derrière des lunettes rondes et noires. Sa bouche, quant à elle, est la seule a être fine et bien dessinée lui offrant ainsi un sourire assez séduisant... lorsqu'il n'est pas le reflet de sa méchanceté.
Il porte les cheveux longs, bien souvent détachés. Ils sont coiffés en arrière et d'un châtain chaud presque roux à la lumière... seul trait qu'il partage avec son frère. Afin de se donner une plus grande prestance, il porte le plus souvent une barbe ou encore une barbichette qu'il travaille toutes les semaines -les samedis matins d'ailleurs- chez son barbier.

Description morale :

De beaucoup ont toujours cru que Bathshebaan vivait dans son monde et n'en sortirait que pour babiller et déverser un flot de paroles à qui voudrait l'entendre. C'était pour mieux se rassurer sur le caractère général du personnage...

Ce garçon, devenu jeune homme puis homme est toujours resté renfermé dans son univers, à des lieux de celui des autres qu'il cotoyait. Il avait l'impression étant enfant que personne ne lui demandait son avis comme il était le cadet de la famille et comprit peu à peu que ses opinions ne concernait que lui... puis qu'il aurait de toute façon du mal à les exprimer tant elles étaient étranges... puis enfin que jamais personne ne le comprendrait vu qu'il méditait à un trop haut niveau. Mis à part ce trait intempestif et suffisant de sa personnalité, il n'était pas loin du but : Bathshebaan a une intelligence au-dessus de la moyenne. Mais aussi et surtout un indécrottable complexe de supériorité en toute circonstance. Il s'est toujours considéré comme différent, puis dépprécié par les autres puis enfin comme étant au-dessus des personnes qui l'entourent... La découverte de son potentiel s'est fait par étapes, mais non sans altérer profondément son jugement et l'estime qu'il avait de lui. Car comment résister au pouvoir lorsqu'on vous a taxé durant des années de gros-plein-d'soupe ? Bathshebaan a compris qu'il pouvait avoir une autorité sur les autres voire une domination... et il en use à outrance.

Il est partisan du "moi d'abord, les autres peuvent crever" et se sert en victime de ce qu'il aura subi pour justifier ses actes. Il a délaissé une personne dans sa vie ? Oh c'est parce que lui'même aura été méprisé ! Il a fait un coup bas à un vieil ami ? Et combien de coups tordus aura-t-il dû éponger lui-même ? Rien n'est donnant-donnant chez lui... mis à part les vengeance, et il se sert des autres plus qu'il ne s'y attache. Ainsi ne fait-il confiance qu'à lui-même, méprisant le genre Hume tout autant que les extra-tyrrestres. Non il n'est pas à proprement dit "raciste" ce serait trop facile... mais il les déteste car eux le détestent, c'est différent. Oui, en effet, il a un côté très maniaco-dépressif-paranoïaque aigu. Il pense que Tyr toute entière lui en veut, que chacun est un ennemi potentiel, que les murs ont des oreilles... Il ne faut surtout pas qu'il rate quoique ce soit sinon il plonge dans des considérations dévastatrices comme "je ne suis qu'un raté" etc... Il se plaind sans arrêt, chouine quand ça lui chante et pour un rien et surtout se donne des airs de grande diva à qui rien ne sied ni ne suffit. C'est un autre de ses tics : s'épendre en longues plaintes, il a un côté "grande folle". Et ce trait si crispant chez certaines personnes dites "handicapées" : il s'annonce très vite vaincu.
Oui, il est lâche et oui il est perfide. Il ne fera jamais les "basses besognes" par lui-même -trop habitué à ce que ses domestiques le fassent. Oui il a l'argent et la puissance pour ça et alors ?

Mais surtout ne lui tournez jamais le dos. Bathshebaan est un bon comédien et il ment comme il respire. C'est aussi et depuis ses quinze dernières années un homme sans scrupule, prompt aux sacrifices... des autres. Et il ne regarde pas à la dépense. Il est d'une perspicacité à nulle autre pareille et elle aurait pu être grandement mise à profit pour le bien de la planète s'il n'avait pas été orgueilleux et vil. C'est un fin stratège et un très bon leader ainsi qu'agitateur/baratineur/meneur de bons-à-rien... il sait rapidement se mettre les crédules dans la poche et manipule tout ce qu'il peut se mettre sous la main du moment que ça lui fasse du profit. Et à ce jeu-là il est particulièrement redoutable.
Oui celui qui le détruira est né -tandis que celui qui pouvait l'arrêter est mort. Bathshebaan, dans toute son extravagance, sera son propre destructeur... ce qui a bien failli lui arriver il y a de cela une bonne quinzaine d'années. Quant à l'homme qui devait le ramener à la raison il n'est plus vraiment de ce monde. En plus d'être un mégalo c'est un meurtrier.
La conquête du monde l'intéresse ? Non pas à proprement parler, encore c'est trop simple. Envahir Tyr de ses créations martiales serait l'idéal pour voir un monde s'entredéchirer... Qui des Hume ou des Extra-tyrestres pourraient s'en tirer ? Une planète gouvernée par l'un ou l'autre lui suffirait en toute circonstance : les blates survivent bien aux cataclysmes.

IV. Précisions supplémentaires:

Style de combat :

Bathshebaan ne se bat jamais autrement que par armes à feu. En effet il n'a jamais été très doué lorsqu'il fallait user de souplesse et d'agilité, ce qui rendait les combats au sabre ou à l'épée assez... risibles. Notre jeune ami a donc développé une très bonne précision lorsqu'il s'agit de tirer au pistolet.

Talents particuliers :

San ses machines, Bathshebaan n'est rien. Il ne sait pas se défendre vu qu'il ne peut plus courir (ohh la méchante blague !). Inutile donc de préciser que toute armée créée fait comme partie de lui et qu'il les utilise ainsi avec aisance et précision, comme le prolongement d'un de ses membres.

Signes particuliers :

Depuis son accident, Bathshebaan a pris conscience de sa vulnérabilité surtout dans un monde aussi divisé que Tyr. Il a compris aussi que s'il ne voulait pas finir en maison de repos pour vieux morceaux de chair inutiles, il fallait qu'il se bouge un peu le train.
Le fauteuil roulant qu'il a inventé est un luxe de détail et de machines toutes plus sophistiquées les unes que les autres. Deux canons aux bras du fauteuil -dont un à l'arrière du bras droit-, une hélice à propulsion contre le dossier ainsi que des roues à chenilles. Des chaines permettent de l'y hisser aisément et surtout de l'y tenir comme s'il faisait corps avec sa machine, indélogeable. Elle est alimentée par un circuit complexe à vapeur et, même si elle paraît relativement fiable et solide, il suffirait de percer l'un de ses tuyaux pour en laisser s'échapper l'eau et qu'elle devienne inutilisable.

Des pièces peuvent y être rajoutées mais toujours dans un souci de faire passer ce magnifique petit char d'assaut fauteuil pour... un fauteuil roulant ordinaire -ou, à l'extrême limite, pour la fantaisie d'un handicapé plein aux as.

Les roues à chenilles disposent de forreuses rétractables en leur centre, longues de 50 bons centimètres et capables de faucher ou anihiler toute autre machine.

Un magnifique bouton sur lequel est inscrit "ne pas toucher" active une sorte de sarbacane placée juste au-dessus de son épaule sur le haut du dossier et tire des fléchettes empoisonnées.

Un levier à l'emplacement de sa main gauche active deux canons placées sous le siège et tout contre les roues. Inutile de préciser que celui se trouvant face à lui est amené à subir le même sort que notre infortuné ami.


V. Histoire:


An 631 de notre ère. Alinor Zellyris donne naissance à son deuxième fils, Bathshebaan Zellyris, deux ans après la naissance de son premier Merwyn Zellyris. Son père est Soran Zellyris, grand propriétaire de la Arcanenergy Corp. une ascierie spécialisée dans le traitement de tous métaux à usage industriel, spécialisé dans le bâtiment et employant à l'époque plus de 300 Arcanotechniciens. Soran en fait même partie et est un ferrailleur à nul autre pareil, un véritable artiste autrefois architecte et reconverti en patron de société. On est tous plus ou moins affilié à la magie chez les Zellyris : l'arrière grand-père et le grand-père de Bathshebaan étaient tous deux Arcanos. Merwyn, quant à lui, est lui aussi Initié et ressentira certaines affinités magiques... que Bathshebaan ne percevra jamais.

Autrefois, alors que les deux frères vivaient en harmonie et malgré quelques petites tensions de leur âge, ils commençèrent à s'éloigner radicalement l'un de l'autre. Et pour cause ! Merwyn était un Rough, sentant la magie, comprenant son énergie et faisait ainsi la fierté de son père et de toute la lignée des Zellyris. Bathshebaan, quant à lui âgé de onze ans, connaissait l'existence de la magie mais ne l'abordait pas comme son grand frère le faisait. Même si son père par amour et par intérêt pour son morveux s'efforçait de lui faire connaître et apprécier son métier, le cadet de la famille ne parvenait qu'à peine à se hisser au statut d'Eveillé, ne ciblant pas les subtilités de cet art et préférant observer avec quelle dextérité son père travaillait le métal plutôt que de se demander comment il faisait ensuite pour s'animer. Bathshebaan était un scientifique dans l'âme et ceci se perçut bien vite. Alors que son frère épatait la galerie avec ses divers tours et utilisation de son énergie magique lui ne remportait guère les suffrages avec ses inventions censées moudre le café plus vite, donner des ailes au poisson rouge de son aquarium (qui ne supporta pas l'air ambiant...) ou encore supplanter la patte emputée de son vieux chien de garde qui claudiquait presque mieux lorsqu'il n'en avait que trois... Tout ceci précipita l'avalanche vers la frustration, le faisant s'enfermer dans son propre monde, son propre mutisme, l'amenant à créer non pas pour les autres mais pour lui-même.

L'école ne l'aida en rien à se familiariser avec le monde extérieur et social. Bathshebaan, dès son arrivée, passa immédiatement pour le petit fifils à sa maman. En effet, Elinor était très à cheval sur les principes et aimait beaucoup cuisiner -et surtout s'empiffrer. Elle se réjouissait alors de voir que son tout jeune garçon prenne du poids ainsi que de la graisse, manifestation de sa bonne santé. Merwyn, quant à lui, faisait trop attention à lui pour seulement finir obèse... Ses activités intra et extra scolaires ne lui permettaient pas de finir ses journées à se morfondre sur lui-même en dévorant les trois quart d'un fondant au chocolat. Alors quand Merwyn excellait en sport, Bathshebaan excellait en science. Et lorsque Merwyn faisait montre de sa force herculéenne, s'attirant la convoitise de l'armée, Bathshebaan sculptait dans le métal sa toute dernière invention... Les deux garçons dans leur absolue différence n'avait ainsi aucune complémentarité. Et pire... le naturel détendu, ouvert et enjoué de Merwyn faisait de lui un garçon séduisant et agréable alors qu'il ne fallait pas compter sur Bathshebaan pour être un tant soit peu sympathique. Tout ce qu'il préférait aux Humes était la sérénité de sa chambre transformée en véritable petit laboratoire. Sa mère, qui l'aimait et le couvait tant, lui apprit à jouer du violon et l'initia à la musique afin de lui donner un passe-temps qui l'ouvre sur le monde. Rien à faire...

A 18 ans, Merwyn s'engageait dans l'armée et ce dans l'intention de faire la carrière la plus brillante qui soit. Ses "pouvoirs de Rough" comme disait son cadet l'avait doté d'une force largement supérieure à la moyenne, tant et si bien qu'un colonel n'avait pas attendu qu'il finisse ses études pour lui proposer un poste dans l'armée. Bathshebaan, quant à lui, végétait dans une classe qui ne l'appréciait guère et le traitait de tous les noms possibles et immaginables -de ces différents surnoms qu'il n'aura jamais supporté et qui l'auront fait pleurer des litres de larmes la nuit sur son oreiller. C'était sans compter ce qui allait se produire à ses 16 ans, alors qu'il entamait une spécialisation scientifique dans son école...
Soran Zellyris mourut un soir d'une fièvre qui l'emporta en moins de deux jours, emplissant son être de sang. Les médecins prétendirent que les matières qu'il avait manipulé tout au long de sa vie avaient pu en être la cause... Alors que les Zellyris cherchaient une personne pour reprendre l'affaire, un huissier se présenta et annonça à la famille un secret que le père gardait très bien caché : il était criblé de dettes à force de chercher à perfectionner son usine et avait hypothéqué son affaire pour le jour où il viendrait à lui arriver quelque chose, que sa famille puisse vivre convenablement. La firme fut vendue et avec elle le seul moyen de revenu des Zellyris. Blessée dans sa fierté, endeuillée par la perte de son mari, Alinor Zellyris sombra dans une dépression sourde et muette au travers de laquelle elle ne vivait plus que pour son fils, "celui qui ne l'avait jamais quitté", Bathshebaan, son cadet.

Alinor perdit tout ce qu'elle pouvait avoir de joli et de séduisant. Déjà un peu potelée -mais joliment et artistiquement potelée- elle se laissa lentement glisser vers une consommation excessive à l'image de son rejeton et ne chercha pas à sortir de sa chambre, pas plus qu'à faire le moindre effort. Arcanenergy Corp. vendue, son mari lui laissant un peu d'argent de côté elle trouva bon de rester auprès de ses domestiques à vivre une vie lassive dans laquelle elle devait être sans cesse assistée. Et c'était souvent Bathshebaan qui en faisait les frais. Fallait-il qu'elle prenne un bain ? Les domestiques partis c'était à son fils de s'y coller. Devait-elle sortir de sa chambre et emprunter l'escalier ? A Bathshebaan de lui prêter le bras. Tous deux vécurent dans cette immense maison en plein centre ville sans se préoccuper du reste et demeurant étrangement un duo très complices. Merwyn tentait de pourvoyer à leur besoin et comme il fallait payer les études de son jeune frère il envoyait de l'argent en conséquence tous les mois. Alinor et son morveux en profitaient largement... même plus que Merwyn aurait pu seulement s'en douter. C'était la plupart du temps des eaux de toilettes et parfums hors de prix contre une tranche de jambon tous les soirs... Il fallait vivre la grande vie, comme autrefois.

Bathshebaan allait sur ses dix-huit ans lorsqu'il apprit que son frère allait se marier à la fille d'un de ses supérieurs. Il achevait ses études et, pour une fois, le bonheur de son ainé concorda avec le sien : il venait de rencontrer un Nettoyeur disposant d'une agence et qui se montrait très intéressé par ses différentes inventions en matière d'armure et de protection. Il était prêt à le faire travailler pour lui et à le recommander à d'autres de ses compagnons... Le petit commerce de ce jeune homme à peine sorti de l'école s'annonçerait bientôt fructueux.
Cependant leur existence s'amenuisait de plus en plus. Sa mère sombrait dans la dépression la plus sombre et la plus glauque, jusqu'à s'enfermer dans un monde crée par elle de toute pièce dans lequel elle répondait à des domestiques depuis longtemps licensiés, à un mari mort et enterré, se coupant du monde et de son fils... de ses fils.

Oui car bientôt Merwyn dût y mettre son grain de sel. Prévenu par son cadet que leur mère était sur le déclin, il s'empressa de faire ses valises, de laisser sa femme et son travail pour mieux s'occuper d'elle et prendre en charge les finances "colossales" d'après son jeune frère. La vérité était que l'argent qu'il continuait d'envoyer ne servait plus qu'à financer les projets vraiment colossaux de Bathshebaan, qui avait de plus en plus de demandes qu'il ne parvenait pas, bien sûr, à honorer. C'est en grattant un peu sous la couche de verni que Merwyn put enfin comprendre ce qui se passait. L'organisation dans laquelle son cadet baignait était non-gouvernementale mais, en plus de cela, mafieuse jusqu'au bout des ongles. Il le forçait, couteau sous la gorge, à produire et produire armes sur armes et en grande quantité, si bien que l'argent envoyé ne suffisait plus, qu'il avait dû emprunter et qu'ainsi il endossait dettes sur dettes comme son père. Et cela, Alinor ne s'en rendait que trop compte...

Le soir où la vérité éclata, les deux frères eurent recourt à la force. Il ne fallut que le temps d'un déclic au plus jeune pour comprendre ce qu'il avait à faire : en finir avec tout ceci. En moins de temps qu'il ne fallut à Merwyn pour réaliser, son cadet se munissait de la vieille canne ouvragée du père et tapait sur l'ainé comme un forcené... du moins, jusqu'à ce qu'il ne tombe, mort, sous les coups. Comprenant ainsi qu'il venait de franchir le point de Non Retour, Bathshebaan décida qu'il était temps d'achever sa besogne et de placer un point final sur cette vie en pointillés.
Depuis quelques temps il s'était essayé aux armes de destruction massive telles que les bombes ou autres explosifs. Son dada avait toujours été l'indiction, l'explosion, la combustion et les armes à feu n'avaient bientôt plus aucun secret pour lui... il les avait toujours et sincèrement affectionné.
Il rassura sa mère sur le bruit qu'il y avait eu dans le salon, étendit une couverture sur elle pour ne pas qu'elle ait froid et descendit à la cave, là où dormait la plupart de ses expériences dites "dangereuses". Il découvrit l'une d'entre elles de la bache qui la cachait et la mit en route grâce au petit générateur électrique qu'il avait trouvé dans les bas fonds quelques semaines plutôt. Cette bombe serait sa Nemesis... et aussi son ticket de sortie de ce monde trop parfait !

Mais il survécut. Bathshebaan Zellyris sortit vivant de cette explosion qui ravagea l'entiereté de sa maison. L'effondrement des poutres de la cave firent en sorte de sceller ce qui aurait pu lui servir de tombeau, le protégeant ainsi des déflagrations provoquées par sa tentative. Il fut rapidement dégagé par les pompiers de Sécaria et emmené à l'hôpital le plus proche. Le diagnostic fut sans appel : les poutres qui l'avaient sauvé avaient cependant anéanti jusqu'à la moindre chance de le revoir marcher un jour : des multiples fractures dont la plupart était irréversibles. On le plongea dans un coma artificiel tandis qu'on l'amputait, ne prolongeant son sommeil guère plus de 48 heures. Au réveil et constatant de ce qui lui était arrivé, Bathshebaan se sentit happé par une horrible spirale, choqué, littéralement bouleversé et se murant ainsi et à nouveau dans son silence. Il resta muet et sans force près d'une quinzaine de jours durant lesquels ses plans se mettaient en marche progressivement, lentement... puisqu'il était vivant et qu'il avait été épargné cela devait être un signe ! Quelque chose venait de le tirer de là pour qu'il continue et qu'il puisse pleinement profiter de son destin. Et il serait le suivant : se venger et voir se détruire les êtres les plus parfaits, toutes ces personnes qui se sont injustement moquées de lui quelles qu'elles soient. Aussi deviendrait-il un scientifique épaulé et réputé... voire redoutable.

Une fois sa convalescence achevée, ses séances de rééducation espacées de plus en plus et un nouveau logement réattribué il se mit en quête de recontacter les personnes avec lesquelles il travaillait. Ainsi progresserait-il dans ce milieu tout en restant suffisamment en retrait pour ne pas être pris à la gorge... il se devrait d'être des plus vigilant mais aussi des plus intraitables. Il se fit d'ailleurs une promesse : s'échapper le plus vite possible du logement social où il l'avait placé en bordure Nord de la ville et reconstruire ainsi sa propre maison et laboratoire.
En deux ans il travaillait avec la plupart des mercenaires -du Gouvernement ou non- et fournissait quiconque le souhaitait en armes et munitions. En cinq ans, il disposait d'un hangar et d'une quinzaine de personnes travaillant pour lui -et ceci allant de l'ingénieur à la petite frappe des rues assurant sa sécurité. En sept ans, il gagnait le coeur des beaux quartiers de la ville, kidnappant des Arcanos afin qu'ils mettent la touche finale à ses inventions, créant ainsi bombes comme explosifs et les vendant à des milices rebelles Humes... ou non. Cette même année il mettait une touche finale à son fauteuil roulant. En dix ans, il achetait un manoir au Sud-Est de la ville, non loin de la gare et mettait en place son laboratoire dans lequel une cinquantaine de personne volontaires... ou non seraient mises à pied d'oeuvre. Ses demandeurs étaient toujours aussi nombreux et faisant toujorus partie des ramifications mafieuses de la ville. En contrepartie, Bathshebaan s'engageait à maintenir la cadence élevée de sa production. Et, au final, en quinze ans de temps il était parvenu à achever son travail : un manoir transformé en complexe scientifique et métallurgique, des hommes de mains (au nombre de quatre, sortes de garde-du-corps/fidèles/disciples) et des ouvriers travaillant sur ses diverses armes, inventions ou expérimentations.

Tout ceci se faisait dans l'ombre... tout ceci s'est toujours fait dans l'ombre. Le client a toujours été roi et quiconque le souhaitait était fourni. Celui qui se faisait appeler "Zell" ne sortit pas à la lumière avant ses 35 ans, préférant demeurer dans l'ombre, tapi, jusqu'à ce qu'enfin il soit prêt à réintégrer le monde des Humes de la surface. Il avait de l'argent, il avait de l'influence, il avait du pouvoir et était prêt à en dispenser. Bathshebaan Zellyris que chacun croyait mort était de retour... et comptait bien faire entendre qu'il existait.

Son but ? Faire s'échapper des entrailles de Tyr un vent violent de chaos, voir s'entredéchirer les Humes comme les extra-tyrrestres et ainsi prouver à tous qu'ils auraient dû se méfier de lui il y a bien longtemps.

Mais en attendant...

Qui serait partant pour une p'tite partie de "flingue-razkhal" ?
Revenir en haut Aller en bas

- Les sensations pures... -

avatar

Signalement : Grande, bronzée, cheveux châtains blond mi-longs, raides, fringues de princesse, bijoux. Bonne poitrine sans être exagérée, grandes jambes et musclée. Epaules larges. Visage un peu carré. Yeux lactescent.


MessageSujet: Re: Bathshebaan Zellyris   31.01.10 19:46

Mais moi, très cher !

Tout mes compliments pour cette fiche, je vois que tu as tenu ta promesse ^^
J'aime bien ce anti-héros minable sur les bords (voire carrément dedans.)

Allez zou, tu es validé, et peut donc commencer à jouer et à flooder !

Petite indication : nous sommes en moment en scénario Vice Versa (transformation inexpliquée en animaux)

Si tu le veux, tu peux aussi jouer un topic qui serait situé chronologiquement avant ou après, quoique je pense qu'avant soit plus logique, dans ta forme humesque.

Voilà voilà, si tu as des questions sur le jeu, le forum, des propositions pour l'encyclopédie, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Bathshebaan Zellyris   31.01.10 22:19

Kyaaaaaahhh merci, merci, merci Very Happy !!! C'est trop gentil de m'avoir validé aussi rapidement et c'est génial ^^ !

Si j'ai des questions il n'y a pas de souci je te les poserai Very Happy !


Bonne soirée et au plaisir de pouvoir jouer avec toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bathshebaan Zellyris   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bathshebaan Zellyris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit