AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Salem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- La Brute (Muy Calliente) - Des p'tits trous, des p'tits trous...

avatar

Signalement : Hûme mâle. Trentaine d'années. 1m78, quelques 71 kg de muscles rôdés, bronzé et tout en angle. Des yeux gris. Des cheveux bruns mi-long. Mal rasé. Piercing innombrables au visage.


MessageSujet: Salem   23.03.10 22:25

I. Carte d'identité

Nom : Yéhouda
Prénom : Jérusalem
Surnom : Salem, communément employé. Slam, le manouche, boss, entre autres.
Sexe : Masculin
Age : 36 ans
Race : Hume
Idéologie : Nous dirons, sans idéologie fixe.
Métier : Boxeur clandestin (ancien officier militaire.)


II. Conscience du monde et Magie

Connaissance des extra-tyrestres : Au poil près.
Conscience : Eveillé.


III. Descriptions

Description physique

« Quelqu’un peut m’expliquer qu’est-ce qu’un putain de manouche piercé aux tétons fout à poil dans mon bureau ? »
(Ex)Lieutenant Dan

Ciselé. Effilé. Aiguisé. Sa silhouette transpire l’assurance, le contrôle huilé et inébranlable. Y transperce un musc de force violente, muselée entre deux roulements de muscles et de chairs, où brille, fugitif, un éclat de bijou métallique. Ah, Salem, Salem, aucun chic, et comme il se tape (de) la pudeur de ces vierges de mœurs.

A quoi ressemble Salem ? Comme tous les hûmes ; 1m78, quelques 71 kg de muscles rôdés, pas mal de tendons et un peu de cervelle, deux mains, deux pieds, et tout le bordel organique qu’on connaît déjà. Rajoutons-y une pincée d’impressions impalpables ; de la bouffée d’adrénaline, de la virevolte, du sensationnel.

Physiquement, ’beau’ n’est pas franchement le meilleur terme à attribuer à quelqu’un de son type. Mais il adore celui-ci : ‘libre.’ Ça se voit.

Commençons par le visage. La forme angulaire, vive et racée, s’allonge au menton et se déploie au front sur de longues pommettes, et tout ça, gravé dans une peau irradiée de soleil et bouffée d’ombres foncées et de creux rugueux. Tout en angle, tout en pointu et en aigu, en lignes droites et méchantes. Deux orbes renfoncés dans leur orbite, cachés par des longs cils sombres, animent parfois leur masse d’eau grisée d’un éclat de vif-argent – lueur d’intelligence. Des lèvres fines tracent leur courbe imperturbable sur cette gueule mauvaise. Une barbe de quelques jours mange ses joues mates et semble d’ailleurs s’en régaler.

Des cheveux qu’on qualifierait avec euphémisme de ‘peu entretenus’, à mi-longueur. Couleur : obscurément identifiable. Parfois attachés, parfois laissés libres sur sa nuque, en boucles d’ébène.

De corpulence mince et bien taillé, Jérusalem traîne dans la rue les mains dans les poches, la tête voûtée, pareil à un chien qui grogne. Vêtu de manière chaotique, son principal - et peut-être unique gilet au vu de l’odeur - est un patchwork de carrés de tissus de couleur et de matières différentes, à même un torse bardé de protection pare-balles. Difficile d'en déterminer la provenance, bien que Salem rengorge d'histoires à ce sujet. Il porte des bottes à crampons énormes, lardée de métal, des écrase-merdes qu’il prend un malin plaisir à faire craquer sur le pied de mômes rondouillards et embourgeoisés ou sur les pieds fins des demoiselles.

Son visage est piercé aux narines, aux lobes de ses oreilles, aux arcades sourcilières, au-dessus de ses lèvres. Les anneaux et les pierres précieuses brillent contre l’expression impénétrable de Salem et son regard d’acier ombré. On prétend qu’il est l’homme le plus piercé de Tyr ; et c’est sans doute vrai.

Puis il crache au sol : « Cachère ! » - voix rocailleuse de fumeur aux portes de la mort, accent bizarre des tribus gitanes - et retourne dans la lecture de ses bouquins favoris tout en marchant ; l’un que la couverture dénonce comme une œuvre pornographique de bas-étage, l’autre qui porte, en caractère gras et à la couverture usée, l’inscription : ‘Œuvre complète de Nietsz.’

Oh, Salem n’a pas toujours été ce punk victorien aux allures de mauvais arlequin ; mais aujourd’hui, que reste-t-il du jeune homme qu’il était auparavant ?
Une étoile d’or vieillie par le temps, posée contre sa poitrine.

Description morale

Point intéressant et difficile à explorer. Utilisons plutôt les perles de sagesse que nous livrent les connaissances du sujet :

« On ne peut pas blâmer quelqu’un d’avoir envie de se pisser dessus lorsque le type le plus piercé de Tyr vous demande posément si vous préférez votre viande sanglante ou très cuite en tenant d’une main un cutter et de l’autre son cigare. Malgré tout, n’allez pas croire que Salem est un espèce d’ultra-violent sans foi ni loi. Non : il est pire que ça. C’est un gitan, après tout.»

James, camarade de l’armée

« Cet homme a l’instinct du corps. Il ressent chaque chose, vit chaque sensation, pousse sa volonté constamment jusqu’à l’extrême, la culbute et la jette par-dessus. A ses dépends parfois. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi vivant, je veux dire vraiment vivant. Il est dans ce qu’il fait. Il ne se cache pas, il ne remet pas les choses à plus tard. Il ne dépend de personne. Il se fout de votre avis, il se fout du mien. Il vit pour lui-même, selon ses accords à lui. Pas égoïste, non, au contraire…très soucieux d’autrui - mais, comme qui dirait, indépendant. Et c’est pour ça que je peux dire que c’est un homme droit : il n’a pas une once de mauvaise foi à lui gratter sous la moelle, il ne se laisse pas influencer par la foule. Je sais que c’est difficile à avaler tant il a l’air revêche – mais l’officier Yéhouda n’a jamais abandonné un type derrière lui. Je lui donnerai ma vie sans y penser. Je sais comme il peut la respecter, la vie : comme un homme qui la vit la gueule dans la limaille du désert et pas derrière une vitre de verre. »

Amadeus Step, soldat

« Ultra-violent : considère la brutalité et la férocité comme un loisir. Je suppose qu’il a trouvé dans la boxe noire le moyen de canaliser son énergie, ou du moins d’en dépenser une partie. C’est un phénomène très intéressant et très rare, surtout à cet âge là : Salem n’est quand même plus un ado. Vous voyez, mon péché mignon est la psychologie et mon fantasme serait de pouvoir étudier un esprit aussi actif que le sien. Cet homme est trop énergique. Il n’est pas qu’accro à la bagarre : il est accro à la bonne bagarre. D’où lui vient la force d’aller briser des côtes le soir, de passer la nuit en bonne compagnie, et de se lever le matin pour courir torse nu dans la toundra, et d’accomplir en même temps ses tâches ménagères et son travail, je me le demande encore. Ça doit être lié à quelque chose. »

Biologiste Arthur Mand, scientifique du service

« Salem, cet enfoiré de trou du cul, plutôt sympathique au final ? Tu l’as déjà rencontré, au moins ?»

Nina, secrétaire

« D’accord, je vous l’accorde, il est vraiment susceptible. C’est juste qu’il n’aime pas beaucoup qu’on commente ses origines. Ou qu’on lui parle de sa mère. Ça le fout en pétard. »

Amadeus Step, soldat

«En sus de sa relation extrême à la violence et au sexe, Yéhouda a une idéologie très intéressante : il déteste la magie. Voyez-vous ça, un Tyrien, éveillé qui plus est, haïr la magie ? Ça ne tient pas debout. Et pourtant, on dirait qu’il lui est allergique. Je ne sais pas exactement pourquoi – personne ne s’est risqué à creuser la question – mais je pense qu’il faut y voir un lien avec son mépris du confort et de la mécanique. C’est un homme de chair et d’organes, vous le savez déjà, et il a en horreur les laisser-aller et les facilités techniques – une idée plutôt saugrenue, certainement en rapport au mode de vie nomade et archaïque qu’il a connu enfant. La marque d’un homme qui ne s’est pas adapté à son contexte actuel. Il les trouve soi-disant dégradantes pour l’hûme, il pense qu’elles sont des sortes de… manipulation gouvernementales pour amollir le peuple et entretenir sa médiocrité. Je n’en sais pas beaucoup plus, c’est tellement farfelu, je n’y comprends rien. La seule chose que je peux vous conseiller, c’est de n’être ni bourgeois, ni du continent central, ni paresseux, ni Rough, ni bien habillé, ni une femme et ça devrait à peu près bien se passer pour vous. »

Biologiste Arthur Mand

« Je sais que ce connard avait un sacré bon dossier militaire, donc ça prouve qu’il a dû être, au moins une fois dans sa vie, capable d’intelligence. Mais sincèrement, il est tellement vulgaire, macho, sexiste, crade que j’ai vraiment du mal à y croire. C'est un stéréotype. Il parle mal, il est maladroit, il se trimballe à poil dans son bureau et la première chose qu’il m’a dite lorsque j’ai passé l’entretien d’embauche, c’est ‘Ouais, mais j’men tape, de tes compétences littéraires. J’te demande juste de savoir classer des papelards de merde dans des p’tites étagères de merde, pas ce que t'as dans le plot, capische mignonne ? Ah, et tu couches ? ’ Ce type me fait pitié. C’est un con qui se croit tout permis. »

Nina, secrétaire

« L’élément Yéhouda est patient, émotionnellement manipulable, et tenace. Je peux donc certifier son efficacité. »

Anonyme

IV. Précisions supplémentaires

Style de combat :

« Salem peut te faire passer un sale quart d’heure en six minutes. »
Blague de mauvais goût racontée aux nouveaux du secteur


Personne n’aime devoir faire face à un ex-militaire champion de combat à mains nues. Salem a un style de combat qui lui est propre, et quoi d’étonnant, vu qu’il en a fait son gagne-pain ? Ses caractéristiques tournent autour de sa vivacité et de sa rapidité d’action. Plutôt fort, et doté d’une bonne connaissance de l’anatomie humesque, Salem sait où frapper pour faire mal et il le fait vite et sans fioritures.

Au corps à corps, peu de personnes peuvent prétendre faire le poids avec lui. Il préfère le pugilat pur et dur de la rue, mais se débrouille aussi très bien un cutter à la main, ne soyons pas difficile. Bien sûr, on peut le flinguer de loin mais il se trouve que notre intelligent bonhomme a prévu le coup, et porte un gilet pare-balle fait tout exprès – le vilain garnement. Il n’aime pas beaucoup les armes qui ont tendance à le mettre en rogne. Des trucs de lâches, qu’il dit. Alors, il contre-attaque les petits malins au Blacklight X.O3 et les finit au poignard et à la bouteille les jours de grande compassion.

Peut-être est-il aussi intéressant de mentionner qu’en plus de prendre les initiatives et de provoquer lui-même les bagarres, monsieur frappe autant les femmes que les hommes et que, si on le provoque un peu trop, il faudra s’attendre à ce qu’il fasse vraiment mal. On n’est pas dans un concours de chatouilles, après tout, n’allez pas chialer à la sortie du ring parce qu’il vous manque quelques bouts de fémur ou de thorax.

Donc ouais, il est balèze.

Talents particuliers : Très bon lutteur, rapide, adaptable.
Signes particuliers : Cf physique. Végétarien, ne boit pas d’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- La Brute (Muy Calliente) - Des p'tits trous, des p'tits trous...

avatar

Signalement : Hûme mâle. Trentaine d'années. 1m78, quelques 71 kg de muscles rôdés, bronzé et tout en angle. Des yeux gris. Des cheveux bruns mi-long. Mal rasé. Piercing innombrables au visage.


MessageSujet: Re: Salem   23.03.10 22:51

Histoire

« Bizarrement, on ne sait pas grand-chose de Salem…Les ragots qui circulent sur lui n’ont ni queue ni tête…Et ceux qui les racontent non plus. »

James, ex-camarade d’armée

Mon nom est Jérusalem Yisraël fils de Yéhouda, ce qui veut dire : celui qui tend vers le but espéré combattra et remerciera.
Mais on m’appelle Salem.
Ce qui ne veut rien dire.






La détonation a résonné longuement dans son ventre, mais la lumière de l’explosion, elle, n’a pas persisté.
Le champignon de lumière orangée épousa la jungle. Bam, bam, bam. Dans le noir, c’était plutôt beau à ressentir.

Salem jeta la douille de la grenade un peu plus loin et entreprit de ramper dans les fougères et les buissons. Il avait de la boue dans la bouche et sur le visage. Dans la jungle, on ne le repérait qu’à peine, mais à peine, c’était suffisant.

Il ne s’était pas senti aussi heureux depuis son enfance.

Gamin, il passait toutes ses journées dehors. Il chassait les lézards dans le désert noir, sous les rochers. Montait des tentes. Gardait les chamels. Endurait les enseignements de son père. Les morales de sa mère. Ecoutait les légendes sur son peuple. Les gitans étaient une peuplade très ancienne et ancrée dans ses traditions, qui survivait de l’élevage de chamels, de la vente de leur lait et de leurs tissus artisanaux, et mal considérée par l’Etat. Mais il s’en foutait. Il avait été heureux.

Au fond, que ce soit de la boue ou du sable, des lézards ou des Ty-Rex, quelle importance ?
Il jeta un coup d’œil à droite, vérifia que Klaes était à son poste. C’était le cas.

Son sourire de crocodile s’agrandit.

Klaes, c’était son meilleur ami. Son pote. Salem l’avait rencontré à ses onze piges. Il venait de se foutre sur la gueule avec les caïds du coin qui avaient pris l’habitude de le racketter. On n’aimait pas sa gueule écrasée et ses petits yeux clairs. L’un d’eux avait voulu jeté son étoile d’or dans le truc boueux qui leur servait de rivière, dans la ville.

Jamais Salem n’avait laissé quiconque toucher à son étoile. Jamais. C’était son cadeau de naissance. Pour lui dire qu’il était l’élu choisi par son père pour prendre le relais. Il se demandait encore : ‘mais de quoi ?’ Il se souvenait du visage souriant et parsemé de rides du patriarche alors qu’il lui répondait, dans sa langue maternelle : ‘Tu comprendras lorsque tu seras grand.’

Mais il n’y avait pas eu de relais à prendre. L’Etat avait tué son père et le reste de la ‘tribu’ avait accepté son chantage : ils avaient rejoint la sédentarisation urbaine. S’étaient livrés à la broyeuse d’individualités, et avaient livré leurs gosses en même temps. Tous ingénus. Pour l’éducation, le métier, la richesse, le confort.
Fils de putes.

Il avait menacé Klaes de le balancer à l’eau, lui aussi. Mais l’autre gosse n’avait pas eu peur. Ah ouais ?
Quel blasé, ce type.
Mais on pouvait compter sur lui. Ça, c’était sûr.

A gauche, maintenant. Merde. La bête se rapproche.

Il fit un signe de la main droite. Des types en position sur les branches armèrent leur Jezail à l’unisson et tirèrent. Cinq balles filèrent dans les airs. Le Ty-rex était à quoi, cinq mètres de lui ? Il aimait sentir tous les pores de sa peau s’étiraient, suintaient la sueur piquante de la peur, l’odeur de la boue, l’humidité des tréfonds de la jungle. Il se ramassa sur les genoux et roula sur le côté.

Pourquoi était-il là ? Pour nettoyer le camp. En Adhénor, peu d’endroits intéressaient l’armée. Mais il y avait ce camp d’entraînement, réservé aux chercheurs et aux durs à cuire. Salem se comptait dans la dernière catégorie. Ce n’était pas de tout repos, et il se passait toujours quelque chose dans cette cambrousse. Il aimait bien ça.

Il se battait depuis qu’il était né, c’était normal qu’il continue. Il ne se posait même pas de questions. C’était…Il était comme ça. Au-dedans et au dehors, il était. Boxeur debout contre la norme.

La boxe, il avait commencé très tôt. A l’autodidacte, en frappant d’autres gamins, de préférence. Ou en se prenant une rouste. Il ne gagnait pas toujours. Mais il ne supportait pas qu’on se moque de sa mère ou de ses sœurs. ‘Quoi, elles portent des voiles, tes frangines ? Aha ! Le rat dégoût !’ Rat dégoût, une insulte de gosses de riches, bien élevés et snobinards à souhait. Une expression centrale.

Sa mère en pleurait la nuit, en le voyant lui échapper chaque jour un peu plus. La famille gitane se taisait sous les ordres de ces connards de bourges. Salem les détestait. Les bourges, mais aussi ses oncles et ses tantes qui s’étaient soumis, qui avaient baissé leur fut soi-disant pour éduquer leurs enfants et les intégrer à la civilisation et s’étaient salement fait prendre par-derrière par des inspecteurs fiscaux et des fonctionnaires ravis de leur tournée. Quelle civilisation ? Qu’est-ce qu’il y avait de glorieux à vivre comme ces centraux mous et bêtes, ces fondus-dans-la-masse lâches, hypocrites et gouvernés par cette idée absurde, profondément contre-nature du facile et du confortable ? Qu’est-ce qu’il y avait de bien à se ‘normaliser’ ? Ils étaient si fondamentalement différents.

Son père n’aurait jamais fait ça. Jamais. Son père aurait résisté. Il avait résisté, d’ailleurs.
Mais il se trouve qu’il n’avait plus de père. Il avait juste une étoile, des prières et des légendes. Pas de quoi péter un coup. Et sa niaque au fond du bide pour lui tenir chaud les nuits où il n’y avait que du creux au dedans. Il se foutait du reste. Son père aurait dit quelque chose, mais il n’était pas là. Amîdane.

On fait avec ce qu’on a. Œil pour œil et dent pour dent.
Dans la profession qu’il avait choisi, son agressivité et sa hargne étaient des qualités. Être militaire, ça se méritait. Il avait bien fait de s’orienter là-dedans. On lui avait assez rapidement proposé d’intégrer un corps plus spécial de l’armée.

Il était devenu militaire à cause de Klaes, d’ailleurs. Quand ce grand couillon lui avait dit qu’il préparait un concours, il l’avait aidé à réviser. Puis il l’avait passé aussi. Les deux avaient été pris à l’internat du collège. Klaes était meilleur que lui, mais ça ne perturbait pas Salem. Il préférait le terrain, de toute façon. Où ses longues journées passées à courir dans le désert l’avaient surclassé sur ses petits camarades qui s’essoufflaient au bout d’une centaine de pompes. On l’avait pris pour un con, au début. Une sorte de montagne de muscles sans idées et sans principes. Il avait dû mordre un peu pour qu’on le prenne au sérieux.

Il passait beaucoup de temps chez son ami. Ça lui évitait de devoir rentrer chez lui. Où il voyait comment l’Etat faisait pour éliminer les étrangers qui le dérangeaient : à coup de binouzes. Les fonctionnaires leur offraient de l’alcool à foison pour les éthyliser à leur niveau. On n’imagine pas à quelle vitesse on peut devenir accro au Maltat. Et à quelle vitesse on devient gros, laid, bête et méchant. Lui avait horreur de l’alcool, encore plus horreur lorsque sa mère lui demandait d’aller chercher sa bouteille pour elle. Cachère ! Alors il allait chez Klaes. Et ses frères et sœurs. Il avait beaucoup de lien avec eux. C’était sa famille, en somme. Et de bons potes. Il avait l'habitude de leur dire : Kaleb. Ce qui les faisaient marrer, vu qu'il ne comprenait rien à son créole.

Ah, mais de quoi parlait-il. Un homme n’avait pas besoin de famille. Il l’avait clairement expliqué à sa génitrice quelques années plus tôt. Qu’il ne s’appellerait plus jamais Jérusalem. Qu’il ne fêterait plus de fêtes païennes. Qu’il ne prierait plus une espèce de dieu plus impotent qu’omnipotent. Le clash avait été violent. Les deux partis avaient mis du temps à se réconcilier. ‘Tu n’es pas ma mère.’ ‘Tu n’es pas ton père.’ Qu’est-ce que ça voulait dire, au juste ? Ça ne voulait rien dire.

Le Ty-rex se replia au sol, cruellement blessé. Son treillis frotta contre le sol tandis qu’il se rétablissait.
Nouveau signe. La partie était terminée. On acheva proprement l’animal. Les blessés rejoignirent l’infirmerie, les autres firent péter le champagne.

Un beau jour de plus pour l’officier Yéhouda.





« Madame Zolnerowich. »
Il l’invita poliment à prendre place à ses côtés. L’inhumation des dernières propriétés de Klaes débutait. Les jumeaux et la cadette étaient présents, eux aussi.

Klaes était mort dans un accident de travail. Un sale truc. Salem avait soigneusement évité les questions de sa famille. Renfoncé dans un mutisme nécessaire, il ne marquait aucun signe visible d’émotion. Klaes était mort. C’était le genre de choses qui arrivait lorsqu’on pratiquait…le genre de boulot qu’il faisait. En passant près du pseudo-tombeau, il déposa sa pierre, coutume traditionnelle. Classique. Klaes était mort. Un accident. Un sale truc. C’était classique.

Dans la pierre, un éclat d’argent. Une certaine balle perdue qui avait fait l’objet de bonnes plaisanteries. ‘Lévi.’ Un truc qu’il avait gardé, comme ça, sans y penser. Quelque chose qui prenait soudain un sens. Comment les choses faisaient-elles pour prendre un sens, comme ça, d’un seul coup, parce que votre meilleur pote est mort ?

Cet accident fut comme un coup de fouet pour Salem. Ou un méchant coup de poing dans la gueule de la part du réel.
Peut-être était-il temps qu’il devienne autre chose que ce manouche taciturne et mal souriant qu’on tâchait d’éviter. Ne méritait-il pas mieux que ça ? Son père l’avait ‘élu’ au berceau. Sa famille l’avait doté d’un nom bien particulier. Il représentait quelque chose. Il était quelqu’un. Quelqu’un d’autre que le rat dégoût. Un rat de dieu. Un radieux.
Il méritait mieux.

D'ailleurs, il n’était pas le seul à mériter mieux. ‘Tu comprendras…’ Devant la tombe vide de Klaes, Salem pensa à l’urne tout aussi vide qui ornait l’étagère de la casbah maternelle, et son inscription : Néhémia. Il pensa à une étoile d’or et rouillée, parce que tant de mains avant même l'Apocalypse l'avait serré pour prier. Il comprenait.

Plus tard, Salem retourna auprès de sa mère. La discussion qui s'ensuivit ne fut jamais relatée, d'un côté comme de l'autre.

Etrangement, sa promotion au poste d’officier colonel coïncida avec la re-nomadisation du clan gitan qui repartit dans ses errances chamarrées. Il fut accordé à son père une reconnaissance officielle dans les dossiers administratifs et les policiers qui l’avaient abattu furent jugés et passés en prison, ce qui provoqua un véritable scandale politique et certains fonctionnaires furent jugés comme étant les instigateurs de ce crime. L’affaire fut évoqué dans quelques journaux et des actions culturelles lancées ici et là tâchèrent d’améliorer la vision du citadin sur ses compatriotes nomades. Un discret alinéa s’ajouta à la constitution étatique, indiquant que le racisme, la discrimination et la violence n’étaient plus acceptés. Et l’Etat ne moufta pas tout le long de ce monumental renversement de situation.

Un beau mois de plus pour le Colonel Jérusalem Yéhouda.
Et de quoi se frotter les mains pour quelques-uns.





Quelques années passèrent. Oh, pas beaucoup. Juste assez pour caser une ellipse temporelle et cacher quelques détours de parcours. On réserve de quoi surprendre.

Salem, confortablement installé dans son fauteuil de cuir, vêtu uniquement d’une serviette de bain blanche, reçoit sans sourciller quelques messieurs vêtus de noir, qui, eux, restent debout et bien droit.

On tient les comptes de vos activités, dit l’un.
On tient les comptes de vos actes passés, dit l’autre.
On tient les comptes de vos actes à venir.
On vous tient.


Lorsque ces messieurs partent, Salem se surprend à retourner entre ses doigts un carton d’invitation. ‘Mariage.’ Il parcourt la liste des invités, le menu, retourne les documents et observe l’adresse.

Etonnant, toutes ces coïncidences.
Quelques jours plus tard, le Colonel démissionne. Fiasco dans l’assemblée militaire.
Reprenant ses guêtres de gitan, Salem embarque quelques affaires dans un sac et part vers une certaine ville de Vanor.

Amîdane.




Nota Bene : L'histoire de Salem, en particulier la partie concernant ses origines 'gitanes', est fortement inspiré de faits et de cultures réelles ( sujet qui peut être sensible j'imagine) mais aussi d'imaginaire. Je laisse ça à vos avis, validation, questions....


Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

~Et encore un schizo sur le forum.~

avatar

Signalement : L'autre main du Destin (probablement la gauche) Compte PNJ réservé à la validation des fiches. NE PAS MP.


MessageSujet: Re: Salem   24.09.11 21:15

3 Avril 2010, Ermesynde a écrit:
Houu ce mystère à la fin!
Une fifiche très agréable en dépit des deux trois fautes qui s'y sont glissées.
Pour moi ça roule et ton profil rapide est prêt.

Si quelqu'un s'oppose à cette validation qu'il parle maintenant ou se taise à jamais!


NB: Les fiches ont été nettoyées de tous les post non rp. Désormais, l'auteur du topic est le seul habilité à poster.

Ce topic vous servira à la fois d'étendard, comme de journal intime ou fourre-tout, tant que cela concerne Salem.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Salem   

Revenir en haut Aller en bas
 

Salem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alheïri Salem Fenyang
» Everybody's changing ? Ft Salem ?
» Académie Salem
» [Jeune Forum] Académie magique de Salem
» Le PAS en action: rehabilitation de route a Delmas 24
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit