AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: 4   15.10.10 6:27

    « Notre ère est profondément administrative et... soumise. Deux choses que je déteste. Je ne hais pas forcément l'État, disons que c'est une inimitié réciproque. Par mon métier, par mon histoire.
    L'État n'a eu de cesse d'enlever les hommes que j'ai aimé... sous couvert de « raison officielles ». Et puis... Être catalogué, rentrer forcément dans un moule ? Je n'ai jamais pu. Je n'ai pas été élevée dans cette idée.

    Je veux dire... L'homme qui m'a réellement élevé... Klaes; mon frère, que je n'ai jamais remercié comme il se devait; m'a appris le respect, la loyauté et les valeurs. De ne pas juger les êtres pour ce dont ils auraient l'air. Il m'a appris à toujours terminer ce que j'avais entrepris... Et croyez-moi, ce n'était pas franchement drôle tous les jours. Mais sa patience et son calme m'ont aidé à persévérer, tout en m'irritant.

    C'est que d'être la petite dernière, et de n'avoir que des frères doués... Franchement ? C'est énervant.
    Peut-être qu'ils travaillaient plus que tous les autres, peut-être. Les Zolnerowich ont toujours été des bêtes de somme. Mais, ça... Moi, je ne le voyais pas. Juste leur réussite là, qui m'agaçait alors que je pataugeais.
    Pourtant, jamais aucun d'entre eux ne me fit vraiment le reproche... Aucun ne me rabaissa, et si l'aîné n'appréciait pas du tout la tournure que je prenais, les jumeaux eux, tentaient de me calmer. Et je savais; petite fille chanceuse que j'étais; que j'aurais toujours un nid où revenir. Où je serais accueillie... à bras ouvert.

    Enfin... Plus maintenant.

    Alors que les cendres d'Arthur sont encore chaude... Mon dernier frère encore en vie partira rejoindre sa femme, à Sécaria. Et elle n'est pas du genre à me faire sentir chez moi.

    Avais-je l'intention de laisser tomber mon aîné ? Le seul qui me restait ? Je ne sais pas... De le voir effondré... De perdre encore quelqu'un sans avoir rien pu faire ? Rester une nouvelle fois impuissante face à cette famille décimée ? C'était au-dessus de mes forces. Et les récriminations de ma mère ravagée ne pouvait en avoir raison. Je crois que je n'avais pas encore trop réfléchi à la situation, juste oublier, oublier que je n'entendrais plus jamais le rire tonitruant d'Arthur... Qu'Adam ne cessait de me rappeler, ne pouvant changer les traits de son double regretté...

    Je n'ai pas réfléchi.
    Et s'il n'y avait pas eu ce colis qui m'attendait, je crois que je serais tout simplement partie.

    Parce que je n'aurai pas eu la force d'écouter les propos ubuesque d'un énième agent du gouvernement... Ceux qui résument ma vie à une simple accumulation de faits, histoire d'avoir leurs fiches de « citoyens dissidents » complètes. »



Katryn Alvar Zolnerowich


I. Identité:

Nom : Alvar Zolnerowich
Prénom : Katryn, Adèle
Surnom : Kat', « 4 », boucle-d'or, « Hey la blonde! », K.A.Z., Sealk, tigresse.
Sexe : F.
Age : 26 ans
Race : Hûme
Idéologie : La vérité.
Métier : Photographe, et accessoirement reporter.


II. Conscience du monde et Magie:

Connaissance des extra-tyrestres : Pas encore.
Conscience : Éveillée
Technique : x
Spécialisation : x


III. Descriptions:

Description physique : 173cm, des formes voluptueuses, poitrine opulente que valorise une taille fine sertie de hanches plus larges. Loin des sacs d'os, la blonde Katryn est tout en courbe... Un visage plutôt rond, de grands yeux aux couleurs turquoises n'ayant de cesse, de refléter la moindre de ses humeurs qu'un nez mutin ponctue, lors que ses lèvres pleines grimacent un nouveau rictus qu'encore une fois, elle n'aura su retenir. Un visage expressif – trop expressif – qui trahit malheureusement bien souvent, la moindre de ses impostures. Ses émotions vivaces colorent sa peau pâle, si bien qu'un panel d'expressions ne cessent de défiler sur ce visage aux tournures quasi-aguicheuse, au regard meurtrier.
Une tignasse dorée et folle, aussi indomptée que sa propriétaire, ponctuée par de nombreuses boucles (les courbes, toujours!). Volubile, elle parle avec ses mains, sourit jusqu'à ses yeux qui pétillent d'écumes malicieuses. Elle ressemble physiquement bien plus à son aîné et son père, qu'à sa mère ou ses deux autres frères aux tournures plus sèches, plus « fragiles », bien qu'elle ait pris son expressivité du côté maternel. Il suffit de la voir sourire au côté d'Adam pour comprendre leur filiation.
Une démarche féline et volontaire. Des gestes vifs et impulsifs, une propension à laisser trahir la moindre de ses pensées... de ses humeurs.
Attirante, trop attirante. Insouciante de l'être. Katryn choisit, Katryn fera mordre la poussière le moindre opportun qui essaiera de la dompter.


Description morale :

Avez-vous déjà tenté de dresser un étalon sauvage ? Les plus rétifs préfèreront être brisé – mais mourir; plutôt que de courber l'échine. Voilà de quelle matière est faîte Katryn. Comme chaque Zolnerowich, elle a en commun l'obstination, la loyauté, la protection de ce qu'elle aime ou eut aimé. Mais elle est encore plus acharnée, souvent inconsciente. Peu habituée aux calculs, elle énonce clairement le fond de sa pensée, ce qui ne lui a pas fait que des amis. Loin de là.
Peu habile au mensonge, mais si la situation le réclame, elle se transformera en charmante comédienne pour sous-tirer des informations vitales. Il y a donc deux Katryn: celle qui est incapable de ne pas trahir ses sentiments, et celle qui pourra être très crédible pour le bien de ses recherches. A la fois bonne comédienne et mauvaise menteuse. Paradoxe ? Elle les collectionne. Prête à feindre la blonde idiote s'il le faut, elle est loin de l'être. Plus intuitive que raisonnée, on lui a appris à suivre son instinct, ce qu'elle ne cesse de faire.

Tout à la fois torturée, fragile et forte, Katryn est dotée d'une bonne mémoire visuelle. Elle n'oublie jamais un visage... Ou une scène. Particulièrement belliqueuse et rancunière, il faudra beaucoup d'effort pour lui faire pardonner une erreur... Même une des siennes. La fierté trop élevée, des murs construits pour remplacer ceux qu'elle perdait, ont eu raison de ses liens sentimentaux.
Auprès de Katryn, même si l'on s'en sent proche, même si elle se comportera avec vous comme avec l'un de ses frères; il y aura néanmoins une distance. Un no man's land que peu ont réussi à franchir pour faire parti du cercle très restreint de ceux qu'elle admire, aime et protège.

Volcanique et passionnée dans tout ce qu'elle entreprend, Katryn n'est jamais calme. Ou tout autant que pourrait l'être l'océan, avant la tempête. Absolument insupportable pour certains, délicieuse et jamais ennuyante pour d'autre, la jeune Zolnerowich ne laisse jamais indifférent.
Hypersensible, et très bon public, il n'est pas rare de la voir fondre en larme tout en maugréant contre elle-même pour cet épanchement indésirable.
Si personne ne peut la contrôler, elle ne le peut pas plus que les autres.

D'un abord très ouvert et chaleureux, elle vous met à l'aise facilement. Et si elle ne peut pas vous piffrer ? Et bien, vous êtes mal tombé.


IV. Précisions supplémentaires:

Style de combat : Quand on est la benjamine de trois frères, qu'on est habituée à être envahie par les « copains », on apprend vite à agir comme eux. A répliquer comme ils le font. Aussi, Katryn a subi un entraînement quasi « militaire » d'un aîné qui jugeait bon; face à l'attraction que provoquait sa petite sœur; de lui apprendre quelques bases. Du self-défense, mais aussi le bon vieux corps-à-corps, qu'il soit armé d'une lame ou d'un revolver. Avoir un frère militaire, ça aide. Mais le meilleur ami de ce dernier ne fut pas en reste, lui apprenant comme à son aîné, les rudiments de la boxe.
Katryn n'est pas à prendre avec des pincettes, et sait très bien mettre k.o..

Talents particuliers : Pour la photographie et s'attirer les ennuis.
Particulièrement douée pour mettre à l'aise et réconforter.

Signes particuliers : Blonde à forte poitrine. Regard turquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: Re: 4   15.10.10 6:29

V. Histoire:

Katryn, Adèle, Alvar Zolnerowich a écrit:
Benjamine de la famille Zolnerowich, père militaire mort avant sa naissance. Mère, fonctionnaire de l'État. Enfance tumultueuse, casier judiciaire rempli de petits forfaits, vols, outrages à magistrats, dégradation de matériels, prises de substances illicites, violence à l'autorité.

Aîné militaire, Lieutenant-Colonel Klaes, membre d'un groupe d'élite, meurt en mission en 661 (dossier classé secret défense).
Cadets, les jumeaux Adam et Arthur, créateur de la firme « Zolnerowich & cie», axée sur les outils de précisions et moteurs notamment des dirigeables. Tous deux arcano-techniciens.

Changement de comportement notable à la mort de l'aîné. Paraît se « ranger ». Et poursuit ses recherches et formations en photographie pour lancer sa propre affaire. Signe ses œuvres des initiales K.A.Z. De fil en aiguille, elle obtient une carte de presse. Plus axée sur le documentaire et l'ethnologie, il n'est pas rare de constater quelques uns de ses coups d'éclats sous le pseudonyme Sealk. Baroudeur et vadrouilleuse, il est difficile de retracer avec exactitude son parcours géographique. Elle revient peu au domicile maternel, est peu présente aux réunions familiales.
Persistent néanmoins quelques plaintes de violence, vite récusées par légitime défense.

En 665, mariage d'Adam Zolnerowich avec Suzanne, actuellement secrétaire du maire en place à Sécaria.

Arthur Zolnerowich est mis sous surveillance, il développe une forme de leucémie particulièrement virulente qui a eu raison de lui, tout récemment.

Depuis la crémation récente de Zolnerowich Arthur, nous n'avons pas pu tracer Katryn.

« L'un des trucs que je déteste le plus, ce sont les fonctionnaires. C'est pas que je hais ma mère, ou que j'ai développé un stupide complexe, non. Je fais la différence. Ma mère, c'est ma mère, je l'aime comme telle. Mais les petites mains de l'état sont d'une concupiscence qui provoque, chez moi, une vive allergie. N'étant pas particulièrement diplomate, j'ai souvent eu des ennuis face aux magistrats qui me cherchaient des poux, allez savoir pourquoi. Mais ce qui provoque en moi, une colère bien plus véhémente, c'est de voir mon histoire, résumée en une succession de faits.
Parce que j'en ai eu un jour connaissance, de cette putain de fiche de surveillance.

Est-ce qu'ils disent que j'avais un père fantastique, ces GROS CONS ? Est ce qu'ils disent pourquoi ils me l'ont pris ? Avant même que j'ai pu le connaître ? Que tout ce que je sais de lui, c'est Klaes qui me l'a raconté ? Les jumeaux étaient trop petits pour s'en rappeler. Est ce qu'ils ont parlé de ma naissance ? Du déni de ma mère ? De sa douleur d'être veuve ? Au point d'oublier qu'elle avait aussi une fille ? Est ce qu'ils disent, ces putains de bureaucrates, que c'est mon frère qui au début, me servit de père et de mère ?

Est ce qu'ils parlent de mon mutisme ? Parce que vous savez, vous qui vous plaignez de ma grande gueule, je n'ai prononcé mon premier mot qu'à 3 ans. Jusque-là, je m'obstinais à me taire. A me faire oublier. Et vous vouliez qu'il fasse quoi, mes frères ? A 12 et 7 ans, on sait s'occuper d'un bébé? Ils ont fait ce qu'ils ont pu. Et franchement, j'aurai pu plus mal tombée. Oh bien-sûr, je me suis rattrapée après. Comme si ces trois ans devaient vite être compensés.



Kat' - 3 ans, photo prise par Klaes.

Est ce qu'ils notent dans leur putain de paperasse, ce qu'était mon premier mot ? Et pourquoi ? Bin je vais vous le dire moi. Y'avait un p'tit con qui se tapait l'incruste chez moi. Un gitan qui aimait pas qu'on le lui rappelle. Et ce p'tit con, adorait Klaes, et l'entraînait dans tous ses coups foireux. Alors même à 2 ans, tu piges quand ton grand-frère il a soudainement moins de temps pour jouer avec toi.
Alors ouais, j'étais jalouse.
Et je lui en ai fait voir de toutes les couleurs à ce con de gitan. Mais le pire ? Le pire, c'est que j'avais l'impression que ça lui plaisait. Plus j'en faisais, plus il se marrait ! Et plus j'étais prise à mon propre piège.

Un jour, il m'a tellement foutu en rage, que j'ai oublié que je voulais pas parler.

« 'LEM ! » que j'ai crié, excédée.

Je vois encore leurs yeux arrondis de stupeurs. Normalement, on a pas de souvenirs aussi précis enfant. Peut-être que c'est à force qu'on me le répète. Que ma mère se fende la poire à ce souvenir; faut dire, au début, Salem, elle l'aimait pas non plus. Mais avec le bordel qu'il a foutu chez nous, c'est comme si c'était un mauvais vent qui venait balayer les souvenirs moroses. C'est un peu après qu'elle est revenue à la vie, qu'elle s'est aperçue que j'existais.
Oh je lui en veux pas. J'avais un super papa, alors j'imagine bien que ce devait être horrible de le perdre. Et puis, j'en souffrais pas trop, Klaes, Adam et Arthur, ils veillaient sur moi. Même trop petit. Quand Klaes était pas là, quand il était à un de ces multiples petits boulots qu'on fait gosse; livrer le lait, le journal, divers petits services; c'était les jumeaux qui s'occupaient de moi.
D'ailleurs, je les ai jamais confondu. Même s'ils ont souvent essayé de me tromper.

Et quand l'autre con est arrivé, y'avait plus moyen d'être tranquille. J'veux dire... On en faisait déjà pas mal, les jumeaux et moi, sans que le gitan en rajoute.
C'est bien simple, j'étais toujours en train de me battre avec lui. Bon, c'était lui qui gagnait, forcément. Il a quand même 9 ans de plus. Et ces crétins d'Arthur et d'Adam qui prenaient des paris... Je leur en ai arraché les cheveux.

Des fois, j'étais tellement occupée à me battre contre Salem, que je m'endormais épuisée contre lui.
Maman a encore une vieille photo que Klaes avait prise de l'appareil de papa. Et ce con il souriait, d'un air vainqueur.
Même endormi.
Dans mes rêves, j'arrivais avoir le dessus. C'est sûrement pour ça, que sur la photo, je souris aussi. »
 



Dernière édition par Katryn Zolnerowich le 15.10.10 6:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: Re: 4   15.10.10 6:30

Elle évoque ses souvenirs, comme on exhale une longue bouffée de fumée, tirant du plaisir à s'empoisonner, gardant l'amertume pour seule rengaine, tout en triturant un drôle de lièvre mécanique. L'animal intrigue, semblant doté d'une âme propre, quand on lui demande s'il ne s'agit pas là d'une bizarrerie d'Adhenor, Katryn sourit tendrement, caressant « Pinpin », le seul mâle qui l'aura supporté tout ce temps.
« S'il vient d'adhenor ? » Elle éclate d'un rire franc. - D'un Adhenor portant le nom de « Zolnerowich & Cie ».



Salem, Adam et Klaes- photo prise par Arthur, An 650.

« La bande à Jacky nous cherchaient souvent des noises. De sales mômes, de ceux qu'on regrette vraiment la naissance, des ptits cons de chauvins, rejetons de fantômes militaires dont ils honorent l'absence à coup de patriotisme fanatique. Forcément, quand on a sa tronche à lui, on est pas du bon parti.
Et puis, si ce con était pas si prompt à les provoquer, ça ne serait pas fini à chaque fois en grande branlée.
Salem a jamais appelé Klaes au secours, mais Klaes a toujours eu ce don étrange de sentir les emmerdes. Quand ce crétin était acculé, Klaes émergeait miraculeusement de nul part pour balancer une provision de caillasse ou la dernière invention tonitruante des jumeaux qui fonctionnait toujours mieux sur des cobayes humains.
Ces deux-là n'étaient généralement pas en reste, infiltrant la mêlée de gamins furieux à l'aide de billes métalliques adroites qui ne manquaient jamais leur cible. Si les autres se posaient des questions, Klaes disait simplement que ses frères étaient comme leur père, d'excellent tireur (en général, on remettait pas en question, l'armée c'était trop sacrée), Salem lui, se contentait de cogner plus fort sur les trop curieux... Et puis parce que le sujet le mettait aussi particulièrement mal à l'aise.

Mais croyez pas que parce que j'étais ptiote, j'étais bien cachée. Non. On touchait pas à mes frères.
Et c'était pas rare qu'on me retrouve, à 7 ans sonné, sur le dos d'un des assaillants, les doigts griffant les yeux jusqu'à qu'ils pissent le sang, de ses odieux gargouilles.
Forcément, y'en avait toujours un pour gâcher le plaisir et se prendre des coups à ma place.


« BORDEL KATRYN, MAMAN VA NOUS TUER! »

C'était pas tant la possibilité d'être blessée que la certitude d'une engueulade qui me faisait être mise, le temps que je m'échappe, de côté.


Un jour que j'avais été reléguée à la surveillance de ce vaurien, on s'est retrouvé encerclé. Klaes était occupé à se battre ailleurs par les conséquences fâcheuses des créations trop prolixes d'Adam et d'Arthur.
On était donc parfaitement à leur merci.

Mais c'est la première fois que j'ai vu Salem pas broncher. Pourtant ils en ont sorti des saloperies, mais non, Salem laissait passer. Il feignait d'ignorer. J'avais beau être jeune, j'étais pas non plus stupide. Je voyais bien que ses phalanges blanchissaient de plus en plus, que ses dents allaient exploser à force que sa mâchoire se crispe.
Je l'ai jamais particulièrement apprécié, mais ça me faisait chier que d'autres que moi puissent l'insulter. Y'avait que moi qu'y'avait l'droit sans qu'il y ait de conséquences. Alors que cet idiot ne réagisse pas, simplement parce qu'il avait peur que je m'en prenne ? C'était trop !
Il allait pas les laisser se faire frapper aussi ? Non mais, qu'est ce qu'allait dire Klaes ? Adam et Arthur s'ils apprenaient que j'avais laissé une véritable armée battre un seul homme ?

Ça correspondait pas aux traditions familiales, et qu'il s'agisse de coups ou d'armes verbales, il était hors de question que je laisse passer ça.

Ils se sont rapprochés, et l'autre manouche m'a murmuré à l'oreille, que je devrais courir à trois. Il croyait VRAIMENT que j'allais obéir à ses stupides ordres ?
D'abord, c'était pas mon père, ni un de mes frères (à qui je n'obéissais guère de toute manière), alors fallait pas se croire du même sang sous prétexte que mon aîné l'appréciait.

Et puis Jacky a sorti un truc vraiment, mais vraiment immonde. Un truc du genre à faire pâlir de haine un grand gitan qui doit se tenir à tout prix pour protéger la petite sœur de son meilleur ami. Et moi j'ai pas supporté.

Et j'ai hurlé. C'était pas le cri d'un caprice ou de peur. Nan, c'était un VRAI hurlement. De fureur. J'ai hurlé, et je lui ai jeté de toutes mes forces Pinpin à la figure. Pinpin, c'est mon lièvre-mécanique, une prouesse technique d'arcano-technologie dont on a prononcé plus tard le génie de ses créateurs ; mes idiots de frères.
Et bien Pinpin suivait curieusement bien la trajectoire que je voulais, pour atterrir en plein dans la gueule surprise du p'tit pisseux. Les autres étaient tellement surpris, que j'ai pas cherché plus loin. J'ai récupéré Pinpin (qui revenait vers moi automatiquement) et avec son aide, devant l'ennemi terrassé, j'ai chevauché le chef de la bande affalé, et je lui ai pété toutes ses dents.
Pinpin m'avait prêté sa force.

Y'en a pas un qui a bronché. Bon, c'est aussi parce que le premier qui a fait un mouvement a atterrit bizarrement à terre, mais j'ai pas trop vu ce qu'il se passait derrière. J'étais trop occupé à insulté Jacky des insanités que j'avais apprises sans que mes frères ou Salem n'y prennent garde.

Et puis, parce que je sentais qu'il fallait que je marque le coup, une bonne fois pour toute; je me suis relevée, du haut de mes 7 ans de petit ange bien trempé:

« Si votre chef se fait battre par une fille, c'est que son zizi, c'est de la glu à caca. » - Moi je trouvais que c'était un honneur d'être battu par moi, et bien entendu le fait que j'ai 7 ans et qu'eux en aient 10 de plus ne rentraient pas en ligne de compte. Ce qui devait être humiliant, c'est que j'étais une fille.

Et en désignant l'autre : « Il vaut pas un de mes frères, mais il vaut déjà plus que vous ! », et je tournais les talons, de mon air le plus dédaigneux que j'empruntais à ma mère, j'ai détourné le regard. Et pour la toute première fois, j'ai pris volontairement la main de Salem, à la face toute hilare.



Dernière édition par Katryn Zolnerowich le 15.10.10 15:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: Re: 4   15.10.10 6:32

« Avec Klaes c'était... compliqué.
On peut pas être père, frère et aîné. Surtout quand on est pas tout le temps à la maison.
Comment tu veux faire comprendre des putains de règles pour ta « sécurité » quand tu sais que ton aîné il risque de perdre sa vie tous les jours ?
Nan, j'arrivais pas à comprendre, ça me tuait. Alors ouais... J'ai déconné.
Y'avait bien ce flic, un ancien collègue de notre père, qui tentait de nous amadouer. De m'apprivoiser. Mais à lui non plus, je lui ai jamais fait de cadeau (et finalement je suis bien contente qu'il existe. S'il était pas là, Maman serait toute seule). Heureusement qu'une fratrie, ça t'apprend à encaisser et à savoir rendre. Sinon, je sais pas trop ce qui me serait arrivé.


-Elle se tait une minute.-

Un jour c'est le manouche qui m'a trouvé complètement ivre, j'avais quoi 15 ans ? Je traînais avec des idiots dont j'ai oublié les faces. Des petites frappes qui avaient pas assez de couilles pour l'action.
Pour une fois, Adam m'avait pas retrouvé avant. Les jumeaux essayaient toujours de faire en sorte de me récupérer avant que ça dégénère. Mais cette fois c'est pas Klaes qui est venu, non. Klaes avait plus important. Il avait un Examen. Et Salem est venu à sa place.
Le regard qu'il m'a lancé ce jour là, je crois que j'aurai préféré qu'il gueule, qu'il cogne, ou qu'il se mette à ricaner. Mais il s'est juste contenté de me fixer glacialement.
Vous pouvez me croire, ce genre de regard, ça vous dégrise direct'.
Et après avoir casser la gueule à mes compagnons, il a simplement attendu que je le rejoigne. On est rentré à la maison en silence.

J'ai plus jamais touché à l'alcool.






Klaes retenant Salem pour la photo, Salem qui fait le con
photo prise par Kat', An 656.



Dernière édition par Katryn Zolnerowich le 15.10.10 15:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: Re: 4   15.10.10 6:35

« Je détestais pas Klaes parce qu'il se comportait comme un père. Je le détestais de faire comme si et d'être absent.

Les derniers mots que j'ai eu pour lui, c'étaient des insultes. Je pourrais jamais oublier que la dernière phrase que je lui ai envoyé, c'était que je le haïssais, que je me foute bien qu'il crève dans ses missions pourries. Je pourrais jamais oublier son regard à lui, quand il a annoncé que Klaes était parti.

Je l'ai frappé vous savez. Pas une gifle. Non, une belle gauche qu'il a même pas essayé d'esquiver.

« Alors gadjo, t'es même pas bon à protéger ton seul ami ? » - c'est ce que je lui ai envoyé.

Ouais, je le haïssais. Et je lui en veux toujours. Ils étaient toujours là l'un pour l'autre! Pourquoi CETTE FOIS LA, pourquoi CETTE FOIS, ce con y était pas ?
Si au moins il était mort avec lui, peut-être que je pourrais le lui pardonner.

C'était fini le béguin d'adolescente pour le meilleur ami de ton aîné. Fini les soirées de perms que je passais à les suivre dans les différents bouges que Salem devait quitter pour me ramener.
Non fini. Pour moi c'était qu'une loque qui avait pas été foutu de faire correctement la seule chose bien qu'on lui avait jamais demandé.

Tu te dis sans doute (et avec raison) que la personne que je haïssais le plus à ce moment-là, c'était moi ? Peut-être bien.
C'est loin tout ça. Et des regrets ne font pas se relever les morts. »




« Après ça, je me suis barrée. Ils ont plus eu de mes nouvelles, enfin, j'ai bien été fliqué plusieurs fois. Je suppose que c'était ma mère qui avait demandé à Yehouda de me faire surveiller. Mais je suis pas la sœur d'un officier pour rien tu sais. Et je suis surtout la benjamine d'une fratrie très rusée, alors leur filature, c'était pas trop difficile de les briser.
On avait des nouvelles de moi, épisodiquement. J'avais obtenue une bourse grâce à l'appareil de papa. J'avais hérité de lui autre chose que son absence, j'avais hérité de lui ses yeux et sa manière de vraiment voir. Alors j'ai pu être formé à la photographie chez les meilleurs de l'époque, même s'il fallait se battre dans ce milieu réservé aux hommes.

J'ai percé, j'ai même ma renommée. Et j'suis jamais plus heureuse quand on connait mes photos plus que moi (et mes conneries). Y'a que d'elles dont je suis vraiment fière.
Moi ?
La vie ?
- Elle éclate de rire.
Je suis pas une nonne, j'ai pas eu les bons exemples. J'étais pas aussi prude qu'Adam, peut être un peu moins dévergondée qu'Arthur. Disons que je sais vivre sans attache, au moment présent.

Les autres ?
Ouais je les ai revu. Le jour du mariage d'Adam avec cette grosse courge frigide. Je lui ai balancé direct que mon frère méritait pas un iceberg pour femme.
Elle représente tout ce que je déteste, fille coincée voulant péter plus haut que son cul, mais qui puera toujours la même odeur que sa putain d'origine; j'veux dire. Y'a un moment t'assumes juste. Et tu t'en sors parce que tu es ce que tu es. Pas parce que tu vas le cacher.
C'était pas une vraie aristo, contrairement à ce qu'elle voulait faire croire.
J'ai fait les portraits de trop de ces clampins là pour ne pas réussir à faire la différence.

Déjà qu'à la base je voulais pas y'aller. Voir la « famille » ? Nan mais sans rire, quelle famille ?
A la mort de Klaes, maman est devenue un zombi. Les jumeaux étaient déjà installé, qu'est ce que tu voulais qu'il reste d'une foutue famille ?
Des vielles photos.

Alors ouais, j'ai quand même fait la photo de son mariage. Parce que c'est mon frère après tout, même si je l'aime pas elle.
Même si je devais supporter la présence de Salem.

C'est la dernière fois qu'on a été ensemble. Enfin, l'avant-dernière.»

«La dernière, c'était devant le cadavre d'Arthur. »










Dernière édition par Katryn Zolnerowich le 15.10.10 15:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

- Ouragan enflammé -

avatar

Signalement : Hûme féminine, 173 cm, des formes voluptueuse (une grosse poitrine donc), peau légèrement hâlée, une belle tignasse blonde bouclée indomptable, des yeux virant au turquoise. Des cicatrices un peu partout, surtout aux avants-bras.


MessageSujet: Re: 4   15.10.10 6:35



« Je me doutais bien qu'Arthur œuvrait en ce sens. Je suis peut-être impulsive et frondeuse, mais je connais... connaissais mon frère. Ces photos... Ces documents ?
Je n'ai pas encore pu tous les déchiffrer, mais... je commence à comprendre l'étrange comportement d'Adam.

C'est égoïste de ma part, de le laisser face à tout l'administratif à gérer encore. Face à cette mère éplorée. Je le sais. Mais de toute manière, nous nous retrouverons d'ici peu. Là où toutes les pistes me mènent. Il FAUT que je sache. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

~Et encore un schizo sur le forum.~

avatar

Signalement : L'autre main du Destin (probablement la gauche) Compte PNJ réservé à la validation des fiches. NE PAS MP.


MessageSujet: Re: 4   24.09.11 22:06

22 Octobre 2010, Talula a écrit:
Katryn...je t'adule, je t'adore, je te nêm, je te validationne.
Caleb Mancuso a écrit:
Tout pareil, saleté. Zack


NB: Les fiches ont été nettoyées de tous les post non rp. Désormais, l'auteur du topic est le seul habilité à poster.

Ce topic vous servira à la fois d'étendard, comme de journal intime ou fourre-tout, tant que cela concerne Katryn.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 4   

Revenir en haut Aller en bas
 

4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit