AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   05.11.10 22:37

Petit petit petit...

Le seul mot qui tournait en boucle dans l'esprit de Leto. Dans la poche arrière de son pantalon se trouvait, soigneusement pliée (soit dans tous les sens sauf celui qui préserverait le mieux le papier) un portrait. A ramener, mort ou vif, peu importait. Un contrat. Une bonne paie. Elle n'en demandait pas plus. Le principe était simple et facile à satisfaire. Mais aujourd'hui, comme régulièrement en ce moment, elle se la jouait solo. Non pas qu'elle ne faisait plus confiance à Lilia, bien au contraire. Mais un contrat, aussi loin de a ville, sachant que son amie était diminuée, c'était hors de question. Et puis ça n'avait pas l'air bien compliqué. La tête de ce type était mise à prix depuis un bon bout de temps. Mais la traque semblait si simple qu'aucun balayeur n'avait relevé le défit. Un petit hume, bedonnant, au trois quart chauve, qui ne devait sa mise à prix qu'à une histoire de deal qui avait mal tourné. Le genre de type dont on pouvait avoir pitié. Celui qui serait certainement incapable de se défendre et qui se terrait dans des ruines en attendant qu'on l'oublie. Un pauvre petit hume qui n'avait pas de chance et qui devait espérer la pitié d'une bonne âme pour plus de sécurité.

Pas de bol. Leto n'avait pas vraiment de pitié pour ce genre de type. Non. En fait, Leto n'avait pas vraiment de pitié tout court. Seulement quand ça faisait bien de se la jouer "j'ai une conscience, je suis juste et gentille", ce qui n'était pas du tout le cas actuellement. Il fallait qu'elle renfloue la caisse commune. Le garde-manger était quasiment vide, et Lilia devait pouvoir se reposer et arrêter de courir les contrats suicidaires. La prime n'était pas mauvaise, elle aurait de quoi payer le loyer, et la bouffe pour au moins deux semaines. C'était donc une cible intéressante. Quand c'est la crise, on était pas trop regardant sur le boulot, tant qu'il permettait de bouffer, hein. Et c'était le cas.

Donc, pour en revenir à la situation présente, les dernières informations en date racontaient qu'un petit homme bedonnant se terrain dans les ruines calcinées du labo. C'était glauque, ils faisait peur aux gamins qui s'approchaient, une bonne histoire de fantôme, en somme. ça et les quelques restes que le voile déchiré laissait filtrer. Il devait probablement être partiellement affamé, en train de se les geler dans ce froid infernal, bref, c'était une proie tellement facile que Leto se sentait l'âme du léopard qu'elle avait été en train de bouffer le suricate piégé par une plaque de verre. Il n'avait pas fait long feu, le pauvre. Les restes du corps hume retransformé devaient d'ailleurs avoir été trouvés à l'aquarium, depuis le temps. A cette simple pensée, elle glissa la langue contre ses lèvres, tâchant de chasser rapidement ce souvenir bestialement euphorique. Ici, sa proie était différente. Ici, sa proie était...

Réduite à un état rigide, limite momifiée. Déception. Leto se redressa, épée en main toujours, et considéra le cadavre. Il devait être mort depuis un sacré bout de temps, celui-là. Glissant sa main libre derrière ses hanches, sous son manteau, elle ressorti le papier massacré qu'elle déplia en lâchant un soupir. Signe distinctif: un tatouage représentant un T-rex derrière l'épaule gauche. Passionnant. Le cadavre était sur le dos. Abandonnant la feuille sur une table métallique noircie de suie, elle s'accroupit, planta son épée dans le sol, glissa ses mains gantée sous le corps et le fit rouler, dans un craquement aussi glauque que tout le reste du décor. Difficile de trouver un signe distinctif sous une chemise collée par les liquides qui avaient suinté du corps. Heureusement que le froid avait partiellement gelé le tout sinon l'odeur aurait été proprement insupportable. Elle porta une main à sa bouche, saisit le gant entre ses dents pointues pour le retirer tandis que son autre main récupérait sa lame. Du bout des doigts, elle saisit un pan de tissu au niveau du col, et se servit de la partie acérée de sa garde pour trancher le tissu, pour ensuite tirer d'un coup sec et achever de le déchirer.

La tache noirâtre comportait effectivement les contours (pas très définis) d'un T-rex. Le tatoueur devait être bourré quand il avait fait ce motif. Enfin peu importait. Le cadavre et la cible étaient bel et bien la même personne. Restait plus qu'à en tirer la prime. Dommage. Ce n'était pas ce soir qu'elle allait avoir une quelconque chasse. Se servant toujours de sa lame, elle trancha la peau, récupérant le tatouage, taillant la chaire sans réel respect pour la dépouille. Les affaires sont les affaires. Ah, mince. Pour prouver qu'il était bien mort, il valait mieux ramener la tête aussi. Non parce que se trimballer tout le cadavre jusqu'à Sécaria,puis à travers toute la ville, ça allait faire tâche. Heureusement qu'elle était venue avec un sac. Sac dans lequel elle s'empressa de jeter le morceau d'épiderme, pur ensuite se relever, épée toujours en main. Elle glissa d'ailleurs la lame sous son bras, le temps de remettre son gant, puis, tenant Erèbe par la garde, elle pointa la lame au niveau de la nuque. Allez. Un coup sec, et on en parlerait plus. Calmement, elle releva l'épée au-dessus de sa tête, pour avoir l'élan nécessaire, et s'apprêtait à l'abattre sur le cou de la défunte cible...

... Quand un bruit soudain l'interrompit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lionel Thymor

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   08.11.10 1:44

Ça risque d'être cruellement ennuyant.

Ah la ferme...

Un débat intérieur sans fin, voilà ce qui lui était réservé depuis qu'il s’était réveillé dans son studio, une large bosse derrière la tête. Mais peu importe, c'était simplement une illusion, des neurones affectés, des voix dans sa tête, du somnambulisme, de la paranoïa, autant ne pas y penser. Et il n'y pensait pas, il avait repris le travail dès le lendemain, mais sa patronne l'avait trouvé étrange et l'avait immédiatement forcée à prendre des vacances. Il n'allait certainement laissé alité chez lui... ça, c'était cruellement ennuyant. Au contraire, la visite de ce laboratoire calciné l'intriguait depuis déjà un petit moment, et il n'avait pas vraiment eu le temps de se mettre à certaines fouilles technologiques suite à son arrivée à Sécaria.

C'est pour cette raison qu'il avait été si matinal ce matin. Déjeuner rapide, comme à son habitude, il ne mangeait pratiquement rien en ce levant, puis il avait aussitôt pris la porte pour se diriger en direction du laboratoire abandonné. Mais depuis son départ, cette voix n'avait pas arrêté de l'agressé, répétant des « Il n'y a rien à voir là-bas » et des « Non, mais tu m'écoutes! Je suis le maître ici!» Le plus triste est que c'était loin de le décourager, au contraire, cela l'intriguait beaucoup plus, y trouverait-il une raison à son calvaire actuel? Il en doutait fortement... C'était un laboratoire abandonné, et à moins que ses souvenirs se mêlent avec les rêves étranges de moments du passé qu'il n'avait jamais vécus, il ne croyait pas être déjà entré dans ce laboratoire auparavant. Donc, la théorie des expériences étranges sur les extra-tyrestre ou bien la possession par un fantôme de la place s'écroulait.

C'est donc de pied ferme, et en ignorant la voix qui le harcelait, qu'il avait traversé les quelques kilomètres qui séparaient la ville du laboratoire, l'amenant enfin devant la porte en acier qui servait d'entrée. L'endroit était peut-être incendié, mais un laboratoire n'était généralement pas construit en bois, donc l'essentiel de sa structure tenait assez bien. Il s'approchait de la porte, et glissa nerveusement sa main sur la poignée. Qu'est-ce qui le rendait soudainement aussi nerveux? C'était qu'un bâtiment après tout... et vide. Et si il ce trompait, et si l'endroit n'était même pas vide, mais juste une rumeur pour éloigner les touristes? Il recula un instant pour regarder tout autour de lui, il verrait bien s'il y eut dernièrement des activités autour. Il y avait bien ses traces, beaucoup trop récentes, qui, près de celle de Lionel, s’étaient approchées de l'endroit et y étaient entrées, sans repartir. Il y avait donc quelqu'un d'autre qui visitait l'endroit!

Il plaqua alors son oreille contre la lourde porte pour assimiler tout son qui proviendrait de l'intérieur du bâtiment. De longues minutes à tenté d'écouter, et pourtant rien, aucun son. Il n'y avait même pas signe d'une souris qui grattait le plancher. En même temps, les pièces devaient être semi-blindé, alors autant dire que s'il y avait une réunion quelconque, il était bien possible qu'elle se déroule ailleurs que dans le hall d'entrée.

Je continue à penser qu'on devrait partir... Fais-moi confiance... Y a rien de bon dans de vieux labos

Fait moi confiance? Une voix qui lui demandait de lui faire confiance? Et étrangement, il semblait parlé par expérience récente... Il secoua rapidement la tête pour chasser cette idée de son esprit, puis reprendra la position initiale. La main sur la poignée, un long respire puis il ouvrit la porte assez grand pour s'y faufiler. Un peu d'huile ne ferait pas de tord à cette porte vue l'énorme boucan qu'elle produisit dans l'immensité écho du laboratoire, laissant s'échapper un long grincement qui parviendra surement aux oreilles de la balayeuse déjà présente, porte d'ailleurs, il refermera derrière lui, assez pour en casser les oreilles d'un sourd. Enfin, il découvrait l'endroit délabré, pour l'instant rien de bien impressionnant, un hall d'entré, mais qu'est-ce qui ce cachait dans les autres pièces? Il s'avançait déjà pour tenter de le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   08.11.10 21:10

Figée les bras en l'air, Leto eut une vague pensée blasée. Aucune discrétion! La porte d'entrée faisait un boucan tel qu'il aurait pu réveiller les morts. Pour sûr, ce devait être des gamins qui se lançaient dans une chasse au fantômes ou un autre truc du genre. Ouais, sauf qu'il n'y avait ps de murmures enfantins, de petits pas hypocritement innocent foulant le sol aussi cendreux que poussiéreux du laboratoire désaffecté. Au contraire, un silence. Puis des pas. Mais des pas adultes, lents, comme si... Ah merde! Elle n'avait pas du tout prit la peine de cacher ses traces. En même temps, il y avait tellement peu de probabilité qu'elle fasse une rencontre hostile par ici (exception faire de sa cible, mais vu que le pauvre type était déjà mort à son arrivée, zéro danger), qu'elle n'avait pas jugé utile de se montrer particulièrement discrète. Une vague pensée lui effleura l'esprit. Avec la taille XXL de ses docks métalliques, sûre qu'on allait la prendre pour un gros balèze plein de muscles et potentiellement dangereux. Bon, pour la dernière affirmation, ce n'était pas totalement faux, mais tout de même.

Consciente qu'elle tenait la pose ridiculement, Leto baissa tout doucement les bras et tourna la tête vers la porte partiellement repoussée. Heureusement qu'elle s'était secouée les chaussures à l'entrée sinon elle aurait joué au petit poucet jusqu'à la salle dans laquelle elle se trouvait. La démarche de l'inconnu était... Méfiante? Lente en tout cas. Soit il s'attendait à se faire agresser, auquel cas, pourquoi diable avait-il franchit le seuil du laboratoire? Soit il avait l'intention de venir chercher la bagarre. Peut-être un concurrent venu chercher la même cible? Ce serait embarrassant, d'avoir à se battre pour récupérer un cadavre... Leto jeta un regard courroucé au dit cadavre. Elle hésita à peine une demi-seconde. Couper quand même la tête? Ou veiller d'abord à écarter tout danger potentiel? La part de raison un tantinet calculatrice qu'elle possédait lui dictait de se faire discrète. Si ça se trouvait, l'autre allait rebrousser simplement chemin. Ou alors s'il arrivait jusque-là, il valait mieux qu'elle puisse le voir, ou tout du moins le prendre par surprise.

Avec une rapidité surprenante, elle se déplaça dans un silence parfait, habituée qu'elle était à passer inaperçue, contourna la table métallique du centre de la pièce, et alla se glisser derrière la porte, dans l'angle de la pièce, dans le noir complet. Lentement, elle se baissa, glissa la lame derrière son dos, pour qu'aucun reflet malencontreux ne la fasse remarquer. Même l'acier de ses chaussures disparaissait sous le bas de son manteau, dans cette position. Seules restaient les prunelles aux pupilles beaucoup trop dilatées, qui fixait d'un regard limite malsain le trait vaguement lumineux qui passait par le couloir, venant d'autres salles. Elle attendait, simplement. Il fallait qu'elle sache, si la présence était hostile, si il valait mieux ne pas prendre de risque. Assommer? Tuer? Bon, c'était un peu prétentieux. Si ça se trouvait, la malchance avait conduit ici un dingue surpuissant contre lequel elle ne pourrait que s'enfuir. Mais merde... Hors de question de s'enfuir sans la tête du cadavre. Elle avait un loyer à payer, un garde-manger à remplir, et un égo à ne pas trop blesser en fuyant la queue entre les jambes.

Ses deux mains se resserrèrent sur la garde d'Erèbe, elle s'inclina un peu plus, entendit les pas se rapprocher, vit l'ombre se dessiner sous la porte. Encore un peu... Qu'il avance encore un peu... Qu'il pousse la porte et il se retrouverait l'instant d'après avec une lame sous la gorge. Un peu agressive? Plutôt du genre habituée à se faire agressée. Elle gardait déjà un souvenir passablement détestable de sa dernière escapade hors de Sécaria. Et pour cause... Se faire agresser par une meute conséquente d'autruches carnivores avait de quoi refroidir n'importe qui. La différence, c'était que personne ne ferait d'enquête pour des cadavres de piafs sans cervelles. En revanche, si elle nuisait un peu trop accidentellement à un balayeurs, ou à un noble citoyen de Sécaria, elle risquait d'avoir de sérieux soucis. Bon, d'accord, elle se contenterait de menacer et de rester sur la défensive. C'était plus prudent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lionel Thymor

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   10.11.10 0:59

Pour l'instant cet endroit n'avait vraiment rien de bien impressionnant, loin de là. Un bâtiment délabré de plus, il en avait visité des tas déjà, pour ne pas dire des centaines, et Dieu sait qu'il en avait vu des intéressants. Celui-ci était glauque à vrai dire, et il n'était plus vraiment sûr qu'il avait envie de le visiter. La découverte de « technologie » ancienne et arriérée était sa passion, et cet établissement lui donnait plus en plus l'impression de ne rien renfermer du tout.

C'est à ce moment-là, alors qu'il était sur le point de rabattre ses recherches sur un endroit moins ennuyant, qu'il aperçut cette neige laissée sur le tapis d'entrée. Il y avait donc bien quelqu'un ici! Quelqu'un qui était entré il y a très peu de temps même, puisque la chaleur de bâtiment n'avait toujours pas suffi à faire disparaître ses flocons gelés réunis en tas sur le sol. Il chercha des yeux à suivre les traces mouillées vers l'intérieur, mais rien, l'individu avait brillamment nettoyé ses bottes avant d'entré. Autant faire de même, c'est pourquoi il s'exécuta aussitôt à essuyer les siennes avant de pénétrer le hall pour se diriger vers les couloirs.

De nouveau, il s'immobilisa. Est-ce qu'il avait entendu quelque chose? Non, il devenait fou. Alors qu'il regardait déjà tout autour de lui dans la pénombre du couloir, il glissa sa main sur sa cuisse pour y attraper un de ses poignards. Si quelqu'un osait courir en sa direction, il serait très rapidement perforer et hors d'état de le nuire. Lionel connaissait très bien les points de pression, et il suffisait d'une seule perforation pour empêcher quelqu'un de marcher pendant une longue période de temps. Une fois bien armé et paré à toutes attaques, il ouvrit grand les oreilles pour écouter le moindre son. Sa présence avait surement été repérée, vu le son effroyable qu'avait causé la porte... s'il y avait des morts endormi ici, il les avait même surement réveillés, alors l'individu présent se préparait surement à l'accueillir, et n'hésiterait pas à se déplacer. Encore là, toujours rien, soit la personne n'avait pas bougé, soit c'était vraiment un poids plume, donc elle bougeait comme une souris.

Il reprit sa marche, sur ses gardes, poignard à la main, les yeux autour de la tête. Voilà, une première porte close, et aucune indication sur l'utilité de la pièce nulle part autour. Le versatillis zyeuta le bas de la porte pour s'assurer qu'aucun mouvement ne s’y déroulait. Aucun son, aucun mouvement, le calme plat. Psychologiquement c'était beaucoup plus effrayant que n'importe quel bruit, pas étonnant qu'on prétendait que cet endroit était hanté, son simple silence aurait glacé le sang de n'importe lequel des mammifères.

Sa main se glissera sur la poignée de porte, à nouveau cette hésitation constante, un grand respire. Il n'allait pas hésiter comme ça sur toutes les portes non? Et s'il n'y avait personne? Ça lui prendrait bien toute la journée explorée juste le premier étage, et il était assez commun de penser qu'il y avait probablement plusieurs sous-sols.

Allez Lionnel ouvre cette porte...

Pourquoi ne l'ouvres-tu pas? Tu as peur? Haha... Je pose la question, mais je le sais très bien que tu as peur... Si ça se trouve, tu devrais rebrousser chemin, ce serait mieux...

L'idée résonna dans sa tête, « rebrousser chemin, ce serait mieux ». Oui effectivement, ce serait mieux, pourquoi il ne faisait pas alors? Parce que ça curiosité surpassait ses envies simplement. C'est surement pour cette raison qu'il ignora complètement les pensées que le Parasite tentait de lui faire assimiler puis entrouvrit la porte pour examiner l'intérieur. À première vue personne. Il la repoussera alors d'un coup, pour rester dans le cadre de la porte et explorer la pièce du regard.
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   13.11.10 18:51

Spoiler:
 

Leto entrait effectivement dans la catégorie poids plume, malgré sa taille conséquente. Encore heureux qu'elle avait l'entraînement nécessaire en prime pour se la jouer discrète. Mine de rien, ça lui avait demandé pas mal d'exercice, pour arriver à ce degré de silence avec des bottes lourdement renforcées. ça n'avait pas toujours été aussi simple. Combien de fois c'était-elle prise des raclées imprévue par manque de subtilité? Ses cicatrices en témoignaient. Mais elle avait fait d'excellent progrès. Ce qui était indispensable quand on bossait avec une tête brûlée qui avait la fâcheuse manie de foncer dans le tas. Pour protéger les arrières de Lilia, elle avait été forcée de progresser. Tant mieux pour elle. Sinon, elle aurait probablement risqué un poignard planté quelque part dans le corps. Pour les cicatrices, c'était bon. Elle n'en voulait pas vraiment d'autres pour le moment. Surtout que la dernière n'avait pas parfaitement fini de se remettre.

Les pas ralentirent, s'arrêtèrent devant sa porte. Elle voyait, cette ombre. Ce n'était définitivement pas un animal. Bipède, de toute évidence. Quelle espèce? Homme ou femme? En fait, elle s'en foutait comme de la première goutte de sang qu'elle a versé. Non, ce qu'elle voulait savoir, c'était s'il fallait considérer l'intrus comme hostile ou tolérable. C'était la première question qui lui traversa l'esprit. Venait en second celle de l'opportunité de trancher enfin la tête du cadavre étendu sur le ventre, l'épaule mutilée par ses soin, et dissimulé par la table. Elle avait besoin de cette prime. Ce n'était pas de la fierté mal placée. Si elle avait pris le soin d'écouter son égo, elle n'aurait jamais mis les pieds dans ce laboratoire. Il n'y avait aucune fierté à traquer un non combattant. C'était tellement facile qu'elle avait trouvé l'annonce limite insultante. C'était aussi sûrement pour ça qu'aucun balayeur ne s'était occupé de ce cas, de toute évidence.

Le regard baissé sur l'ombre, Leto plissa les yeux. Elle était parfaitement calme, pas vraiment inquiète. Elle se savait dissimulée, et surtout, elle savait que si l'autre redoutait une présence, elle, elle avait une certitude. Sur ce coup, l'avantage lui revenait clairement. Une de ses mains se desserra sensiblement sur la garde de son épée, pour ne pas retenir l'autre si le coup devait partir. La porte s'entrouvrit, dans un grincement désagréable qui fit crisper Leto. Pourquoi fallait-il que dans tous les lieux délabrés il y ait ce genre de sons absolument insupportable? De sa place, elle ne vit pas la personne. Juste l'ombre. Une rapide estimation lui indiqua qu'il était plus grand qu'elle. Pas de bol. La théorie de l'hostilité venait clairement de passer en tête. Pourtant, elle n'amorça pas la moindre attaque. Elle devait d'abord être sûr. Une bavure ferait très tâche sur son dossier. Lilia la buterait purement et simplement si elle faisait le genre de connerie suffisante pour passer du statut de balayeur à celui de contrat. Elle devait se montrer patiente. Tant mieux, elle l'était en général. Ouais. Sauf que...

SBLAF!!

La porte fut brusquement poussée et ce qui devait arriver arriva. Leto, baissée et appuyée contre le porte prit la poignée de plein fouet dans la hanche, percuta le mur sous l'effet de surprise. C'est qu'elle était lourde cette porte! Pas besoin d'y mettre beaucoup de force pour faire mal. Et dans un réflexe aussi débile que naturel, Leto balança un gros coup de pied dans la porte à son tour, en poussant un cri vengeur. Prends-toi ça dans la tronche, s'pèce de brute!! Et dans le même coup, elle fit volte face, avec une grimace de douleur, le pas chancelant, en retrait pour ne pas se prendre le battant une seconde fois, et pointa clairement son épée en direction de l'assaillant. Dès que la porte poursuivit son mouvement et se rouvrit toute seule, et Leto pu enfin voir le/la rustre. Le, en l'occurrence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lionel Thymor

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   18.11.10 23:29

Spoiler:
 

Ah! La voilà cette fameuse pièce! À première vu, un bureau rien de plus ordinaire, ennuyeux même. Personne ne l'attendait avec un couteau, personne le regardait en poussant un rire sardonique, aucun objet ne volait, et encore moins de savants fous égocentriques lui pointaient un rayon laser entre les deux yeux.

Je m'inquiétais pour rien...

Il allait s'approcher pour explorer la pièce plus en détail, la curiosité le tuerait surement un jour, mais c'est à ce moment qu'il entendit un cri : "Prend ça espèce de brute.". La voix lui parlait-elle? En tout cas, cette voix n'était pas dans sa tête, il le savait bien. C'était une voix féminine et elle était tout près de lui. Alors qu'il se disait qu'il ne pouvait pas être la « brute » en question, il tourna la tête vers l'endroit d'où la voix provenait pour s'apercevoir que la porte revenait à toute vitesse vers lui. Aurait-il le temps de l'éviter? Impossible, puisqu'elle lui fracassait déjà l'épaule gauche.

Il émit un "Arg" plaintif en tentant de se décaler. La porte, en frappant son épaule, refit alors le chemin en sens inverse pour retourner en position ouverte et se frapper contre le mur. Il eut à peine le temps de ressentir la douleur, qu'il aperçut qu'une silhouette "handicapée" se glissait de derrière la porte pour lui faire face avec une lame. Pas le temps de vérifier si son épaule était en état, il modifia aussitôt la prise de son poignard pour être en position de lui lancer si elle approchait, faisant un pas vers l'arrière pour créer une distance et ainsi offrir le désavantage à son adversaire.

Une jeune femme à première vu, avec une épée? C'était d'actualité de se battre à l'épée? Il pouvait bien parler avec ses poignards lui... Malgré que l'apprentissage du combat à l'épée était beaucoup plus rare bien sûr.

Vous me voulez quoi? Une autre balayeuse?

Une autre? Cela signifiait en tout cas à la versatillis, que l'être devant lui avait déjà été attaqué, et que peu importe la façon, il s'en était sorti.

Je vois pas ce que vous me voulez, mais foutez moi la paix!

La porte était là, juste derrière lui, il aurait pu continuer à reculer et s'enfuir, mais non. Au lieu de ça, il resta immobile devant elle, sur ses gardes, prêts à lui envoyer la lame perforante à n'importe quel moment. Si elle voulait l'attaquer, elle allait soit faire preuve de ruse, soit être très rapide. Oui, il serait surement sans défense en lui lançant le poignard, mais l'endroit où elle le recevrait serait-il mortel? Voulait-elle vraiment prendre ce risque?
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   19.11.10 12:52

Un très léger frisson de victoire lui parcouru l'échine en entendant le cri de douleur au retour de la potre. Bien fait! Bon, c'était un peu infantile comme pensée. Mais n'empêche, pour Leto, ça faisait un bien fou de renvoyer l'ascenceur quand elle en avait l'occasion. Epée pointée en avant, Son expression se fit aussi glaciale que menaçante quand elle apperçu la lame entre les mains de l'intrus numéro. En appui sur sa jambe droite, à défaut de pouvoir parfaitement se maintenir stable pendant les quelques minutes qui allaient suivre, Leto ignorait délibérément la douleur qui était en train de s'atténuer peu à peu contre sa hanche. Elle en tirerait un bel hématome, sans aucun doute. Mais en soi, elle était plutôt en excellent état et toute disposée à en venir aux mains s'il le fallait. Mais avant, mieux valait évaluer plus clairement la situation.

Déjà, c'était un homme. Facile à déduire, ça. En revanche, quelque chose gênait Leto. Une petite incertitude sur l'espèce à laquelle appartenait ce scpéciment. Hume? Possible. Mais quelque chose clochait asns qu'elle ne puisse mettre la main dessus. Il était grand. Plus qu'elle, mais de pas beaucoup. Et les humes qui la dépassaient n'étaient aps très nombreux à Secaria. Mal rasé, mal coiffé (le temps venteux à l'extérieur justifiait clairement la dégaine), et armé en tout et pour tout s'un poignard, selon toute vraisemblabilité. C'était peu, quand on voulait aller faire mumuse hors de la ville. Surtout en connaissant les différents prédateurs de la toundra. Et pas que des animaux, pour certains. Un adepte du combat à distance, tout d'abord, pour ce qu'elle en voyait. Et ne sachant surtout pas du tout à qui il s'en prenait. Il ne la traquait pas, c'était un fait. Ou alors il ignorait qu'elle pouvait user de la télékinésie en combat. Il lui suffisait de faire ne serait-ce que mine d'avancer le bras pour lui jeter la lame et lui et son poignard iraient se manger de plein fouet le mur du fond. D'ailleurs, les prunelles jaunes de Leto devièrent un instant sur le décor derrière l'inconnu, estimant la distance, pour revenir ensuite, toujours glaciale, se planter dans le regard de l'inconnu... Qui prit la peine de parler en premier.

Pour seule réaction, Leto haussa imperceptiblement un sourcil. Comment ça, une "autre balayeuse"? Monsieur était un adepte des emmerdes en tout genre? La première pensée (pas très rationnelle d'ailleurs) de Leto, se borna en un seul mot clignotant et prometteur qui s'alluma dans son esprit: pognon! Il était sous le coup d'une prime? Et la dernière à l'avoir traqué s'était rétamée? Il fallait croire que Leto avait peut-être un peu de chance de temps à autre. La notion même de danger lui paru momentanément obsolète, étrangement. Déjà que chez les balayeurs il y avait de tout (du petitt traqueur de fantôme sans envergure à la brute surpuissante anéantissant tout sur son pasasge), elle ne se permettait pas de se baser là-dessus pour jauger un adversaire. A moins de connaître le balayeur qui s'était fait humilier. Résumons donc. Monsieur, pas trop mal de sa personne d'ailleurs, était certainement un contrat. En prime, il ne savait même pas pourquoi. Ah ça, par contre, c'était un mauvais point. Un type traqué qui n'avait rien à se reprocher ne devait pas être fondamentalement menaçant, donc les prix pour le rapporter devaient frôler les pavés. Autant demander, des fois que.

"Combien? La prime pour votre tête?"

Etrangement, et malgré sa posture agressive, le ton était plutôt neutre, distant, et pas particulièrement menaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lionel Thymor

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   21.11.10 21:39

L'attitude de la jeune femme le déstabilisa. Il se mit donc à analyser celle-ci pendant un long instant. Elle n'avait aucunement peur de la lame qu'il tenait en main, donc soit elle le sous-estimait, soit elle avait déjà trouvé un moyen de s'en sortir, et c'est cela qui le déstabilisait. La femme était légèrement plus grande que la plus part des Humes, ce qui rappelait ses origines Versatillis, mais aucune chance qu'elle en soit une... Les Versatillis n'allait surement pas en balayer d'autre non? À moins qu'elle ait trahi son propre peuple... Il tentait de l'apercevoir dans son regard, mais cela lui semblait mission impossible vue l'éclairage de la pièce.

« Combien la prime pour votre tête? » La prime? Elle cherchait surement à savoir combien ça lui rapporterait de le tuer. Mais comment pouvait-il le savoir? Y avait-il vraiment une prime sur sa tête à prime à bord? Les deux jeunes qui l'avaient capturé trop aisément, il y a quelques semaines de cela, avaient bel et bien parlé d'une prime, mais n'avaient jamais mentionné de montant.

Vous aussi? Vous chassez? Il n'y a rien sur ma tête.

Voilà qui n'avait rien de bien convaincant. Il n'y avait rien sur sa tête? Pourquoi reculait-il encore d'un pas alors? Il avait peur? Pas nécessairement, mais il avait décider de rester en vie aujourd'hui. D'ailleurs, il se posait plus que jamais la question, pourquoi était-il venu ici?

répète-lui qu'il n'y a rien sur ta tête...

Cette putain de voix dans sa tête, pourquoi voulait-elle qu'il lui répète? Ça n'aurait vraiment aucun effet de plus, déjà que l'argumentation n'y était pas, le répété ne ferait que prouver qu'il y avait bien quelque chose.

Répète lui! Tu ne m'as pas écouté, et tu es venu jusqu'ici, alors maintenant écoute-moi si tu veux sortir d'ici vivant...

C'était un fait, la voix l'avait avertie à plusieurs reprises et il n'avait fait qu'à sa tête. Autant faire ce qu'elle disait cette fois, puisqu'elle insistait.

Je vous assure, il n'y a rien sur ma tête...

Les mots résonneront beaucoup plus que les premiers dans la tête de la jeune femme, après tout c'était parfaitement logique, il n'y avait rien sur sa tête, pourquoi y aurait-il quelque chose. Comme un message subliminal, les mots s'incrustaient dans son cerveau, mais allait-elle les rejeter? Avait-elle un esprit assez ouvert pour laisser pénétrer ses mots dans son esprit?

Pour sa part, Lyonnel restait toujours immobile dans le cadre de la porte, à fixer la réaction qu'aurait la balayeuse fasse à cette maigre argumentation.
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   22.11.10 12:07

En voilà une excellente question existencielle. Les Versatilis pouvaient-ils s'en prendre à ceux de leur propre race? Connaissant la propension de la dite espèce à agire comme des saloperie de psychopathe (leur surnom dans le milieu étant encore léger), la réponse pourrait s'avérer quelque peu... Décevante. De fait, traquer du Versatilis ne posait aucun cas de conscience pour Leto. Une prime restait une prime. Les vrais fauteurs de troubles devaient avoir au moins la décence de ne pas se faire avoir. S'ils se faisaient avoir, tant pis pour eux. C'était la jungle partout. A Sécaria comme ailleurs.

Mais revenons-en aux faits. Et ces derniers allaient dans l'ordre suivant. Analyse de la gestualle, du ton, des mots choisis. Gestuelle de défense. Il était agressé. Rien à redire là-dessus. Il avait sorti sa lame déjà avant de lui balancer la porte dans la figure, selon toute vraisemblance. Donc c'était un habitué des menaces. Il ne paraissait pas totalement surpris, mais en tout cas assez embarrassé. Ben oui, qu'elle chassait. Noraml pour une balayeuse, même si son métier n'était pas inscrit sur son front. Il n'y avait rien sur sa tête... QUOI?? Déception utlime. Soit il mentait... Mais dans le cas présent, il aurait sans doute trouvé mieux quand même. Même un menteur avait de l'argumentation. Surtout s'il était habitué à ce que sa tête soit mise à prix. Il existait bien une solution, celle qui collerait avec cette sensation bizarre: Versatilis. Pas besoin d'avoir uen tête mise à prix pour que des balayeurs aient envie de vous la décrocher des épaules. de base, il pouvait y avoir une prime, mais elle était basse. Volontairement basse pour offrir une sécurité illusoire aux versatilis naturalisés comme elle. Pas de bol pour lui.

Etrangement, la lame de Leto s'abaissa lentement. A quoi bon se battre pour une prime à raz les pâquerettes? Déjà elle risquait de se faire blesser, ensuite elle avait déjà une prime plus alléchante dans la pièce, et finalement, il avait l'air tellement méfiant que sur l'instant, il lui faisait vraiment penser à un pacifiste maltraité par la société. Un regain de solidarité, peut-être? Même pas en plus. La pointe de l''épée alla menacer le sol couvert de poussière et de suie. Pourtant, elle ne changea pas de posture et restait elle aussi sur la défensive. La siituation pouvait être sans issue. Soit il attaquait, soit elle renonçait. Mais lui n'était de toute évidence pas venu ici dans le but de trucider tout ce qui pouvait croiser sa route. N'empêche, elle avait quand même le doute.

Un doute qui s'estompa étrangement quand il répéta sa phrase. Forcément, il ne pouvait pas avoir un contrat sur sa tête. Pourquoi l'avait-elle pensé d'ailleurs? Décidément, Lilia déteignait un peu trop sur elle. ça allait devenir malsain toutes ces tendances à la violence...
Une minute.
Depuis quand elle se trouvait subitement l'envie de laisser un adversaire en vie? Même quand toute la logique du monde le lui dictait (et qu'elle le faisait d'ailleurs), Leto garadait inévitablement en elle cet instinct de meurtre qu'elle étouffait sans ignorer pour autant. C'était bizarre. Etrange. Inhabituel. En plus... C'était elle ou il y avait comme de la magie dans l'air?
Elle releva instantanément son épée. Toujours agressive. Mais sans trouver cette volonté pourtant familière de faire couler le sang. Elle lâcha, dans un sifflement désagréable.

"Arrêtez immédiatement de faire ça."

ça quoi? En fait, elle ne le savait pas vraiment. Elle savait juste qu'il faisait quelque chose, sans avoir la certitude. Il essayait de la manipuler? Elle n'était même pas capable de l'affirmer. Mais quelque chose en elle avait été insidieusement modifié et ça ne lui plaisait pas du tout. D'autant plus qu'elle était en train de perdre son temps. La tête de ce versa ne lui rapporterait pas un copec, alors que celle du cadavre, si. C'était énervant, à la fin. Mieux valait couper court à ce petit jeu. Elle recula sensiblement, baissa à nouveau sa lame, et décida finalement de se détourner. Elle avait vraiment l'air de le sous-estimer, là. Pourtant, ses sens restaient parfaitement à l'affût. Le moindre mouvement trop brusque et il allait se le manger, le vol plané. En attendant, elle avait mieux à faire. Dans la salle, elle contourna la table métallique calcinée, releva à nouveau sa lame, et l'abbati sur la nuque du cadavre pour ensuite récupérer son sac. Son salaire était assuré. Le reste dépendrait de l'intrus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lionel Thymor

Invité

avatar



MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   27.11.10 3:46

C'était tout? Il lui disait qu'il n'y avait rien sur sa tête et elle n'insistait? Elle se plaignait certes, elle voulait qu'il arrête de faire ce qu'il faisait, à vrai dire, il n'était pas certain d'avoir fait quelque chose, mais visiblement, cette chose qu'il avait fait, avait convaincu la jeune femme de ce qu'il voulait. Alors c'était ça, c'était pour ça qu'il arrivait à convaincre n'importe qui, avec n'importe quoi ses derniers temps. Si ça ce trouve, ça avait un lien avec sa perte de lecture des pensées, cette voix dans sa tête et cette légère cicatrice à la nuque peut-être? Il secoua la tête, ça n'avait aucun intérêt d'y réfléchir, en tout cas, pas maintenant. Venons en au cas présent. Elle avait baissée sa garde, et lui avait même fait dos... Autant dire qu'elle lui faisait "confiance", enfin suffisamment pour lui faire dos... À moins qu'elle le sous-estimait? S'il le désirait, il pourrait probablement casser cette femme en deux, et ce n'était pas sa lame qui l'arrêterait.

Il glissera son poignard à sa cheville, pour le glisser dans l'étui et le joindre au autre, sans pour autant ce désarmer, puis qu'il attrapait discrètement sa matraque et l'inséra dans une poche intérieur de sa manche prévu à cette effet. Ça ajoutait bien un poids à celle-ci, mais c'était suffisamment discret pour ne laisser aucune trace de sa présence par une personne qui l'analysait.

Il fit un pas vers l'avant, pour ce dégager du cadre de la porte, et ainsi jeter un œil vers ce quoi elle s'approchait. Un cadavre... Il l'analysa l'espace d'un instance... Ce n'était pas elle qui l'avait tuer, ça c'était clair. Le cadavre était là depuis un moment, alors elle était là pour lui rendre hommage? Peu de chance... Elle le libéra de sa tête pour l'éternité, geste grossier mais intéressant. C'était bien un balayeuse, et elle était venu chercher un trophée.

Vous ne tuez pas vos cibles vous-même? Serait-ce plus facile de prendre des cibles déjà décédées? Si c'est payant, je pourrais bien m'y mettre moi aussi.

Et visiblement, ce n'était pas un balayeur, puisqu'il n'était pas là pour lui voler sa paye. Par contre, il était provocateur ce bougre, pourquoi il ne repartait pas d'où il était venu? Impossible, il était beaucoup plus curieux que ça.

Il croisa les bras, signe qu'il avait lui aussi baissé sa garde, mais la vrai question était, avait-il la vitesse nécessaire pour les décroiser si elle s'en prenait à lui? À elle de voir si ce genre de détail pouvait l'intéresser.

J'avoue que c'était le dernier endroit où je croyais trouver de la vie... Ça me laisse croire que cette endroit n'est pas si inintéressante qu'on le prétend.

En effet, si elle était là, c'était pour le cadavre, mais le cadavre avant elle était là pour une raison. Ce cacher peut-être, donc cette endroit était une bonne cachette? Il en doutait... Il y avait peut-être quelque chose d'intéressant ici, quelque chose que le cadavre cherchait mais qu'il n'a jamais pu trouver, une visite des lieux sera probablement plus stimulant que prévu.
Revenir en haut Aller en bas

- Hmmm Chaaaaraaaal ! - aime défoncer les façades.

avatar

Signalement : SDP


MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   07.12.10 18:11

Le son avait été proprement dégueulasse. Avait-on idée de pourrir avec aussi peu d'élégance? En plus, la trachée libérée relançait comme un reste de gaz moisis dans l'air. Leto fronça du nez, agrippa la tête par une poignée de cheveux au blond salasse, et le balança dans son sac sans plus de respect pour le défunt. Ce n'était plus qu'une carcasse vide après tout. Et le processus de deuil était devenu un concept abstrait depuis qu'on l'en avait privé autrefois. Elle ne semblait plus vraiment s'occuper de l'intrus. A croire qu'il pourrait venir derrière elle et lui planter son poignard entre les omoplates sans qu'elle ne réagisse. C'était quand même un chouïa naïf comme pensée. Ses oreilles continuaient de capter les mouvement. Un son un peu trop longuet d'étoffes, d'ailleurs. Certes, il avait rangé son poignards, mais ça avait été un peu long quand même. Il avait préparé autre chose. Mais là encore, elle n'arrivait toujours pas à le considérer comme menaçant. Sans doute parce qu'elle lui avait laissé le temps de l'abattre une bonne dizaine de fois entre-temps et qu'il n'avait rien fait. Monsieur n'était pas un violent par nature, selon toute évidence. Ou alors la reconnaissance raciale retenait un geste malvenu.

Par-dessus tout ça, il tentait une provocation. Si Leto n'avait pas été aussi blasée par la situation, elle l'aurait peut-être mal prit... Non. En fait, elle s'en fichait. Le combat à la loyale, l'honneur du guerrier, elle s'en battait les castagnettes comme de la première goutte de sang qu'elle a versé. Dans un job comme le sien, il fallait faire le choix entre le style, et le salaire. Le style, c'était bien chez les autres. ça tuait les abrutis prétentieux et ça libérait le champ pour les contrats juteux. Le salaire, c'était aussi bien mais pour soi. ça permettait de ne manquer de rien, de ne pas être à la rue. Monsieur l'intrus, lui, il appartenait à quelle catégorie au juste? Leto se redressa, parfaitement calme, secoua son épée pour en faire tomber les quelques lambeaux de chaire morte qui s'étaient malencontreusement accrochés à la lame, et la rengaina purement et simplement.

"Faîtes attention, la concurrence est rude dans le métier."

Quand bien même une cible était facile, ce n'était pas de mettre la main dessus qui était le plus éprouvant. C'était plutôt d'écarter la concurrence. Le pire, c'était quand une cible s'avérait être un excellent combattant, qu'il fallait se fritter quelques collègues, et après coup affronter l'adversaire qui lui était frais comme une rose. ça, c'était sportif. Mais pour le moment, Leto préférait laisser les cibles compliquées aux autres. Avec un peu de chance, ça aussi, ça écarterait de la concurrence dans le milieu. Elle saisit l'épaisse lanière en cuir élimé de son sac pour le jeter sur une épaule.

"Non non, c'est très intéressant comme endroit... Pour les parias en quête d'un abri, les pseudo traqueurs de trésors, les clochards qui se sont aventurés trop loin de la ville, les gamins en manque de sensations fortes..."

Bref... L'intérêt était vraiment très limité pour Leto, selon toute évidence. Elle aussi, savait se foutre de la gueule des autres, si on lui tendait une perche. Peut-être qu'il croyait que tous ceux qui venaient ici avaient une bonne raison... Le cadavre, lui, avait juste dû penser trouver un abri contre une tempête. Pas de bol, la zone avait probablement déjà été squattée. Preuve? Pas de nourriture, pas d'objet de valeur sur le cadavre. Le tueur avait prit soin de détrousser sa victime au passage. Ou alors il y avait vraiment un sombre secret caché ici et tous les touristes, chercheurs de trésors et autres fanatiques du complot n'avaient jusqu'alors rien trouvé. Seulement un secret, c'était encombrant, peu utile sur du long terme, et certainement insuffisant pour nourrir correctement celui qui le détenait. Ou si c'était possible, le détenteur allait immanquablement au devant d'ennuis.

"Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je préférerai rentrer chez moi avant de me retrouver bloquée ici par la tempête."

Sur ce, elle continua de contourner la table, à passa à côté de Lionel sans méfiance aucune toujours, et se dirigea naturellement vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse et antiquités. [Pour Lionel en priorité]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Chasse : Viande de Cruentur pour banquet
» Une chasse au trésor pour petits et grands !
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Mirlande Manigat dévoile ses priorités
» Chasse aux corbeaux [pv : Tyzy]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Longest Night -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com